Colonisation : quelques rappels historiques aux adeptes de la repentance

Nous payons, et allons payer encore plus cher, les bienfaits de notre colonisation africaine.

Si nous en parlions un peu, de cette colonisation africaine.

Avant 1830, le continent africain avait été tenu à l’écart de toute colonisation, à l’exception des territoires du sud, le Cap de Bonne Espérance en particulier.

Ce sera, en 1830, les territoires du Maghreb qui seront baptisés « Algérie » en 1839.

Les mouvements indépendantistes ont débuté peu après le début du XXe siècle. Ce siècle a donc connu le développement de la colonisation et sa fin, dans des conditions dramatiques.

Mais ces quelques décennies ne sont qu’une partie de la longue histoire du continent africain.

Ce que l’on peut affirmer c’est que la colonisation de l’Afrique lui a permis de connaître une progression paisible, la fin des razzias esclavagistes et les guerres tribales.

De vastes territoires n’eurent plus à se protéger des enlèvements de la population sédentaire par les bandes arabo-musulmanes, notamment le Nigeria, le Soudan, le Tchad ou le Sénégal, les plus exposés.

Les populations de ces pays ne se plaignent nullement de l’époque coloniale car ils sont conscients de la paix qu’elle leur a apportée.

En revanche, la mauvaise foi des descendants de ces peuples, pour le plus grand nombre à l’abri hors de l’Afrique, en Europe, aux Amériques ou dans les DOM-TOM, réfutent ce constat évident de vérité et réclament une « repentance » ou des « compensations financières » alors qu’ils n’existeraient plus s’ils étaient restés sur le continent africain.

L’Afrique sub-saharienne a ainsi connu une période de paix inespérée, avant le constat désespérant de ce qui s’y passe depuis la décolonisation.

Toutes ces populations étaient soignées gratuitement, alimentées correctement et pouvaient se déplacer en toute sécurité.

Quelques décennies plus tard, la situation est devenue dramatique : la famine, les conflits sanglants, les massacres d’ethnies, le génocide religieux et les épidémies, tout ce dont ils étaient protégés par la colonisation.

Prenons l’exemple de l’Afrique du Sud : ce pays à la pointe du progrès est devenu, en quelques décennies d’une soi-disant liberté, le champion de la criminalité et le constat affligeant de l’échec total du « vivre-ensemble ». Dans combien de décennies les Blancs l’auront-ils déserté, de gré ou de force ?

L’Afrique subsaharienne et le centre Afrique, avec l’immense Congo, sont livrés à l’appétit des bandes d’égorgeurs qui se le partagent et les groupes islamistes qui les terrorisent. Des guerres d’exterminations ethniques s’y déroulent sous l’indifférence impuissante.

Sur ses 52 pays, plus de 40 vivent, si l’on peut appeler cela vivre, grâce à la charité internationale.

La décolonisation trop rapide a profité aux prédateurs corrompus qui se sont enrichis, et continuent à s’enrichir, sur la misère des populations.

Mais cette colonisation, qui a eu des effets salutaires pour l’Afrique, nous présente aujourd’hui une facture à payer pour le bien-être que nous avons apporté et cette facture risque de mettre à mal nos économies, notre stabilité et notre avenir.

En effet, la colonisation, en mettant fin aux famines, aux grandes endémies, et en y développant les soins et l’hygiène, a permis à ces populations africaines de se multiplier, avec toutes les conséquences dramatiques pour l’Afrique et pour nous, Européens.

Ces simples chiffres font frémir : en 1900 le continent africain comptait 124 millions d’habitants. Ils étaient un milliard trois cent mille en 2018 et seront deux milliards cinq cent mille en 2050.

Les territoires se sont désertifiés et des villes tentaculaires se sont développées.

Nous avons créé des nations sans tenir compte des ethnies et un siècle aurait été nécessaire pour achever cette entreprise colossale de modernisation.

Toute une jeunesse, démunie de tout débouché dans son Afrique, nous promet une migration impossible à maîtriser pacifiquement qui met en péril notre avenir politique, social et même religieux et cela justifié, paraît-il, au nom d’une soi-disant culpabilité post-coloniale, qui nous dirige inévitablement vers la destruction progressive de nos racines, si nous ne parvenons pas à la régulariser. Ce qui n’a pas été réussi jusqu’à ce jour.

L’avenir de l’Europe est l’enjeu principal de cette invasion non maîtrisée.

N’attendons pas le point de « non- retour » car, alors, il sera sans doute trop tard !

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

23 Commentaires

    • L’histoire se déroule (…). N’ayez pas peur d’être minoritaire culturellement. N’ayez pas peur de quelque chose qui va se passer. Parce ce que ça va se passer. Ca s’appelle une mutation. L’Europe va muter. (…) Effectivement cette transformation peut être effrayante pour certains mais ils ne seront pas [plus] là pour voir l’aboutissement.
      Léonora Miano

  1. L’Afrique n’a pas besoin de repentance et je suis d’accord avec vous ni de mise sous tutelle par l’Europe, l’Amérique ou la Chine mais il faut que ces pays arrêtent d’exploiter les richesses de l’Afrique en corrompant les dirigeants locaux, qu’ils paient au vrai prix les ressources minières et agricoles des africains, qu’ils stoppent la contrebande d’arme.

  2. Sauf que c’est faux, le Sénégal a été colonisé en partie dès le 17ième siècle, en particulier pour pratiquer la traite négrières. La décolonisation a surtout permis de mettre en place des gouvernants locaux à la solde des anciens colonisateurs. La colonisation a complètement déstabilisée l’organisation des sociétés africaines, à partir de ce moment c’était déjà perdu. Oui la France et le Royaume Uni sont responsables de la situation actuelle de l’Afrique, pourquoi le nier ? Quand vous parlez de l’explosion démographique de l’Afrique, c’est bien les européens qui l’ont permises non ? De même le développement des mégapoles africaines est dû à l’effondrement des agricultures vivrières causées par la mondialisation et le réchauffement climatique.

  3. L’Afrique a donné naissance au Sapiens qui a tué le Néandertal, plus intelligent…
    L’Histoire recommence, et touche à sa fin…

  4. Il est certain que l’arrivée des Français dans ce Maghreb central Ottoman qui sera l’Algérie à infléchis l’Histoire. Comme l’arrivée des Francs en Gaulle Romaine qui donna son nom à votre pays, sauf que les Gaulois disparurent (ce qui ne fut pas le cas des futurs « Algériens »)! Les Algériens actuels auront du mal à admettre votre thèse pour nous on nous inculque que l’État Algérien a toujours existé du moins depuis l’arrivée des Arabes! Donc à quoi sert de débattre la dessus si tout le monde est content et demeure avec ses vues mythiques
    LIRE…
    http://popodoran.canalblog.com/archives/histoire_de_l_algerie_avec_groupe_de_recherche/index.html

    • Les Gaulois n’ont pas disparu.Les Français de Souche sont un mélange de Gaulois, Romains, Francs et autres tribus Barbares.Ceci jusqu’à la fin du XIX siècle (quasiment que des noms français sur les monuments de la guerre de 14). Ensuite arrivent les Italiens, puis les Espagnols et autres Européens.Aussi les Arméniens (mais comme réfugiés).Nous sommes restés Blancs jusque dans les années 70 environ.J’ai connu cette époque où nous n’étions que Blancs.On a le droit de le dire, merde.

  5. j’ai un atlas classique Hachette de 1912 .Si l’on étudie la carte de l’Afrique du début du XXème siècle , on constate que , pratiquement , seules les cotes, les vallées des grands fleuves, l’Afrique du sud en partie , le MAGHREB, et l’Egypte sont connus . Dans l’Afrique subsahélienne , parmi de grandes zones « imparfaitement connues  » subsistent des zones , non moins grandes « inexplorées »…L’impact du colon européen est très relatif , la colonisation ne porte en fait que sur les 30 années précédant les indépendances . Et la situation actuelle de l’Afrique relève des choix réalisés par les pays après l’indépendance ;

  6. Dommage qu’on (les colonisateurs) ait oublié d’exporter le « planning familial » car dans quelques décennies la terre n’aura plus assez d’espaces cultivables pour nourrir toute sa population. Les chinois ont bien réussi à limiter leurs naissances, pourquoi l’Afrique n’y arriverait pas ?

    • J.Elsé :Les chinois ,pendant toute la période communiste n’avaient pas le droit d’avoir plus d’un enfant .Mais qu’a-t-on fait dans ce sens en l’Afrique ? Des idées y’en a mais personne pour les mettre en route .Et en attendant , ils continuent à se multiplier .Ces peuples sont arriérés ,sans aucun savoir-faire,sans instruction ,sans culture ,sans connaissance aucune pour se dire qu’il faudrait arrêter de faire des enfants qu’ils ne sont même pas capables de nourrir ,tant ils sont pauvres dans leurs pays .Pourquoi les « bien-pensants » n’envoient-ils pas des délégués chez eux pour leur apprendre comment faire ,leurs distribuer les préservatifs et la pilule ?Car à ce rythme là faudra bientôt isoler l’Afrique (après tout ce n’est qu’une île )et les laisser crever la faim ou se démerder seuls .

  7. Nous avons créé des nations ( disons des pays) sans tenir compte des ethnies.Certes, mais vous oubliez de préciser qu’il il y a environ 800 ethnies en Afrique. On fait comment, comme disent si élégamment nos journalistes de service public et d’ailleurs ?

  8. Oui, je vois « la fin de l’Empire romain » dans la situation actuelle! Et si tout le monde lisait le livre de Kakou Ernest Tigori, « L’Afrique à désintoxiquer » (RL a publié mon commentaire) on pourrait espérer un sursaut de dignité… en Europe comme en Afrique!!

    • Vous avez raison, ce livre est à lire, très instructif. Je ne fais de la publicité

  9. C’est la fameuse théorie du liebensraum « Espace vital », énoncée fin XIX eme siècle par l’Allemand Ratzel. La colonisation est une nécessité fondée sur la démographie. L’Homme chasse en meute comme les loups. Au 19 ème siécle, l’Europe ne sait quoi faire de sa population pauvre et s’en débarrasse vers le Nouveau Monde. Mais quand ça bloque de ce coté, elle envoie d’office vers l’AFN, où ils crèvent comme des mouches d’ailleurs. Actuellement, l’Europe ne fait plus d’enfants. Le « De Souche » ne veut plus se salir les mains et travailler depuis le vendredi midi. De RTT en congés maladie; ils s’étonnent de voir les « zimigrés » prendre sa place. C’est la fin de l’Empire romain quand les praticiens romains se firent bouffer par les Germains qui se battaient pour eux, abrutis par leur bien être.

    • « Lebensraum »….non ? Car je ne vois pas ce que la chambre des amours vient faire ici….

  10. la france a colonisé des territoires sans valeurs, juste pour apporter la civilisations à des peuples inférieurs disait jules ferry
    contrairement à l’angleterre qui s’appropriait les diamants d’afrique du sud, les épices d’inde, les terres fertiles d’amérique du nord
    les français préféraient les cailloux du tchad, les sables su sahel, les marécages d’algérie

    • Tandis que les français pratiquaient une colonisation de masse, cherchant à soigner, nourrir, scolariser les masses, les anglais s’attachaient à angliciser et civiliser les élites, particulièrement aux Indes , les envoyant dans les universités anglaises pour en faire de parfaits gentlemans . Les français , j’ai connu cette époque envoyaient à l’école les enfants du boy, les équipaient pour la rentrée scolaire, payaient la cantine etc…sur leurs fonds propres . Au Cambodge, j’ai connu un gamin qui s’est ainsi retrouvé au lycée , puis comme il était doué à l’université à Paris, aux frais du patron français….HORRIBLE COLONIALISTE !

      • Il faut les laisser ,livrés à leur destin dans leur pays, à moins que l’on se considère bêtement la conscience du monde, ce qui jusqu’à maintenant n’a donné que des résultats déplorables.

  11. je pense qu’il est déjà trop tard pour nous , ils en est rentrer des millions et se reproduise a la vitesse de l éclair , 50 millions d arabe en Europe sont déjà la et les africains noir sont aussi nombreux que les arabes , l Europe veut en importer 50 millions de plus pour 2050 , ce raz de marée destructeur pourrait tous emporter et menace notre civilisation comme jamais auparavant , les blancs ne se reproduise plus du aux moyens contraceptifs et risque de disparaitre en 2 ou 3 siècles comme les indiens d Amérique ; bien que ceux ci furent placé dans des réserves , 90 % d entre eux ont disparus , les blancs ne seront jamais placé dans des réserves pour les préserver , ils se métisseront et disparaitront dans le métissage et le manque de natalité

Les commentaires sont fermés.