Cimetière : le journaleux Le Berre ne dit pas que les 80 personnes étaient muzz

Publié le 23 mai 2020 - par - 12 commentaires - 2 333 vues

Des “mosquétaires” ont bravé l’interdiction des 20 personnes maximum dans un cimetière de Châteauroux ! (photo 1)

Des pèlerins de la religion qui monte en France, sans peur mais pas sans reproche, ont enterré en grand nombre un des leurs dans le carré musulman du cimetière de Cré de Châteauroux.

Sans peur ? Pourquoi auraient-ils eu peur puisqu’ils savent avec raison qu’ils font partie d’une catégorie spéciale de population qui, en France, peut agir impunément, d’autant plus d’ailleurs quand il y a le nombre. Des reproches à leur adresser ? Des verbalisations pour non-respect du confinement ? Surtout pas ! On connaît leur faculté à tout casser à la moindre remarque justifiée qu’ils trouveront injustifiée en hurlant au racisme, discrimination, islamophobie.

Donc ce lundi après-midi 11 mars, bravant avec courage… la pluie et le froid, ils savaient bien que personne n’allait venir leur reprocher de ne pas respecter les règles sanitaires et leur dresser des contraventions. Surtout pas d’émeute au cimetière ! Il y en a assez ailleurs !

Le lendemain, il y a au moins eu un article dans la NR de l’Indre dans lequel le journaliste a bien mentionné qu’on était loin des vingt personnes maximum autorisées par les consignes gouvernementales...

https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/deconfinement-a-chateauroux-foule-au-cimetiere-de-cre-pour-sa-reouverture

Le journaliste Jean-Sébastien Le Berre a bien vu un troupeau mais il a omis d’écrire de quelles ouailles il était composé ! Je pense qu’il n’était pas aveugle pourtant, mais qu’il n’aura pas voulu être dans la dénonciation comme l’avait fait récemment son collègue Emmanuel Bédué qui avait chargé un jeune prêtre catholique qui était dans la rue, seul, une heure après le couvre-feu à Bourges. Mais trêve de reproche, dans le cas présent le journaliste s’est déplacé, a fait un article et a mis une photo, et ce n’est pas à lui de faire la loi au cimetière.

Mais comment faire pour mettre un nom sur cette bande d’abrutis qui n’en avait rien à faire des consignes sanitaires actuelles, alors que depuis 2 mois on nous serinait à tour de bras ce qu’il était interdit de faire sous peine d’amende ? Interdiction que beaucoup de Français respectent, même si ça ne leur plaît pas et peut s’avérer parfois cruellement douloureux à subir.

La personne décédée, d’après les propos recueillis par le journaliste auprès d’un des participants au cortège : C’était quelqu’un de très apprécié par beaucoup de monde et il est important d’accompagner son passage dans l’au-delà par un maximum de prières. Mais pas de nom ! J’ai alors décidé, pour satisfaire ma curiosité féminine, de relire tous les avis d’obsèques parus dans la NR sur la quinzaine de jours passée. Deux constantes : toutes les personnes décédées avaient un patronyme français et toutes avaient été enterrées ou allaient l’être dans la stricte intimitédans le respect des règles actuelles imposées par la condition sanitaire actuelle… etc. Sachant que la parution d’avis d’obsèques n’a rien d’obligatoire, j’ai donc regardé ensuite dans la rubrique état civil, là où l’on trouve le nom de toutes les personnes décédées. Il m’est alors apparu que quelques noms à consonance arabe y figuraient. Il se pouvait donc que la personne enterrée à Cré en grande compagnie fasse partie de la communauté musulmane de Châteauroux. Mais je n’en n’étais pas complètement sûre car il y a une autre communauté dont les noms n’apparaissent pas forcément dans les avis de décès, à savoir celle des gens du voyage dont certains noms de famille me sont devenus familiers depuis quelques années que j’assiste parfois aux séances publiques du tribunal correctionnel de Châteauroux… je n’ai reconnu aucun nom dans la rubrique état civil qui aurait pu me faire pencher dans ce sens… mais je ne connais pas tous les noms, bien sûr, car tous les GDV ne passent quand même pas par la case tribunal. Si j’ai pensé aux GDV, c’est que cette communauté n’hésite pas non plus à braver les interdits et pour le faire à se déplacer en nombre aussi.

Malgré tout, rien ne me permettait d’accuser plus Pierre que Paul ! J’ai donc continué à cogiter… et me suis souvenu que les musulmans n’acceptent pas d’être enterrés parmi les autres qui ne sont à leurs yeux que des mécréants. “Les âmes des croyants doivent reposer ensemble” (sic), ne mélangeons pas les torchons avec les serviettes ! D’où la création en France de carrés musulmans, accordée par les maires qui le souhaitent, ceux-ci ayant le monopole de la gestion des cimetières, mais de par la loi ce n’est pourtant en rien une obligation.

Aurions-nous à Châteauroux un carré musulman dans ce cimetière de Cré ? En cherchant des renseignements sur internet, j’ai appris que ce cimetière était relativement récent puisqu’il date des années 90, mais rien qui puisse permettre d’envisager la présence d’un carré communautariste.

Ne connaissant pas ce cimetière, pour ma première sortie en “déconfinement limité” j’ai donc décidé de me rendre sur place. Pas de signalisation concernant un carré musulman. J’ai alors déambulé dans ce grand cimetière paysager avant de suivre enfin le chemin qui m’a menée à la division 6, bien à part, et réservée aux morts musulmans ! (photo 2). Et là, terre récemment remuée sur des emplacements où apparaissaient les noms de défunts… ceux que j’avais lus à la rubrique état civil !

Malgré tout, je ne pouvais pas encore affirmer que la foule au cimetière de Cré pour sa réouverture était musulmane, même si je connais depuis longtemps déjà le peu d’appétence à respecter la loi pour un nombre de membres beaucoup trop conséquent parmi cette communauté. J’avais lu aussi les propos rassurants d’Anouar Kbibech, ancien président du CFCM : “Les musulmans de France sont partie prenante de la nation. Ils respectent les mêmes consignes du confinement” (sic)…

J’ai donc continué à rechercher sur internet… et j’ai trouvé : (photo 3)

Mawaqit

Salât Janaza sur un de nos frères prévue le lundi 11 mai 14 h 30 au cimetière de Cré de Châteauroux. Dorénavant en raison du…

Françoise Lerat

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
saurer

C’est avec la merde qu’on fait du bon engrais. La terre agricole dévastée par Bayer et Monsanto, aurait besoin d’être régénérée. Or, il est bien connu que l’islam, et les musulmans sont de la merde. Dès lors, il n’est pas interdit d’imaginer l’avenir des musulmans ! ….

poiropardix

Merci Françoise

poiropardix

D’un autre côté il y a de la bonne herbe pour que des sangliers fouissent,ça mangent tout ces cochons là,limaces ,glands ,larves ….

Eric des Monteils

Déjà qu’ils nous pourissent la vie tous les jours, au moins devraient-ils avoir la décence de crever chez eux plutôt que de souiller notre terre sacrée.
Mais ce serait bien sur, trop leur demander.

POLYEUCTE

Et les 600 participants aux “Zobs secs” du Fooooteux Traoré ???

Jacques LEUBA

Au tout début de l’article il y a une petite erreur : on parle du lundi 11 mars en fait il s’agit du 11 mai !

barracuda 58

De quel lundi 11 mars vous parlez en début d’article???

Anton

Le couple Le Berre (Jean-Sébastien et Aziliz) officie depuis quelques années dans ce canard régional (édition de l’Indre) qu’est La Nouelle (“nouvelle”…depuis septembre 1944, après le vol des titres de la presse berrichonne par les “résistants”) République du Centre-Ouest, fondée par la famille de la désormais très “Charlie” Nathalie Saint-Cricq prêchant la bonne parole sur Antenne 2 avec sa sale tête de donneuse. Ces deux journaleux font métier de désinformation et traque sans relâche tout ce qui est patriote, comme de bien entendu suivant la ligne gaucharde obligatoire du quotidien en question que de moins en moins de gens lisent (l’édition du Cher a même été supprimée depuis des années, faute de lecteurs et d’abonnés) mais qui “touchent” pour survivre les subventions de l’Etat.

patphil

carrés musulmans dans des cimetières français !!!
les pauvres seraient contaminés par les cadavres de mécréants ! quelle honte !
les ghettoïser ne serait ce pas du racisme ?

JCML

Sans doute, au cimetière d’Alençon 61000, il y a des tombes musulmanes bien à l’écart au fond. Pour le moment on ne peut dire si l’emplacement est “réservé” mais de visu ça en prend le chemin.

Laurent P

Françoise, on ne fait pas une photo d’un écran pour en capturer l’image (la photo déforme l’image + il apparaît un moirage). Pour capturer une image d’écran on fait une COPIE D’ECRAN. Et c’est très simple : sur tous les claviers il y a une touche… “Copie d’écran”, tout simplement ! Selon les clavier cette touche est marquée “imp. ecran” ou ”prt scr” (print screen) ou “IE” (impression écran). Le mode d’emploi est simplissime. Vous appuyez sur la touche et… il ne se passe RIEN. En fait l’image est copiée dans le presse-papier. Il ne vous reste qu’à ouvrir un logiciel de manipulation d’image et vous faites “coller” (ou Ctrl + V). L’image qui était dans le presse-papier apparaît dans votre logiciel d’images. Vous pouvez alors enregistrer cette image sur votre ordinateur.

G M

Madame,

Contrairement à ce que vous laissez entendre, les maires n’ont pas le droit de créer ou de laisser créer un carré confessionnel, ici musulman, dans un cimetière.

En effet, depuis la loi du 14 novembre 1881 et les articles L 2213-7 et L 2213-9 du code général des collectivités territoriales, les maires ont interdiction de créer des carrés confessionnels et doivent faire procéder aux inhumations « … SANS DISTINCTION DE CULTE NI DE CROYANCE… ET SANS PRESCRIPTIONS PARTICULIÈRES À RAISON DES CROYANCES OU DU CULTE DES DÉFUNTS… » ?

Le problème est que certains maires laissent la communauté musulmane imposer son refus d’être enterré avec les non-musulmans, au nom “des accommodements dits raisonnables ” prônés par l’Etat qui bafoue ainsi la loi et l’identité françaises.

Lire Aussi