Choisir de ne pas choisir

doit-on-condamner-les-abstentionnistes-qui-ne-veulent-pas-choisir-entre-la-peste-et-le-cholera.jpg

Une guerre idéologique et d’influence se joue depuis des décennies entre différents courants sur le territoire français et plus largement en Occident. Les progressistes luttant de toutes leurs forces contre les catholiques, et ceux-ci tentant de maintenir leur prédominance culturelle et spirituelle. Entre les deux, l’Islam s’est introduit dans cette « dialectique » en s’alliant aux premiers pour mieux détruire les seconds.

Telle est la situation que nous constatons aujourd’hui, en France, avec une Église catholique en perte de vitesse, un Islam qui se développe sur l’ensemble du territoire et un progressisme qui s’est enraciné dans la société et qui s’est fixé pour objectif pour le moins ambitieux de refaire, à sa sauce, la nature humaine. Rien que cela.
Chacun de ces camps s’accuse mutuellement des crimes et délits provoqués par l’Occident à travers les âges et notamment dans la période que l’on nomme la post-modernité. C’est autant un combat idéologique qu’un combat d’institutions, chacune cherchant à subvertir le camp de l’autre.

Au final, nous assistons à un beau merdier ! Car il faut le dire, la France et plus généralement l’Occident sont de véritables merdiers.
Le plus surprenant dans tout cela est que, finalement, on en vient à se demander si ce merdier n’est pas orchestré par l’ensemble des parties prenantes, progressistes, islamistes, francs-maçons, catholiques et j’en passe…
En effet, l’un des points communs que l’on retrouve dans chacun de ces camps est une fâcheuse tendance à la pédophilie dans chacune des institutions qu’ils défendent.

Les progressistes ne se cachent même plus pour pervertir les jeunes esprits, les islamistes prônent ces pratiques ignobles dans leur texte sacré, les francs-maçons s’adonnent à des rites initiatiques dignes de la pis sorcellerie et l’Église catholique est imprégnée de prêtres s’adonnant à des pratiques ignobles sur des enfants.
Le choix qu’il nous est demandé de faire aujourd’hui revient à choisir son « camp » parmi ceux-ci.
Franchement aucun de ces quatre partis ne me donne envie de le rejoindre.
Tous me font honte et provoquent en moi un profond dégoût et une aversion. Je n’ai envie de choisir qu’un seul camp, celui qui mettra à terre toutes ces institutions perverties. Aucune ne mérite la moindre considération. Et si l’on me demande de choisir une position en fonction des événements et de l’actualité, je répondrai « aucune ». Ou plutôt si, celle de la sauvegarde de l’innocence des enfants.

Qu’ils soient progressistes, catholiques, islamistes, francs-maçons, athées ou je ne sais quoi, des pédophiles restent des pervers ignobles dignes du plus profond mépris.
Casser la gueule à ces gens, les institutions, les courants de « pensée », les « religions » qui les protègent et les accueillent en leur sein est un devoir absolu.

Mes convictions spirituelles restent de mon domaine privé, l’attachement à notre histoire et culture également.
En revanche, la protection des enfants est du domaine public, au-delà des convictions et croyances, d’autant plus lorsque ces enfants sont instrumentalisés et sacrifiés sous couvert de « guerres » d’influences culturelles et spirituelles.

Étienne Darcourt-Lézat

image_pdfimage_print

5 Commentaires

  1. J’irais plus loin, les pédophiles, qu’ils s’appellent Etienne Darcourt-Lésat ou autre ont mon plus profond mépris.
    Comme vous, je vois des pédophiles partout…

  2. Il faut LIQUIDER LA RAIE PUBLIQUE.
    Cette prostituée tricolore, cette catin dépoitraillée, cette gueuse pourrie doit être labourée, défoncée, souillée et finalement laissée pour ce qu’elle est dans une fosse d’excréments.

    Il ne faut pas simplement s’abstenir, puisque veauter c’est collaborer gentiment. Il faut aussi saper son autorité, salir son image, cracher sur ses symboles, montrer ses échecs, sa corruption et sa pourriture.

    Je viscéralement habité d’une haine infernale contre la raie publique putride et maçonnique. Je me prépare comme beaucoup d’autres à la frapper durement dans le dos, à empoisonner son eau et à incendier ses temples. Mais je suis partout, je suis nulle part, je suis tout le monde et personne, tout en sachant que nous sommes innombrables comme moi!

    • En fait ne pas prendre part aux débats et désignations internes d’autolégitimation de la révolution n’est pas de l’abstentionnisme, autre qualificatif en isme destiné à amalgamer à une idéologie quelqu’un qui, simplement, n’est pas un votiste. Et on comprendrait que les révolutionnaires s’indignent qu’un nostalgique des Lois Fondamentales s’immisce dans les débats internes à la république. Pendant des milliers d’années personne n’a été obligé à prendre parti et cautionner par son suffrage des impétrants au pouvoir sans devoir, et le monde n’allait pas plus mal. Stigmatiser quelqu’un d’abstentionnisme c’est comme l’accuser d’hétérosexualité, alors qu’il est simplement normal (selon les lois de la nature) sans nécessité de néologisme pour souligner qu’il n’est pas homosexuel…

Les commentaires sont fermés.