2 Commentaires

  1. A Collinée, il a été installé par le maire communiste (dans les années 70) des Maliens pour venir travailler à l’abattoir de porcs. A l’époque, personne n’y a trouvé à redire. Ces Maliens y sont restés, pour partie, sans défrayer la chronique. Après Collinée, voici Callac… ville sans travail (près de 20% de chômeurs) ! L’histoire se répète, mais les conditions de vie sont bien différentes.

  2. on ne perd que les batailles qu’on n’a pas menées, merci aux jeunes de résister

Les commentaires sont fermés.