Clap de fin pour la Macronie

C’est la fin de la rente des élus LREM aux célébrités provisoires et ambiguës à la botte de Macron. Ces élus socialistes LREM aux célébrités provisoires et ambiguës avaient attendu des années pour sortir de l’anonymat et d’une pénombre socialiste. Ils ont été élus au cours d’une apathique campagne en 2017, le préalable aux lois partisanes votées à l’Assemblée nationale sans contestation résolue de l’opposition !

Les LR avaient ignoré les leçons de Chateaubriand : « L’opposition doit être absolue ou ne pas être. »

Le coup des élections législatives en 2017 ne connaissait pas encore l’impopularité de Macron à venir et d’un pouvoir LREM sali par les rentes attribuées aux copains et coquins. Les Français ne connaissaient pas encore les limites et insuffisances personnelles de Macron masquées par les médias collabos.

La gauche qui était en déconfiture laissait tout passer. Elle ne pipa mot face au pouvoir autoritaire.

À droite et à gauche, la plupart des politiques et des économistes restaient silencieux.

L’obscur texte technique de la loi partisane pour imposer la PMA fut paré des charmes du surnom de la liberté pour tous/toutes, malgré la polémique, attribuée à la Manif’ pour tous et aux familles catholiques, qui surnomma la loi partisane pour imposer la PMA comme la loi autorisant la marchandisation des enfants.

On plongeait soudain dans le monde soi-disant homophobe en voulant défendre l’intérêt de l’enfant.

Des accents de l’antique querelle anti-catho-tradi remontaient à la surface. On accusait Macron et les LREM-GOF-LGBT d’avoir fomenté un complot contre la famille avec la complicité de la ministre de la Santé de l’époque, par ailleurs accusée avec le coup des faux-vaccins de s’enrichir sur le dos de l’État.

Le dossier de l’accusation est en cours d’examen. Il se fonde sur de lourdes présomptions. D’où la méfiance des anti-vaccins quand l’État Macron interdisait aux Français de se restaurer debout. On est loin de la Vème république et de la France du général de Gaulle. Regardez, disent les anti-vaccins, les labos et les corrompus du Big Pharma, les copains de Macron, nous rackettent, volent et s’engraissent sur notre dos.

C’était l’explication de la gestion calamiteuse de la crise sanitaire par Macron.

Les labos, les corrompus du Big Pharma, et les banksters, tous les copains de Macron candidat, sont dans le collimateur des électeurs. Non sans raison. Les déficits publics colossaux et la dette abyssale de l’État Macron engloutissent des tombereaux d’argent public versé aux labos prévaricateurs ce qui n’empêchait pas les mêmes d’appeler les États à vacciner et revacciner des millions de gens quand leur imprudence veut mettre les États sur la paille. À la lueur du présent, le procès du Big Pharma doit être rondement mené.

Les labos, les corrompus du Big Pharma, et les banksters, tous les copains de Macron candidat, sont tous coupables, tous voleurs.

Le général de Gaulle était un obsédé de l’équilibre budgétaire. Michel Debré a depuis raconté sa fierté d’avoir, comme ministre des Finances en 1967, remboursé le dernier franc à nos créanciers étrangers.

En 1973, il n’y avait pas de déficit budgétaire. Les comptes étaient fort bien tenus. La croissance à 5-6 % nous permettait d’être vertueux sans douleur. Macron ignore tout de cet état d’esprit vertueux.

On accuse le financement de l’État-Macron de favoriser la dette et l’inflation. Macron ne jure que par le modèle américain et son open market qui est conforme à l’idéologie de la rue Saint-Guillaume.

Macron le petit banquier rêve des grands espaces de western. Là-bas, dans la mythique Amérique, tout est plus grand, plus beau que chez nous. Il fallait d’urgence adopter le modèle américain. La dette et l’inflation de Macron ne suscitent aucune discussion, aucune querelle, aucune polémique, car elle exprime le rêve américain de nos élites politiques corrompues, économiques, universitaires et technocratiques. Ce n’est pas la première fois avec Macron que nous sommes, en matière financière, fascinés par le modèle américain.

La France devra financer l’énorme dette laissée par Macron. Après le Covid et le choc pétrolier des sanctions contre la Russie, l’inflation risque de grimper jusqu’à des sommets. Macron a creusé les déficits budgétaires renouant avec la gauche au pouvoir en 1981. La dérégulation financière et la mondialisation ont entraîné le déclin de la France, aggravant la désindustrialisation, la financiarisation de l’économie, l’explosion du chômage de masse et des dépenses sociales, et l’inventivité fiscale de Macron contre les Français.

La politique de Macron au sein de l’Europe devient dans ce nouveau contexte un abcès purulent.

Nous avons troqué un rêve américain pour une politique sous domination allemande. Nous ne nous étions pas aperçus que Macron était le produit du temps de l’idéologie libérale libertaire. Le temps de la reconstruction était révolu. Place à la déconstruction des valeurs. Le général de Gaulle est mort.

L’État en majesté doit se soumettre et abandonner ses droits régaliens. Cet abaissement de l’État est le propre de la macronnie dans des proportions jamais vues. La nouvelle idéologie dominante imprègne les mentalités des dirigeants et des technocrates. À l’Élysée, le président incompétent a convoqué les patrons des grandes entreprises françaises pour leur dicter les stratégies industrielles de leurs groupes !!! Macron croyait pouvoir régenter la vie économique nationale sous les ors du palais de l’Élysée ! Macron a choisi le libéralisme international en faisant confiance aux agences de conseil américaines et aux marchés !

Macron a mis le doigt dans un engrenage. Les économies des Français pauvres succombent sans un cri de douleur ou d’effroi. Sans même s’en apercevoir.

Thierry Michaud-Nérard

(librement adapté de Éric Zemmour, Le suicide français).

 

image_pdfimage_print

5 Commentaires

  1. CLAP DE FIN C EST CERTAIN ! 2 000 MACRONIQUEURS A NICE seulement et 450 A PAU ? ! c est quoi ce bazar ? iels sont ou les hordes de macroniqueurs-euses- ? le 10 AVRIL , ce sera le PONT DE STIRLING pour cette bien triste engeance ! TOUT SAUF MACRONESCU …

  2. j’ai encore vu l’étron castaner oser critiquer Zémmour sur bfmerde dimanche juste aprés le meeting et braire tel un ane sur les mots « macron assassin »,castaner lui qui voulait mettre le genou des policiers a terre en mémoire du camé noir américain,castaner son procés arrive aussi a celui-la !

  3. TMN vous devriez commencer à écrire par vous-même au lieu et place de ces « librement adaptés » car nous savons lire les livres directement et sans intermédiaires, sans commentateurs ! Ce serait peut-être plus intéressant ???

Les commentaires sont fermés.