Comme en Suisse, il est temps de penser à la démocratie directe !      

Publié le 15 février 2021 - par - 9 commentaires - 412 vues
Traduire la page en :

Dans toutes les démocraties, le peuple élit des représentants qui forment une assemblée, un Parlement. Ce Parlement vote les lois. Un gouvernement qui applique les lois est élu par ce Parlement et le respect du droit créé par le Parlement est confié à la Justice. La démocratie directe en Suisse complète ce dispositif par plusieurs mécanismes tels le référendum sur initiative citoyenne : 6 mois après l’initiative, une loi existante peut être annulée ou une nouvelle loi créée par un vote du peuple.

            Ici, il faut préciser qu’il existe en Suisse trois niveaux de pouvoir : la commune, le canton et l’État. Les prérogatives de ces 3 niveaux d’assemblée n’interfèrent aucunement entre elles. Cette non-interférence est fondamentale et doit sans cesse être précisée car la société évolue.

La troisième caractéristique propre à la démocratie directe suisse est que le citoyen sait qu’il est 100 % responsable de ce qui lui arrive tandis que les hommes politiques ne sont que des relais. Nulle autorité n’a le pouvoir d’interférer avec les décisions du peuple.

Si le peuple suisse sait qu’il fait lui-même son bonheur ou son malheur, il a l’occasion de revenir sur des décisions. Nous observons que, dans d’autres pays, la démocratie vraie, soit effraie les hommes politiques, soit les indiffère car ils comptent sur un peuple « trop stupide pour pouvoir se gérer » et ils savent que les accords supranationaux en cette période de mondialisation ne peuvent être confiés à la masse. 

Dans ces autres pays, on nous parle de « représentants du peuple tirés au sort », de « démocratie du dialogue », de « consultation populaire »… On voit apparaître des techniques qui ont tout de l’étude du marché. Ces études du marché doivent faire connaître la volonté du peuple et doivent permettre, par une propagande bien menée, d’imposer en fin de compte la volonté de quelques-uns. Les « influenceurs » mènent la danse et non le peuple. Mais c’est le peuple qui subit les effets négatifs de ce qui a été voté ! Il est temps que ce peuple montre qu’il n’est pas « trop stupide pour pouvoir se gérer »…. 

En Suisse, une fois les conditions pour la tenue d’un référendum satisfaites, les citoyens reçoivent de l’État un document élaboré à 50 % par les demandeurs et à 50 % par les opposants au contenu du référendum. Le vote est libre et seul le poids relatif des « oui » et des « non » compte. Il y a bien quelques garde-fous….

Et s’il est malheureusement vrai que, même en Suisse, des « Spin Doctors » arrivent à influencer le peuple, cette situation devrait nous inciter à ne surtout pas céder à la propagande qui nous promet une démocratie directe plus vraie qu’en Suisse.  Nous devons  commencer par le commencement, par ce qui fonctionne en Suisse, car, en voulant « mieux » nous risquons surtout le « rien » actuel !

En conclusion, il est plus que temps de proposer l’adoption de la Constitution suisse. On pourra ensuite, et s’il y a lieu, la faire évoluer selon les cultures, traditions et usages dans chaque pays…. : l’adapter à la mondialisation.

Mia Vossen



Chèques à envoyer à Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

Pour virements ponctuels ou mensuels, nous demander notre RIB IBAN à redaction@ripostelaique.com
Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
astrid

Le peuple en France n’est pas assez préparé. Quand on entend certains…comme ceux qui ont voté macron pour avoir un “peu de nouveauté”….D’autre part, ne revez pas, pour qui connait bien la Suisse, Hoplite (ci-dessous), Elle est bien infectée. Cela dépend des cantons. Allez donc faire un tour à Genève où il n’y a pas que des millionnaires mais tout un tas de déchets en tout genre récupérés suite au laxisme du canton de Genève. Le principe est la fausse déclaration. Pour les femmes : déclarer avoir été violées. Pour les hommes, déclarer être en danger de mort en tant qu’opposant politique.Allez à Genève, vous verrez le tableau ! Enfin, la démocratie directe suisse répond à des règles très précises.Ce n’est si facile que le laisse penser l’article. La Suisse est confédération.Pas la France

Joël

“Les « influenceurs » mènent la danse et non le peuple.”
Preuve que ça marche à merveille, les Français ont voté pour un dictateur sans même s’en rendre compte.

Hoplite

Démocratie directe ou pas, la Suisse est infestée également.

Amarilis Taylor

Infestée par qui ? Comment ? Il ne suffit pas de répéter des mensonges
pour que ils deviennent une vérité. Suissesse et fier de notre système je vous demande de prouver vos affirmations.

pureverite

Quoi la Suisse une democratie? le peuple vote mais n’eli personne sauf löcalement ,les votations sont accepters si elles n’enfraygnes pas les lois de l’union europeene,sinon dans le tiroire a souvenir,non pas vraiment democratique,

Mia Vossen

Où pourrait-on encore trouver une vraie démocratie??

Ast

La démocratie directe ? ça réglerait quoi ? Le peuple français est composé à 90 % de veaux atteints de la “vache folle”. Entre des idiots qui élisent Yannick Noah comme personnalité de l’année et des gauchistes qui voteront contre la remigration, vous ne vous en sortirez jamais dès lors que vous vous en remettez à des imbéciles pour décider du sort du pays.

Ce qu’il faut, c’est une dictature militaire de droite.

Mia Vossen

VRAI qu’il faudrait un vrai enseignement et un système qui ne permet le vote qu’à ceux qui savent répondre à des questions concernant la gouvernance du pays….
Je profite de l’occasion pour préciser que l’enseignement suisse ne ressemble pas du tout au français ou au belge….

patphil

jamais !
le peuple doit être dissous quand il pense mal !

Lire Aussi