Chômage et immigration : l’aveu « innocent » du boute-en-train Lionnel Luca…

Lionnel  Luca, député UMP de Nice, est un pince-sans-rire….

Nous le savions depuis qu’il avait osé proposer à ses confrères de l’Assemblée Nationale de réduire leurs indemnités de 10% pour participer à « l’effort de crise »… Il fut renvoyé sèchement « dans les cordes » par l’UMP, le PS, Les Verts, le Centre (nouveau et ancien), le Front de Gauche, les Communistes, unis comme les cinq doigts de la main ! Non mais, vous voyez les Mamère, Bayrou, Glavany, Buffet,, Guigou, Lang, Accoyer, Ayrault, Copé et autres Morin renoncer à une petite partie de leurs prébendes et de leurs privilèges  par solidarité avec « le peuple qui bosse et qui paie »? Ô doux rêveurs…

Mais, en ce 6 janvier, il vient de se surpasser comme chacun peut le lire ici :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/01/06/97001-20120106FILWWW00652-l-luca-l-usine-au-maroc-et-les-immigres.php

Bis repetita placent : « Que vaut-il mieux ? Une usine Renault au Maroc qui donne du travail à 6.000 Marocains sur place (avec 250 cadres français) et contribue au développement du pays? Ou 6.000 travailleurs immigrés de plus dans une usine Renault en France?»

On ne s’en lasse pas. Quelle perspicacité économique ! Quelle vision politique ! Quelle considération pour la Nation Française et ses travailleurs de tous ordres !

Et quel humour (involontaire ?) : il n’est peut être pas venu à l’esprit de « cet élu de la République » qu’il valait mieux encore une usine « Renault » en France avec 6000 emplois créés pour les demandeurs d’emploi de notre pays… sans recourir au moindre mouvement migratoire.

Et surtout, il pourrait s’interroger sur son aptitude à lier obligatoirement immigration et création d’emplois, comme si sa tournure d’esprit lui interdisait de réfléchir (mais sait-il le sens du mot ?) en dehors du cadre imposée par le libéralisme imbécile et ravageur qui nous agresse et qui ne s’intéresse qu’aux dividendes du CAC 40 (1).

Et c’est vrai que, comme député, il aurait pu poser à son gouvernement quelques « bonnes questions » que le citoyen ordinaire est à même de poser… quand on lui donne la parole !

Pourquoi, quand « on » envisage de créer des emplois, faut-il que l’ « on » évoque les immigrés nécessaires alors que le chômage atteint 10 % de la population active, sans parler des emplois précaires et autres contrats à temps (très) partiel ?

Pourquoi, alors que ce même chômage concerne 26% de la main d’œuvre étrangère présente en France, « on » évoque le recours à l’immigration pour des emplois susceptibles d’être créés ?

Pourquoi, alors que près de la moitié des « demandeurs d’emploi » actuellement recensés est sans qualification (ou de petite qualification), le BTP, les services, l’agriculture (notamment) ont recours à une main d’œuvre immigrée ?

Pourquoi ces mêmes secteurs professionnels ont-ils recours à une main d’œuvre immigrée illégale qui fausse le marché de l’emploi  et appauvrit la ressource publique?

Pourquoi, alors qu’il semble penser que  l’on ne trouvera pas de Français pour occuper « certains emplois », Lionnel Luca ne remet-il-pas en cause un assistanat social qui favorise la non insertion dans le marché du travail et fait exploser le travail illégal ?

Pourquoi donc, « son » gouvernement ne décide-t-il pas d’un moratoire sur l’immigration et n’oblige-t-il pas les étrangers sans emploi à retourner dans leurs pays, tout en amenant les demandeurs d’emplois français à occuper les emplois que les immigrés occupent aujourd’hui et qu’ils devraient abandonner à la fin de leur contrat de travail ?

Pourquoi Lionnel Luca, qui sait que l’immigration coûte (balance dépenses-recettes faite) , au bas mot, 36 milliards d’euros par an à la ressource publique, ne demande-t-il pas son arrêt  pour soulager les dépenses sociales et alléger les charges induites ?

Pourquoi le gouvernement actuel, avec ses homologues européens, a-t-il créé la «carte de travail» qui permet à maints emplois qualifiés d’être pourvus par des immigrés venus d’Europe  et donc de mettre en concurrence déloyale les Français formés sur notre sol ? Pourquoi son gouvernement ne ferme-t-il pas vraiment l’accès des étrangers aux emplois qualifiés au lieu de l’organiser  (2)?

Pourquoi Lionnel Luca ne se demande-t-il pas pourquoi le gouvernement qu’il soutient n’a pas mis en route, depuis quatre ans, un vaste plan de formation (lycées professionnels, alternance, apprentissage) pour préparer les lycéens et les étudiants aux emplois qualifiés nécessaires, par exemple, à l’ « usine Renault » qu’il évoque, ou à tout autre secteur de notre économie (secteur médical en particulier…) ?

Pourquoi ce même député ne s’inquiète-t-il pas du devenir des 30 milliards d’euros annuels dégagés pour la « formation continue », qui permettraient, s’ils étaient bien utilisés, de contribuer fortement à la formation des jeunes travailleurs, en particulier ?

Pourquoi ce député ne demande-t-il pas à son gouvernement d’instaurer une forme de protectionnisme en taxant les importations venant des pays à bas coût de main d’œuvre (et  à faible couverture sociale pour des travailleurs aux garanties minimes…), élément premier d’une « réindustrialisation » de notre pays qui s’appuierait sur un secteur PME-PMI à valoriser ? 

A partir de ces simples questions auxquelles il pourrait avoir le courage de répondre, Monsieur Lionnel Luca  serait à même de formuler de vraies propositions efficaces susceptibles d’enrayer la courbe montante du chômage et d’orienter notre pays vers une gestion économique et sociale saine et conforme aux intérêts profonds de ceux qui sont, vraiment, notre peuple.

Mais pour cela il lui faudrait remettre en cause l’orientation européiste et mondialiste du système auquel il appartient et qu’avec ses amis de l’UMP – et ses pseudo concurrents du PS – il est chargé de perpétuer.

C’est parce qu’il est prisonnier de ce processus mis en place par les oligarchies financières apatrides et mondialistes qu’il s’en tient à des postures électoralistes…ou à des déclarations fantaisistes destinées à « amuser la galerie » et à faire oublier le bilan négatif de la politique menée depuis de longues années… tout en laissant les vannes ouvertes aux flux migratoires « mondialisés » qui détruisent l’emploi, pèsent sur les salaires, mettent à mal les conditions de travail, instaurent la précarité sociale, accroissement l’insécurité sous toutes ses formes, obèrent lourdement  la dépense sociale (3), délitent le tissu sociétal laïque et démocratique qui nous rassemble .

Monsieur Lionnel Luca est un amuseur public, un bateleur de foire…comme le sont  ces prétendants à la magistrature suprême qui veulent faire oublier qu’ils sont à l’origine des maux qui détruisent la Nation et pourrissent la société…  tel cet histrion corrézien qui s’en va flatter les petits vieux de sa circonscription pour mieux les duper et faire risette aux « travailleurs » qu’il trahit tous les jours en assurant l’ouverture éhontée des frontières et l’application totale des traités européens qu’il a approuvés.

L’intérêt d’un Lionnel Luca, pour le citoyen ordinaire et dans cette affaire, c’est qu’il a  affirmé (naïvement ?) ce que tous les autres hypocrites de la caste politicienne, au gouvernement ou dans l’opposition, organisent sans le dire…et continueront à organiser demain.

Il a osé faire la promotion des délocalisations …et complété son propos en affirmant que, quand on ne peut délocaliser, on fait venir sur place une main d’œuvre immigrée. Libre circulation des biens, des capitaux, de la main d’œuvre : bref, le « credo » de la mondialisation …Le « laisser faire, laisser passer » des Physiocrates du XVIIIème siècle.

 Le 08 / 01 / 12

                                                                                                                                                       Robert  Albarèdes

 

1 – http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/01/05/97002-20120105FILWWW00559-le-cac40-soigne-ses-actionnaires.php

2 – http://www.lefigaro.fr/emploi/2011/07/25/09005-20110725ARTFIG00240-moiti…

3 – http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/01/01/04016-20120101ARTFIG00088-les-depenses-publiques-sont-d-abord-des-depenses-sociales.php

 

 

 

 

 

 

 

image_pdf
0
0