Colonisation, Occupation, Négationnisme, Génocide : c’est cela que subit notre France

Publié le 26 octobre 2017 - par - 123 commentaires - 5 204 vues
Share

J’ai longtemps reculé devant les mots. Je pensais qu’ils étaient trop forts. J’en voulais même à ceux qui les employaient car j’estimais qu’ils compromettaient notre cause par des termes trop vifs, exagérés, qui allaient effrayer autour de nous et nous faire passer pour des énergumènes. Je suis convaincu aujourd’hui qu’il ne faut plus reculer, ni devant les hommes, ni devant les faits, ni devant les termes.

Ainsi colonisation. Je l’ai dit cent fois et je le répète, nous sommes cent fois plus colonisés, et plus gravement, et plus profondément, que nous n’avons jamais colonisé nous-mêmes. L’essence de la colonisation, depuis la Grèce antique et la Grande Grèce, les colonies helléniques en Italie du Sud et en Sicile, c’est le transfert de population. Les colonisations militaires, administratives, politiques, impérialistes, sont certainement bien pénibles, pour les colonisés, mais elles ne sont rien auprès des colonisations démographiques, qui touchent à l’être même des territoires conquis, qui en transforment l’âme et le corps et qui menacent d’être éternelles, ou, à tout le moins, irréversibles.

On nous dit qu’il n’y a pas colonisation car il n’y a pas conquête militaire, pas d’armée victorieuse, pas de soldats défilant dans nos rues. On se trompe. On nous trompe. L’armée conquérante, c’est la racaille. L’instrument de la conquête, c’est ce que j’ai appelé la nocence. Ne dites pas que vous ne savez pas ce que c’est que la nocence puisque vous utilisez couramment le terme contraire, innocence. La nocence, c’est ce dont l’in-nocence est le contraire. La nocence, c’est le fait de nuire, de nuire un peu ou de nuire beaucoup, des trop fameuses incivilités jusqu’au terrorisme, en passant par les pieds sur les banquettes du RER, les arrachages de sacs de vieille dames et le grand banditisme. On notera au passage que la bonne vieille délinquance française de souche, indigène, a à peu près disparu. Elle n’a pas su prendre à temps le virage de la mondialisation, comme on dit. Elle a été remplacée.

On notera également qu’entre la délinquance de droit commun et le terrorisme il n’y a pas de solution de continuité. La progression est ininterrompue. Il y a une différence de degré, il n’y a pas de différence de nature. Tous les terroristes sans exception ont fait leurs premières armes dans la délinquance de droit commun. C’est la même carrière, la carrière militaire. D’ailleurs il n’y a pas de terroristes. Il y a des troupes d’occupation, dont les commandos les plus redoutables, à intervalles réguliers, exécutent quelques otages, comme l’ont toujours fait toutes les troupes d’occupation.

Prétendre lutter contre le terrorisme sans s’occuper de la conquête est absurde. C’eût été, à une autre époque, vouloir se débarrasser de la Gestapo en s’accommodant de l’Occupation allemande. Cela est l’émanation naturelle de ceci. Il ne faut pas lutter contre le terrorisme, il faut libérer le territoire, et cela par la remigration. Traiter le terrorisme comme un épiphénomène, c’est répéter l’erreur des Français durant les dits “événements d’Algérie” (nous en sommes à présent aux “événements de France”). Les Français croyaient alors, ou affectaient de croire, que les fellaghas étaient un épiphénomène, déjà, une mousse superficielle de haine et de terreur, en somme, et qu’en dessous de cette mousse bien regrettable les Algériens les adoraient. Non, les Algériens ne les adoraient pas du tout. Ils les adoraient si peu, même, qu’à peine libérés et même avant ils ont imposé à des colons installés dans le pays depuis bien plus longtemps que les nôtres aujourd’hui une des plus abruptes remigrations de l’histoire — souvenez-vous : la valise ou le cercueil. Je ne recommande certes pas d’en imiter les méthodes, mais j’en crois le principe inévitable. On ne met pas fin à une colonisation sans le départ des colonisateurs. On ne met pas fin à une occupation sans le départ de l’occupant.

Occupation, voilà un autre mot devant lequel j’ai longtemps reculé et que j’assume complètement à présent. Il ne faudrait faire aucune comparaison, nous dit-on, entre la Première et la Deuxième Occupation. D’abord on peut toujours tout comparer, ne serait-ce que pour distinguer. Comparer n’est pas assimiler. Et il n’est certes pas question ici, ni jamais, de diminuer d’un iota l’horreur de la Première Occupation, l’allemande. Mais la Seconde, l’africaine, sur bien des points n’a rien à lui envier. Certes elle ne torture pas dans les caves, qu’on sache, encore qu’il y ait eu tout de même l’effroyable épisode du martyre d’Ilan Halimi,  sans parler des tournantes, dont les victimes sont presque invariablement des jeunes filles indigènes, pour ne pas dire françaises de souche. Deuxièmement le nombre des massacrés commence à être tout à fait du même ordre que la dernière fois. Le degré de nocence immédiate, de nuisance, de dérangement et d’humiliation pour les paisibles citoyens qui, bien à tort, ne souhaiteraient rien d’autre que de rester paisiblement en dehors de tout ça, est probablement plus fort cette fois-ci. Il faut dire que les Occupants sont aujourd’hui dix fois, que dis-je, cent fois plus nombreux qu’il y a trois quarts de siècles. Comme leurs prédécesseurs ils sont de plus en plus souvent en uniforme, surtout les auxiliaires féminines, et comptent à juste titre sur les voiles, les boubous, les djellabas, les turbans, les niqabs et les babouches, pour ne rien dire de leur innombrable marmaille, pour marquer leur territoire, étaler leur force et leur nombre et déprimer les Occupés.

Qui sont les Occupants ? Ceux qui se considèrent comme tels ou qui témoignent l’être, par leurs discours ou par leurs attitudes — je reconnais que c’est là beaucoup de monde.

Ces Occupants, la Collaboration actuelle est encore plus impatiente que sa sœur aînée de prévenir le moindre de leurs désirs. Il faut dire que, s’il y a bien des différences entre les deux Occupations, et bien sûr il y en a, les deux Collaborations, elles, se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Tout juste peut-on trouver que ce mot, Collaboration, bien loin d’être exagéré, est insuffisant. Ni notre gouvernement ni nos médias ne collaborent, en effet : ils sont. Ils ne sont pas complices, ils sont auteurs, fauteurs. C’est eux qui veulent l’horreur en cours, et qui la promeuvent incessamment. Ils ne sont seuls à la vouloir, bien sûr, mais elle ne leur est imposée par personne.

Ce qui m’amène à un autre mot très fort que j’ai longtemps refusé et qu’il me faut bien, aujourd’hui, prendre en considération, au moins. C’est celui de génocide. Je l’ai refusé des années durant par respect pour les victimes du génocide hitlérien, et pour le caractère unique de leur extermination industrielle. Le génocide des hutus n’a pas eu le même caractère scientifique. Mais il était constitué lui aussi de mises à mort de masse, auxquelles nous semblons échapper pour le moment. Peut-on parler de génocide quant il n’y a, comme à présent, ni chambres à gaz, ni Shoah par balles, ni coupe-coupe systématique à la machette ? Je crois que c’est nécessaire si l’on veut réveiller des peuples endormis et attirer l’attention sur l’énormité de ce qui survient. Le génocide, de nos jours, a un plus grand souci de son image : il ne veut ni affoler ses victimes, qui pourraient se débattre, ni faire pousser les hauts cris à ses critiques, il est vrai peu nombreux et marginalisés. Il ne tue plus, il submerge. Il ne massacre pas, il remplace. Selon l’heureuse formule d’Aimé Césaire, qui ne croyait pas si bien dire, c‘est le génocide par substitution. Tous les pays de ce qui fut naguère le monde occidental et, disons le mot, de la race blanche, Europe, Amérique du Nord, Australie, Nouvelle-Zélande, font l’objet d’un semblable engloutissement sous l’autre, sous tout ce qui n’est pas eux, sous toutes les races, ethnies, cultures, civilisations, religions, traditions et intraditions de la Terre. Le phénomène n’est nulle part si manifeste qu’au Canada mais il est tout aussi évident en Suède et, pour notre malheur, en France.

La méthode qui a si efficacement permis de venir à bout de la culture, de la musique, de l’université et j’en passe — à savoir l’ensevelissement sous tout ce qui n’est pas elles, la porte ouverte, l’”esprit d’ouverture”, comme dit d’elle-même avec un bel humour à la “Arbeit macht frei” France Culture, la station la plus sectaire de France — devrait bien permettre de venir à bout de l’homme blanc. La culture périt sous le divertissement et les dites “industries culturelles”, la musique sous les variétés, l’université sous l’absence de sélection, l’Europe et l’Occident sous la diversité. Et c’est le divers qui décroit.

Comme tant d’autres mots, comme culture, comme musique, comme français, antiracisme a radicalement changé de sens. Il désignait le combat contre le racisme, et pour la protection de diverses races menacées : il recouvre à présent, comme d’ailleurs le portait tout autant son nom, la haine des races ; de l’idée et du concept de race, la négation de leur existence, et tout spécialement de la blanche. En bonne logique le racisme devrait changer de sens lui aussi, en symétrie, et devenir le nom de l’amour des races, de toutes les races, la sienne évidemment comprise, surtout quand elle est la moins nombreuse et la plus menacée.

L’antiracisme tirait des camps de la mort, et de l’unanime Plus jamais ça ! qu’ils suscitaient dans la conscience universelle, après leur libération, son incontestable légitimité, son autorité morale, son prestige, sa formidable puissance politique. Or, par un tour complet de la spirale du sens, ou du sort, cet antiracisme né ou rené de la Shoah a bâti, en une vie d’homme, une société, la nôtre, où dans beaucoup d’écoles la Shoah ne peut plus être enseignée, parce que les élèves ne veulent pas en entendre parler et prétendent qu’il s’agit de propagande sioniste ; dans le même temps les juifs fuient la France ou la Suède par milliers, parce qu’ils ne s’y sentent plus en sécurité.

Le premier négationnisme niait criminellement le génocide. Le second est plus criminel encore s’il se peut, il est directement génocide, puisqu’il nie l’existence des races. Il en nie l’existence tout en proclamant qu’elles sont égales, ce qui montre assez son degré de cohérence logique. Leur inexistence théorique, très théorique, est la condition de leur disparition pratique, effective. Le dogme de l’inexistence des races, ce credo quia absurdum — je crois parce que c’est absurde, comme pour la Trinité ou l’Immaculée Conception — de notre société, en est le fondement principal. Dans l’effondrement de notre système scolaire, il est tout ce qui est encore enseigné. Dans l’échec total de la transmission, il est tout ce qui est encore transmis. Quand les gens ne savent qu’une seule chose, et c’est de moins en moins rare au sein l’hébétude qui gagne, c’est qu’il n’y a pas de races. Je suis de plus en plus persuadé pour ma part que la proclamation solennelle et menaçante de ce dogme, vers le milieu des années soixante-dix du siècle dernier, est le point nodal à partir duquel tout devenait possible, y compris la pire horreur, la substitution ethnique généralisée, le Grand Remplacement, le métissage global, la production industrielle de l’homme remplaçable, de la Matière Humaine Indifférenciée (MHI).

On dit couramment que c’est l’extermination des juifs qui a rendu impossible de parler des races, comme l’avaient toujours fait tous les peuples en toute innocence, pour le coup. Pourtant un Léon Blum parlait couramment de la sienne, dans ses lettres, et c’était justement dans la petite maison où il était retenu prisonnier par les Allemands à Dachau, au beau milieu de l’univers concentrationnaire. Je ne vais pas citer pour la dix millième fois la phrase fameuse du général de Gaulle en 1959, selon laquelle « nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne ». On nous objecte qu’il s’agit là d’une conversation privée. Très bien. Voici alors un autre président de la République, cette fois dans l’exercice de ses fonctions, plus tardivement encore, lors d’un discours à l’école des Sciences politiques, le 12 décembre 1972 : Georges Pompidou y parle d’une « réaction en profondeur de notre race », et, quelques phrases plus loin, du « caractère même de notre race », « cette versatilité que César distinguait et utilisait déjà contre les Gaulois, et qui fait que le peuple français, peuple épris de calme, de paix et de stabilité s’il en est, ressent périodiquement et par crise un besoin inconscient et incontrôlé de changement, et d’un changement qui remet tout en cause, non seulement les hommes, mais les principes, mais les institutions ». Fasse le ciel, entre parenthèses, que notre peuple ressente bientôt un tel besoin, et se révolte avant qu’il ne soit tout à fait trop tard.

Le même Georges Pompidou, qu’il n’est pas accoutumé de ranger parmi les têtes brûlées ou les suppôts de Satan, écrit dans ce qu’il est convenu d’appeler ses Mémoires, en fait Lettres, notes et portraits, un recueil posthume  :

« Mon père et ma mère appartenaient profondément à la race française, dure au travail, économe, croyant au mérite, aux vertus de l’esprit, aux qualités du cœur. »

Il est bon de remarquer que le seul fait de parler de race française, comme nos ancêtres l’ont toujours fait bien tranquillement, prouve assez qu’on n’est pas raciste, cette race n’ayant, par chance, que fort peu de caractère ethnique, non plus que celle des notaires, des peintres du dimanche, des génies ou des amis de la pêche à la ligne. Si j’étais raciste je ne le serais pas comme Vacher de Lapouge, comme Chamberlain ou Alfred Rosenberg, je le serai comme Malherbe (Que direz vous, races futures… ), comme Racine (Des princes de ma race antiques sépultures), comme de Gaulle ou Georges Pompidou, ou comme ce Georges Bernanos qui a donné de la race, en passant, la meilleure des définitions impossibles, en une des plus belles phrases de la littérature française, à mon avis :

« Hélas! autour des petits garçons français penchés ensemble sur leurs cahiers, la plume à la main, attentifs et tirant un peu la langue, comme autour des jeunes gens ivres de leur première sortie sous les marronniers en fleurs, au bras d’une jeune fille blonde, il y avait jadis ce souvenir vague et enchanté, ce rêve, ce profond murmure dont la race berce les siens ».

Que sont la race, le peuple, la nation incarnée en nous ? Ils sont « un souvenir vague et enchanté, un rêve, un profond murmure ». Et c’est pour cette raison que la France, au cours de son histoire, a toujours intégré à merveille ceux qui ont voulu entrer dans son rêve, écouter avec elle le profond murmure de sa langue, de sa littérature, de sa musique, de ses paysages, de ses saveurs, de ses ciels et de ses gestes ancestraux. La France peut intégrer des hommes, elle peut intégrer des femmes, elle peut intégrer des familles qui le désirent ardemment : elle ne peut pas intégrer des peuples, et moins encore des peuples qui ne le désirent pas du tout.

L’erreur tragique, pour ne pas dire pis, de l’antiracisme aura été de prendre le mot race dans le même sens incroyablement étroit qu’avait fait le racisme, en se contentant d’inverser les valeurs terme à terme. Il est facile de prétendre que les races n’existent pas si l’on se contente, comme les racistes, de prendre le mot dans ses seules connotations scientifiques ou pseudo scientifiques, qui ne sont qu’une infime partie de sa signification dans notre langue, comme dans la plupart des autres. Dire que les races n’existent pas c’est peut-être vrai scientifiquement — et encore, j’ai des doutes —, mais c’est avant tout un tour de passe-passe sémantique, une sorte d’escroquerie linguistique. Il est déjà plus juste ou moins faux de dire que les savants n’ont pas besoin de ce concept, un peu comme Lamarck disait de Dieu, à Napoléon, un peu niaisement, que cette hypothèse n’était pas pour lui nécessaire. Dire que les races n’existent pas, c’est aussi bête que de dire que Dieu n’existe pas, ni les classes sociales, ni les mythes : ils n’existent peut-être pas, je ne suis pas à même d’en juger, mais ils sont la réalité du monde, et les principaux moteurs de ses mouvements de masse. Il est d’ailleurs assez plaisant de relever que jamais les êtres n’ont autant parlé ou été parlé dans la leur, de race, que depuis que les races n’existent plus, officiellement. Tout le monde s’est mis à chanter dans son arbre généalogique, et l’on sait trop souvent ce que vont dire les gens, à leur seul nom.

L’homme blanc est trop cher, trop mou, trop civilisé, trop diplômé, et en plus il a déjà tout. Ce qu’importe le remplacisme global ce ne sont pas des travailleurs ce sont des consommateurs, qui très vite auront besoin de nourriture, de logements, de vêtements, d’écoles, de soins médicaux, d’objets électroniques, de gadgets. Ils sont indispensables au sauvetage de la bulle économique. Vous direz qu’ils n’ont pas un sou. Vous vous trompez : ils ont ou ils auront votre argent. Il y a beau temps que les prétendus transferts sociaux sont essentiellement des transferts raciaux — pardon : ethniques. Si ces transferts organisés ne suffisent pas à mettre en possession de vos économies et de vos biens les populations de remplacement, elles s’en empareront par la force, grâce à leurs voyous qui sont leurs soldats. La nocence est l’instrument du changement de peuple. J’en sais quelque chose, c’est pour l’avoir dit que j’ai été à plusieurs reprises condamné par les tribunaux. Je n’en fus nullement surpris. J’ai confiance en l’injustice de mon pays.

On ne comprend rien au Grand Remplacement si l’on ne voit pas que, si gigantesque, qu’ils soit, il n’est qu’une petite partie d’un ensemble infiniment plus vaste, ce que j’ai nommé le remplacisme global, et auquel il a déjà été fait allusion ici. Le remplacisme global est à mon sens un des deux principaux totalitarismes qui aujourd’hui se partagent le monde — l’autre étant évidemment l’islam. Ils seront nécessairement rivaux, car tout les oppose. Mais aujourd’hui il y a entre eux une sorte de pacte germano-soviétique, qui dure plus longtemps que le vrai. C’est un traité provisoire de non-agression entre les conquérants : le remplacisme a besoin de l’islam pour qu’il lui fournisse les contingents de ses grands remplacements ; l’islam a besoin du remplacisme pour placer partout ses soldats. La némésis du remplacisme global, cependant, ce qui entraînera sa perte, c’est qu’il remplace des veaux par des hyènes. Il sera le premier mangé. Maigre consolation pour les remplacés.

Remplacer, tel est le geste central des société postmodernes et peut-être bientôt post-humaines, trans- humaines. Tout est remplaçable et remplacé : Venise par son double à Las Vegas, Paris par son double à Pékin, Versailles par EuroDisney, la pierre par le syporex ou le parpaing, les lauzes par la tôle ondulée, le bois par le plastique, la ville et la campagne par la banlieue universelle, la terre par le ciment et le goudron, les bords de mer par le béton, la montagne par les stations de sport d’hiver, les chemins par les sentiers de randonnée, la nature par les aménagements en vue de retombées économiques, l’exercice par le sport, le sport par les Jeux olympiques, les Jeux olympiques par les affaires, les affaires par la corruption, la compétition par le dopage, la littérature par le journalisme, le journalisme par l’info, le vrai par le faux, l’original par la reproduction, le vous par le tu, le nom par le prénom, le nom et le prénom par le pseudo, le cœur par le cœur artificiel, toutes les parties du corps humain par des pièces de rechange, l’histoire par l’idéologie, le destin des nations par la politique, la politique par l’économie, l’économie par la finance, le regard par la sociologie, le chagrin par les statistiques, le monde réel par le site touristique, les habitants par les touristes, les indigènes par les allogènes, les Européens par les Africains, les mères par les mères porteuses, les hommes par les femmes, les femmes par les poupées gonflables, les hommes et les femmes par les robots, les peuples par les peuples, l’humanité par la posthumanité, l’humanisme par le transhumanisme, l’homme par la Matière Humaine Indifférenciée.

Un grand mystère est que les écologistes, qui tiennent si fort à la biodiversité, et ils ont raison, paraissent en exclure l’espèce humaine. Sans doute estiment-ils à juste titre, que l’homme blanc coûte trop cher à la planète. Mais il y a d’autres solutions que son effacement, ne serait-ce que la décroissance démographique, sans laquelle toutes les politiques écologiques sont vaines. S’il y avait une supériorité à la race blanche, ce serait qu’il y en a beaucoup moins que les autres.

GPA, PMA, GRP (Grand Remplacement des Populations) ce ne sont jamais que les mêmes manipulations génétiques, la standardisation appliquée au vivant. L’homme doit être artificialisé, comme la nature, standardisé, normalisé, remplaçabilisé, afin de coûter moins cher et de ménager de plus forts profits.

Autant que les forts profits, les coûts bas, admirez l’amphibologie, l’à bas coût, le low-cost, est le principe central du monde remplaciste. Tout y devient low-cost, même quand c’est aussi cher pour le consommateur que sa version originelle. Ce monde est caractérisé par la prolétarisation autant que par la paupérisation. Sous la pression de la surpopulation ville et campagne y convergent en banlieue, cet à-côté du lieu, cet à la place de l’être. Les banlieues à leur tour évoluent en terrain vague, cette terre guaste, gâchée, pourrie ce Waste Land prophétisée par T. S. Eliot. Le racisme avait fait de l’Europe un champ de ruines, l’antiracisme la transforme en bidonville.

Le père du remplacisme global est Frederick Winslow Taylor, le Taylor de la taylorisation, de la standardisation, de la normalisation. Taylor est au remplacisme ce que Marx est au marxisme. Son grand livre, le Das Kapital du remplacisme global, s’appelle The Principles of Scentific Management. On peut y lire des phrases aussi révélatrices que :

« Dans le passé c’est l’homme qui a été premier ; dans le futur ce doit être le système ».

Comme l’écrit son plus récent préfacier, « Taylor a du sang sur les mains ».

Son plus notable disciple est Henry Ford qui, en diminuant considérablement le nombre des pièces nécessaires, en les rendant interchangeables, normalisées, standardisées, a pu produire une voiture suffisamment peu chère, la Ford T, pour qu’il puisse mettre en application son idée de génie, la vendre à ses propres ouvriers. Le producteur devenait le consommateur. Il était payé pour acheter ce qu’il produisait, et alimenter de la sorte le fameux système, qui pouvait tourner en circuit fermé. Aujourd’hui, dans les mégapoles où les hommes et les femmes vivent dans des espaces de plus en plus réduits et quelquefois dans des placards ou dans des boîtes, ils se ruinent en loyer pour être près d’un travail qui leur permet de payer leur loyer. Par une simplication encore plus radicale, le producteur devient le produit. Les prétendus réfugiés de guerres qui n’existent pas ne sont pas sauvés en mer, ils sont réceptionnés comme la matière première qu’ils sont des industries de la MHI, la Matière Humaine Indifférenciée, qui importent et produisent jusqu’à leurs consommateurs.

Certes le régime de naufrage organisé, comme moyen de transport de masse, ne laisse pas d’impliquer quelques noyés, mais pour le remplacisme global, qui a précipité ces malheureux sur les flots, ils sont dégâts collatéraux très admissibles et marginaux au regard du bon fonctionnement du système.

Henry Ford était un antisémite acharné, il avait des liens étroits avec le nazisme et d’énormes intérêts dans l’Allemagne hitlérienne. Les camps de concentration et d’extermination c’est dans une large mesure l’applicarion au génocide des Principes de la Gestion Scientifique.

Le remplacisme global, cinématographiquement, c’est Metropolis + Les Temps Modernes + le moins connu Soleil Vert, Greeen Soylent : Metropolis par l’organisation de l’hébétude, en l’occurrence par la Grande Déculturation, l’effondrement des systèmes scolaires, l’imbécillisation de masse, la drogue ; Les Temps Modernes par la standardisation, la normalisation, la taylorisation, cette fois appliquées à l’homme lui-même ; Soleil vert par la transformation de l’homme en produit de consommation, normalisé et standardisé, la Matière Humaine Indifférenciée.

La divine surprise de la finance hors-sol post-industrielle c’est son histoire d’amour avec l’antiracisme, qui, à l’origine, si l’on songe à Henry Ford, justement, était rien moins qu’assurée. Mais l’antiracisme, dès lors qu’il changeait de dessein, qu’il n’était plus protection de deux ou trois races menacées mais affirmation fulminante et dogmatique, littéralement, de l’inexistence de toutes, puis de la nécessité et de l’inévitabilité de leur fusion (les contradictions ne lui font pas peur) par l’immigration de masse et le métissage, devenait pain bénit pour le remplacisme global. Voyez l’enthousiasme d’une Laurence Parisot ou d’un Yvon Gattaz pour la substitution ethnique. L’antiracisme, de par son passé, apportait au remplacisme la respectabilité idéologique qui lui manquait. Le remplacisme, de par ses moyens, apportait à l’antiracisme le pouvoir et l’argent. Voyez les carrières d’un Harlem Désir ou d’un Julien Dray. Le remplacisme est un énorme pourvoyeur de postes et de prébendes et il n’est pas question parmi nous de se hausser dans la vie, que ce soit pour être préfet, général, conservateur de musée, directeur de théâtre ou maître de ballet, en s’abstenant de lui faire allégeance aussi souvent que possible.

Je suis déjà trop long et pour ne pas allonger je vais faire usage d’une facilité qui m’est offerte pour expliquer ce que je veux dire par remplacisme global. On peut le définir d’un seul mot, ou plutôt d’un seul nom : Macron. Le macronisme est la SFRG, Section Française du Remplacisme Global, et il en est l’incarnation la plus pure. En lui convergent les deux généalogies principales du remplacisme, d’un côté la banque, la finance hors-sol, l’hyperclasse post-industrielle, de l’autre le néo-antiracisme, celui qui nie les races. Macron n’est même pas antiraciste, il est au-delà de tout ça, les races, les peuples, les identités, les origines, tout cela n’existe plus pour lui et, comme on sait, il n’y a pas de culture française.

Je voudrais toutefois souligner un curieux point de convergence, entre nous et lui. Le remplacisme, cet économisme à tout crin, ce financiarisme exacerbé, est au-delà de la politique, il n’en veut plus. À travers lui la finance hors sol prend directement en main la gestion du parc humain, la production de la MHI, en neutralisant la caste politique, ce que Raymond Barre appelait jadis le microcosme. Je nomme ce système la davocratie directe, le gouvernement direct par Davos, par la banque, par les grands argentiers. Le macronisme a renvoyé dans leurs foyers la plupart des principales figures de la vie politique française depuis trente ans, les Sarkozy, les Juppé, les Fillon, les Hollande, les Bayrou, les Cambadélis, oserais-je dire les Marine Le Pen ? Il a réduit l’Assemblée nationale à l’état de chambre d’enregistrement, peuplé d’élus de hasards, qui lui doivent tout et ne risquent pas de lui faire de l’ombre. Il a accouché d’un gouvernement de seconds rôles, de transfuges et d’emplois symboliques, comme au théâtre, tirés de sa manche. Mais surtout, surtout, il a fait éclater les trois grands partis dont on pouvait penser il y a un an qu’ils tenaient entre leurss mains les destinées de notre pays. Parti socialiste, Les Républicains, Front national, ces trois mouvements ont éclaté ou paraissent à la veille de le faire ; à tout le moins ils paraissent désarçonnés et sonnés.

C’est là, et seulement là, certes, que se situe la curieuse convergence de vues, ou d’intérêts, ou d’analyses, à laquelle je faisais allusion plus haut, entre le macronisme et nous. J’ai publié au début de l’année un livre d’entretiens avec Philippe Karsenty intitulé 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement. J’y faisais allusion bien sûr à l’élection présidentielle et je voulais dire bien sûr dernière chance politique. Cette chance, nous l’avons laissée passer et elle ne se représentera pas. Il serait totalement vain de placer nos espérances en 2022. D’abord c’est trop loin, la substitution ethnique va trop vite, en 2022 il sera trop tard et le résultat de l’élection dépendra plus encore qu’en 2017 de la volonté de l’occupant puisque, par une perversité sans nom et sans précédent, le pouvoir remplaciste lui a donné le droit de vote, plaçant les malheureux indigènes en otages sous le poids démographique et électoral des colons. Deuxièmement, la situation à laquelle nous sommes confrontés n’est pas politique. Le destin d’un peuple et d’un pays, la question de leur indépendance ou de leur soumission, la survie ou non d’une civilisation, ce n’est pas de la politique, cela, c’est de l’histoire. De Gaulle à Londres ce n’était pas de la politique. Jean Moulin à Lyon ce n’était pas de la politique. Jeanne d’Arc ce n’était pas de la politique, ni Gandhi, ni Georges Washington, ni Bolivar, ni même Ben Bella, si vous me permettez de le nommer en cette glorieuse compagnie (et sans doute est-il glorieux pour ses compatriotes).

Savoir si l’on va se soumettre ou pas, accepter l’inacceptable ou non, trahir ses aïeux ou leur faire honneur pieusement, ce n’est pas de la politique, c’est de l’ontologie : quelque chose qui se passe au tréfonds de l’être et pas dans les urnes électorales.

Des trois partis bousculés par le macronisme celui dont le sort nous intéresse au plus près est évidemment le Front national, qui pendant quarante ans a incarné, pour le meilleur et pour le pire, l’espoir de nombreux patriotes, dont je n’ai jamais été je l’avoue. On s’est aperçu ces jours derniers que ce parti avait eu pour principal inspirateur pendant près de dix ans un homme pour lequel il n’existe pas de Français de souche, autrement dit d’indigènes, de Français d’origine française, de Français de France. C’est la grande illusion que partagent le Front National et Nicolas Dupont-Aignan, et François Asselineau, et beaucoup de nos amis souverainistes, qui en bons républicains ne veulent connaître en France que des Français. Français, il n’y a pas de mots plus menteurs, ni plus douloureux à entendre souvent. Ainsi il n’y a pas de djhadistes français. S’ils sont djihadistes ils ne sont pas français. Il ne fallait pas les empêcher de sortir, mais maintenant il faut les empêcher de rentrer.

Sur le territoire de notre patrie il y a au moins deux peuples, les envahissseurs et les envahis, les occupants et les occupés, les colonisateurs et les colonisés. C’est folie de vouloir les confondre.

Face à pareille situation ce qu’il faut n’est pas un nouveau parti, ni un parti rénové, ni de petites alliance avec celui-ci ou celle-là en vue d’une élection partielle à Saint-Fortunat-sur-Eyrieux ; ni même une union des droites, chère à mon ami Karim Ouchikh, et c’est un des rares points de divergence que j’ai avec lui, dont j’admire profondément et soutiens l’action. Ce qu’il faut c’est une union hors parti de tous les patriotes d’où qu’ils viennent, de tous les résistants, de tous les militants anticolonialistes et antitotalitaires, de tous les antiremplacistes en somme. Sauvons notre pays ! Ce qu’il faut c’est un Conseil National de la Résistance, animé d’un seul objectif, la libération du territoire, c’est-à-dire la remigration.

Les mêmes qui prétendent que l’humanité tout entière et désormais migrante, et qui envisagent d’un cœur léger de faire venir en Europe quarante millions d’immigrés, quand ce n’est pas deux cents millions, prétendent la remigration impossible. À la vérité on ne voit pas bien pourquoi ce qui est possible et souhaitable dans un sens, à leurs yeux, ne le serait pas dans un autre, dans des proportions d’ailleurs moindres, et des conditions bien meilleures — nous y veillerions.

Et qu’on ne vienne pas nous parler de guerre civile. Il n’a jamais été question de guerre civile. Une guerre de libération nationale ou coloniale n’a jamais été une guerre civile, quel que soit le nombre des traîtres, collaborateurs, compagnons de route et porteurs de valise. Il faut qu‘il n’y ait qu’un seul peuple, pour une guerre civile, et nous en avons au moins deux, ou cinquante. Exit civile, donc, et exit aussi guerre, je l’espère, car si je souhaite que se constitue par l’union de tous les patriotes une force capable de peser sur le cours de l’histoire et d’en renverser le sens, en France et partout en Europe, c’est dans l’espoir ténu, mais têtu, que cette force de refus soit si forte qu’il n’y ait pas à s’en servir. J’appelle à la révolte, pas à la violence. L’in-nocence est une non-violence. Il n’y a pas de violence en Hongrie, en Pologne, en République tchèque, en Slovaquie, qui pourtant se protègent efficacement de l’invasion.

Il est vrai que nous n’en sommes plus là, hélas, et que l’invasion nous l’avons subie depuis longtemps. Il ne s’agit plus de l’empêcher, c’est trop tard, mais de la refouler. S’il n’y a d’alternative que la soumission ou la guerre, la guerre, cent fois. L’in-nocence est une non violence, je viens de le rappeler, ce n’est pas un pacifisme. Le pacifisme fut le principal fourrier de la Première Collaboration, comme l’antiracisme est le principal fourrier de la Seconde. La plupart des pacifistes ont fini à Vichy, comme les antiracistes aujourd’hui à la Maison de la Radio ou France Télévision. Face à l’in-nommable — et le génocide par substitution en est un —, on a le droit de révolter. On en a même le devoir. Révoltez-vous ! Sauvons notre pays ! Et, ajouterai-je, avec nos frères européens, notre continent et notre civilisation.

Renaud Camus

Discours prononcé à Baix, le 21 octobre, à l’occasion du premier anniversaire de « Sauvons notre pays »

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
   
Notifiez de
Albert

« Colonisation, Occupation, Négationnisme, Génocide : c’est cela que subit notre France ».
Le texte de Renaud Camus contient beaucoup de vérités, mais aussi une dérive réellement délirante avec le mot de génocide, tout à fait inapproprié sur le fond et contre-productif de surcroit. Il faudrait le ramener à la raison, d’autant plus qu’il s’enfonce avec ses derniers tweets. Mais qui a l’oreille de R. Camus ???

Guy BRIAND

Bonsoir, Monsieur Camus, votre lettre est rassérénante.

Christine

Pourtant, M. Renaud Camus n’a pas toujours craché sur une belle bite arabe bien dure. Ou plutôt, si ! Il a craché dessus pour servir de lubrifiant, sinon, ça brûle trop, hein Renaud !

keltoy

Chrispine@/ Et combien même: M. Camus aurait eu des envies d’exotisme au cours de ses ébats,il sait lui: au moyen faire la part des choses en dissociant sa libido et la méconduite des pratiquants psychopathes de l’islam , vous avez l’air expert (e) en l’art de l’enculage, ce qui explique sans aucun doute, votre déballage misérabiliste qui ne peut que trouver preneur que (chez les homophobes chroniques et les musulman:pléonasme) qui comme vous le faites remarquer s’adonne depuis toujours au joie du petit train en dépit de leurs soit disant préceptes. Somme toute votre petit laïus d’arroseur arrosé,n’est ni un scoop,ni une démonstration convaincante…

Christine

Mais elle est toute vilaine, la Keltoy. On se sent visée ?

keltoy

chrispine@/Pour que je me sente viser ,il faudrait un interlocuteur viable et pas la merde trollesque que vous êtes ,terrine de gelée de cons, et les pires des enculés sont les gens comme vous qui se font limer le cerveau par le premier marabout venu,vos hémisphères doivent être bien écartés , et votre trou de mémoire bien réalésé…salut Zombie!

Bombastus

J’utilise personnellement le terme de « génocide par étouffement ».
Cela dit, c’est désormais bien trop diplomatique car le nombre des victimes fds par meurtre depuis 40 ans dépasse déjà largement les morts de la guerre d’Algérie. De plus le nombre des femmes indigènes détruites par le viol outrepasse outrageusement le nombre des viols par les envahisseurs d’outre-rhin (sans compter évidemment les viols conjugaux des naïves systématiquement cocues qui trouvent à la mode de choisir un compagnon issu de la diversité), même en ajoutant les viols par les armées teutonnes en 1814-1815, 1870, 1914-18 et 1940-45!!! Et ce n’est pas pour dire que les germains ce sont bien comportés.

Alex de Valera

Analyse d’une justesse implacable. C’est tout simplement la description se la réalité que nous avons devant les yeux.

stan

Absolument remarquable.
Merci!

Anne-Marie G

J’ai oublié quelque chose d’important : je n’ai pas remercié M. Renaud Camus pour son courage exceptionnel. Il a toute ma gratitude et mon admiration.

pin

L’immigration par une population très particulière est un cancer dont les métastases se développent avec régularité et rapidement. Il n’y a pas trente six solutions pour les cancéreux, la chirurgie radicale ou la mort. Ensuite, quand le dernier français sera mort les métastases s’entre-dévoreront comme cela se produit en Algérie après notre départ, car c’est un phénomène identique qui s’est développé là-bas.
Alors, quand est-ce que l’on donne le premier coup de bistouri ? çà urge

OCTAVE DE MEQUERVILLE

« Ce n’est pas dans la mollesse, mais dans la fermeté de l’esprit et la résolution du cœur que sera engendré notre avenir  » DOMINIQUE VENNER

Captain Cook

Merci à Renaud Camus d’écrire sur un sujet aussi grave à la dimension tragique qui mérite d’être développé et énoncé. Paragr10, je crains bien que le train nous mène droit à la station terminale: la “Arbeit macht frei” Frce Cult station la plus sectaire- devrait bien permettre de venir à bout de l’homme blanc. / Je pense vraimnt qu’il n’en restera Plus Un!. – Hold-up sur les élections, un devoir, le premier instinct vital se révolter! – je n’y vois pas de lacunes abyssales, en parallèle avec traités, concepts sortis de cerveaux cyniques et dérangés (dits rationnels, messianiq) qui se donnent le droit de prendre le monde, plutôt exclusvt les… lire la suite

yitro

DISCOURS MAGISTRAL et fondateur. Merci Renaud Camus pour votre pensée subtile. nuancée, logique et profonde. Agréable a lire est aussi l’ingrédient du grand orateur que vous etes. Nous vous aimons, nous avons besoin d’un penseur comme dirigeant de ce mouvement pour l’lN-nocence et la décence, c’est VOUS.

Edgar

Beau discours M. Camus. Un bémol cependant : à la fin des années 70 je travaillais en Algérie (en milieu algérien) et je peux vous dire que partout les gens disaient que la France était leur « seconde patrie » (sic). En 1962 une telle sympathie ne pouvait s’exprimer au grand jour, mais au cours du temps, les langues se sont déliées. La France est un regret dont l’Algérie « démocratique et populaire » ne s’est jamais remise. De Gaulle, pourtant si visionnaire, n’a pas vu les enjeux, ni les conséquences d’un abandon brutal. N’aimant pas spécialement les algériens, ils pensaient s’en débarrasser une fois pour toute. Or toutes les contradictions d’une indépendance chaotique… lire la suite

Mathieu

Vos lacunes sont diverses et abyssales Monsieur Camus. La pire est que l’invasion allogène et mahométane est orchestrée par l’élite mondiale mamonique n’a nullement pour but un quelconque « remplacement » par des populations évidemment ingérables et incapables, lesquelles s’entre-tueront dès que les blancs trucidés ne feront plus tourner le pays. La submerssion migratoire a pour dessein la destruction pure et simple de la civilisation. Le chaos global avec des famines et des pandémies qui relégueront l’holodomor au rang de disette. Le grand nettoyage nécessaire au N.O.M. A savoir une dépopulation massive. L’islam disparaîtra également. Vous parlez de guerre alors qu’il faut parler de génocide planétaire. Votre article aurait été à peu… lire la suite

PLATIPUS

Mais « le diable leur échappe », je crois plus à cette version.

Leresistant

Très bon constat, merci Renaud! à nous de réagir !!!

Garde Suisse

Rappelons cette citation de KM Le Pen qui doit dater de 1980 : Il est plus facile d’envahir la France avec des babouches qu’avec un casque à pointe.
Un visionnaire le Jean-Marie !

THOR RAGANROK

Bravo pour votre texte plein de vérité et de lucidités Mr Camus . Oui Europe et la France sont en vois de colonisation totale un remplacement de populations blancs de culture judeo chrétienne part une populations arabomusulmans nazislamique dégénères.Les dirigeants européenne traitres ultimes a leurs pays favorise dans tout les domaines le colons musulmans qui lui jouis avec passions des avantages de européen soumis a sa terreur islamique dans une orgie nihilistes il vole,viole,massacres,humilies,torture.Et part un jeux inversement illusion les médias collabo font croire que les racistes sont français de souche blanc européens alors que dans la réalité les raciste sont le plus souvent des islamiques musulmans qui dans toutes… lire la suite

Odette Lejeune

Ce n’est pas la première fois je dis les raciste ce n’est pas pas nous c’est ceux qui envahissent nôtre pays , il faut arrêter de dire que les français sont raciste c’est ceux qui viennent chez nous en plus nous n’avons le droit de nous défendre sinon la tôle c’est pour nous ordre de nôtre gouvernement

Anne-Marie G

Ce qui cause autant de tort que les mondialistes ce sont tous ces intellos de gauche et les politicards qui de droite ou de gauche ne cessent de culpabiliser « l’homme blanc », que ce soit pour la colonisation, l’esclavage ou la shoah. Et leur chantage permanent : si vous êtes contre l’immigrationnisme, vous êtes raciste. Comment le peuple peut-il lutter contre ce terrorisme intellectuel ? il ne comprend pas qu’être attaché à sa terre ancestrale et rejeter pour cela l’immigrationnisme est devenu du racisme. Il lui est interdit sous peine de la même accusation de prédire sa disparition ! Il faudrait expliciter la perversité de cette idéologie qui assimile patriotisme à… lire la suite

sleazy

rire avec
http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
2017/10/pere-noel-t-y-crois.html

P.Hillout

M. Camus, votre mémoire doit vous jouer des tours!
Citer l’Amérique du Nord, l’Australie et la Nouvelle-Zélande comme « Pays de la race blanche », c’est ignorer la préexistence des Amérindiens et des Aborigènes.
Pour ces peuples, oui, on parle de génocide. Décimés par nos maladies, parqués dans des réserves et dépouillés de leur culture, c’est un « détail de l’histoire » pour vous?

Captain Cook

Non, j’ai compris le contraire, il dit que les peuples de ces grands pays ont été submergés par des Européens, comme nous le sommes aujourd’hui à la puissance 100 (1000 pour moi pour ce qui est de la France); D’autre part n’attendez Pas de Grandeur d’âme, ni de correction de leur comportement par le dit ‘tiers monde’. Les Européens tentent de se corriger, reconnaissent leurs erreurs. Les envahisseurs arrivent par millions, réclament, s’octroient 1 droit (indigène) comme les Aborigènes d’Australie (« le vol permanent de notre terre »); Ce sont des usurpateurs, Trop à dire sur ce pays que j’ai bien connu.// Australie blanche un peu plus de 20 millions en 230… lire la suite

Anne-Marie G

Un détail de l’histoire en effet, pour nos mondialistes qui ne nous réservent même pas, à nous autochtones de réserves où nous retrouvaient en paix, libres d’entretenir la mémoire vive de nos ancêtres sans censure politiquement correcte. Si les mondialistes veulent parquer les autochtones dans des réserves sur leurs propres terres, je suis prête à signer, à la condition bien sûr d’avoir la sécurité, l’accès libre à notre patrimoine historique, l’auto-détermination, etc. C’est ce qui pourrait arriver si les pays du Visegrad se battent, soutenus par les patriotes candidats au réservisme, pour que le globalement correct leur fiche la paix. Mais cela n’arrivera pas sans une résistance farouche.

Vindicta

Ce n’est pas l’Islam le problème , ce sont les Collabos , les Collabos comme en 40 et comme pendant la guerre d’Algérie ( cf Les porteurs de valises ) .

Durand

Ah bon !
Alors, vive l’islam en FRANCE !

Non, évidemment.

Faudrait dire, dans votre optique, que le « problème », pour reprendre votre terminologie, c’est la conjonction, à tout le moins sur le sol de FRANCE, de l’islam et des collabos.

Mais dire que « l’islam n’est pas le problème »…

Pélagie La Charrette

Si ,vindicta le problème c’est l’islam !! ne faites pas de comparaisons hasardeuses ,les collabos de 40 ne sont pas les mêmes et les collabos de la guerre d’Algérue sont encore une autre sorte !! de même qu’on ne peut comparer ce que nous subissons de nos jours avec une guerre de conquête et une guerre pour retrouver l’indépendance ;mais le problème est bien l’islam !!!!

Maya55

Je m’excuse mais c’est une lapalissade de dire : Sans l’islam pas de collabos . Le problème c’est l’islam qui fabrique des collabos à son service . Les collabos n’existaient pas quand les musulmans étaient moins nombreux et qu’il n’y avait pas de mosquées en France . Un exemple, rappelez vous il y a pas si longtemps, les chiens de garde de la pensée unique n’existaient pas , tout comme la non-information des medias . Personnellement je situe ce changement à partir de 2012 c’est là qu’il y a eu un virage pro-islam très net chez les gauchistes et dans les médias . Donc moins d’Islam = moins ou pas… lire la suite

Brouillon

Ben mon vieux, il n’y va pas de main morte Renaud. Cet article est tellement bon, bien qu’un peu longuet, que je le fais suivre à mes contacts.

dufaitrez

Discours d’intronisation à l’Académie Française » ? Il le mérite !
Richelieu serait fier de vous accueillir !

Marie d\'Aragon

Remarquable ! Je partage totalement votre avis !
Marie d’A

Av 75

Merci à vous et votre engagement sans faille…Appelons un chat un chat, non à la novlangue..on me sait Fn et on me traite de raciste voire asocial car je dis ce qui est..certains ne me parlent même à la Paroisse..et je refuse de ne pas dire les choses et de jouer les bisounours..car dire est reconnaitre et ensuite agir..
Oui nous sommes colonisés et c est la guerre qui ne dit pas son nom…

Pélagie La Charrette

Nous sommes tous logés à la même enseigne ,tous ceux qui votent FN et ne s’en cachent pas ,tout ce que nous pouvons dire est raciste et d’extrême droite ,on connait le refrain ,d’ailleurs même ceux qui sans voter Fn disent qu’il en ont marre des musulmans ,de leurs éternelles pleurnicheries et revendications sont traités de racisme ,il n’y a que quand nous parlons du procès merah de sa mère honteusement logée au frais du contribuable près de la prison de son fils et des victimes de son frère ,qu’on n’entend pas et qu’on ne lit pas leurs commentaires ,toujours les mêmes au mot près , on ne les lit… lire la suite

Odette Lejeune

pourquoi la mère de marah a trouvé a ce loger pas loin de la prison de son fils c’est la meilleur celle là et les français couches dehors les gens sont aussi bête pour donner a cette femmes avec nôtre argent que la France est Co….

Pélagie La Charrette

Suite ) sur l’AAH qui est versée au bléssés et handicapés revenus du Jihad ,on ne les a pas entendu lors des égorgements à  » domicile » du prêtre ,du couple de policier et non plus pour celui du patron d’entreprise !!
Ils n’ont aucun argument et ne savent que répéter les mêmes débilités !!!

bon sens

tous ceux qui oeuvrent à notre déconstruction devraient relire ce passage de 1984 de G. Orwell :
«D’une façon ou d’une autre, vous échouerez. Tôt ou tard, ils verront qui vous êtes et vous déchireront. La vie vous vaincra. Il y a quelque chose dans l’univers, je ne sais quoi, un esprit, un principe que vous n’abattrez jamais.»

reuri

Les magazines féministes à la con font la propagande du transgendérisme des enfants , comment se fait il que cela ne soit pas encore interdit ? Une honte :
https://www.youtube.com/watch?v=bdCXxUxI-WE
Dégénérescence des blancs , un des symptômes , l’utilisation des enfants pour le terrorisme transgenre :
https://www.youtube.com/watch?v=bdCXxUxI-WE

Les anglo saxons sont encore plus dans la merde que nous.

Jacques Barrio

Renaud Camus,votre cri de patriote est magnifique. Et votre analyse de la situation est sans défaut.Puissiez-vous etre entendu par beaucoup… Si rien n’est fait, notre belle civilisation va disparaitre. Ce serait une grande régression pour l’Humanité.

hathoriti

Absolument remarquable ! Tout est dit ! Rien à ajouter ! La langue française est aussi parfaite que le développement du sujet ! Ah ! Mais,c’est vrai ! C’est du Renaud Camus !

Dédénembrouillepas

Où est le Christ dans ce discours ?
« ce credo quia absurdum — je crois parce que c’est absurde, comme pour la Trinité ou l’Immaculée Conception — »
…Monsieur Renaud Camus veut nous dire que l’Immaculée conception ou la Trinité , c’est absurde ???
Je bloque, là, cette lacune de la méconnaissance de l’espérance chrétienne est …épouvantable ! La France s’est toujours relevée et a été , est et sera grande grâce à elle !

Brouillon

Bien sûr que c’est absurde. Seuls des croyants aveugles peuvent accepter ça. Si on croit à de telles fadaises, on peut alors gober celles du coran et de la sira, entre autres.

Vicent L.

Brouillon…

Mais s’il s’agit de « fadaises »… pourquoi créer des divisions sur ces points… elles vous font mal dans votre vie de tous les jours l’immaculée conception et la Trinité ? Quand on veut être totalement français, il est impossible de faire abstraction du christianisme et du catéchisme. Et encore bien plus ennuyeux ici… de s’en moquer. Le seul point négatif, à mes yeux, de cette belle démonstration.

Brouillon

Non, ces fadaises ne me font pas de mal, mais je pense avoir le devoir de m’exprimer ainsi et d’approuver l’auteur de cet article sur ce point comme sur les autres. Toutes ces légendes abêtissent les gens.

Vincent L.

Oui mais il y a quand même une légère contradiction. Vous voulez rester français et c’est très bien. Moi aussi j’aimerais bien rester français. Mais la France s’est bâtie avec le christianisme du Ve au XIXe siècle. La foi était présente chez la plupart de ses habitants. Si la foi rend idiot, les Français historiquement sont des idiots. Inutile de se battre pour une telle civilisation. Pour mémoire, Pasteur allait à la messe. Je connais personnellement un chirurgien et un gynécologue qui vont régulièrement à la messe. Mais bien sûr je vous laisse l’entière liberté de dire que les chrétiens sont des idiots. Si tel est votre devoir, je n’ai… lire la suite

Brouillon

J’ai d’autant plus d’estime pour Jésus, qu’il n’était pas le fils de Dieu, qu’il s’est réellement sacrifié, sans être pistonné par le ciel, sans avoir ressuscité. La légende ne le grandit pas. Jésus était un grand initié qui a tenté de changer le monde. Hélas, il n’y a pas réussi, et les chrétiens ne l’ont pas beaucoup aidé.

Lotus bleu

Laisse tomber Brouillon, certains cathos sont autant fêlés que les musulmans. Ils nous font chier ces cathos avec leurs conneries ou fadaises, leur immaculée conception, leur trinité, leur eucharistie, leur mystère de la rédemption, leur baptême, leurs dogmes, leurs sacrements. Il faut vraiment être cinglé pour croire à leurs conneries. Mais de moins en moins de Français les croient, c’est un grand soulagement. Et moi, je dis, que c’est de leur faute si la France est tombée aussi bas, car ils ont crétinisé, durant des centaines d’années, des millions de nos compatriotes, ils en ont fait des légumes.

Anne-Marie G

et vous aussi vous nous faites chier avec votre rengaine contre « les cathos ». C’est facile de critiquer « les cathos » mais vous oubliez que notre civilisation est « judéo-chrétienne », courageux lotus bleu. Qui dit civilisation judéo-chrétienne, dit aussi judaïsme. Alors vous les trouvez bêtes nos compatriotes juifs ? Ah qu’ils étaient bêtes aussi ces Gaulois de craindre que le ciel pouvait leur tomber sur la tête, de vrais « légumes ». J’aurais bien voulu vous y voir à ces époques d’ignorance, de grande misère où les peuples survivaient difficilement dans de rudes conditions face à une nature hostile toute puissante. C’est facile à notre époque tout confort et sécurité de se gausser de nos… lire la suite

NAGYONroszulvagyok

Monsieur,il est pratique de tout mélanger,on nous y aide volontier,oublions un instant cette égise où moi même, je ne met plus les pieds,leur ligne directive est totalement absconde.Alors,croyez ou ne croyez pas,là n’est pas mon propos. Je veux parler de postulat,voilà ! Jésus,peut sembler une fable ou non,selon le point où l’on se place,de même que pour vous,l’amour,l’intelligence,que vous portez en vous,sont de vous, ou viennent de la nature qui est matière,matière qui pour moi est une scorie de l’esprit,et le Dieu du bien celui qui est, est ésprit,pour moi non seulement,l’intelligence,l’amour,la sagesse,l’esperance, sont de Dieu,mais elles sont Dieu,lui même et est,sont source de vie.LA suite ?

Philemon

@nagyon: vous aimez les virgules, vous.

NAGYONroszulvagyok

Jésus,n’a jamais parlé de guerre au sens de s’entre tripailler,là ou nous pensons matière,lui pense ésprit et ne peut,être autrement que ,celui qu’ il est.Il n’a jamais commis le mal,ni réclamé vengeance,ni de convertire quiconque par la force,mais par le miracle de l’ésprit,par l’exemple .Alors.oui et pourtant,des hommes de l’église en pierre,l’ont fait,c’est tellement,plus facile et pratique, la force qu’ il n’y est point d’ésprit.Les écritures sont parvenus,mais au prix que Jésus est éclaboussé par leur folie.Tant que nous sommes dans la folie restons y parlons du scandale,des scandales de l’aveuglement de certains,alors oui,les gens,ne comprennent plus rien à tout ça et sur le fond,ils ont sainement raison.Jésus n’a jamais… lire la suite

NAGYONroszulvagyok

Et éloigneront ainsi les gens de ma parole et pourront fuir écoeurés, loin de moi,non pas du tout,jamais, »qu’un seul d’entre vous scandalise,un seul de ces petit qui croit en moi et il eut mieux valu pour lui qu’il fut attaché,à une de ces meule que font tourner les ânes et qu’il fut jeté à la mer. »Donc toute chose est portée,à sa connaissance mais pour autant,est il l’auteur,de la stupidité humaine,crasse.Crévaindiob !

NAGYONroszulvagyok

Si vous pensez matière quand lui pense ésprit,vous faites à côté du pot,si je puis dire !Jésus n’a jamais dit,il faut tuer ceux qui ne croient pas en mon nom.Non jamais,il n’a jamais proclamé celà !Par contre,ce que vous nomez aussi religion et que moi,je nome secte maléfique ou des assassins,depuis son avenement,machin,a toujours prôné de tuer,de violer,de voler,afin de soumettre les gens ,au mal institutionalisé.Il me semble donc, Monsieur que vous évoquiez,à divrses degrés, les pharisiens,du monde, d’avant,de pendant et d’après;Oui du monde,en somme….Qui est Dieu ?

NAGYONroszulvagyok

Last, la lumière est venu dans le monde pour sauver ce qui peut encore l’être et certains,chargés de transmettre la parole, s’amusent dans l’église en pierre à éloigner les gens de la vraie lumière ,de vérité,par pur folie,égoïsme,inconscience,un vrai jeu de massacre ! la lumière est venu dans le monde,alors,oui,vous trouverez,dans votre bol de soupe,le bien et le mal,intimement mélangés,comme en vous,en moi et tous et en tout,dans ce monde.Ceci dit, il nous dit de faire au mieux,dans le bien.L’église de Rome est lâche,sans parler du papazzo,pazzo=fou, Lâche car elle n’a pas,par manque de discernement,la force de tenir,la doctrine du Christ,ET s’associe veulement à la folie du monde,tout est pareil,si… lire la suite

NAGYONroszulvagyok

Et on y comprend plus rien,sinon que les grands prètre du temple des pharisien,ont persisté au sein même, de cette entreprise,sarl.pour eux être chrétien,c’est pareil qu’être machiniste ou même luciferien,pour eux tout se vaut,tout est pareil,cette boutique,est une boutique de vagues souvenirs.Etouffé l’esprit de Dieu,sous le boisseau..Eglise veut dire rassemblement,on peut tout aussi bien rassembler des cochons,des voleurs, des asssassins.mais l’église du Saint-Esprit,c’est autre chose.Il faut méditer encore et encore, »Tu t’appellles Pierre et sur toi,je fonderai Mon église. Ok,davaï ?!!!

NAGYONroszulvagyok

Je voulais dire Jésus éclaboussé par la folie,d’ hommes ,censés le servir;

Saint Georges

@lotus bleu: ta gueule, le parpaillot allié objectif des muz, hérétique de mes 2.

Thomas

Vous savez, il y en a qui croit que le monde est là par hasard et cela sans preuve;

Il vaut mieux croire au sur-naturel étayé par les faits comme les miracles attesté pr des médecins…

Mais bon, cela est gênant, car cela ne permet plus de considérer le vice comme une liberté… et donc l’anarchie-moral comme un bien…

Vous ne sauverez pas la France par les principes qui sont la cause de sa perte…

Quant à considérer que toutes les religions se valent, c’est la cause de la montée de l’Islam défendue par la laïcité et la franc-maçonnerie. Aucun Etat catholique n’aurait laissé l’islam s’installer chez lui…

Odette Lejeune

Si nous partions sur la lune le temps que cela ce passe
ha ha ha

Brouillon

Les religions se valent épisodiquement par les horreurs qu’elles pratiquent. Il n’empêche que le message du Christ est totalement opposé à celui de Mahomet. Les chrétiens se sont laissés aller à pratiquer l’inverse du message. Les mahométans appliquent celui de Mahomet à la lettre. S’il y a eu des exactions chrétiennes, celles de l’islam sont sans fin car elles réalisent la parole d’Allah, incréée, éternelle et irréfragable. Ne vous fatiguez pas à me prendre pour un cul bénit, je suis athée.

Pélagie La Charrette

Bien dit ,Brouillon !!!

Anne-Marie G

Ben moi je crois à l’infini, même si la raison ne peut l’expliquer. L’infini c’est absurde et pourtant force est de constater que ça existe. Autrement comment vous l’expliquez vous l’infini ?

Brouillon

Anne-Marie, on n’explique pas l’infini, on l’accepte comme une notion abstraite. Il est hors de notre compréhension.

Anne-Marie G

« Je crois parce que c’est absurde » est l’argument paradoxal utilisé par Tertullien pour justifier la foi dans le Christ, Dieu seul pouvant faire des choses inexplicables pour la raison humaine.

Charles DALGER

Totalement d’accord avec Renaud CAMUS.

Personnellement,, j’ai commencé à utiliser un langage très fort, contre la propagande des merdia de francekipu, dès la libération du langage anti-juif, par le ténia chiracaille, en personne, le 1er octobre 2000. Et comme le craignait R. CAMUS, je me suis fait traité de tous les noms, par les mollusques à la têtes des institutions juives en France.

Hier encore, sur l’un de mes compte Facebook, j’ai défendu R. CAMUS contre Michel ZERBIB, rédac-chef de Radio J.

Ca ne sert à rien d’essayer de convaincre les cons. Ils sont incapables de comprendre.

Joël (1)

Très beau texte « hélas » visionnaire de Mr Camus! Au risque de brusquer les pisses froid, je dirais ceci: Hitler quoique l’on en pense était le dernier sauveur de la race blanche fusse t-elle cette dernière Aryenne! Ce qui ne m’émeut pas du tout en ceci que je préfère pour notre peuple Européen des visages taillés à la serpe au QI de 100 plutôt qu’hériter une population hirsute avec faciès négroïde couplé de ses codes intellectuels plutôt limités aux vues de son patrimoine culturel et scientifique en terre d’Afrique! Sachons êtres honnêtes et reconnaître que c’est la catin de république maçonnique qui planifie la destruction de la France et de son… lire la suite

Vincent L.

Pourquoi cette référence à Hitler qui n’était le sauveur de rien du tout mais le responsable de millions de morts. Je ne veux la mort de personne. Je veux vivre tranquillement dans ma patrie et si je suis entraîné dans la violence ce n’est uniquement dans la défense de ma civilisation et aucunement dans celui de ma race ou dans la mort d’une autre race. Je préfère un Berbère authentiquement français à un de souche qui est un pur collaborateur. Dans la mesure où les exogènes restent une minorité.

Odette Lejeune

et si commencer par nous donner des armes nous pourrions nous défendre, au lieux de nous faire tuer comme des lapins car les lapins courent plus vite que nous

Vincent L.

Vous avez raison dans l’absolu. Mais les armes sont des moyens. Il faut d’abord avoir envie de se défendre et de préserver notre civilisation. Et je ne pense pas qu’aujourd’hui nos concitoyens aient envie majoritairement de préserver leur civilisation.

Leresistant

Oui, d’accord avec vous !!

Vera

La langue de R.Camus…nous l’aimerions voir se la réaliser, comme un appel fait aux Dieux!

economides

sauvons notre pays?beaucoup trop de mots inutiles si on ne prend pas en compte l’acharnement de l’Europe a déclencher des conflits à l’ Etranger pour des intérêts financiers; rendons aux Africains leur indépendance monétaire, cessons de se voiler la face, la France a tressée la corde qui va la pendre si elle se refuse à rendre à César ce qui appartient à César!

JILL

On a réussi à mettre les nazis dehors ;mais avec ceux-là comment on va faire ?

Maya55

« On » ? a réussi à mettre les nazis dehors Avec les Américains et les Anglais !
La solution 100% francaise c’est la REMIGRATION comme le dit si bien R.Camus et contrôler les frontières bien évidemment .
Contre les nazis il y avait des militaires aujourd’hui ce n’est pas une occupation militaire consécutive à une guerre .
Il s’agit d’immigration , de population civile le problème est différent .
C’est avec des mesures énergiques à l’exemple des pays de l’Est ( l’Algérie quant à elle se débarrasse très bien des migrants ) que le Gouvernement y arrivera .

Odette Lejeune

mais nous avions des soldats de nôtre cotés

Brouillon

Comme dit l’adage, « on » est un con sans définition.

Odette Lejeune

nous n’avons pas d’armes comment voulez vous faire

JILL

Colonisation,invasion,
islamisation,insécurité,on cumule ;sans compter l’incidence économique de toute cette population désoeuvrée et à la charge du contribuable.

angora

j’apprends sur Résistance républicaine que l’UEJF a porté plainte contre Renaud Camus.
au fait ces « étudiants » c’est quoi qu’ils étudient ? et c’est quand qu’ils vont travailler?
toujours aussi nuisibles!

laurance

Malheureusement on leur permet de se croire les rois du monde. Comme les musulmans maintenant….. Quelle vermine …..

bon sens

tout à fait en phase avec la notion du continuum de la nocence … les attentas ne sont pas tout !

il y a depuis des décennies toutes les atteintes à nos valeurs (depuis le rejet de l’école jusqu’aux voitures qui flambent à la saint sylvestre) nécessaires pour nous révolter et exiger l’assimilation ou la remigration d’une population qui nous pollue dans nos vies de tous les jours.

reuri

C’est clairement un génocide contre les blancs avec la participation active des « élites » blanches.
Tant qu’une majorité de français n »aura pas compris cela , le réveil n’est pas près d’arriver.
Pour commencer il faut boycotter les foyers infectieux de la propagande multiculturaliste comme hollywood (et par extension le cinoche français subventionné) qui soutient les racistes de black lives matter :

http://www.breitbart.com/big-hollywood/2017/09/06/george-clooney-black-lives-matter-all-about-supporting-racial-equality/

La presse pourrie, les marques merdiques comme starbucks, burger king, kellog etc… qui embauchent du migrant et virent les blancs, tout ça est à jeter à la poubelle.

cri

qu est ce que vous faite de SOS SOLIDARITES JEAN MARC BORELLO REGINA ZILBERGBERG TRES GRAVE

Echec&Mat

Sans reculade devant les mots, osons le dire, Macron adepte de la MHI (Matière Humaine Indifférenciée) est un ESCLAVAGISTE. Aujourd’hui, la France est gouvernée par un esclavagiste que celà soit dit et répété. Au peuple et à la Nation toute entière de se libérer avant qu’il ne soit trop tard et que la France devienne un vaste camp de concentration, géré par la high-tech ! Plus besoin de barbelés, grâce à l’ingénierie sociale, l’individu lambda, déjà lourdement formaté par le « mind control », le management négatif, le reality-building, le virtualisme etc..a perdu ses repères. De ce fait il est mûr pour « le Soleil vert ».

OCTAVE DE MEQUERVILLE

On ne reconnait plus le Renaud Camus de la Campagne de France et du Répertoire des Délicatesses . Alain Finkelkraut est passé par là .. Il y a des formes de  » Remplacisme  » encore plus pernicieux . C’est celui qui impose au devoir de Vérité et de Liberté la mission concomitante de courtage et qui travestit toute exigence ou tout désir d’Universalité en un détail de l’Essentialisme tribal normalisé ..Nous sommes désolés Monsieur Renaud , nous ne voyons aucune Grécité (au sens d’une élévation socratique de l’Énoncé du Sens et du Logos ) dans votre évaluation de l’Histoire , ni dans vos validations éthiques .. Vous étiez plus heureux… lire la suite

Joël (1)

PPPFFFFFUUUUUUIIIIIIIITTTTTTTTTTT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Vera

Ou comment en jeter plein la figure tout en rendant une langue imperméable à la compréhension.

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément

Brouillon

Houlà, que c’est bien dit ! Mais en clair qu’est-ce que ça veut bien vouloir dire ?

JEAN PN

« Colonisation, Occupation, Génocide, Négationnisme : c’est cela que subit notre France » … et les français laissent faire ! Quand se réveilleront-ils, quand il sera trop tard ???…

cri

tous ces gens comme REGINE ET JEAN MARC BORRELLO SONT LES ALLIES DE GEORGES SOROS qu est ce qu on attend pour se reveiller

cri

attaquons nous a Sos Solidarites

Pélagie La Charrette

Non ,tous les français ne laissent pas faire ,mais ils ont besoin d’un homme fort ou d’une femme d’ailleurs ,pour les mener !!

Brouillon

Pélagie, l’homme fort arrive. Lisez donc le livre « Les dernières victoires de Nostradamus » de Vlaicu Ionescu, et vous saurez pourquoi.

Mathieu

Vous ne dites pas l’essentiel, ni ne nommer l’ennemi pernicieux ; le colon des esprits, des cœurs et des âmes ( lesquelles en vérité Monsieur Camus n’ont rien d’innocentes bien au contraire ) : ce colon général est Manon. C’est l’avènement de religion matérialiste, individualiste, libertaire, qui permet en tout premier la tragédie en cours. Qui pleurez-vous au juste ? Ceux qui exterminent les enfants dans le ventre de leurs femmes ?… Ceux qui marient les hommes aux hommes et leur donnent droit d’adopter ou de procréer ?… Des petits jouisseurs sans lendemains qui ont abandonné leurs frontières, leurs monnaies, leurs armées ?… Les dieux des musulmans et des juifs… lire la suite

Vera

Oui j’adhère à l’approfondissement de cette analyse….

Luc Charles

En 1924′ Hitler ėcrivait ceci:’ la France même doit être comptée au nombre de ces états. Non seulement qu’elle complète son armée grâce aux ressources des populations de couleur de son gigantesque empire, mais aussi du fait de son envahissement par les noirs fait des progrès si rapide que l’on peut vraiment parler de la naissance d’un état africain sur le sol européen. Si l’évolution de la France se prolongeait dans son style actuel, les derniers restes du sang franc disparaîtraient dans l’état mulatre africano européen qui est en train de se constituer.’ Hitler, cet ignoble personnage qui a toutefois été sacrément visionnaire sur ce coup là.

Pélagie La Charrette

On a vu le résultat !!! ne me faites pas rire ,thomas !!

Mer d\'alors

@thomas: hitler rose bonbon, on aura tout lu ici comme conneries.

Bartabac

Je ne partage pas toutes vos affirmations et opinions, mais cela donne néanmoins à penser.

Echec&Mat

« Une vérité fondamentale peut servir de socle à une montagne de mensonges et si vous creusez suffisamment dans cette montagne de mensonges pour en extraire la vérité et l’exposer au sommet de la montagne de mensonges, alors la montagne de mensonges va s’écrouler sous le poids de cette vérité devenue d’une telle puissance que toute la structure mensongère qui fut constituée, subira une formidable onde de choc qui se propagera sur la Terre et finira par réveiller ceux là même qui avaient choisi le déni de la vérité » (traduit de l’anglais, d’après Delamer Duverus) C’est donc bien ce que fait Renaud Camus. Lorsque la vérité va devenir incontrôlable c’est alors… lire la suite

Joël (1)

Souhaitons le ardemment! attendons avec impatience l’étincelle salvatrice qui libérera le Peuple Français de ses liens idéologiques! Il faudra dès lors faire marcher la veuve « guillotine » envers les traîtres et ses affidés médias en scrutant la « police et gendarmerie  » qui participent avec zèle à notre soumission par un harcèlement judiciaire dans tous les actes de la vie! Ce ne sont plus que des milices aux ordres d’une dictature, et non des fonctionnaires à la protection de nos Concitoyens! Tout au plus sont-ils devenus des spadassins armés au services d’une magistrature qui planifie la mort de la France ce à l’adresse de leur idéologie satanique de 1789 qui fit naître… lire la suite

Brouillon

C’est inéluctable.

Victor hallidee

Renaud Camus, chapeau bas ! Votre analyse en son fond et forme est admirable. Je suis d’accord avec vous. Il ne s’agit plus de politique mais d’Histoire. « L’union des droite » est à côté de la plaque. Il faut une large union des peuples européens pour refouler les colonisateurs et… vaincre les « gouvernances » qui ont organisé ce génocide de remplacement ethnique et civilisationnel.

MARC FRITZ

Que c’est saoulant ces constantes références au nazisme et maintenant au négationnisme…surtout de la part de quelqu’un qui prétend nous expliquer les choses alors qu’il n’a absolument rien compris…pour finir son blabla par il faut se battre…
non! sans blague???
Relire du françois BRIGNEAU d’il y a plus de trente ans a plus d’intérêt que du Camus d’aujourd’hui…

keltoy

Marc Fritz @ E quelles références invoqueriez vous donc pour galvaniser les troupes,et expliquer la situation, je doute que votre laïus soit plus étayé et vraisemblable: sinon vous seriez vous aussi contributeur et connu de nous! Ne fritzer pas le ridicule. vous ne goûtez pas la prose de m.Camus,soit, faites mieux et nimbez nous de votre compréhension ultime puisque vous prétendez savoir!

MARC FRITZ

Keltoy @ Je n’ai jamais prétendu faire mieux que qui que ce soit. En 2017, constater: – que le communautarisme a tué la République -que l’immigration de masse a été une catastrophe pour l’Europe – que les Autorités sont d’une lâcheté coupable avec l’Islam n’a rien d’une prouesse intellectuelle, c’est juste le minimum syndical d’honnêteté intellectuelle. Il y a quarante ans et plus, des auteurs (dont Brigneau fait partie) nous ont prévenu de ce qui était en train de se mettre en place et qu’elles en seraient les conséquences…Comment ont ils pu être à ce point visionnaire? Parce que leur analyse était bien plus juste et profonde que celle d’un… lire la suite

France-org

Monsieur Marc Fritz . Au fond votre pensée rejoint celle de Renaud Camus. Le constat est limpide. Les Français souhaitent redresser leur pays et retrouver ses valeurs .Chaque jour je rencontre des gens qui ouvrent les yeux . Le souci , c’est qu’ils comptent sur l’autre pour agir . Je leur livre ma propre expérience et je les quitte en leur laissant leur leader chip . Prenez vos responsabilités et rejoigniez les « résistants ». Je fais un travail de fond . Si comme moi, un , deux , dix , vingt etc …..font ce travail qui invitent le peuple à rejoindre le CNR et certains mouvements de résistances nous pourrons nous… lire la suite

keltoy

je vous remercie de cette réponse ,et j’entends bien vos propos, moi qui suis versé dans la SF, je peux dire que nombre d’écrivains de fiction avaient préssentis des évenements similaires dans de multiples synopsis. mais plus des personnes ayant une notoriété cibleront le problème, plus leur public fera ce constat évident, plus nous aurons de chance d’avancer,comme vous évoquez Ordre nouveau ,je suppose que vous n’êtes pas un perdreau de l’année et je comprends votre agacement au vu de la lacheté et de la dhimminitude volontaire des fientes qui hantent ce pays et ceux alentours: je reste persuadé que la France est la principale cible de ce complot,car si… lire la suite

psyve

Oui François Brigneau collabo ex milicien une raclure que notre pays a produit et qui aurait mérité d’être fusillé à la libération, excusez du peu, M Camus est beaucoup plus intéressant et infiniment plus respectable.

Patrick Z

Sauf que Brigneau s’est engagé dans la Milice…après le débarquement américain en Normandie !
C’est à dire au moment où la défaite se profilait pour l’Allemagne, il s’agissait donc d’un acte de courage et non pas de soumission au vainqueur, contrairement à tant d’autres qui en 1944 essayaient de faire oublier leur passé de « collabo ».
Des François Brigneau il en faudrait beaucoup aujourd’hui pour combattre le remplacisme.

MARC FRITZ

psyve@ Ce sont des gens qui étaient considérés comme très intéressants et très respectable qui ont construit le cauchemar actuel… Posez vous la question pourquoi le camp d’en face ne lâche jamais ces anciens maoïstes, ces anciens staliniens, ces anciens porteurs de valises et ne lâche même pas les jihadistes… Renaud Camus souhaite encourager les européens à se battre, à résister…c’est louable…sauf que les seuls européens qui se battent, c’est ceux du camp d’en face… Sauf catastrophe économique majeure et rapide, ce peuple européen ne se battra pas pour sa survie…et ce n’est pas en reprenant tout les poncifs de l’idéologie de la haine de soi qui le tétanise depuis… lire la suite

Joël (1)

Mr Camus est un homme respectable et de grande valeur! Mais ce sont des hommes et des guerriers qu’il faudra fussent comme Mr Brigneau, armés d’idéologie opposée au bon sens citoyen libéral/libertaire! Ceux d’en face « islam, maghrébins et africains » ne se posent pas ce genre d’équations soporifiques! Eux ils s’en tapent de leurs tortionnaires historique! Ils prient leur idéologie et tuent décomplexés!

StrikeBack

Renaud Camus mérite le respect, même s’il rabâche des lieux communs qui ont force de pédagogie pour ceux et celles qui n’auraient encore rien compris. Après cette épreuve de discernement, le plus difficile selon W. Churchill, va être de « passer d’une intense clarté de l’esprit, avec une promptitude dans l’action ». Sommes nous préparés pour le faire ? Ce genre d’action pour réussir ne s’improvise pas ! L’Histoire est là pour nous fournir des leçons. Nous mêmes Français en notre temps, futent à la pointe du savoir faire. Lisons ou relisons Roger Trinquier,David Galula, voire récemment, Vincent Desportes. Après on pourra passer aux travaux pratiques. Comme il est écrit : il… lire la suite

Brouillon

Ce sont des intellos qui ont présidé aux évolutions et aux révolutions, ce sont les citoyens-soldats qui les ont menées à terme, pour le meilleur comme pour le pire. Mr Renaud Camus est l’un de ces intellos.

Titus

On peut dire et penser tout le mal que l’on veut de Renaud Camus, n’empêche que ce texte est ce que j’ai lu de plus intelligent et de mieux écrit, sur ce sujet, depuis très longtemps.
Oui, vraiment, chapeau bas Monsieur camus !

Jeff

Entièrement d’accord ! En plus d’être courageux, Renaud Camus est intellectuellement brillant. Ceux des patriotes qui l’égratignent ou l’attaquent feraient mieux de réserver leurs coups pour nos vrais ennemis.
Vu notre petit nombre, ce serait folie de ne pas être soudés.

Mireille

D’accord avec vous. Cet eternel parallélisme avec le nazisme est épuisant. L’occupation actuelle n’a rien en commun avec la précédente. Les nazis étaient des Européens, qui venaient avec des tanks, des fusils t des soldats. Bref, une armée formée en bonne et due forme. Là, il s’agit de pouilleux venant par centaines de milliers en provenance d’autres continents, qui pensent avoir une meilleure vie que dans leur propre pays. Cet envahissement de l’Europe a un but bien défini, nous remplacer, ce qui n’était pas le cas des Allemands, eux menaient une guerre idéologique, avec annexion et occupation du territoire. Pour en finir avec les comparaisons, les Allemands sont plus près… lire la suite

hathoriti

Je vous approuve, Mireille et on va se faire taper dessus ! Dire que les Allemands de 39/45 étaient et sont plus proches de nous que les crasseux remplis de germes et de vermine en plus de leur religion totalitaire qu’ils veulent nous imposer par la terreur, c’est risqué !

Mireille

@hathority Loin de moi l’idée d’approuver le nazisme et toutes ses horreurs. J’ai voulu différencier les deux totalitarismes, celui de WW2, et celui qui est en train de se construire de manières plus soft, à savoir sans armes et sans déclaration de guerre, comme fut le précédent. Ceci étant dit, je maintiens n le fait que les allemands sont plus près de nous en terme de culture, et en plus ils nous ont apporté la leur, Mozart, Beethoven etc, ce qui n’est absolument pas le cas des autres, même si quelques bobos ont cru déceler des futurs Moliere ou Racine parmi les nouveaux arrivant.

Joël (1)

Tout à fait! Il faudrait remonter au génocide des Vendéens sous la terreur de la (raipublique) pour enfin harmoniser les « valeurs universelles des violences! » Raz le bol de la messe 39/45 qui devient une litanie pro-mondialiste dont la manipulation de Nuremberg nous tue sous couvert des droits de l’hommisme « africain »

Pélagie La Charrette

Je confirme ,la référence à Hitler sans arrêt c’est sâoulant !!

Mer d\'alors

Personne pour lui fermer sa gueule au troll nazi marc flic?? Modo tu fais quoi, tu attends un nouveau procès dans la tronche??