Cinq ans après le Bataclan : résilience, un mot insupportable

Publié le 12 novembre 2020 - par - 25 commentaires - 1 139 vues

Il y a cinq ans, une tuerie de masse avait lieu au Bataclan.

Les tueurs étaient des musulmans qui œuvraient à la mise en pratique des paroles de leur prophète : ils massacraient du mécréant.

La réponse de notre pays fut des bougies, des peluches, des fleurs, des « Vous n’aurez pas ma haine» et un mot qui depuis a fait florès : résilience (du latin resilio, rebondir). Macron l’a substitué au mot “résistance” lors de la commémoration de cinquantième anniversaire de la mort du Général de Gaulle, ce 9 novembre.

Son inventeur est un psychanalyste médiatique qui fit partie de la Commission Attali pour la libération de la croissance française (2007-2010) : Boris Cyrulnik.

La résilience est peut-être un concept intelligent et nécessaire quand il s’agit d’individus dont la vie a été fracassée et qui ne se contentent pas de survivre après ce chaos intime, mais veulent se redresser et vivre. Par contre, appliqué à la société française, au peuple français subissant les assauts des assassins islamiques et celui du virus chinois, il prend un tout autre sens.

Il est, non une qualité morale, mais synonyme de lâcheté, d’aveuglement, de refus de voir le réel et de le dire. C’est le baume lexical des êtres qui préfèrent se croire mentalement costauds mais qui savent au fond d’eux-mêmes qu’ils ne sont que des larves en panique.

Il est utilisé pour faire le procès de ceux qui désirent réagir face aux périls. Il permet de les traiter de complotistes, de “déplorables”, de fachos, de racistes, d’islamophobes…

L’État adore l’employer pour masquer son incapacité à protéger les citoyens. La résilience est une supercherie pour éviter les questions dangereuses sur les carences des politiques, leur impéritie ou leur volonté de transformer notre monde, d’assurer notre sécurité face à l’islam conquérant et à la pandémie.

Il dit le manque de courage.

Il est une excuse pour ne pas bouger, rester tranquille après chaque attentat, ne pas s’offusquer de la disparition de nos libertés fondamentales.

Il oblitère le désir de venger la mort des siens sous les balles des serviteurs zélés d’Allah, de se lever comme Patrick Jardin pour la mémoire de sa fille tombée au Bataclan, de réagir quand on reçoit une amende pour s’être aventuré à plus d’un kilomètre de chez soi ou s’être glissé dans un salon de coiffure par l’arrière-boutique pour une coupe.

Il n’est pas un rebondissement de l’âme, mais son aplatissement.

Il tue l’esprit.

Christophe Boutin sur le site Atlantico : « Mais on ne peut limiter une politique publique au fait de se féliciter du fait que, catastrophe après catastrophe, notre nation trouve ces ressources insoupçonnées pour remonter la pente. Imaginons un état-major qui, défaite après défaite, se féliciterait seulement de ce que, courageusement, les débris des bataillons décimés acceptent à nouveau de former les rangs, et qui, incapable de comprendre ses échecs, les engagerait dans un nouveau piège pour connaître un nouveau désastre. Or celui qui ne tire pas les leçons de ce qui a conduit à l’abîme, celui qui n’en nomme pas les causes, s’expose à en reproduire indéfiniment, à quelques variantes près, les mêmes effets. Et qu’il ait ensuite l’audace, un sourire ému aux lèvres et la larme à l’œil, de se féliciter de ce qu’une nouvelle fois la nation résiliente vienne corriger ses erreurs peut sembler un peu fort de café. »

Erreur. Le gouvernement et le Conseil de défense se félicitent de réussir à soumettre le peuple français, à annihiler toute rébellion grâce à l’utilisation de la résilience.

Les médias et le gouvernement (on ne sait plus qui est inféodé à qui) insufflent aux Français ce charme de la démission face aux événements tout en se croyant admirable.

C’est une perversité qui lui permet de combattre toute velléité de vengeance envers l’islam, ses imams hurleurs de mort, ses mosquées nids de haine, ses combattants qui massacrent à la kalachnikov, qui décapitent, qui poignardent, qui fauchent les piétons… Une perversité qui aide les responsables à échapper à la colère de ceux qui perçoivent la gestion lamentable – ou sciemment criminelle – face au fléau viral venu de Wuhan.

Résilience est un mot à bannir de notre vocabulaire.

Marcus Graven

Vous pouvez retrouver tous mes articles sur

https://marcus.tvs24.ru

 

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
joseph d arimathie

LA RESILIENCE , C EST DE LEUR FOUTRE AU CUL comme le disait COLUCHE avec un zeste de vulgarite mais une tonne de realisme …..

Jacques Barrio

Vous avez raison Marcus Graven. “Résilience” est un mot à bannir. C’est un mot honteux qui sert en fait à cacher la lâcheté et la peur.

Il justifie, sous son apparence d’attitude courageuse, une couardise consistant à ne rien faire.

Les Français devraient au contraire résister –quoique rester sur la défensive tout en “résistant” n’est pas suffisant non plus.

La bonne réponse serait de contre-attaquer avec force et détermination,, portée par un sentiment de vengeance, et de la conviction qu’une telle réponse est juste et nécessaire. Ceci est autorisé par le concept de “Guerre Juste”,de l’Eglise depuis les Croisades ( Saint Bernard ) et même peut-etre avant.

Nous sommes en guerre contre l’Islam conquérant. Nous devons gagner cette guerre dont dépend notre survie.

Pierre Malak

Bataclan et aux autres victimes du terrorisme musulman.

Seules les victime ont le droit inaliénable de pardonner… Or, presque toutes – leur immense majorité – sont mortes sous les sales coups des musulmans ; les bons musulmans selon leur infect coran.

Ainsi, le pardon est impossible. Définitivement impossible.

Patapon

Résilience ou…résignation?Les deux Termes sont également abjectes.RESISTANCE,voilà le mot qui convient.

zéphyrin

non laissez cerulnik où il est.
la résilience ou “non fragilité” (des métaux par exemple) était connue bien avant la naissance du gars boris. Il a redécouvert ça dans ses lectures…l’a ressorti tout chaud.
non l’essentiel c’est comment réagir à l’horreur enkystée qui gangrène notre territoire.
les bougies, les fleurs, l’abandon de la souffrance par le pardon, l’amour de l’assassin ?

Joël

Je proposerai plutôt une “résiliation” de contrat en 2022.

Marnie

L’emploi du mot résilience est dénaturé par nos politiques. Ils ne veulent pas assumer leur devoir de protection de notre pays en prenant les mesures nécessaires. En fait ils nous imposent d’accepter d’être égorgés et même d’être décapités. C’est certain ils ont du sang sur les mains.

nitiobriges

marnie,j’ai vu ce qui s’est passé en ex yougoslavie génocide des serbes sur leur terre avec l’aval des pourritures des pays otanesques et de leurs soutien us,je vois maintenant ce qu’il se passe en ukraine,avec la salope poutine.l’annexion de la crimée, le donbas.au lieu de me traiter de troll, allez y,on en reparle,mais un conseil.armer vous, j’entends ce qui se passe en arménie.génocide de la race caucasienne.la france est un kosovo bis-répétitas.massacre des populations chrétiennes sur leur terre, par l’infiltration musulmane accomplie vu leur importance sur l’Europe de l’ouest.voulue et amplifiée par des traitres corrompus de nos soi-disante démocratie,assistée par leurs esclaves de citoyens amorphes repus et notamment de la france terre d’écueil de la religion de pets et d’amour.

Fleur de Lys

13/11/15 Un hommage aux victimes . (vidéo)

Bataclan écrit en lettres de sang, NI OUBLI, NI PARDON, JAMAIS.

http://by-jipp.blogspot.com/2020/11/131115-un-hommage-aux-victimes.html

didile

La résilience c’est le moment où on revient à la vie quand les tourments ont cessé depuis un certain temps déjà .
Cela ne peut pas avoir lieu quand ils continuent .
On oubliera les attentats quand ils auront cessé depuis un ou deux siècles .

Patapon

Le “vouloir vivre”ou le “vouloir mourir “,telle est l’alternative,tout le reste n’est que cuissage de mouches.

Emile 2

L’utilisation de ces mots , c’est la novlangue
Ça vous dit quelque chose , n’est ce pas ….
Comme le télécran …..
Big brothers …..
On y est …. chez Orwell

Antimonstres

Les moules de bouchots, les huîtres collées à leur rocher, les limaces à l’aise dans leur flaque, nous donnent un bon exemple de la “résilience” à laquelle nous devons parvenir.

Ice Crime

Moi aussi je déteste ce mot qu’on n’entend que dans la bouche des journaputes, des traîtres et des cons… ce qui veut tout dire !

levengeur

Boris Cyrulnik n’est pas considéré comme un bon psychiatre mais comme un psychanalyste avec tout le côté escroc qui l’accompagne irrémédiablement

Le Blob

@levengeur

Cyrulnik a le même ADN que Attali, BHL, et compagnie. On peut citer Cymes et beaucoup d’autres encore, majoritaires dans les médias, infiltrés dans toutes les institutions etc… Il faut se débarasser d’eux sans oublier leurs frères muzs, les hyponégroïdiens, bref, toutes ces races de boue.

Antimonstres

+++

Emile 2

Affirmatif
Nettoyons les écuries d’Augias

Marnie

Cela devient urgent.

Miryna

Et vous le blob et cons pagnie c’est sûr vous partagez le même ADN devinez lequel ? Celui de la débilité des idiots utiles de l’islam.

Le Blob

@Miryna

Quelle pauvreté de vocabulaire. C’est la dernière fois que je répond à votre disque rayé. Lisez les commentaires au sujet de mon post. Constatez que vous êtes minoritaire, dans tous les sens du mot, et faites votre alya tant qu’il en est temps.

Le Blob

Petite précision Miryna: JE NE SUIS PAS VOTRE FRÈRE MUZZ…

nitiobriges

maryna,continué à baisser votre pantalon, mais pas trop, car on va tous vomir.
.n’oubliez pas. écarté vos cuisses et tendez votre cou.

Prober

@Le Blob, bien vrai au sujet d’Attali et de toute cette racaille, car pour moi ils méritent bien ce qualificatif….Mais pour nettoyer les plateaux télé de ces intempestifs, aidés de leurs médias complices, c’est pas gagné..

Antimonstres

Pour ma part et en ce qui me concerne (comme disait Giscard), je ne con-sidère pas ce Meussieu !

Lire Aussi