Chronique de la résistance à la dictature vaccinale

Chronique d’un après-midi de manifestation anti-passe vaccinal dans la toute nouvelle ère dictatoriale activée par l’équipe Macron/Véran le 15 septembre 2021.

Quel spectacle navrant en ce jour de manifestation du 18/09/21 !

Alors que sur la place publique une soignante désormais suspendue de son métier crie son désarroi et brûle sa blouse de travail, devenue inutile en cette période de chantage mafieux à une injection mortifère perpétuelle, qu’un docteur, adepte de la vérité scientifique, crie à l’injustice imposée par ce gouvernement tyrannique donc illégitime et à la forfaiture des syndicats, bon nombre de nos concitoyens « endormis », biberonnés à BFM TV, sirotent tranquillement une boisson, leur cul vissé sur la chaise des terrasses ensoleillées en ce mois de septembre, encore chaud et clément, sans se douter du déferlement prochain du tsunami économique, social et sanitaire (le vrai celui-ci).

Alors que ce gouvernement, au service de forces sataniques, empêche les médecins de traiter les malades et chassent tous les professionnels du secours et du soin qui refusent de se laisser injecter la potion mortifère, « nos cigales consommatrices », savent-elles seulement que les dirigeants des plus grosses entreprises pharmaceutiques, regroupés au sein d’une confrérie très discrète « le Dolder Club » qui se réunit annuellement pour décider des orientations médicales et médicamenteuses que les dirigeants politiques vont nous imposer servilement (et de manière intéressée), ne travaillent pas dans l’intérêt des populations ?

Ainsi, en juillet 2018, à l’issue d’une réunion non officielle avec le Gouvernement français, deux mesures (en prévision de la « plandémie » actuelle ?) plus que très discutables ont été annoncées par Édouard Philippe :

  • la réduction à 180 jours des Autorisations de mise sur le marché au lieu de 300 jours habituels pour les nouveaux produits. La légèreté de cette décision va clairement à l’encontre de la nécessaire sécurité des médicaments qui devrait prévaloir au nom de la santé de tous !
  • la garantie par l’État de la mise en place d’un système de prix des médicaments permettant une croissance minimale annuelle du chiffre d’affaire, pendant les 3 ans à venir, de 0,5 % à 3 % pour les médicaments dits « innovants ». Ainsi, ces chantres du libéralisme économique, prônant à longueur de journée la fameuse concurrence libre et non faussée et dénigrant sans arrêt le système public à la française, se permettent de s’assurer auprès de l’État d’un bénéfice minimum et, de surcroît, sur le dos des finances publiques (nos impôts). Mais, qui est donc le premier de cordée dans cette affaire ? Les moyens financiers ruissellent-ils du haut vers le bas ou sont-ils tout simplement aspirés du bas vers le haut ?

Référence : « covid19, Enquête sur un VIRUS » de Philippe Aimar, éditions Le Jardin des Livres

Si un effondrement économique, annoncé depuis des années par des économistes n’ayant pas voix au chapitre dans les médias de « grands chemins », semble inéluctable, le choc social et sanitaire pourrait, a minima, être amorti par des décisions économiques et médicales humanistes visant le bien commun et non pas l’enrichissement indécent des intérêts privés d’une caste mondialiste soucieuse de la préservation de ses privilèges et de sa puissance de domination.

La non-viabilité du système économique actuel, essentiellement basé sur une usure généralisée insoutenable qui se heurte à la saturation du marché planétaire, à la concurrence de nations nouvellement plus performantes et non occidentales va entraîner un appauvrissement généralisé de notre société. La caste au pouvoir semble vouloir aggraver les désordres à venir en instaurant un chaos médico-social par l’imposition d’un chantage inique à cette injection génique expérimentale néfaste pour l’intégrité physique et par la mise en place d’une privation des libertés sur fond de politique ségrégationniste brisant ainsi le contrat social.

Qui, pour restaurer la devise de notre nation : Liberté, Égalité, Fraternité et… Souveraineté ?

Philippe Rossi

image_pdf
0
0

8 Commentaires

  1. oui c’est qui moreno ? Mais c’est qui qui l’a embauchée pour un poste où aucun européen n’avait de compétence ? Mais qui ?

  2. Vincent Puceau qui n’a toujours pas compris que entre le pognon et soigner les gens , certaines personnes du corps médical ont choisi .

  3. La nouvelle méthode des dictateur de TV c’est faire venir un médecin ou une infirmière qui ne sont pas vaccinés et les cuisiner comme dans un interrogatoire à 5 personnes pour le démolir en public…. Honte à cette TV au service du dictateur en 40 ils auraient fait Führer….

  4. Rassurez les buveurs des terrasses : Le professeur Perrone leur indique qu’ils devront tous se mettre en quarantaine cet hiver à cause de leur fragilité ……….

  5. Philippe Rossi qui met « Non à la dictature », sur le portail de la maison du lotissement, ça fait tout de suite « Résistant » courageux qui brave la police politique du régime au péril de sa vie.

Les commentaires sont fermés.