Cinq ans et déjà voilée, quel avenir notre République peut-elle offrir à cette petite fille ?

Décidément, je ne m’y ferai jamais. En juillet dernier  dans un des grands hyper marchés de ma ville j’avais frémi d’indignation quand j’avais dû me faufiler parmi la trentaine de femmes salafistes qui, comme moi, étaient venues profiter des soldes…. Presque honteuse j’avais rapidement fait mes achats dans cette atmosphère moyen-orientale intégriste, choquée au fond de moi de ce que je voyais de ce que l’on m’obligeait à voir !

Mes soldes à la sauce salafiste ! | Riposte Laique

Ce matin, dans ce même hyper-marché, c’est un autre choc ! Devant moi un couple salafiste avance accompagné de  deux jeunes enfants. L’homme habillé de manière tout à fait moderne arbore une belle barbe la jeune femme porte un long tchador noir et attend son troisième enfant, elle est très jeune et a de beaux  yeux verts brillants. Mes yeux sont attirés par la  fillette quel âge a-t-elle ? Quatre ou cinq ans et déjà un petit voile (hidjab) gris lui couvre les cheveux et descend plus bas que les épaules lui donnant un air de petite vieille triste…. Pourquoi, mais quelle nouvelle folie anime cette maman et ce papa ? Vais-je passer honteuse comme d’habitude, continuer de baisser la tête en contenant mon indignation ? Non aujourd’hui je vais tenter de comprendre pourquoi en France dans notre République une petite française se retrouve si petite avec un voile ? Le mari et les enfants ont pris un peu d’avance,  souriante j’aborde la jeune femme.
Madame est-ce que je peux me permettre de vous demander quel âge a votre petite fille?
-Elle a cinq ans
-Cinq ans et elle porte déjà le voile ?
-Elle le porte si elle veut, quelquefois elle veut faire comme moi, et quelquefois elle ne veut pas le porter, je ne la force pas.
-Est-ce que vous vous rendez compte à quel point votre tenue, et le fait que votre jeune enfant porte le voile, peut choquer  ?
-Mais je ne fais rien de mal, avec la laïcité on peut faire ce que l’on veut, s’habiller comme on veut…Le grand mot est lâché avec la laïcité on peut faire ce que l’on veut !
J’essaie ensuite d’argumenter sur le fait que la religion doit rester du domaine de la vie privée et non de l’exhibition prosélyte. J’insiste : « est-il vraiment nécessaire que vous portiez ces tenues  est-il vraiment nécessaire que votre petite fille de 5 ans vive déjà voilée ? » La réponse est exprimée clairement avec conviction : Notre religion est très importante  c’est un devoir de porter le voile et nous nous devons de transmettre notre religion à nos enfants très jeunes. Nous ne cherchons pas à choquer. En quoi ma tenue vous choque-t-elle ?
-Mais je suis choquée car je vis en France et que lorsque je vous vois vous et votre petite fille voilée, je  crois vivre en Arabie Saoudite.
Comprendra-t-elle quand je lui explique que ce prosélytisme excessif nuit à sa religion et crée une tension au sein de la société française ? Je précise que je préfère lui parler pour lui dire ce que bien des gens pensent tout bas mais n’osent pas dire. Elle admet : Oui, les gens ne me parlent  jamais ! Et elle ajoute : Avant je ne m’habillais pas comme cela, je n’étais pas  comme cela, mais j’ai changé,  j’ai rencontré Dieu…
Nous discutons ensuite sur cette affirmation maintes fois répétée : c’est une obligation pour les musulmanes de porter le voile ( en l’occurrence c’est un long tchador)…. Et bien sûr sa petite fille aussi le portera !
L’entretien se termine dans la cordialité mais je ne peux m’empêcher de réfléchir à l’ avenir qui attend cette enfant de cinq ans déjà sous le voile ? Quelle éducation va-t-elle recevoir dans cette famille ? Quelles contraintes quelles implications ce voile peut-il signifier pour cette  fillette ? Petite femme déjà tentatrice au corps impur, au corps honteux  devant déjà se préparer à se consacrer à Dieu? Sera-t-elle privée de loisirs, interdite de piscine, de sports car dans le Coran……Sera-telle mariée de force à quinze ans ? Toutes ces questions me taraudent alors que je m’éloigne, elles ne cesseront d’occuper ma pensée  toute la journée.
J’aimerais pouvoir m’ouvrir de cela à mes ami ( e )s militant(e)s socialistes qui insistent pour que je participe aux primaires… J’aimerais aller joyeusement mettre un bulletin pour désigner un( e) candidat(e) que le sort de cette petite fille de cinq ans voilée préoccuperait, que la poussée intégriste dans notre pays pourrait inquiéter, mais je n’irai pas car cette personne n’existe pas !
Chantal Crabère

image_pdf
0
0