Comme la gentille Silvia Romano, devenez tous humanitaires !

Les coquets coloris doivent symboliser la diversité, source éternelle d’accomplissement

Je viens de raccompagner ma petite fille de 16 ans la gare après un séjour chez moi. Quel bonheur de l’avoir eue ici. Et quel crève-cœur de ne pas même pouvoir évoquer le bouleversement qui nous menace. Pas même un seul mot, elle bloque immédiatement. Je me demande pourquoi les parents n’essaient même pas de leur expliquer la situation en douceur. J’ai essayé, en vain.

Je ne lui ai donc pas parlé de Silvia Romano, la jeune humanitaire italienne enlevée au Kenya en novembre 2018 et mariée de force en Somalie. « Silvia est vivante, on travaille à la ramener à la maison ». C’est ce que nous a confié notre source du Renseignement. La gentille humanitaire est en otage au Kenya depuis le novembre et se trouverait désormais en Somalie. Au cours de ces mois de captivité, la jeune fille aurait été contrainte de se marier selon le rite musulman, elle avait été enlevée par un commando d’au moins huit personnes. Le courage des musulmans !La mère de Silvia Romano, a posté l’article et ajouté : « Espérons que ce ne soit pas vrai ».Elle aurait été transférée vers la Somalie par une bande de criminels de droit commun.

La bonne nouvelle, c’est qu’elle est vivante. La mauvaise, c’est que ses immondes geôliers sont en train de la soumettre à un lavage de cerveau, une manœuvre d’encerclement psychologique qui vise à couper les liens avec sa patrie d’origine et à lui faire assimiler, si ce n’est à se sentir partie intégrante, du milieu dans lequel elle est contrainte de vivre : la Somalie profonde, le pays africain où la présence jihadiste est la plus forte. Silvia est là où règnent les moudjahidines d’Al Shebab, émanation direction d’Al Qaïda. Dans sa nouvelle prison, Silvia a été forcée de se marier. Le mariage célébré selon le rite musulman a fait d’elle la propriété d’un homme probablement lié à l’organisation qui la retient en otage. Quel que soit le nouveau nom qui lui a été imposé, elle est contrainte de porter le voile et de suivre la loi coranique.

Je n’ai pas pu non plus lui évoquer le cas de cette vielle dame allemande – Parce qu’elle avait refusé de donner de l’argent au réfugié érythréen (23 ans), elle (73 ans) a été étranglée et laissée pour morte. Elle l’avait recueilli, lui avait donné un foyer – à la fin, il a failli la tuer ! L’étrangleur, Amir A. est devant le tribunal régional d’Aix-la-Chapelle. Il vivait chez elle avec son frère. Le 8 mai, il revendique une certaine somme. Elle refuse. Il l’a donc étouffée avec un foulard, l’a frappée à la tête et à la poitrine. Il la croyait morte. Le fait qu’elle ait été retrouvée avant de succomber à ses blessures était vraiment dû au hasard.

Bien entendu, naturellement, comme d’habitude, forcément, cela s’entend, une « possible » maladie mentale a été évoquée, l’assassin pourrait être admis dans une clinique psychiatrique, aux frais des enfants de la victime, entre autres. Tellement rassurant à lire, tout cela. (Source :BILD.de)

Deux exemples devenus quotidiens, ce qui n’empêche pas Germaine, Auguste et Léon, inactifs de profession, de poursuivre leurs activités nocives. Je lis : c’est dans un bel élan du cœur que 210 personnes ont participé à la marche de la solidarité, organisée par l’association de la Dame Blanche (joli nom pour une traitresse) pour l’accueil des migrants. Des parcours jalonnés de postes de ravitaillement (attention, les animaux à base du joyeux piquenique ont-ils bien été étranglés sans le moindre étourdissement ?) et de partage (alors ici, je me permets de préciser qu’il ne s’agit nullement de simple partage, mais d’abandon de choses sans aucun espoir de retour) rythmés par de nombreux panneaux soulignant le travail (destructif, nuisible coûteux) de Germaine, Auguste, Léon et de tous leurs copains bénévoles, et le parcours semé d’embûches de Wael, Amani, Saïda, et Noûr avant d’envahir la France.

Suit un commentaire censé faire fondre d’attendrissement : Cette marche a rassemblé des migrants et des personnes (voir plus haut) sensibles à leur cause le temps de s’approprier un souffle de « liberté », le temps de savourer le bonheur d’être « là ». Un bonheur simple au regard de ces peuples qui vivent « dans des pays où règne la faim ou la peur, la mort pour des questions de religions, d’opinions, d’ethnies ou de couleur de peau ». STOP ! ARRETEZ ! NON ! C’EST FAUX ! Amorce donc ton cerveau, Germaine ! La plupart de ces envahisseurs viennent de pays qui ne sont pas en guerre dans le seul but de pomper le maigre reste de sous de notre pays.

Encore quelques termes qui prêtent au rêve ? Pour ceux qui le désiraient (personne n’était forcé !) un repas était proposé à la halle Develçoise, une belle (belle pour qui ?) parenthèse pour échanger, remercier les bénévoles pour leur disponibilité (normal, ils sont retraités et crèvent d’ennui chez eux) et leur dévouement et surtout pour profiter du sourire ému et réjoui de Wael, Amani et leurs deux enfants, la si sympathique famille Syrienne accueillie à Devecey. (Source : L’Est Républicain).

Personnellement, je crois qu’ils ont un peu fort appuyé sur la corde. Le sourire ému et réjoui ? Plus pour longtemps. Le temps pour Amani de capter les meilleures astuces pour fausser la sécu et de connaître l’adresse d’une coutellerie à bon marché et les premières têtes tomberont.

« Devenez bénévoles. Pas besoin de consacrer vos journées à une association. Vous pouvez vous impliquer à votre rythme, de façon ponctuelle ou régulière, selon vos disponibilités. Vous restez libre de choisir la façon de vous engager. » Mais pas celle de vous en sortir !

Anne Schubert

image_pdf
0
0

5 Commentaires

  1. Ces gens n’ont rien d’humanitaire, juste des cons lobotomisés par du martelage avec cette image trompeuse de l’éternel Africain/Arabe démunis etc,,, alors que ces populations africaines sont elles-mêmes responsables de leurs problèmes, n’étant pas capables de suivre le progrès humain, et puis les humanitaires devraient d’abord s’occuper de chez soi avant de s’occuper du voisin lointain.

  2. Faut il être déboussolé, pour ne pas s’occuper de tous ces européens qui se suicident, des femmes soumises , faire de la discrimination négative pour donner un sens à la vie de nos jeunes sidérés .
    Le travail à faire est immense, et la misère psychologique se voit moins que des guenilles exotiques qui osent demander (sourire)
    Enfin ne peut on pas donner les moyens à ces braves personnes d’aller aider dans ces beaux pays, et d’y mourir avec grandeur et conviction ? Elles nous agacent et sont indirectement responsables de la machine à détruire notre identité chèrement acquise.

  3. Pardonnez leur mon père ils ne savent pas ce qu’ils font !
    Tous atteints de senelite

Les commentaires sont fermés.