Clandestins : Mélenchon veut les régulariser, l'Union européenne nous interdit de les expulser !

Mélenchon lève le masque. Voici que le courageux pourfendeur du T.C.E. en 2005, qui se proclamait (et passait pour) le plus laïque des laïques et le plus républicain des républicains flirte ouvertement avec deux des systèmes totalitaires qui resserrent peu à peu leur étau sur la France et toutes les autres nations européennes. Après s’être roulé dans la fange islamique, le voilà qui se roule dans celle de l’Union Européenne, en faisant sienne la volonté de cette dernière de nous obliger à accueillir et nourrir toute la misère du monde.
 Il ose même prétendre que c’est pour notre bien, et que la régularisation des clandestins, loin de faire un appel d’air, est LA SOLUTION à nos problèmes de chômage et de baisse des salaires !
http://www.dailymotion.com/video/xigeqd_madame-le-pen-il-faut-donner-des-papiers-au-sans-papiers-jean-luc-melanchon_news#from=embed&start=0
[dailymotion xigeqd]
Le jour même où Mélenchon faisait cette déclaration sur RMC, la Cour de justice des communautés européennes rendait un arrêt sulfureux aux conséquences incalculables et en tout cas tragiques pour nos pays en interdisant à l’Italie d’emprisonner un clandestin ayant refusé de quitter le pays malgré l’arrêt de justice national le lui intimant… Bref ceci signe l’arrêt de mort des 20% des lois votées par les parlements nationaux qui n’étaient pas la ratification de directives et lois européennes. Nous sommes pieds et poings liés par les traités européens, la Commission européenne et les cours de justice européennes qui nient toute souveraineté nationale, tout droit aux parlements nationaux et donc tout droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
On a  parfois fait la révolution pour moins que cela… mais cela ne choque pas celui qui se prétend le défenseur du peuple (tout en envisageant avec sérénité de donner ses voix au second tour à Strauss-Kahn, le défenseur du libéralisme le plus sauvage, qui fait rendre gorge aux plus pauvres par l’intermédiaire du FMI sur la planète,  pour le plus grand bien des spéculateurs, travaillant efficacement à l’instauration définitive du troisième totalitarisme qui nous menace, celui de la mondialisation financière !). Mélenchon ose même, avec son aplomb habituel, prétendre que puisque, ce qui est avéré, les clandestins, nommés sans-papiers par euphémisme qui n’a rien d’anodin, sont embauchés au noir pour des salaires de misère, font une concurrence déloyale pour les salariés légaux et font baisser les salaires, il suffit qu’il n’y ait plus de clandestins pour que la légalité l’emporte et que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.
Sauf que, ce que ne disent ni Mélenchon ni les eurocrates qui nous gouvernent, plus les clandestins sont régularisés, plus cela crée un appel d’air, comme le prouve l’exemple espagnol : malgré (ou à cause de ? ) la régularisation massive de 600000 clandestions en 2005, l’Espagne doit se battre quotidiennement contre l’afflux de clandestins venus, notamment, du Maroc…
Sauf que, ce que ne disent ni Mélenchon ni les eurocrates qui nous gouvernent, nous avons des millions de chômeurs, nous manquons de logements sociaux que nous n’avons pas les moyens de construire, nous  devons combler un trou toujours plus grand de la sécurité sociale en rognant sur les remboursements, en diminuant les aides aux nécessiteux parce que le gâteau est de plus en plus petit (plus il y a de chômeurs, moins il y a de gens qui cotisent…) et le nombre d’affamés de plus en plus grand. Or, en accueillant et régularisant des gens dont nous n’avons pas besoin, nous mettons de plus en plus de gens au chômage et en situation d’avoir besoin d’aides sociales toujours plus importantes. Tout cela fait, mécaniquement, baisser les salaires quoi qu’en dise Mélenchon : selon la loi de l’offre et la demande, plus il y a de salariés qui se battent pour un poste plus celui-ci peut être proposé pour un bas salaire, quand il ne s’agit pas d’imposer des temps partiels. C’est ainsi que l’on est en train de paupériser une grande partie des salariés, français, ou immigrés légaux, qui, malgré leurs compétences et/ou leurs diplômes, se voient de plus en plus proposer des emplois rémunérés au smic !
Le bonheur selon Mélenchon, pourvu qu’il soit partagé avec ceux qui viennent d’outre-Méditerranée ou plutôt pourvu que ces derniers soient heureux et puissent quitter des pays qui n’en peuvent plus de cracher sur les anciens colonisateurs mais n’aspirent qu’à se retrouver sous leurs lois, euh, non, sous leurs systémes sociaux, pour mieux pouvoir cracher sur le drapeau français et se draper dans la nostalgie du pays d’origine. 
Vous n’avez pas un peu l’impression que les eurocrates, comme Mélenchon ,qui voudrait nous faire pleurer sur ceux qui fuient une révolution qu’il est le premier à nous donner en exemple nous prennent pour des cons ?
Christine Tasin

image_pdf
0
0