Chrétienne, cela me dérange que Mgr Dubost ne soit pas dérangé de manger halal

Je tiens à remercier vivement les lecteurs qui ont exprimé leur intérêt pour mon dernier texte, dont le but était de dire qu’il ne faut pas mettre islam et christianisme dans le même sac, et qu’athées et croyants (chrétiens ou juifs), ont mieux à faire en ce moment que de se faire la guerre, rendue obsolète par la laïcité. Au contraire, il faut nous unir tous contre le grave danger que représente l’islam.

L’un de ces lecteurs m’a fait parvenir une très intéressante compilation sur la question : les chrétiens peuvent-ils manger du porc ?… Toujours dans l’optique sociologie des religions ou culture générale, ne pouvant pas tout aborder ici des questions posées, parmi les versets qu’il cite il faut retenir surtout celui-ci, qui explique que ce n’est pas la nourriture qui est impure : Matthieu 15, 11 :« comprenez. Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui rend l’homme impur, mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui rend l’homme impur. » Marc 7, 19 est encore plus clair : « tous les aliments sont purs…c’est du dedans du coeur des hommes que proviennent les pensées mauvaises. »  Voilà les chrétiens libérés de prescriptions alimentaires tatillonnes qui leur prenaient du temps et les empêchaient de réfléchir à ce qui est plus important, et les empêchaient de vivre tout simplement. (Et certains lecteurs de RL soutenaient qu’il n’y a  ni réflexion ni raison dans la foi ?…)

Donc les chrétiens peuvent manger du porc. En quoi le porc serait-il beaucoup plus impur que la vache ?…Et le disciple Matthieu de conclure avec humour que de toute façon tout aboutit aux lieux d’aisance…

Mais ce qui différencie aussi l’islam du christianisme, c’est que ce qui compte ce sont les dispositions d’esprit du chrétien et non, comme en islam, qu’il ait physiquement accompli ou non tel acte. C’est pourquoi le christianisme pardonne et l’islam rarement, l’islam  applique sans état d’âme les sanctions prévues, là où le christianisme renonce aux sanctions et insiste plutôt sur la réflexion personnelle . Le « débauché » et la « débauchée » en islam doivent recevoir cent coup de fouet et la sourate 24 verset 2 dit à ce sujet : « n’ayez pas d’indulgence. » Au Pakistan deux ouvriers ont été exécutés parce qu’ils avaient profané un texte du coran en le mettant, horreur, dans une cloison de salle de bains. Or ils ne savaient pas lire… Ce qui est important pour le chrétien, c’est de ne pas manquer à la charité c’est à dire à l’amour de Dieu et du prochain, ce n’est pas de ne pas avoir observé telle ou telle prescription.  Moyennant quoi un chrétien peut mettre des versets de l’Evangile dans sa salle de bain si ça lui chante.

Ceux qui mettent la priorité sur l’observation des prescriptions, ce sont les pharisiens.

Ceux qui insistent sur la prescription du ramadan (ou du carême) en sont donc. Il me semble qu’on peut ne pas jeûner et avoir le coeur pur, et jeûner et avoir l’esprit plein de mauvaises intentions. Jeûner ostensiblement ne démontre absolument rien. C’est juste un moyen, et pour nous Occidentaux,  il doit rester facultatif.

Or le Christ a blâmé sans relâche les pharisiens,  ces hypocrites qui « lient sur les épaules des autres des fardeaux pesants » (Matthieu, 23, 4). Il ne faut pas oublier que la morale est faite pour l’homme, (pour  le christianisme) et non l’homme pour la morale (ça, c’est l’islam).  De plus le chrétien ne doit pas être soupçonneux, ne doit donc pas se mêler de la morale de l’autre, si on en croit Saint Benoît. Mais le musulman est éduqué dans le soupçon : « Croyants, vos épouses, vos enfants sont un ennemi pour vous. »  (Sourate 64, verset 14).

Tout naturellement passons à la question de savoir si les chrétiens peuvent, selon leur religion,  manger du halal.   Le Nouveau Testament dit ceci :

“ nous avons décidé de ne pas vous imposer d’autres charges que celles-ci : vous abstenir des viandes immolées aux idoles…(…)  Vous ferez bien de vous abstenir”. (Ac 15:28-29). La nourriture halal est donc considérée par les textes  comme sacrifiée à   allah,  qui est une sorte d’idole : on peut en manger par politesse mais pas davantage. “Si quelque infidèle vous invite et que vous acceptiez d’y aller, mangez tout ce qu’on vous sert, sans poser de question par motif de conscience. Mais si quelqu’un vous dit : “Ceci a été immolé comme sacrifice”, n’en mangez pas, à cause de celui qui vous a prévenu, et par motif de conscience. “(1 Co 10:25:30) Car en effet il ne faudrait pas que cette personne « qui vous a prévenu » s’imagine avoir affaire à une conversion, s’imagine qu’on croit en allah. Il y a des limites à la politesse : l’une d’elle est de ne pas tomber dans la compromission, la trahison, le déni de soi-même. (Tout cela sans parler du risque sanitaire que représente le halal, risque conte lequel milite RL, ni de l’argent versé, qui alimente le terrorisme.)

Le christianisme me paraît sage et nuancé dans ces deux positions très raisonnables sur le porc et le halal. Naturellement le chrétien reste libre en son âme et conscience de suivre ces indications ou pas. Mais dans la mesure où elles le libèrent d’un joug, je ne vois pas pourquoi il ne le ferait pas.

Que Mgr Dubost puisse déclarer « cela ne me dérange pas du tout de manger halal » https://ripostelaique.com/congres-uoif-islam-en-detresse-recherche-eveques-complaisants.html me dérange, moi, totalement. Il n’est pas en accord avec le Nouveau Testament quand il se permet de dire cela.  La moindre des choses, s’il lui arrive de manger halal, serait de ne pas le proclamer urbi et orbi,  pour ne pas choquer. On trouve dans Matthieu cette phrase (18, 7) : « malheur à celui par qui le scandale arrive. » « Mieux vaudrait avoir une meule de moulin passée au cou et être jeté à la mer que de scandaliser les petits », dit Luc (17, 2).  Encore une image, bien sûr ! Qu’un évêque n’ait pas le discernement nécessaire pour ne pas scandaliser ses ouailles me pose un certain nombre de questions et d’abord celle de savoir si cet évêque est bien à sa place. Usons de la correction fraternelle à son égard et faisons-le lui savoir. C’est moins drastique que de le jeter à la mer.

Il n’appartient pas selon moi à Mgr Dubost de manger halal avec  les musulmans pour les séduire et calmer momentanément leur hargne, mais plutôt de leur dire clairement et fermement ce qui cloche chez eux. Cela ferait du bien à tout le monde. Mais il ne faut pas trop rêver.

Sophie Durand

image_pdf
0
0