Christian Jacob et Gérard Larcher ont la mémoire courte ! 

 

« Destruit tempus quod non exstruxit » : le temps détruit ce qui n’est pas avec lui1. Ce n’est pas franchement une nouveauté mais l’érosion vertigineuse et les divisions internes des Républicains demeurent un passage obligé vers les sources historiques du Rassemblement pour la République (RPR).

En 1999, Jean-Louis Debré déclarait : « le gaullisme a une dimension sociale et il est porteur du message d’une France indépendante et d’une certaine idée de l’État. » Il faut bien reconnaître qu’une telle déclaration publique confortait, déjà, le départ de Charles Pasqua du RPR. Et pour cause ! La campagne Sarkozy-Madelin aux élections européennes de 1999 s’opposait diamétralement aux propos de Jean-Louis-Debré.

Mais à fredonner les mélodies des pains au chocolat ainsi qu’à vouloir dire un principe et faire son contraire au sein de l’UMP et ensuite parmi Les Républicains, inexorablement cela a fini par créer une profonde lassitude auprès de leurs électeurs. La politique des paroles incantatoires et des promesses non tenues a ses limites.

Cependant, il faut bien admettre que déjà à cette époque la déclaration de Jean-Louis Debré au sujet de l’indépendance de la France n’était ni plus ni moins qu’une illusion trompeuse. Ce dernier ne pouvait pas ignorer que depuis le 7 février 1992, l’ensemble des douze États membres de la Communauté économique européenne avaient ratifié le traité de Maastrich.

Appliquant à la lettre la devise de Rabelais « une tête bien pleine dans un corps sain2 » Éric Zemmour se montre particulièrement soucieux de l’avenir des futures générations. Si les élites des Républicains sont devenues perfides et versatiles, a contrario, Éric Zemmour demeure fidèle aux principes de Philippe Séguin. Cela n’en déplaise à Christian Jacob !

Autant rappeler à son bon souvenir les principales phrases du discours de Philippe Séguin à l’Assemblée nationale, le 5 mai 1992 : « C’est en tout cas avec gravité que je viens inviter cette assemblée à opposer l’exception d’irrecevabilité au projet de loi constitutionnelle que le gouvernement nous présente comme préalable à la ratification des accords de Maastricht négociés le 10 décembre 1991 par les chefs d’État et de gouvernement des pays membres des communautés européennes et signés le 7 février dernier.

Mon irrecevabilité se fonde sur le fait que le projet de loi viole, de façon flagrante, le principe en vertu duquel la souveraineté nationale est inaliénable et imprescriptible, ainsi que le principe de la séparation des pouvoirs, en dehors duquel une société doit être considérée comme dépourvue de Constitution.

Il existe en effet, au-dessus même de la charte constitutionnelle, des droits naturels, inaliénables et sacrés, à savoir pour nous les droits de l’homme et du citoyen tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789. Et quand l’article 3 de la Constitution du 4 octobre 1958 rappelle que « La souveraineté nationale appartient au peuple », il ne fait que reconnaître le pacte originel qui est, depuis plus de deux cents ans, le fondement de notre État de droit. Nulle assemblée ne saurait donc accepter de violer délibérément ce pacte fondamental.

… Le fait national s’impose de lui-même sans que personne puisse en décider autrement ; il n’est ni repli ni rejet, il est acte d’adhésion.

… Car la Nation ce n’est pas un clan, ce n’est pas une race, ce n’est pas une tribu. La Nation c’est plus fort encore que l’idée de patrie, plus fort que le patriotisme, ce noble réflexe par lequel on défend sa terre natale, son champ, ses sépultures. Car le sentiment national c’est ce par quoi on devient citoyen, ce par quoi on accède à cette dignité suprême des hommes libres qui s’appelle la citoyenneté !

… Dans cette affaire éminemment politique, le véritable et le seul débat oppose donc, d’un côté, ceux qui tiennent la Nation pour une simple modalité d’organisation sociale désormais dépassée dans une course à la mondialisation qu’ils appellent de leurs vœux et, de l’autre, ceux qui s’en font une tout autre idée. »

Il est évident que les ruades de Christian Jacob et de Gérard Larcher, ex professo Radio Kaboul, à l’encontre d’Éric Zemmour sont essentiellement dérisoires et ridicules. Sans le moindre doute, Christian Jacob et Gérard Larcher, deux notables de la politique française, ne cessent de déshonorer les principes fondateurs du gaullisme.

Henri Ramoneda

Notes :

[1]Cette citation latine peut également se traduire par « Détruit le temps que vous ne remplissez“ ou par ”Le temps détruit ce qu’il n’a pas construit »

[2 ]« Mens sana in corpore sano » est une citation latine de Rabelais extraite de la dixième Satire de Juvénal qui se traduit par : “Un esprit sain dans un corps sain”. Cette citation diffère de celle de Montaigne : « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine ». Les caractéristiques d’une tête bien pleine relèvent d’une éducation traditionnelle, tandis que celles d’une tête bien faite relèvent d’une éducation réflexive. Rabelais préconisait « une tête bien pleine“ tandis que Montaigne ”une tête bien faite ».

image_pdf
0
0

11 Commentaires

  1. les vraies valeurs de larcher sont au nombre de trois : il y a l assiette , la fourchette et le couteau ! il a donc peur du retour des ZHEURESLESPLUSSOMBRES ; celles des rutabagas . mais pas de souci , les muzzs le reconduiraient a son poste s il continue a defendre ses valeurs ! TROP COOL

  2. Les Républicains attendent, avec impatience, que Macron fusionne son parti LAREM avec le Modem pour le nommer « Les Démocrates ». Nul doute qu’un parti islamiste se nommera « Les Républicains Démocrates » Ah ah ah !

    • Certes, mais pour le moment, ce sont eux qui nous bouffent et bouffent aussi à toutes les bonnes gamelles…LRPSLRM sans parler des pôves vers ( euh verts ).

  3. LR, LaREM, c’est du pareil au même. Le social, le social, le social…
    Des gros bourgeois assis sur leurs rentes, et qui ont abandonné le pays, à l’idéologie dominante.
    Le pire dans tout ça, c’est qu’il y a un mépris, du petit peuple, et des privilèges exorbitants, accordés à l’autre peuple.
    Tous les mêmes.

    • LR et larem et tous leurs copains gauchistes sont bien composés de gros bourgeois menteurs, imposteurs, voleurs, qui avec l’aide des merdias, de la justice, de l’EN réussissent à amadouer, à tromper, à ensorceler, comme des enfants, le petit peuple miséreux représenté par certains retraités, les travailleurs, les paysans, les artisans, certains commerçants qui peinent à vivre avec 1200/1500€ mois.

  4. ils ne peuvent quand même pas désavouer leur cher rpr
    tactique zémmourienne si habile
    je ricane

  5. C’est rafraîchissant de lire un article sur Christian Jacob et Gérard Larcher qui se termine par une comparaison entre Rabelais et Montaigne.

    J’aime bien.

  6. M. Eric Zemmour se déclare un ressusciteur du gaullisme à travers le RPR ; pour le soutenir il faudrait qu’il désavoue clairement une partie de ce mouvement, comme Louis Joxe, signataire des accords d’Evian les traites comme Jacques Chaban-Delmas, Irène de Lipkowski, Pierre de Bénouville, Jean Mattéoli, Pierre Sudreau et Simone Veil. en faveur du « oui » au traité de Maastricht et surtout un certain Jacques Chirac qui a persisté et signé «oui» ; tous des traîtres à la France…

    • Feu Pierre Sudreau n’était pas membre du RPR, mais plutôt de l’UDF et termina anti gaulliste et giscardien.

Les commentaires sont fermés.