Chine-Iran : l’alliance maudite derrière l’explosion de Beyrouth ?

J’ai exprimé mon émotion, lundi dernier, après l’explosion qui a ravagé Beyrouth où mes camarades et moi avons combattu en 1976 aux côtés des milices chrétiennes. Aujourd’hui, vous ne m’en voudrez pas, pour chercher, selon le vieil adage « à qui le crime profite », si je fais un peu de géopolitique internationale bien ancrée dans l’économie mondiale du temps présent. Car j’ai une idée, certes un peu audacieuse, mais pas absurde…

Beyrouth, dans l’empire perse
Vue de Téhéran, Beyrouth fait partie du nouvel empire perse qui étend aujourd’hui, à travers l’Irak et la Syrie, son emprise jusqu’aux rivages libanais de la Méditerranée. C’est un immense succès historique pour les ayatollahs, la réalisation de la grande revanche du chiisme sur le sunnisme, et le retour de la grandeur perse. Ça c’est le côté glorieux. Côté bien moins reluisant, l’Iran, soumis à un blocus financier et politique, confronté à une chute terrible des prix du pétrole, saigné par une guerre extérieure qui lui coûte 16 milliards de dollars par an (au bas mot, car elle entretient le Hezbollah au Liban et le Hached al-Chaabi en Irak) , est un empire en faillite à la recherche désespérée d’argent. Acculé, Téhéran a signé le 25 juillet avec la Chine, un traité économique de 25 ans, dont bien des clauses restent encore mystérieuses.

Beyrouth et les « Routes de la Soie »
La Chine, elle aussi en difficulté sur le plan économique et politique, a l’avantage de réserves financières gigantesques, à savoir plus de 3,200 milliards de dollars de réserves de change, auxquels s’ajoutent 2 000 tonnes d’or dont le volume augmente de cent tonnes par an, Pékin achetant à tour de bras sur le marché international. Grâce à cette gigantesque capacité, la Chine poursuit les avancées de son agenda mondial, lançant toujours plus loin et solidement les tentacules d’un projet global qui porte le nom poétique de « Routes de la soie », mais dont la réalité est plutôt rugueuse. L’Iran et la Chine ont en commun un adversaire redoutable : les États-Unis, ce qui seul a facilité un rapprochement somme toute inattendu entre la plus grande puissance communiste du monde et une république cent pour cent théocratique.

Chine et Iran, une union inattendue, mais logique
Probablement, le fait que l’Iran chiite, qui œuvre constamment à l’abaissement du sunnisme, ait été le principal artisan de la défaite de l’État islamique où près de 3 000 jihadistes ouïghours s’étaient engagés, ne peut qu’être sympathique à la Chine. Celle-ci a en effet décidé de régler son « problème » ouïghour selon la bonne vieille méthode communiste – déjà appliquée aux malheureux Tibétains – par l’élimination pure et simple d’un peuple tout entier. Et les Ouïghours sont des musulmans sunnites qui bénéficient aujourd’hui de la mobilisation (médiatique essentiellement) des 57 pays de l’Organisation de la conférence islamique. Voilà déjà de bonnes raisons pour les Chinois de renflouer l’Iran (l’injection de cash serait de près de 300 milliards de dollars), tout en bénéficiant de conditions d’achat de pétrole à long terme à un prix « bradé » – 32 % en dessous des prix actuels du marché, alors que ceux-ci sont à un plus bas historique.

La vieille route de Marco Polo
Par ailleurs, si les États-Unis restent un client très important de la Chine, le premier de tous demeure l’Europe où Pékin bénéficie de nombreux amis et relais d’influence, notamment à Bruxelles. Si l’accès à la Méditerranée a toujours été une obsession perse, cet accès est aussi, aujourd’hui, une exigence fondamentale des Chinois pour la réalisation de leurs Routes de la soie, le grand œuvre du nouvel empereur chinois, Xi-Jin Ping. Dans cette région, la Chine ne dispose actuellement que d’une base militaire et de facilités portuaires à… Djibouti, donc du mauvais côté du Canal de Suez, autre goulet d’étranglement potentiel pour les marchandises « made in China ». Rien n’est donc aujourd’hui mieux monnayable pour l’Iran à l’égard de la Chine que le port de Beyrouth, extrémité d’un axe de transport terrestre – loin de la puissance navale américaine – traversant Sin-Kiang (le pays des Ouïghours), Afghanistan (dont les Américains se retirent actuellement), Iran, Irak, Syrie et Liban – la vieille route de Marco Polo…

Une explosion au bon moment
Or, ne voilà-t-il pas que, une semaine après la signature de ce traité historique entre la Chine et l’Iran, le port de Beyrouth n’existe quasiment plus ! Il est entièrement à reconstruire. Providentiel, pour la Chine qui s’est fait une spécialité de la réalisation d’infrastructures portuaires. Il est donc hautement prévisible que le consortium qui sera choisi par le gouvernement libanais sous tutelle Hezbollah-Iran, soit basé sur un projet chinois. À peine l’encre sèche de leur traité historique qui sauve financièrement l’Iran et lui donne les moyens de jouer les gros bras régionalement, la Chine se voit ainsi immédiatement remerciée – voire partiellement remboursée – par « l’acquisition » du port méditerranéen qui lui manquait ! Elle n’est pas belle la vie ? Quant à la destruction des quartiers de la Quarantaine, de Gemmayzé, Mar Mikaël ou Achrafieh, ils auraient été ainsi sacrifiés sans hésiter sur l’autel des ambitions mondiales de la Chine et des besoins d’argent de l’Iran. En tout cas, un point en commun de plus entre la Chine et l’Iran : tous deux se contrefichent des chrétiens, ceux du Liban en particulier.

Un stock de nitrate qui tombe bien, ou…
Et l’arme du crime ? Comment a eu lieu l’explosion ? Dans la logique ci-dessus, la plus probable serait une explosion terroriste, déclenchée par un des nombreux experts en explosion terroriste de tout format dont dispose, au Liban, l’Iran. Un stock de nitrate d’ammonium qui tombait drôlement à point ayant été l’occasion qui a fait le larron. Mais l’on parle beaucoup, à Beyrouth d’un rugissement de moteur aérien, entendu par de multiples témoins, juste avant la grande explosion. Alors, si l’on veut aller un peu plus loin dans l’audace, parlons d’une arme dont le nom de code chinois est DF-17 (Dong-Feng -Vent d’Est- 17). Il s’agit pour le lanceur d’un missile balistique emportant un « planeur hypersonique », le DF-ZF, volant à près de dix fois la vitesse du son, que la Chine a présenté lors de sa grande parade militaire d’avril 2019, et dont la puissance explosive serait considérable. Recouvert d’un matériau nouveau, il ne laisserait aucune signature radar.

Une « démo en live » du DF-17 ?
Le DF-17 est vu urbi et orbi, par les experts militaires, comme l’arme qui permettrait aux Chinois, dans le cadre d’une confrontation avec les Américains en Mer de Chine du Sud – pour Taïwan, par exemple – de frapper et détruire les bases américaines de Guam, et, au Japon, celles de Nagasaki et Yokosuka, ports d’attaches de trois flottes de porte-avions. Le DF-17, d’une portée estimée à 2 500 kilomètres, monte très haut (60km) , largue son planeur hypersonique lequel rebondit sur la couche atmosphérique, avant de descendre en un « piqué » vertigineusement rapide. Science-fiction ? Non, malheureusement. Le Pentagone cherche la parade et a alloué récemment un budget à cet effet à la firme Northrop. Évidemment, la destruction du port de Beyrouth par l’indétectable DF-17-ZF – dont la mise en service effective avait été annoncée pour 2020 – serait alors une sacrée « démo en live », avec un message aux Américains, dans le genre « à bon entendeur, salut ! ». En Asie, on aime bien les jeux de stratégie et les coups à bénéfices multiples…

Emmanuel Albach

image_pdf
0
0

38 Commentaires

  1. Thèse certes audacieuse et même très audacieuse, comme l’a dit lui-même l’auteur, mais néanmoins pertinente.
    Et un stock aussi énorme de nitrate d’ammonium ne pouvait pas exploser par « accident ». Les histoires de « chaleur » ou « d’incendie » ne tiennent pas la route (on nous refait le coup du mégot de Notre-Dame) ; sans compter que des munitions ou des feux d’artifice stockés à proximité immédiate n’ont pas pu exploser spontanément non plus (en admettant même qu’ils aient constitué la charge primaire suffisante pour entraîner l’explosion de tout le nitrate)…

  2. Pour les vidéos, merci de mettre les liens.
    Missile ou pas, il y avait bien un stock de munition dans le hangar 12.

  3. Au vu des photos…

    Il me semble qu’un seul transsibérien absorbe bien plus que la capacité totale du port de Beyrouth ! Sans compter la liaison ouverte depuis quelques années par le Kazakhstan (voir les intérêts de TALGO au Kazakhstan et en Russie – les chinois sont pas fous, ils s’arrangent pour faire payer leurs infrastructures par les autres sous prétexte de non conformité aux normes internationales et de promesses de nouveaux marchés).

    Si un chargement de nitrate d’ammonium explosait dans le port du Tréport, ou allez, soyons généreux, disons de Boulogne sur Mer ou de Sète, on accuserait la Chine aussi ? Et la catastrophe de Texas City, ça devait être la Chine aussi. Ah, en 1947 la Chine était alliée aux Etats-Unis ? Zut alors, va falloir trouver autre chose…

    • AZF aussi c’est un coup des chinois comme chacun sait. Voilà à quoi amène la peur du déclassement : diaboliser l’est cette fois lointain.

      • Vous, ce n’est le pas le déclassement – bien réel – de la France qui vous peur ou qui vous dérange, c’est qu’on ait pu dire qu’ AZF était bien un attentat, et plus encore qu’il ait été commis par vos copains islamistes.

  4. Pas si fou votre idée. Il commence à se dire que le port de Beyrouth va vite retrouver au moins 80% de ses capacités. Par quel miracle?
    De Beyrouth au centre de l’Iran, il y a 1500 km ce qui rentre dans la portée du missile. En plus ça passe au-dessus des déserts de l’Irak et de la Syrie, discret. Votre idée parait possible, vu l’embarras d’Israël et le relatif calme des USA…..SI c’est vrai, notre monde et surtout la Méditerranée orientale deviennent réellement dangereux.

  5. https://youtu.be/DkykPt9ISyk

    J ai effectivement ( suite a un message plus bas ) trouve un lien video sur ce missile venant du ciel…( assez etrange ? Je m interroge si ce n est pas un fake ou un montage video bidon… ? )

    Ce genre d exocet ou missile air/sol ne tombe jamais aussi verticalement avec un tir de terre horizontal, uniquement si c est un tir d avion ou alors avec un tir tres eloigne…? Bizarre

    • Si c’est bien un DF 17, il peut parfaitement tomber à la verticale, et de plus à vitesse hypersonique…

  6. Pour demeurer dans la fiction : et s’il s’agissait tout simplement d’une gaffe israélienne monumentale qui verse le port de Beyrut dans l’escarcelle chinoise ?

  7. « La Chine en difficulté sur le plan économique …. » Ah bon ? Malgré la crise du couillonavirus elle fait +3% de PIB, en Grande Bretagne la récession est de -22% du PIB au premier semestre, la France -14%, les USA -33% du PIB …

  8. j’ai vu sur une vidéo, à 7 secondes après son début ce qui pourrait être un missile dont le rapport longueur/ largeur est celui d’un crayon et d’une vitesse stupéfiante. L’explosion a eu lieu lorsque ce missile a percuté le bas de l’image, donc le sol.

  9. Pékin ou La Mecque: choisis ton camp.
    Albach a choisi.
    « Hamdoullah », disent en France les adeptes des mosquées!

    • Encore un qui n’a rien compris, et a manqué l’occasion de se taire.

  10. 2/2

    L’alliance islamo(sunnite)-occidentale contre la Russie, alliance qui a coûté très cher aux chrétiens d’Orient, à la Grèce et à l’Europe, reprend du service contre la Chine. Il y a dix ans, en 2010, Azouz Begag s’en délectait déjà : « Dans 10 ans, on sera entouré de Chinois, alors il faudra que l’on se serre les coudes, les Français, les Arabes et les Africains, afin de protéger notre identité ».

  11. 1/2

    Le temps de l’hyper-puissance américaine est révolu. Nous entrons désormais, avec le grand retour de la Chine dans un monde bipolaire. Monde lourd de menaces analogue à celui de 1914, prémices d’une guerre de trente ans qui dévasta l’Europe. Cette guerre fut l’épilogue de la première mondialisation, celle sous égide britannique, hégémonie que menaçait l’essor fulgurant de l’Allemagne impériale (réitération du piège de Thucydide).

  12. Brillante analyse géostrategique, Chine, Afghanistan, Iran, Irak, Syrie, Liban … la « route de la soie » comme nous disent les médias !! qui ne comprennent rien et n’expliquent rien !!
    Concernant le missile c’est très discutable. Les armées US ou Françaises ont probablement déjà la réponse si « oui ou non missile » !!
    Donc pas de réponses avant longtemps !
    Ou petites explosions suffisantes ?
    Concernant la reconstruction du port de Beyrouth, on verra qui reconstruit et qui l’utulisera, l’occident ou la Chine.

    • Concernant la reconstruction du port de Beyrouth, on verra qui reconstruit et qui l’utulisera, l’occident ou la Chine./ dixit

      tout a fait d’accord ! mais il faut que vous sachiez ( depuis 10 ans ) que la CHINE achete des ports italiens ou grecs… donc pour Beyrouth c’est la suite logique. ( l’idée d’Emmanuel Albach me semble absolument crédible ) lisez ceci…

      https://www.francetvinfo.fr/monde/italie/la-chine-a-la-conquete-des-ports-italiens_3244113.html

      • La Chine a acheté Le Tréport et Concarneau ?

        Merde alors, nous voilà cernés !

        • La Chine a acheté Le Tréport et Concarneau ? / dixit

          ne vous inquietez pas cela viendra en temps et en heures…( ils ont
          achetes les grands crus du vignoble bordelais et d’autres grandes entreprises francaises, donc les ports ou les chantiers navals, comme en belgique avec le terminal de Zeebruges, c’est qu’une question de temps…)
          vous pouvez donc faire de l’humour, cela ne coute pas grand chose…La Chine contrôle désormais près d’un dixième des capacités portuaires européennes, le savez vous ?

        • On vous parle du débouché de la Route de la Soie, donc de l’accès à la Méditerranée. Vous savez lire ?
          Pour vous perfectionner dans l’apprentissage de la lecture, quelques ouvrages de géo-stratégie seraient les bienvenus dans votre cas.

  13. L’axe Chine Iran est crédible, la réaction ne s’est pas fait attendre avec le rapprochement entre Israël et les émirats, chose totalement impensable il y a peu. Quant au missile, pas besoin. On voit très nettement sur les vidéos une multitude de petites explosions avant celle du stock d’ammmonitrate. Stock de munitions certain. Après, accident, ou déclenchement d’un incendie volontaire (Chine, Hezbollah lui-même, Mossad ?).

  14. Intéressante théorie.
    Ce sont principalement les quartiers chrétiens de Beyrouth qui ont été détruits, je connais trop peu et mal cette ville pour entrer dans les détails. Mais j’ai lu dans la presse italienne que ces chrétiens sont totalement désemparés ayant perdu maisons, emplois, des proches souvent, alors ils cèdent facilement aux sollicitations des sunnites et vendent pour rien leur bien (même détruit), cette situation aurait pris une grande ampleur, elle est très grave, car à terme, l’exode des chrétiens vers l’étranger va s’accentuer avec toutes les conséquences qu’on imagine.

    • Les Chrétiens Maronites préfèrent, ce n’est pas la majorité évidemment les Sunnites, ou même le hezbollah plutôt qu’Israël . Le bon vieil antisémitisme Chrétien . Alors, et ce sans vouloir être méchant qu’ils se demerdent !

  15. Oui, rudement bien vu, et décidément, c’est la saison des grandes expérimentations live grandeur nature pour la Chine. Il n’y a pas de coïncidences de ce type. Pour le missile, c’est possible, mais pas forcément utile au scénario, une charge amorce bien placée faisant aussi bien l’affaire, et le Liban regorge de gens capables de l’installer. Le plus navrant, c’est, je crois que la Russie aussi a signé dans l’accord d’alliance entre Pékin et Téhéran. On pouvait espérer un rapprochement USA-Russie au cours du mandat Trump, c’est malheureusement loupé et ça me désole profondément. On aurait eu le monde civilisé contre les barbares et les prêts à tout mais Poutine a choisi le camp du mal, ou disons au moins celui de la violence, car bien sûr, la loi de la jungle n’incarne pas le bien non plus

    • Si les USA n’étaient pas obsédés par le « containement » de la Russie presque autant que de la Chine, la Russie ne serait pas une alliée objective de la Chine et de l’Iran. A la base, USA et Russie sont des impérialismes rivaux, ils ne peuvent être alliés que tactiquement, quelle que soient les conceptions idéologiques personnelles de Trump et Poutine. Quand elle réprime (euphémisme) les Ouighours, la Chine n’inspire pas une telle horreur à RL (même si les visées de l’impérialisme islamique sur le Turkestan Oriental ne sont pas une vue de l’esprit).

    • pour rester en haut de l’affiche,les USA ont besoin d’une guerre,les petites qu’ils entretiennent a travers le monde ne leur suffit pas(800 bases a l’etranger)

    • Ah ! Bon ! C’est Poutine qui a choisi le « camp du mal », maintenant ?
      Pour votre gouverne, la Russie n’a cessé, depuis la chute de l’URSS en 1990, de se rapprocher de l’Occident, de l’UE et des USA, que ce soit aux plans commerciaux, techniques, diplomatiques, etc.
      Elle s’est vue systématiquement éconduite.
      Par la seule faute des états-unis, qui, voyant la Russie affaiblie stratégiquement à la suite de l’effondrement du communisme, avaient bien espéré l’achever et l’éliminer en tant que puissance.
      Cette politique des USA n’a pas varié depuis, avec pour conséquence que la Russie s’est rapprochée de la Chine (traité de Shangaï).

    • Oui… J’ignore quel était la capacité du port de Beyrouth, mais au vu des photos ça ressemble plus au Tréport ou à Dieppe, à l’extrême rigueur, qu’à Antifer ou à Alicante…

      En tout cas, les supertankers et les porte-conteneurs, ils pouvaient toujours s’aligner (c’est le cas de le dire) pour s’enfiler là-dedans !

      • Vérité de La Pallice, hihihi ! Comprend qui peut, eut dit le regretté Jacques Ramade…

  16. @Emmanuel Albach

    Hmmm… votre idee avec le dernier traite chine / iran me semble loin d etre idiote, en tous les cas vous et moi nous ne croyons pas a la these de l accident…

    J avais pense aux iraniens, concernant les auteurs de ce soi disant « accident »…

    mais je n avais pas pense a la chine, cette reconstruction par les asiatiques, du port de beyrouth m apparait tout a fait envisageable dans cette machination de debut aout..
    position geo strategique au liban de la chine ( c est a dire en mediterranee ) , en cas d un conflit arme futur avec israel…

  17. Une vidéo circule sur le net depuis l’ explosion de Beyrouth montrant un genre de missile descendant en piqué sur le hangar de stockage de nitrate… ce qui validerait la thèse que vous décrivez très précisément en fin de texte.

      • https://www.facebook.com/100048990452840/videos/168657211443960/
        j’ espère que ce lien est correct. Attention: je suspecte l’ auteur de la vidéo d’ être un nazislamiste palestinophile antisémite. Il y a aussi https://qactus.fr/2020/08/05/q-scoop-liban-drone-avant-lexplosion/
        Cela dit, aucune de ces vidéos démontre qu’ on est à Beyrouth le jour considéré à l’ heure de l’ explosion. J’ ai simplement été frappé entre ces vidéos et la description faite par Emmanuel ALBACH.

        • Merci pour le lien…
          J ai trouve moi aussi une video ( plus haut ) mais contrairement a votre lien, c est une image qui represente bien un missile de type exocet en retombee.. ( la representation de vos images ne sont pas pour moi des fusees ou des missiles, des drones ? )

Les commentaires sont fermés.