Christiane Taubira pratique l’esclavagisme aux dépens des interprêtes des tribunaux

Publié le 5 mai 2013 - par - 2 339 vues
Traduire la page en :

Aymeric Caron risque bien de nous en faire un nervous breakdown, car si l’on en croit l’article paru ce jour dans l’Est Républicain qui confirme les dires de Laurent Obertone, les délits commis dans notre pays seraient de plus en plus le fait de délinquants étrangers ou d’origine étrangère.

Mince alors ! Toutes ces tentatives pour planquer la poussière délictueuse sous le tapis médiatique auront donc été vaines.

En effet, on apprend que les tribunaux doivent faire face à un afflux croissant de délinquants ne parlant pas le français, ce qui nécessite donc le recours à des interprètes, notamment roumains et arabes. Tiens donc. Malheureusement, les budgets alloués à la Justice ne suivent pas et ces interprètes sont donc rémunérés avec plusieurs mois de retard, quand ce n’est pas plusieurs années, voire pas du tout.

J’avais appris qu’au tribunal de Bobigny les avocats devaient payer de leur poche les ramettes de papier parce que le tribunal n’avait plus le budget pour cela. A Marseille, il paraît que ce sont les factures d’eau et d’électricité qui ne sont plus réglées. Bref, la logistique judiciaire est à l’image de ses verdicts : désastreuse.

Après leurs nombreuses années d’études, les interprètes sont donc réduits à ce qu’il faut bien appeler de l’esclavage. Corvéables à merci 24h/24 pour toutes les gardes à vue, ils doivent en plus régler de leur poche les différents frais de bouche, de transport et d’hébergement, tout cela sans toucher le moindre centime, ni en remboursement de leurs frais, ni en salaire.

De nombreux courriers de plainte ont été adressés à la Ministre de la Justice, en vain. Mme Taubira ne répond pas, préférant le mépris silencieux à l’explication franche, et surtout ne paraît pas pressée d’agir pour faire cesser cette déplorable et malhonnête situation.

Celle qui réclame constamment vengeance et repentance pour un esclavagisme passé semble avoir beaucoup moins de scrupules à pratiquer elle-même l’esclavagisme moderne.

Allons Christiane, tu n’as pas honte ?! Nous sommes au 21e siècle, l’esclavage aujourd’hui c’est interdit.

Caroline Alamachère

http://www.estrepublicain.fr/meurthe-et-moselle/2013/05/04/le-ras-le-bol-des-traducteurs

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi