Citoyens députés, organisez des référendums sur le voile, la burqa, les mosquées…

Publié le 28 décembre 2009 - par
Share

Citoyennes et Citoyens du journal en ligne « Riposte Laïque »

Vous nous avez proposé dans un numéro précédent, numéro qui était largement consacré à la mission parlementaire sur la burqa plus couramment désignée « mission Gérin » de faire, nous aussi Citoyens ou Citoyennes lecteurs de RL, l’effort de bien vouloir nous prendre en main et d’apporter des propositions.

Tel est donc le but de mon courrier tant il m’apparait comme évident, après avoir visionner de nombreuses vidéos mises en ligne par le site de l’Assemblée Nationale, qu’il semble que nos représentants n’aient rien à nous proposer à part, peut-être, de nous montrer (ou de nous faire croire, ce qui revient au même) qu’il faut absolument se mettre à réfléchir au sujet d’une réflexion prochaine qui aurait pour but d’aboutir à une synthèse constructive énonçant des décisions possibles pour essayer de mettre en place des actions. Bla bla bla bla.

Bref, ils ne savent plus que faire, le jeu est désorganisé, c’est le désordre. Alors, comme on dit au rugby : la mission botte en touche (çà permet de se dégager sans assumer la responsabilité d’une relance, relance toujours courageuse, mais également toujours hasardeuse, en pratique, çà revient à rendre le ballon à l’adversaire parce qu’on ne sait pas quoi en faire…). Ainsi donc, suite au « visionnage » des auditions, je me suis aperçu de la gêne éprouvée par les parlementaires de la Mission. Pourquoi cette gêne ? Sentiment de culpabilité ? De crainte ? Les deux ? Il appartient à leurs consciences d’y répondre….Peu importe. Le résultat est là et c’est donc à nous de faire des propositions qui seront peut-être l’objet d’un nouveau débat à l’assemblée un jour prochain.

Ainsi, le match est engagé entre le « Mission Gérin Club » et le « Riposte Laïque Lecteurs Racing ». L’enjeu : obliger les parlementaires à prendre leurs responsabilités et donc à produire du jeu (en langage rugby, çà veut dire prendre des décisions et agir).

Le RLLR joue la touche (parce que c’est le MGC qui a botté en touche) récupère la gonfle (le ballon), les lignes arrières du RLLR sont sollicitées et relancent pour atteindre les 22 du MGC et forcer ses joueurs à prendre leurs responsabilités sous peine de se prendre un essai et de se faire humilier par des amateurs. (Tiens, j’entends un avisé supporter du MGC qui commente : « il faut dire que les joueurs du MGC sont abandonnés par leur entraineur qui ne s’occupe que de basse politique, de paillettes, d’objectifs de résultats bidons et de « com » tout en négligeant royalement ce qui se passe sur le terrain ce qui ne facilitent pas la tache des joueurs, certains « joueurs cadres » du MGC seraient même en discussion avec le RLLR dans le but d’y jouer la saison prochaine des fois que le RLLR, eu égard à ses bons résultats rejoindraient l’élite des professionnels » Sur ces pertinents propos, je luis réponds : « Ce n’est pas demain que le RLLR passera pro ! Ils n’ont pas assez d’argent pour çà (achetez « les dessous du voile » ! pour les autocollants, c’est trop tard, les supporters ont tout acheté, mais vous pouvez quand même les imprimer chez vous.). En tout cas, pour la prochaine saison, c’est raté ! … » fermons la parenthèse.).

Trêve de plaisanteries.

Citoyens députés, j’ai une proposition pour vous : organisez des référendums ! Avec des questions claires et décisives comme : « Françaises, Français, êtes-vous pour ou contre le port du voile islamique en France ? », « Françaises, Français, êtes-vous pour ou contre l’érection de minarets en France? », « Françaises, Français, êtes-vous pour ou contre l’interdiction des signes religieux dans la sphère publique ? » etc…

Mais, qu’est-ce que j’apprends ? Le 03/12/2009, là : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/12/03/01016-20091203ARTFIG00023-minarets-la-mission-burqa-opposee-a-un-referendum-.php « Minarets : la mission burqa opposée à un référendum ». Donc, ma proposition est déjà rejetée. C’est vrai que les référendums c’est fait seulement pour les peuples qui votent comme on leur dit de voter….

Et voilà ce qui devait arriver arriva, à peine le RLLR venait à se retrouver dans les 22 du MGC que les lignes avants du MGC avaient déjà organiser leur défense (ce n’est pas pour rien que c’est des pros!), et repoussent logiquement l’attaque du RLLR. Tout est à refaire.

Francis Régnier

PS : Citoyennes, Citoyens, vous l’avez compris, j’adore le rugby et, pour finir ce courrier, je vous fais part de cet hommage rendu par Daniel Herrero dans son livre : le « dictionnaire amoureux du rugby » p 233 et 234, Il a pour titre : « Fusillé ».

Hommage :

Fusillé

Charles Brochard, né en 1916 à Lons-le-Saulnier, résistant, fut l’un des chaînons de la « filière évasion » dans sa région, ce qui lui valut d’être arrêté le 29 novembre 1943 à Besançon. Transféré à Bordeaux, il fut jugé et condamné à mort par le tribunal militaire allemand. Interné au fort du Hâ, il fut torturé avant d’être fusillé le 25 janvier 1944.
Ceci est sa dernière lettre :

« Mon cher Robert,

Ce sera ma première lettre de l’année 1944 et la dernière de ma vie. J’ai été condamné à mort avec seize autres types par les Allemands le 20/1/1944, et depuis ce jour-là j’attends d’être fusillé.

Tu sais cher Robert, j’ai du courage et ce n’est pas la mort qui me fait peur, c’est de penser à ma pauvre mère qui aura une grande peine, car elle n’aura pas eu de chance dans sa vie. Mon père et mes deux frères tués par la guerre, et moi qui vais les rejoindre ; la malchance s’était abattue dans ma famille…

Je regrette une chose, c’est de ne pas voir la fin de la guerre, tous ceux du rugby… Promets-moi, si un jour j’ai une tombe, de demander aux copains de m’offrir une belle couronne de roses blanches avec le ruban du Rugby Club Franc-Comtois.

Adieu mon vieux, je te souhaite ainsi qu’à tous les copains une vie belle et heureuse, et que notre sacrifice aura enfin servi à quelque chose de propre pour la France et surtout, dis-toi bien que devant le peloton d’éxecution, je me tiendrai aussi bien que sur un terrain de rugby.

Ton copain,

Charlot. »

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.