L’islam ne mérite pas d’être qualifié de civilisation, mais de perversion macabre

Publié le 5 mai 2016 - par - 15 commentaires

Islamislamisme

Dans les écoles musulmanes, on enseigne une matière intitulée « Civilisation islamique ». Souvent, c’est un imam qui enseigne cette matière dont le contenu se focalise autour de la biographie des gens de la sunna pour dire : Un tel a rapporté d’un tel, la charia nous interdit ou nous ordonne de faire telle chose en raison d’une sagesse divine, etc.

Ce lavage de cerveau islamique, camouflé sous une appellation civilisationnelle, est étranger à la civilisation.

Ali Hassan, un intellectuel né dans l’islam, décrit sur son blog le 2 mai 2013 son écœurement de l’imam qui lui enseignait cette matière et se moquait de son intelligence et de la faculté de raisonnement des élèves. Ainsi se trouvait-il forcé de douter de l’islam, de n’y voir que des vantardises, des traditions juives, persanes, ramassées par les bédouins dans leur voisinage.

Ali Hassan eut la chance de suivre ultérieurement ses études chez les mécréants en Occident et de vérifier les traces de la civilisation islamique. Il constate que les pyramides sont toujours témoins de la civilisation pharaonique, disparue il y a déjà plus de vingt siècles. Les vestiges des Romains, des Grecs, des Chinois, des Mayas… sont séculaires. Mais une question le taraudait en permanence : Où sont donc les vestiges de cette prétendue civilisation islamique ?

Un musulman chauvin lui répond : Ne voyez-vous pas la mosquée des Omeyyades à Damas ! C’est une preuve de notre civilisation. Or, notre chercheur, aguerri par l’esprit critique des mécréants, fouine dans l’histoire et constate que cette mosquée n’était qu’une église chrétienne byzantine que les musulmans ont occupée et transformée en un lieu de culte pour eux.

L’histoire lui révèle aussi que les civilisations anciennes laissent des traces dans les lieux de leur naissance ou dans un endroit proche. Il va alors à la Mecque, berceau de l’islam, à la recherche des traces de la civilisation islamique. Il n’y trouve que la pierre noire et le cube (al-kaaba) qui la protège. Stupéfait, il s’interroge : Est-ce qu’un tel cube argileux constitue une marque de civilisation ? A-t-on oublié que les créatures humaines à l’époque calcaire avaient des traces beaucoup plus avancées, plus solides, plus significatives ?

Puis, un autre musulman lui parle du palais d’Al-Hamra en Espagne. Or, Ali Hassan découvre que tous les vestiges qu’on trouve en Espagne ne sont que des édifices espagnols imprégnés de la culture des Maures, c’est-à-dire celle des habitants de l’Afrique du Nord, les Amazighs, et d’autres minorités qui n’avaient initialement aucun lien avec l’islam. Tout ce que les Musulmans y ont fait, c’est qu’ils se sont imposés violemment comme des hôtes indésirables (non grata) durant plusieurs siècles avant leur expulsion par les autochtones. Et si ces derniers n’avaient pas agi de cette manière, Marbella ressemblerait aujourd’hui à Qandahar, Mallorca à Waziristân, Barcelona à Mogadiscio.

Ses recherches lui confirment que les civilisations authentiques sont liées à des cultures, des régions ou des races ethniques. La civilisation des Mayas est liée à l’Amérique du sud, celle des pharaons à l’Égypte. Il est fort probable que ces civilisations aient connu des croyances religieuses, mais elles ne sont jamais associées à une religion, puisque la civilisation est un pur produit humain. Pourquoi donc l’islam cherche-t-il à se singulariser en s’attribuant par la force une civilisation utopique et pourquoi les musulmans en parlent-ils comme s’il s’agissait d’un postulat intouchable ou d’une vérité absolue ?

Peu à peu, notre chercheur décortique les mensonges du système éducatif islamique. Il trouve qu’il est aberrant que les musulmans s’attribuent l’invention du zéro (Sifr). Ce n’est pas seulement un mensonge, mais une impudence, un plagiat intellectuel gravissime. L’histoire révèle, en effet, que ce sont les indiens qui ont effectivement inventé le zéro et que les chiffres dits arabes sont, à l’origine, des chiffres indiens. Par contre, les arabo-musulmans, par stupidité et ignorance, les appellent chiffres anglais. Est-ce une affaire de hasard ou de coïncidence ?

L’autre grand mensonge, qui représente une demi-vérité, accorde un certain crédit aux musulmans qui constituaient alors la puissance militaire. Ils ont fait croire au monde entier qu’ils avaient traduit les œuvres philosophiques grecques, et que, sans cette contribution remarquable, toutes les sources de la civilisation européenne auraient disparues. En effet, la vérité doit être élucidée. Ces traductions eurent effectivement lieu dans des régions soumises à la domination musulmane, notamment en Mésopotamie. Or, ceux qui ont entrepris ces traductions n’étaient pas des musulmans mais des chrétiens assyriens qui disposaient déjà de grands centres de culture. Le calife au pouvoir à Bagdad ne les a jamais empêchés de poursuivre leur travail, bien que le recours à la logique et à la philosophie soit considéré en islam comme un procédé athéiste ou manichéen. Et celui qui s’en servait était accusé d’immoral, de libertin, et condamné à mort. Cependant, le calife qui menait lui aussi une vie immorale, autorisait ces libertins à traduire les œuvres des mécréants. La preuve : Est-ce qu’on autorise aujourd’hui l’enseignement d’Aristote ou de Platon dans les universités arabo-musulmanes ?

L’islam ne mérite pas d’être qualifié de civilisation, mais de perversion macabre, puisqu’il incarne une culture destructrice. Les musulmans n’ont jamais occupé un pays sans détruire sa civilisation, prétextant que ses vestiges symbolisent l’associationnisme qui insulte Allah. Il faut s’en débarrasser. Ibn Khaldoun ne disait-il pas : « Là où l’islam passe, la civilisation trépasse ? »

En revanche, la seule raison qui a empêché les musulmans de détruire les pyramides en Egypte, c’est qu’ils ne possédaient pas encore les armes adéquates pour le faire. Par contre, les statues gigantesques de Bouddha en Afghanistan et dont la sculpture remonte à plus de 2500 ans, n’ont pas échappé à leur barbarie. Ils les ont explosées devant les caméras du monde entier au cri d’Allah akbar.

Si on exhume d’autres documents historiques, on découvre que les musulmans ont transformé 3000 temples hindous en mosquées, et provoqué une agression toujours perceptible entre eux et les hindous. Avant l’islam, les Hindous vivaient en paix et harmonie. L’islam les a divisés en deux groupes, en deux Etats, l’Inde ou la plus grande démocratie au monde, et le Pakistan, le plus grand nid du terrorisme islamique.

Au plan médical, les musulmans se vantent que la médecine s’est développée sous le règne de l’Etat abbasside. Certains d’entre eux prétendent que les Européens allaient même se faire soigner à Bagdad, comme les musulmans se rendent aujourd’hui à Baden Baden ou à Vichy.

En effet, l’Etat abbasside représentait l’âge d’or des Arabes, pas à cause de l’islam, mais en raison de son éloignement de l’islam. Tout ce qu’il y avait comme islam à cette époque-là, était seulement le nom. En pratique, il n’y avait rien de l’islam. Les rues de Bagdad étaient envahies de tavernes de vin et de lupanars ouverts nuit et jour, tandis que le calife se trouvait très souvent ivre dans son harem. En revanche, ce dernier eut le mérite d’autoriser en Mésopotamie les libertins indigènes ou venus de l’Asie centrale, à décortiquer le corps humain loin de toutes les tartufferies de Mahomet et de ses prescriptions médicales : l’aile de la mouche, l’urine des chameaux, les ventouses. Bref, le calife libertin de Bagdad a laissé les esprits intelligents de son temps continuer à travailler, à chercher, à découvrir, à inventer. Le résultat fut la prospérité intellectuelle et scientifique. Mais l’islam n’avait exercé aucun effet sur cette action ni impulsé son dynamisme. La raison de la prospérité était bel et bien l’absence de l’islam.

Quant à ceux qui pratiquaient la médecine en ce temps-là, ils n’étaient pas des musulmans arabes, mais des chrétiens assyriens. On avait islamisé certains d’entre eux par le recours au chantage mafieux de la « jizya », recommandé par Allah, ce dieu effroyable qui rançonne ses créatures et les force à croire en lui ! Lui, le prétendu clément et miséricordieux, use d’un stratagème infernal. Sa religion est comme la peste. Elle n’apporte que nuisance, destruction, et problèmes là où elle s’installe.

La fourberie des musulmans va encore plus loin. Ils se glorifient d’avoir eu des savants arabo-musulmans, tels Al-Razi, Avicenne, al-Ghazali, al-Farabi, al-Khawarizmi, alors qu’en réalité, les trois premiers étaient persans, le quatrième kazak, et le cinquième ouzbek. Ils les présentent comme s’ils étaient les cousins germains ou les petits enfants de Mahomet.

Chaque fois que les musulmans envahissent un pays, ils procèdent à  deux actions : ils détruisent ou islamisent la civilisation indigène. Ils appliquent ce procédé même aux êtres humains. Ainsi arabisent-ils, par exemple, l’assyrien Barhebreus en Ibn al-Ibri, ou l’arménien Jacob Attarian en Yaacoub Ibn Abi Attar al-Baghdadi, etc. Ce dernier était médecin comme son père et son grand-père avant l’invasion de l’islam. Les musulmans islamisent par la force son nom et le considèrent comme médecin né musulman ayant pratiqué sa profession comme ses ancêtres.

Ce même procédé de truquage s’applique même aux savants religieux, comme Al-Bukhari, un Ouzbek, ou Abou Abd el-Rahman, un Albanais.

Malek Sibali

 

Bref, ces savants n’ont pas brillé à cause de l’islam, mais à cause de l’esprit de recherche acquis dans leur culture originale indo-persane. Tout ce que le calife faisait à Bagdad, c’est qu’il s’abstenait de les embêter. Il a même facilité la tâche de ceux qui composaient des poèmes laudateurs à son encontre.

Celui qui veut détecter les véritables vestiges de ce qu’on appelle de façon mensongère la civilisation musulmane, il les trouve uniquement dans le coran. Tout ce qui est en dehors de ce livre est casuel. Il se réfère souvent à d’autres civilisations qui existaient avant que les musulmans envahissent leurs lieux géographiques, y détruisent ce qu’il y avait et effacent l’identité des habitants indigènes.

L’observation du coran permet à l’esprit lucide de constater qu’il s’agit d’un texte façonné par l’assonance des devins. Il rumine dans sa partie mecquoise les récits des anciens, – juifs et chrétiens -, et incite, dans sa partie médinoise, les musulmans à les maudire, à les combattre, à les anéantir. Dans ce qui en reste, on ne trouve que des louanges en faveur de Mahomet qui a mis Allah à son service.

Voilà ce qu’est la prétendue civilisation islamique !

Quel triste avenir attend notre belle Europe soumise à l’islamisation par nos islamo-collabos !

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Parmentier

Voir l’article (Canada) :

Procès pour terrorisme: «l’islamophobie» n’est pas une raison pour cacher la preuve au public

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/proces/201605/06/01-4978732-proces-pour-terrorisme-lislamophobie-nest-pas-une-raison-pour-cacher-la-preuve-au-public.php

Au Cap, en Afrique du Sud, on inculque aux jeunes musulmans d’une madrassa, qu’Abraham a construit la kaaba. L’islam ose tout.
Afrique du Sud : Le Cap – Échappées belles:
https://www.youtube.com/watch?v=RsudI8Wp1WQ
( voir à partir de 17 minutes )

Ulkar.1

Edifiant article !
Il faudrait d’urgence en faire profiter Mr Ghaleb Bencheikh qui tente désespérément de “sublimer” Mahomet et le coran. J’ai beaucoup de compassion pour ce fin lettré car ce doit être infiniment douloureux pour lui d’avoir à reconnaître le “vide” abyssal qui lui sert de socle psychique.
Il doit être dans la névrose permanente autant que le déni.

Ulkar.1

Très bel et édifiant article, à envoyer d’urgence à Ghaleb Bencheikh !!!

Pivoine

Il n’y a qu’à voir l’état des pays d’Afrique du Nord, ainsi que la Mésopotamie, la Syrie… conquis par les tribus arabes !
Partout où elles se sont installées, elles ont apporté le malheur !
Et comme si ça n’était pas suffisant, voilà qu’elles ont décidé de conquérir l’Occident (avec ces pseudo-réfugiés) !
Force est de constater qu’elles sont devenues un danger pour toute l’humanité !

BALT

L’Islam n’est pas une civilisation. L’Islam est la fin de la civilisation.

François Servenière

Une grande civilisation génère de grandes universités et de grandes bibliothèques, toutes universelles dans le domaine des sciences et des unités de recherches. Occident, chrétienté, innombrables, les étudiants affluent du monde entier, même de la zone islamique.

Zone islamique, islam : Présentation de l’université islamique de Riyadh
http://tarjim.fr/universites-saoudiennes/al-imam-mohamed-ibn-saoud-riyadh/
Cf. Présentation de l’université islamique de Riyadh
Sciences étudiées :« Elle abrite actuellement 4 grandes facultés : Faculté de chari’a, Faculté de da’wa wa oussoul dine, Faculté de finance islamique, Faculté de langue arabe »

Jeune arabe du XXIe siècle se présente à l’université islamique de Riyadh « M’ssieur, j’voudrais apprendre comment envoyer des fusées dans l’espace ? »
« Allah ne le permet pas. Allez faire vos études dans les universités mécréantes de l’occident. »

Civilisation. Le mot, du latin civis signifiant “citoyen” n’est pas dans le Coran.
Point.

montecristo

En fait … votre Ali Hassan faisait le même constat que Ibn El Khaldoun lui même quelques siècles auparavant quand il disait :: « Que sont devenues les sciences des Perses dont les écrits, à l’époque de la conquête, furent anéantis par ordre d’Omar ? Où sont les sciences des Chaldéens, des Assyriens, des habitants de Babylone ? […] Où sont les sciences qui, plus anciennement, ont régné chez les Coptes ? Il est une seule nation, celle des Grecs, dont nous possédons exclusivement les productions scientifiques, et cela grâce aux soins que prit El-Mamoun de faire traduire ces ouvrages ».

François Servenière

La “civilisation” islamique :

« Brûlez les bibliothèques, car leur valeur se trouve dans ce seul livre (le Coran). » attribuée à, lors de la prise d’Alexandrie Omar (581-644), calife

Après, il y eut celle de Cordoue, etc.

François Servenière

cf : La fable de la transmission arabe du savoir antique
Publié le 29 novembre 2006 par Veritas
http://limes.over-blog.com/article-4729045.html

Enée

Merci pour cette bonne remarque qui vient compléter l’excellent article de
M. Sibali.

Torpillator

Excellent article ! … L’islam ne peut être civilisationnel, c’est même son exact contraire, c’est à dire une machine à fabriquer des criminels en série … : des destructions, des tueries ignobles, la polygamie, la pédophilie, le mensonge divinisé, le parasitage des mécréants…. Je me demande comment on a pu autoriser la construction d’une seule mosquée en Europe !
Quand on cherche bien on trouve quand même une avancée civilisationnelle majeure en islam et due au prophète lui-même de surcroît : le mariage pédophile ! … avec un tel prophète il ne faut pas s’étonner du résultat : le néant dans tous les domaines évolués de
de la civilisation et une idolâtrie abjecte de son responsable : le tueur Mahomet.

colerefroide

Et ouais… par ailleurs c’est grâce aux penseurs de la civilisation islamique qu’on à démontré que la terre est bel et bien plate. Il semblerait même que dans certaines contrées mécréantes lointaines quelques sauvages incultes prétendent encore qu’elle est ronde!

Homme libre

Je pense également que la musique orientale a pus survivre à des libéraux, d’ailleurs pas besoin d’aller loin. Mahomet pourquoi en 60 ans d’existence n’avait pas appris à lire et à écrire afin de valider le Coran de ses propres mains

mesulman

j’ai lu une partie de l’article et il s’avere que ce monsieur Hassan ( et qui ne merite pas ce prenom ) est à coté de la plaque … d’abord parceque l’ensignement de la “civilisation islamique ” n’est pas assuré par un imam , mais par un enseignant qui doit avoir fait au moins 4 ans d’etudes universitaires en la matiere et de plus on l’appel ” education islamique” qui comme tout autre apprentissage est un enseignemnt des ” directives d la croyance…”
pour ce qui est de la civilisation elle meme , il y a des edifices liés aux peuples , et à la civilisation local et personne ne le nie mais faits sous le règne de l’islam…( il suffit de voir le programme des ecoles d’architecture dans ces pays islamique)…
Je pense que ce Hassan (grand chercheur) pese les civilisations par l’étendu des ruines laissées … c origibal comme idées
et puis les mesulmans ont revolutionné les maths entre autre le zero ya zero

Lire Aussi