Chirac nous aura bien fait rire… parfois !

Publié le 26 septembre 2019 - par - 13 commentaires - 1 570 vues
Share

Jacques Chirac aura fait montre de courage (exclure la participation de la France dans la funeste guerre en Irak qu’imposait le Président américain d’alors, George W. Bush) et de lâcheté, en refusant notamment le débat de l’entre-deux tours face à Jean-Marie Le Pen, lors de la présidentielle de 2002. Il se sera souvent parjuré ; par exemple en ce qui concerne l’immigration sauvage contre laquelle il pestait dans un célèbre discours à Orléans, en 1991, mais qu’il aura laissé s’épanouir lors de ses deux mandats présidentiels. Il sera même à l’origine de la création d’un musée national de l’immigration, rappelons-le ; musée qui ne brille pas par son objectivité.

Chirac n’aura pas été inoubliable, loin de là, mais il aura eu au moins ce mérite de nous faire rire et, ainsi, se rendre quelque peu sympathique ; plus que son prédécesseur et ses successeurs, en tous cas.
Avide de politique jusqu’à la caricature, lui qui aura hanté plusieurs palais de la République de sa haute taille et de sa verve agitée, reste un personnage digne d’un vaudeville… à défaut de La Comédie humaine.

Les humoristes ne s’y sont pas trompés qui, depuis Thierry Le Luron jusqu’aux Guignols de l’Info, en passant par le Bébête Show (où il était grimé en aigle bleu assez pathétique, le fameux Black Jack), s’en sont donné à cœur-joie avec Jacques Chirac. Tant et si bien que l’on confondait parfois sa caricature avec le modèle : voir sa marionnette des Guignols, à qui l’on reprocha de l’avoir rendu trop sympathique.

C’est qu’au-delà du très discutable homme politique, Chirac éveillait la sympathie lorsque Emmanuel Macron excite la haine par son mépris du peuple.
Il faut aussi avouer que ses sorties avaient de quoi muscler les zygomatiques. Souvenons-nous…

À un homme qui le traitait de connard, il répond : « Enchanté, moi c’est Chirac ! »
Autre saillie qu’on croirait sortie de chez Audiard : « Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille. » Et il savait de quoi il parlait, le filou qu’on n’arrivait pas à détester complètement, malgré des renoncements dramatiques, dont ce refus d’user de la force légitime et nécessaire pour mettre un terme aux émeutes de banlieue de l’automne 2005, alors qu’il était président de la République.

Même à ses dépens, il nous faisait marrer. Lors du débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle de 1988, face au président sortant, le triste sire Mitterrand, il tend le bâton pour se faire battre et s’attire les rires pour la postérité : « Ce soir, je ne suis pas le Premier ministre. Et vous n’êtes pas le président de la République. Nous sommes deux candidats à égalité, qui se soumettent au jugement des Français. Vous me permettez donc de vous appeler Monsieur Mitterrand. » Et l’autre de répondre avec sa répartie venimeuse : « Mais vous avez tout à fait raison, monsieur le Premier ministre ! »

Ce sont ces anecdotes mises bout à bout qui empêchent de juger Jacques Chirac comme il le mériterait, en plus de son absence de mépris pour les autres. Pour preuve, il était une star au salon de l’Agriculture. Chez lui, il n’y avait effectivement pas cette morgue qu’on subit chez l’actuel locataire de l’Élysée.

Avec lui on n’aura pourtant pas mangé que des pommes… On aura même avalé pas mal de couleuvres, car Chirac s’est toujours cru au-dessus de tout, à commencer par les lois.

Pourtant, il y a comme un goût amer de voir partir cet animal politique, dont la soif de gagner se résumait dans cette phrase : « Dans une campagne, il faut aller chercher les électeurs avec les dents. » Chirac, c’est enfin un autre temps, celui d’un avant qui, à bien y regarder, valait mieux que maintenant…

Charles Demassieux

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Jean-Louis

« Nos épouses allaient à l’ecole ensemble » oui mais Brigitte était l’instit de Bernadette.

POLYEUCTE

CREVURE, ORDURE ?
Le filet de la « Modération » est plein de trous.
Et si on parlait ainsi de vos parents décédés ?
Cf mes échanges avec G. Brazon plus haut.
Pitoyable !

BobbyFR94

Jonathan, tu as bien résumé ma pensée à l’égard de cette CREVURE-là !!!

BobbyFR94

Cette ORDURE de chie & raque (avec le fric des CONtribuables), voici ce qu’écrit Jean-Marie Le PEN dans son livre ;  » Tribun du peuple  » :

http://www.fdesouche.com/1267959-le-pen-dans-ses-memoires-chirac-etait-daccord-avec-la-gauche-pour-changer-la-france-et-remplacer-son-peuple-il-haissait-la-droite-et-la-nation

Lisez cet extrait, au moins si vous aviez des doutes, là…

POLYEUCTE

Prenons un chemin de traverse pour s’éloigner de cette Chiracophobie…parfois, seulement, à juste titre.
Bernadette ? Mariée à un Homme en uniforme !!
Vouvoiement éternel ! Egérie, même trompée, mais conseillère au parler vrai, capable de soutenir Sarko, alors que son mari… Une digne Epouse !
Pensons à Elle.

zéphyrin

J’aime beaucoup les photos, R L va devenir moins fréquentable mais plus rigolo que charlie hebdo !
évidemment le jour où nous aurons un ex président musulman, la fête sera finie…
profitons en donc !

Jill

Ben… moi Chirac il m’a pas trop fait rire. On lui doit en grande
partie l’invasion de notre pays par des peuplades non conformes aux exigences de notre civilisation.

Marc Larapède

Monsieur Charles Demassieux a oublié le référendum sur le traité de Nice.

François Desvignes

La différence entre le temps de la présidence de Chirac et aujourd’hui, ce n’est pas Chirac.

C’est que nous sommes en guerre.

Et qu’on nous interdit de la dénoncer, de le dire et de la faire.

La_Soupape

Pauvre Corrèze ! 2 présidents, 2 ploucs, 2 malfaisants et elle est en train de nous préparer un dangereux récidiviste avec le gugus qui veut dev’nir maire eud Paris…

Kinns

En tout cas les photos avec les commentaires dessus m’ont fait rire

Jonathan

Pour ma part, je n’ai jamais trouvé drôle du tout ce triste sire qui a tout trahi, le gaullisme, la droite et la France, et qui, parvenu à la présidence juste après les deux septennats fatidiques de Mitterrand, quand le pays était à la croisée des chemins, a laissé passer l’opportunité unique de redresser le cap et remettre la France sur la bonne voie.
Ce sinistre individu n’a aucune excuse – et certainement pas celle d’une fausse sympathie ! Je l’ai dit dans un autre commentaire et je le répète : qu’il aille brûler en enfer, ce n’est même pas cher payer pour tout ce qu’il a fait à la France, ce fumier !

chiartano

un president de moins a regaler ; et encore que ;peut etre que bernadette a droit a la « reversion » chauffeur voiture train avion garde du corps etc