L’islam et ses fourmis légionnaires…

Publié le 23 août 2016 - par - 19 commentaires - 1 673 vues
Traduire la page en :

migrants

Et vous, si vous étiez l’I.S.L.A.M., que penseriez-vous de la situation actuelle en France et en Europe ?

Quel bilan tireriez-vous des actions accomplies au cours des dernières années dans ces pays de mécréants ?

Et quelles perspectives verriez-vous se dessiner pour l’avenir dans cet Occident détesté, méprisé et bientôt conquis ?

En bref, à l’Ouest, quoi de nouveau ?…

Il est toujours utile – et même indispensable – de se mettre, fût-ce pour quelques instants, dans la peau de son ennemi, dans sa tête, afin de le combattre plus efficacement. C’est d’ailleurs ce que font ces nouveaux experts de la police criminelle appelés profileurs qui traquent les tueurs en série et les psychopathes en tout genre.

Mais avant de se mettre à la place de son ennemi, encore faut-il en connaître la nature exacte.

L’I.S.L.A.M., qui n’est pas une religion, nous le savons tous, n’est pas non plus le S.P.E.C.T.R.E. des films de James Bond et n’a pas, à son sommet, de chef tout-puissant et mégalomane qu’il suffirait d’occire pour que s’effondre toute sa criminelle organisation. Ce serait trop simple.

Non, l’Internationale Sectaire de Laminage et d’Asservissement du Monde, plus connue sous son acronyme d’islam, n’est rien de tout cela. Elle est une secte, à coup sûr, elle en possède toutes les caractéristiques, mais elle est bien plus – et bien pis – que cela.

L’islam m’apparaît aujourd’hui comme un gigantesque organisme collectif, manière de colonie, à l’échelle planétaire, de monstrueux termites, de frelons enragés ou de fourmis légionnaires. Nous pourrions l’appeler marabunt’Allah

Les individus qui le composent – un milliard et demi, peu ou prou, sur toute la surface du globe – sont autant de cellules de cette colonie géante, avec chacune sa fonction propre pouvant varier au gré des circonstances.

Comme c’est toujours le cas pour ce type d’organismes, l’intelligence du tout est supérieure à la simple somme des intelligences de ses parties ; que les cellules soient ou non conscientes du rôle qu’elles ont à jouer importe peu : seul compte le résultat global de ces myriades d’activités apparemment sans lien entre elles.

Ainsi considéré, cet islam apparemment anarchique, tout devient clair dans les actions, les comportements, les contradictions de façade des différents groupes ou individus qui le composent.

Les experts autoproclamés, ces sordides escargots que nous voyons resurgir sur les plateaux de télévision après chaque nouveau massacre, chaque nouvelle pluie de sang, peuvent désormais rentrer dans leur coquille ou aller baver ailleurs leur inconsistante logorrhée : à l’aune de ce modèle-là, tout nous apparaît désormais parfaitement cohérent dans ce que nous observons quotidiennement.

Sans aucunement prétendre à l’exhaustivité, prenons quelques exemples au hasard, sans hiérarchie ni chronologie.

Quand des musulmans portent l’uniforme de l’armée française et lui imposent de plus en plus leurs interdits alimentaires et leurs comportements sectaires, qui a gagné ?

Quand deux d’entre eux sont assassinés par un coreligionnaire puis inhumés en terre d’islam, dans un pays où ils n’étaient sans doute même pas nés, n’est-ce pas, de la part de leur famille, la marque d’une allégeance sans faille envers la secte du tueur ? Et qui, alors, a gagné ?

Quand la mère de l’un d’eux s’affiche ensuite sur tous les plateaux de télévision puis dans les écoles pour répandre la bonne parole de la religion de paix avec, sur la tête, le drapeau d’Allah, qui a gagné ?

Quand une adolescente échappe de peu à la mort pour avoir revendiqué son droit à l’éducation, quand elle reçoit le Prix Nobel de la paix et qu’elle se présente à la cérémonie, devant les caméras du monde entier, avec sur les cheveux le chiffon de l’islam, qui a gagné ?

Chaque morceau de ce tissu identitaire, qu’il soit bâche intégrale ou torchon restreint couvre-chef, dégoutte du sang de quatorze siècles de massacres commis au nom d’Allah, de Mahomet et de leurs criminelles injonctions ! Et tous les parfums de l’Arabie ne suffiraient pas à l’en purifier…

Quand des femmes s’affichent après une nouvelle tuerie musulmane avec, là encore, l’uniforme de leur secte et qu’elles osent le slogan « not in my name », les mots disent une chose que contredit l’image : qui l’emporte, du verbe ou de l’image ? Qui peut douter de leur appartenance à l’islam ? Et qui, dès lors, a gagné ? Imagine-t-on des femmes allemandes, après l’horreur d’Oradour-sur-Glane, venir s’exhiber avec une croix gammée sur un brassard pour déclarer « nicht in meinem Namen » ?

Quel est l’unique objectif d’un organisme collectif, quelle est sa seule raison d’être ? C’est de croître et de multiplier, de gagner en nombre et en espace occupé. La seule question à se poser après chaque nouvelle action de l’islam est donc la suivante : y aura-t-il, après cela, plus ou moins de musulmans ? Occuperont-ils plus ou moins d’espace sur la planète et, particulièrement, dans notre malheureux pays, devenu terre de conquête ? Toute autre considération me semble secondaire.

L’islam en mouvement a tué des célébrités en la personne des dessinateurs de Charlie Hebdo, mais aussi des anonymes, ciblés simplement parce que Juifs. Et puis, que s’est-il passé ? Dans mon supermarché habituel, je n’avais jamais vu autant d’enfoulardées dont j’avais pensé, naïvement, qu’elles allaient dorénavant raser les murs ; notre gouvernement de vendus, au lieu de combattre l’ennemi, s’est mis en devoir de le protéger : lutte farouche contre l’islamophobie, protection des mosquées, ces ambassades des assassins, vaste campagne de promotion du vivre-ensemblisme et du pasdamalgamisme. Et dans les semaines qui ont suivi, d’après ce que j’ai lu alors, le nombre de conversions à l’islam a grimpé en flèche… Qui a gagné ?

Il y eut d’autres tueries, collectives ou individuelles, à Paris ou à Nice, des têtes coupées, des prêtres égorgés, des jeunes femmes assassinées. À chaque fois, dans les rues, dans les magasins, j’ai vu les porte-drapeau d’Allah proliférer comme des champignons vénéneux. À chaque fois, les plus hautes autorités du pays ont dit tout leur amour à nos assassins. Et l’on a vu une femme s’emparer de la main, pour la baiser, d’un mahométan de passage et un pape prosterné laver les pieds de quelques uns de nos envahisseurs. Que pensaient-ils en cet instant, ces Africains musulmans, conquérants, triomphants, en voyant le chef de l’Église catholique s’humilier ainsi à leurs genoux ? Quel souverain mépris devait leur inspirer le souverain pontife ! Et qui, ce jour-là comme tous les autres jours, l’a emporté ?

Et lorsque quelques musulmans au repos sont victimes de tirs amis d’autres sectateurs du même gourou, au Bataclan ou sur la Prom’, cela permet à la collabopresse d’innocenter le corps tout entier qui a pourtant produit les cellules tueuses. Pour l’organisme islam, une poignée d’individus en moins mais un collectif blanchi et renforcé. Qui a gagné ?

Ai-je besoin de prolonger la litanie ? Chacun complétera la liste à son gré et se posera, à chaque fois, la même question : qui a gagné, à qui profite le crime et qui en ressort, encore une fois, plus puissant et plus nombreux ?

Les musulmans dits modérés parce qu’ils n’ont pas encore égorgé leur voisin (ou ses enfants) sont plus nécessaires encore à l’islam et à sa prolifération que ses soldats en armes. Comme tous les organismes collectifs, celui-ci a besoin avant tout de troupes d’occupation et de reproductrices.

Si les tueurs de Charlie, de Nice, du Bataclan (leurs parents ou grands-parents) avaient commis leurs crimes sur notre sol à la fin des années 60 ou au début des années 70, les gouvernants d’alors auraient-ils pu instaurer le regroupement familial ? Les Français, pas encore totalement endormis par la propagande, auraient-ils supporté l’invasion massive que nous connaissons depuis lors ? Et qui devons-nous craindre le plus, ceux qui tuent spectaculairement ou ceux qui nous font disparaître à bas bruit, à petit feu, sous le nombre, par étouffement progressif de notre culture, de notre mode de vie, de notre race ?

C’est un procédé bien connu grâce aux polars américains ou français. Au cours de l’interrogatoire du voyou qu’il faut faire parler, deux policiers se succèdent ; l’un, violent, agressif, menaçant, puis l’autre, accommodant, bienveillant, paternel, celui qui offre au truand malmené la cigarette de l’apaisement. C’est devenu un classique : good cop-bad cop, gentil flic-méchant flic.

Et l’islam pratique l’exercice avec d’autant plus de maestria que c’est lui qui l’a inventé : modéré-islamiste, La Mecque-Médine, good muzz-bad-muzz… Et les tueurs du Bataclan, de Nice, de Bruxelles ou d’ailleurs ne sont là que pour nous faire apprécier l’extrême modération de ceux qui consentent à nous laisser vivre encore un peu. C’est, en effet, très généreux de leur part…

Et gare à ceux qui dénoncent la supercherie en révélant la vraie nature du Janus musulman : ils seront traqués pour crime d’amalgamisme en bande organisée et atteinte à la sûreté du vivre-ensemble ! Et qui, alors, aura gagné ?

Il n’y aura de défaite – au moins partielle – de l’islam que lorsque des pays entiers décideront de l’éradiquer totalement de leur sol, d’en faire disparaître jusqu’à la plus petite trace, jusqu’à la moindre cellule.

Cela signifie en bannir non seulement les manifestations visibles mais aussi les individus qui le composent et qui, patiemment, y font souche depuis des décennies. Cela ne se fera pas sans un violent sursaut de l’Histoire, sans le renoncement – au moins pour un temps – à cette camisole démocratique qui ne paralyse que nous. Serons-nous assez désespérés pour cela ?

Albert Camus a écrit : « L’espoir, au contraire de ce qu’on croit, équivaut à la résignation. Et vivre, c’est ne pas se résigner » (Noces, 1939).

Le péril – mortel – c’est l’espoir, émollient, castrateur, démobilisateur. Le salut viendra du désespoir qui conduit à combattre dos au mur, pour ne pas périr ou pour le faire debout, dans l’honneur, avec panache… Pas vrai, Cyrano ?

Que vienne le désespoir !

Raphaël Delahaut

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Pascale Sokolowski

Excellent article !

citoyen radical;

Ce Texte est absolument magnifique.

laurent k.

Vous oubliez un facteur déterminant : le FRONT NATIONAL remède à l’islam
Les français devront faire un choix en 2017
Je suis surpris d’apprendre de cas de conversions massives après les attentats???????
Ils auraient pu rejoindre le FN!!!

Raphaël Delahaut

Eh oui, Laurent, c’est à pleurer (de rage) ! Il paraît qu’aux États-Unis aussi, après le 11 septembre, le nombre des conversions à la secte des assassins a grimpé en flèche…
Vous avez dit suicide ? Suicide de la France, suicide de l’Europe, suicide de l’Occident… :
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-journal-de-7h30-les-conversions-a-l-islam-augmentent-en-france-7776542713
http://www.islametinfo.fr/2015/01/16/apres-la-tuerie-de-charlie-hebdo-isabelle-matic-se-convertit-a-lislam/
http://www.canalfrance.info/La-cineaste-francaise-Isabelle-Matic-annonce-sa-conversion-a-l-Islam-apres-le-massacre-de-Charlie_a3241.html

franjeu

OK ! même en admettant que la France et l’Europe deviennent des terres musulmanes ( je dis bien -en admettant; ce qui n’est pas encore le cas ), Qu’Est-ce qu’ils feront tous ces incapables, hormis leurs foutues prières quotidiennes ? le Ramadan perpétuel, sûrement !
Pourquoi ? parce qu’ils sont habitués à tout recevoir “à l’œil”, sans jamais de contrepartie aucune, sans aucun effort, car tout leur est dû, notamment la zakat ( l’impôt) à payer par les dhimmis, s’ils veulent conserver le droit à la vie.
Lorsque nous serons tous convertis à l’islam ( je blague), où trouver des dhimmis ? ‘a pu de dhimmis. Que des muzz !.
Comment survivre ? puisque les dhimmis nous faisaient vivre . Car plus de moutons ( plus de dhimmis pour les élever; plus de dhimmis pour être soigné; plus de dhimmis pour être subventionné en toutes occasions.
Que la vie sera dure sans les dhimmis. Il n’y aura qu’une solution : s’en prendre aux autres chiites, alaouites, et j’en passe.
Le mouvement perpétuel, quoi !

Boudry

c’est comme un nuage de sauterelles qui dévore tout sur son passage
quand vous usez et abusez de tout sans rien produire ni construire,il ne leur reste qu’a se ” bouffer ” entre eux

meulien

le probleme de la plupart des francais,c’est qu’ils n’ont pas reussit a rejetter l’esprit de munich. Ils feront tout pour ne pas se defendre

hathoriti

Les bonnes questions sont posées, merci, monsieur Delahaut ! Rien à ajouter à ce remarquable papier. Oui, vous avez raison, que vienne le désespoir et que l’on tranche (à notre tour ) dans le …vif du sujet !

Pivoine

“Nous pourrions l’appeler marabunt’Allah…”
C’est la comparaison que j’avais faite, ici même, sur ces hordes de migrants venant à pied en Europe, et dont on pouvait voir les colonnes sur une vidéo.
C’est ce qu’on appelle en Amérique du Sud la marabunta, ces colonnes interminables de fourmis, qui dévorent tout sur leur passage…

Raphaël Delahaut

Un film, vu avec mon père dans ma prime enfance, m’avait beaucoup marqué : “Quand la marabunta gronde” avec Charlton Heston. Après le passage des fourmis légionnaires sur le corps d’un animal (ou d’un homme), il n’en reste, paraît-il, que le squelette…
Que restera-t-il de nous, de la France, dans dix ou vingt ans ?…

Fomalo

Merci M. Delahaut. Mais n’y a-t-il pas actuellement un pays où l’Islam n’a pas droit de cité? D’après un article récent, de RL, si !! Le Japon.Fort nationalisme, forte violence, mais besoin de solidarité pour la sécurité de la nation et de discipline pour le bien de la collectivité. L’islam n’y est pas toléré. Ne parlons pas du “regroupement familial”.. Faudrait-t-il des évènements aussi catastrophiques en France qu’Hiroshima ou Nagasaki, ou il y a 5 ans Fukushima, pour que les Français comprennent ce qu’il faut faire? Nous sommes pourtant dans les mêmes séismes géo- politiques et susceptibles des mêmes catastrophes civiles et matérielles. Cela fait 27 ans -conjonction saturne-neptune, avec les lois d’août et novembre 1989 sur la nationalité – que la république est pervertie. Soyons vigilants et sans concessions en 2017, avant les tristes échéances collectives de 2019-2020.

Hoplite

“Cela signifie en bannir non seulement les manifestations visibles mais aussi les individus qui le composent et qui, patiemment, y font souche depuis des décennies.”

On n’éradique pas les métastases sans tuer quelques cellules saines, sinon le cancer finitpas gagner.

Mr Delahaut, comme vous portez bien votre nom…que de lucidité, de constatations irréfutables, et de pessimisme cependant sur une nation qui fut grande, et qui est devenue que l’ombre d’elle même, sous les lâchetés, médiocrités de ses politiques et de la soumission dégueulasse actuelle de son peuple, ravagée par une idéologie mortifère, déguisée en religion d’amour.
Vaste programme d’une mort annoncée.

montecristo

L’Islam ne s’impose plus par l’épée ! Les musulmans ont appris l’art de la subversion !
Alors je fais comme eux ! Je fais de l’intox ! Je leur dis que la révolution est pour demain et qu’ils vont bientôt courir comme des lapins !
Mais ils sont très fatalistes ! Mektoub …

THOR

On laisse une vipere avec des poussins seul la vipere mange les poussins . Pour nos dirigants degeneres La gentil vipere va vivre amicalement avec les poussins et lui faire plein de bisous. ISLAM + CHRETIEN : GENOCIDE .GUERRE . HAINE. Voila histoire de Islam depuis 14 siecle Donc ISLAM detruit : PAIX . AMOUR . VIE . Seul solution pour sauver laTerre . DETRUIRE TOTALEMENT ISLAM . Si rien est fait dans les 10 ans ISLAM DETRUIRAS LE MONDE . Thor Raganrok.

Boudry

triste consolation,elle se détruira elle meme..

THOR

desole pour orthographe je suis danois. Dans un futur tres proches ( 15 ans ) la population arabomusulman de France prendras le pouvoir en France.Les jeunes islamonazie ne feront qu une bouchee des jeunes francais bobopokemongo, le pouvoir collabo laisseras faire le genocide part peur et soumissions. Apres la conquete de la france les francais chretien seront ou tuer ou dhimmiser, sur les places publique les femmes et enfants chretien et laique seront vendue comme du betail a des degeneres islamique comme a RAKKA . Toutes les eglises seront detruites ou transformer en mosquees et biensurs le drapeaux francais seras detruit et remplacer part le drapeaux noir de Daesh.FOLIE avoir fait venir des millions de viperes ISLAMIQUE sur votre sol qui non un BUT vous TUER, GENOCIDE, DETRUIRE. Bonne chance peuple de france REVEILLEZ VOUS vite sinon votre futur seras un ENFER . Thor Raganrok

Moustache et trotinette

Il faut quand même reconnaître que le français est trop con pour comprendre cette leçon de bon sens.

Boudry

pourquoi,vous n’êtes pas français ??!!!
soyez plus réaliste.

Lire Aussi