Choupinet attaque une tradition historique : le droit à l’anonymat

Publié le 20 janvier 2019 - par - 23 commentaires - 1 252 vues
Share

 

Choupinet, vous savez, ce gamin qui  croit nous gouverner mais n’en fait rien, et surtout brade notre pays à l’immigration (Pacte de Marrakech) ou à l’Allemagne (traité d’Aix-la- Chapelle), brade aussi nos vieilles traditions et penche de plus en plus vers la censure, apanage du totalitarisme.

Ainsi a-t-il déclaré qu’on ne pouvait plus informer anonymement et qu’il allait y veiller. Or l’anonymat est une vieille tradition française, et l’abolir est vouloir  livrer les auteurs à la police de la pensée dans le but évident de les voir lyncher, ou du moins de les faire taire.

http://www.fdesouche.com/1143845-emmanuel-macron-souhaite-une-hygiene-democratique-du-statut-de-linformation-et-une-levee-progressive-de-toute-forme-d’anonymat

Ce sont les Grecs qui ont inventé le pseudonyme, et la démocratie.  L’anonymat, n’en déplaise à Choupinet,  est tout à fait en phase avec une « hygiène de la démocratie », du moment qu’il en respecte les règles.  Choupinet, dont la légitimité est de plus en plus contestée,  peut-il nous dire ce qu’est la démocratie ?… Ses actes ne le démontrent pas.

René Descartes, inventeur de l’esprit cartésien bien français, a publié anonymement le Discours de la méthode, qui décrit son itinéraire vers une pensée libérée, et soumise à la raison, en 1637. Quatre ans après la condamnation de Galilée, il s’agissait d’être prudent. C’est dans la quatrième partie de ce texte que se situe le célébrissime « je pense, donc je suis. » Descartes s’est montré prudent vis à vis du pouvoir jusqu’à déménager en Hollande puis jusqu’en Suède. Plus il en était éloigné géographiquement, mieux il se sentait. Choupinet veut-il, comme sous l’ancien régime, faire migrer toujours plus au nord les Français qui disent la vérité ?

Blaise Pascal a écrit les Provinciales, œuvre majeure de la littérature française, anonymement, de janvier 1656 à mars 1657, pour défendre les jansénistes contre les jésuites. Son pseudonyme était Louis de Montalte. Ces lettres étaient lues en cachette. Les éditeurs étaient clandestins et changeaient même souvent de lieu, travaillant par prudence en une seule fois, de nuit.

Choupinet aurait fait partie de ceux qui traquaient l’auteur inconnu des Provinciales. Descartes et Pascal ont été traqués sans relâche par la police de la pensée.

La réinformation a donc des ancêtre illustres.

René Descartes, 1596-1650

Mais Choupinet, qui nie l’existence de la culture française, n’a sans doute lu ni Descartes, ni Pascal… Pour lui, ils n’existent tout simplement pas.

Même Voltaire, très politiquement correct, très aimé de nos fabricants de pensée toute faite, celui qui n’a jamais dit « je ne suis pas de votre avis mais je me battrai pour que vous puissiez le dire », mais l’a pensé si fort, était le pseudonyme de François Arouet.

Beaucoup d’écrivains connus ont choisi d’écrire sous pseudonyme.

Romain Kacew a reçu deux fois le prix Goncourt : avec « Les Racines du Ciel » en 1956, sous le pseudonyme de Romain Gary. Et, mystification car le prix Goncourt n’est donné qu’une fois, il le reçoit à nouveau en 1975 pour « La vie devant soi » sous le pseudonyme d’Émile Ajar.

Stendhal, George Sand qui n’était pas du tout politiquement correcte, Françoise Sagan, Marguerite Yourcenar, Philippe Sollers, Érik Orsenna, Frédérique Hébrard, tous ces noms sont tous des pseudonymes. Et bien d’autres encore.

George Sand, pseudonyme d’Aurore Dupin

Mais Choupinet ne doit pas être au courant.

Même Lénine était un pseudonyme, celui d’Oulianov. Staline, celui de Djougachvili.

Soljenitsyne, qui a contribué largement à la chute du communisme par sa description du Goulag, n’est pas un pseudonyme mais il a longtemps écrit et publié en cachette. L’Archipel du Goulag a été écrit sur de minuscules feuilles de papier parfois enterrées une à une dans des jardins. Ses écrits sortaient de Russie clandestinement, à l’aide d’amis qui risquaient leur vie, sous formes de microfilms cachés dans des tubes de médicaments ou des boîtes de chocolats.

Le samizdat était une forme d’écrit entièrement clandestin du temps de l’URSS, dans lequel s’exprimait l’opposition. Sans doute Choupinet a-t-il peur de nos samizdats à nous ? Il a raison d’avoir peur. Mais rien ne peut nous arrêter.

Pourquoi choisit-on un pseudonyme ? La plupart du temps pour être plus libre, tout simplement. D’illustres résistants se battaient sous pseudonyme, le Général Leclerc pour commencer, ou le Colonel Rémy. Mais Choupinet n’a pas envie qu’on libère la France.

Beaucoup de contributeurs de Riposte Laïque, pour différentes raisons assez faciles à comprendre, écrivent sous pseudonyme, en toute clandestinité. C’est leur droit le plus strict, c’est leur choix. C’est la garantie, parfois, de la qualité de leurs textes. Pouvoir travailler leurs textes et informer en toute liberté est leur but. C’est un but courageux, ils méritent un vrai coup de chapeau.

Va-t-on les traquer dans leur dernier retranchement pour savoir qui ils sont et d’où ils viennent ? Qu’est-ce que cela apporterait à l’intérêt général ? Strictement rien. Les auteurs de la réinformation se reconnaissent dans leur but commun, qui est de réinformer, de rendre à la France tout son lustre, de lutter contre certaines dérives inadmissibles, comme l’islamisation de la France. Mais ils viennent des horizons les plus variés. Une diversité beaucoup plus valeureuse et productrice que « la diversité » tant chantée par nos flics multiculturels.

Nous voilà devant une vraie police politique, totalitaire. Ne laissons pas faire Choupinet. Il aurait été capable de mettre en prison Descartes, Pascal, Voltaire… Choupinet aurait empêché la libération de la Russie. Comme il empêche celle de la France.

Avoir un pseudonyme est une liberté protégée par la loi, on peut même en application de l’article L711-11 du code la propriété intellectuelle protéger son pseudonyme en le déclarant à l’institut national de la propriété intellectuelle (INPI) :

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F355

Choupinet va-t-il changer la loi ? Va-t-il, d’un claquement de doigt, mettre un flic dans le dos de chaque auteur, chaque contributeur, chaque commentateur de textes, sur toute la réinfosphère  ? Cela serait bien difficile tant ils sont nombreux et motivés, et ont plus d’un tour dans leur sac. Choupinet le voudrait bien. Changeons plutôt Choupinet.

Sophie Durand

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
jeannot

Michel, Jean, Robert, Martine, Julie, Marie, serait-ils des pseudonymes ? Vous allumez la télé, tous les « français » qui apparaissent ont changé de nom : omar, mouloud, siddik, farid, fatima, rachida…. Les français sont de plus en plus rares voire inexistants. Le grand remplacement a déjà eu lieu

Verdammt

Tres beau texte. Choupinet est un pseudo qui lui sera utile quand il rentrera dans la clandestinité. Imaginez sa vie prochaine persécuté par les Gilets Jaunes.
L enfer sur terre pour lui.
Triste fin pour un pitre. Sniff !

llllllllllllllllllll

Très cool cet article, bravo Sophie Durand !
et vive l’anonymat !!

hebe

« Choupinet » est d’ailleurs un pseudo également ;-)

DUFAITREZ

Les sites de ré-information connaissent l’identité des « pseudonymères »
On y vient !
Pourquoi ne pas le leur demander en échange de leur survie ???
La boucle Orwell sera bouclée.

Clamp

Of, de toute façon, l’anonymat ça ne se discute même pas, ce n’est pas pour rien qu’il est inscrit dans le fonctionnement fondamental de la démocratie qui nous fait voter dans un isoloir en utilisant une enveloppe et une urne. C’est un garde-fou contre tout abus du pouvoir ou le risque de pressions plus ou moins locales. A partir du moment où des quantités effroyables de gens sont morts pour leurs opinions depuis que les hommes ont des opinions, il n’y a qu’un dictateur fou pour vouloir mettre fin à une telle mesure de bon sens qui protège les individus du risque inhérent à s’exprimer librement. La suppression de l’anonymat est un parfait corollaire de la suppression de la liberté d’expression, on ne peut pas la réclamer plus explicitement. Quant à Macron, il aura pas choisi tous ses pseud

Lorong

Comment ça? L’Ancien Régime aurait donc été un pur enfer en matière de liberté d’expression? Et moi qui pensait qu’il ne s’agissait là que de propagande au dire des différents sites de la cathosphère, cette branche majeure de la réinformation!

Sophie Durand

@Lorong
Eh oui. Mais l’Eglise catholique a changé par la suite…il n’y a donc pas de propagande.

Adrien

C’est invariablement un résultat permis d’autres, de la dictature douce dans laquelle nous vivons, et qui s’aggrave de jour en jour avec une célérité incroyable. Du jamais vu jusque là….

Il est évident que vouloir supprimer l’anonymat sous le joug du « rien à se reprocher, alors vrai nom » est une escroquerie intellectuelle. Ce gouvernement et Schiappa l’a récemment démontré, cherche à connaitre les dissidents pour les poursuivre inlassablement et les éliminer socialement…

Pistou

L’hygiène c’est de ne pas se faire sodomiser par un marocain.

dominique

ne mélangez pas tout. lorsque votre enfant sera harcelé sur la toile par des lâches qui profitent de l’anonymat pour essayer de le pousser au suicide, vous changerez de ton.

Essayez de ne pas être vous-même dans l’anonymat ! Vous seriez plus crédible même si, ce que vous dites au sujet des enfants est valide!

Adrien

Il ne faudrait pas généraliser les choses à cause de certains délits : si l’ordonnance de 1945 qui protège les mineurs de manière scandaleuse, était révisée on n’en serait pas là. Les mineurs en France, ne craignent rien de la loi. Et c’est pour ça que certains n’hésitez pas à harceler d’autres mineurs….. Si certains ne regardent pas au « cédez le passage », va t-on imposer le « stop » partout ? Non, et c’est la même logique !

Clamp

Dominique, vous dîtes n’importe quoi, lorsqu’un tel délit se produit sur la toile, le site détenteur de l’email est tenu de renseigner la police sous peine de complicité. Le cas que vous évoquez est hors-sujet.

Sophie Durand

@dominique
Hors sujet caractérisé. Pousser au suicide est une infraction.

patphil

« traqués sans relâche par la police de la pensée. »
et alors ces gens là sont lus et relus aujourd’hui encore, tout comme soljenitsine.
ils veulent faire peur en fichant les giletjaunes (notez que j’en fait un nom commun, ce truc qui est repris dans le monde entier par les sans grades qui sont méprisés par leurs zélites) et alors?

Emile

Macron en fait rêve d’être ´´ Big brother ´´
Il a du fantasmer ça en lisant 1984…..
Il faut virer ce fumier au plus vite.

Adrien

Et commment ? Pour ça il faudrait greffer un cerveau aux flics qui le protègent !

Emile

L’hygiène , l’urgence hygiénique, c’est de nous débarrasser au plus vite de cette ordure qui transforme par ses miasmes et par L’infection dont il est porteur la France en un immense tas d’immondices
L’hygiène radicale : virer macron et sa bande
Insurrection !

kabout

j’ai lu aussi qu’un retraité ayant envoyer une lettre au prefet ses doléances et revendications GJ a recu la visite des 2 agents du service départemental du renseignement territorial !! je crayais que la parole été libre…..sommes nous devenu la 2eme Corée du Nord ? je pense que tout ceci va mal finir !!

Spipou

Oui, c’est exact. C’est à Mériel, dans le Val-d’Oise.

patphil

cette info m’a bien fait rire (jaune)

Spipou

« hygiène démocratique du statut de l’information »

Fallait l’inventer, celle-là !