Comme Wafa Sultan, je suis anti-islam primaire

Publié le 6 mai 2013 - par - 2 799 vues
Traduire la page en :

Je suis anti-islam primaire, radicale, tout comme je suis anti-communiste primaire, et bien entendu, étant russe, je n’ai jamais été anti-russe …  et je n’ai jamais voulu  de peine de mort pour les communistes.

J’ai été anti-communiste primaire à cause des camps, dont nul ne pouvait ignorer depuis Lénine, et alors que la clique prétendûment intellectuelle, enjoignait de croire au « communisme à visage humain » et taxait de fascisme tous ceux qui ne croyaient pas à cette foutaise.  Exactement de la même façon qu’aujourd’hui,  sont taxés de fascistes ceux qui refusent de croire à un islam qui ne serait pas un « islamisme ». 

J’ai défendu dès mes 17 ans les « droits de l’homme » de tous les prisonniers politiques, communistes compris, alors que la gauche marxiste les taxait, selon les termes mêmes de Marx, de « droits bourgeois ».  Pendant que les « intellectuels » marxistes, soit disant anti-fascistes, en vérité uniquement soucieux de leur carrière et de tenir le discours de reconnaissance réciproque qui permettait à l’époque leur promotion, étaient supposés chercher le « socialisme à visage humain », et poursuivaient en justice en France des Kravtchenko, les russes crevaient, et puis quand ils en ont eu assez, ont voté avec leurs pieds, et quitté « le communisme ».

Combien de personnes que ces « intellectuels » taxent de « musulmans » hurlent en réalité à qui peut les entendre sans les mettre en danger, qu’ils ne sont pas musulmans, et qu’ils ou elles veulent échapper à la tyrannie de l’islam, et qu’ils seraient en danger de mort s’ils le disaient ouvertement ?…

Je suis anti-islam primaire en ce sens que je fais miens les propos de Wafa Sultan : «  J’ai décidé de combattre l’islam. Pas l’islam politique, pas l’islam militant, pas l’islam radical, pas le wahhabisme, mais l’islam tout court. Je crois vraiment que l’Occident a inventé ces termes pour satisfaire au politiquement correct.  L’islam n’a jamais été mal compris, l’islam est le problème. (…). L’islam ne dépend pas de moi, ni d’aucun musulman, l’islam, c’est précisément ce que le prophète Mahomet a dit et fait. Pour comprendre l’islam, il faut lire la biographie de Mahomet. C’est très traumatisant, très choquant. »

Je suis anti-islam primaire en ce sens que je dis : l’islam est barbare en soi, l’islam est égal au nazisme en barbarie, la barbarie n’est pas une dérive ou un extrémisme de l’islam qui s’appellerait « islamisme » ou « islam radical », la barbarie est la norme essentielle de l’islam. Les principes généraux, fondamentaux énoncés par les textes fondamentaux de l’islam, sont barbares, ce corpus est reconnu par toutes les tendances de l’islam. Les actes de barbaries commis au nom de l’islam ne résultent pas d’une lecture aberrante de ces textes mais de l’application de leurs prescriptions claires et sans ambiguïté.

Je suis donc anti-islam en ce sens que je critique les textes sacrés fondamentaux de l’islam. Ces textes sont selon eux-mêmes, la parole sacrée de Dieu pour le coran, et la parole vénérée de son Prophète, Mahomet pour la sunna. Je suis donc aux yeux des musulmans observants une blasphématrice, une apostate de La religion d’origine de tout être humain.

 

L’islam a au moins cinq ou six éléments fondamentaux communs avec le nazisme, résumables en deux mots : hégémonisme et génocide des juifs :

1.       Supériorité d’une communauté humaine sur les autres « Untermenschen »

2.       Droit de cette communauté de massacrer et assujettir les autres « Deutschland über alles »

3.       Solution finale pour les juifs

4.       Obéissance au chef : « Führers Prinzip » ou califat

5.       Croyance au « Seigneur »

6.       Elimination physique des opposants et des déserteurs

A la différence du communisme, l’islam n’est pas un parti. C’est une idéologie, mais la plupart des personnes qualifiées par elles ou par les autres de « musulmanes » le sont en raison de leur origine familiale. Il est donc impropre de parler de racisme anti-musulman, mais néanmoins, en raison de ce lien « familial » avec cette référence idéologique, il faut toujours faire attention lorsque l’on parle d’un sujet lié à l’islam à démentir toute « diffamation » des personnes musulmanes, dans le sens de toute imputation de faits faux et diffamants à ces personnes en raison de cette origine familiale.

Dire que la norme – juridique, obligatoire- islamique prône des actes de barbarie, ce n’est pas dire que cette norme serait appliquée, ni même acceptée par « les musulmans », ce n’est pas imputer à des personnes musulmanes des actes  d’application de cette norme ni même l’opinion que cette norme serait bonne.  Il est presque comique d’entendre une procureure dire « Critiquer l’islam est grave car derrière l’islam il y a les musulmans » :  si critiquer l’islam signifiait reprocher aux musulmans d’appliquer l’islam, cela supposerait qu’une loi est toujours appliquée … dans ce cas, il n’y aurait plus de tribunaux !  En réalité, les rapports que chaque personne se considérant comme musulmane a avec les textes fondamentaux de l’islam sont tous différents : de l’ignorance la plus totale jusqu’au sacrifice de sa propre vie en application de ces textes.

La critique de l’ « islamophobie » est brandie aujourd’hui par les pires ennemis des musulmans : leurs propres dirigeants, qui utilisent pour les brimer ces textes fondamentaux de l’islam, et par les pseudos antiracistes qui vont répétant « les Musulmans sont les juifs du XXIeme siècle ».  En vérité, les pogroms du XXIeme sont commis par les musulmans contre les chrétiens, et  les juifs du XXIeme sont toujours les juifs qui doivent aujourd’hui faire face à une propagande génocidaire … musulmane.

Je suis juive et j’appartiens au peuple qui a inventé la Bible, au peuple que Mahomet a voulu faire disparaitre parce qu’il perpétuait une vision de Dieu démentant la sienne, j’appartiens au peuple dont Mahomet a massacré et persécuté les tribus, se rendant coupable envers eux de crimes de guerre, assassinat, torture, vol, viol, esclavagisme sexuel et autre. J’appartiens au peuple dont l’existence même met en péril toutes ses élucubrations, met en péril l’islam lui-même. Parce que le peuple juif transmet la Torah et la bible qui démentent le coran et  transmet la mémoire de l’abomination de la conduite de Mahomet envers eux, la preuve qu’il n’a rien d’un personnage de « prophète » mais tout du criminel. Par ses crimes envers les juifs d’Arabie au VII et VIIIeme siècles, Mahomet a fait des juifs en effet, les témoins à charge les plus dangereux contre l’islam.

La comparaison à laquelle certains songent en disant « le christianisme s’est construit contre le judaïsme » ne tient pas, pour plusieurs raisons mais essentiellement parce que le personnage de Jésus n’a jamais tué personne mais au contraire a dit lorsqu’on le tuait, de pardonner à ses meurtriers.

Richard Prasquier ( voir son discours au diner du CRIF) se trompe quand, après avoir rappelé les appels au génocide de Qaradawi et les collégiens turcs en Hollande disant leur haine des juifs et   admiratifs d’Hitler, il affirme qu’il ne veut pas croire que l’antisémitisme soit enraciné dans l’islam lui-même : malheureusement il l’est, ce qui ne signifie aucunement que tous les musulmans d’aujourd’hui seraient antisémites, mais uniquement que selon les textes fondamentaux, ils doivent l’être et que ceux qui ne le sont pas, se mettent en contradiction avec ces textes.

Parmi les imbécilités que nos prétendus intellectuels répandent à foison, il y a l’affirmation que « la majorité des musulmans sont pacifiques », alors qu’une telle  affirmation ne repose sur aucune preuve sérieuse : la machine à lire dans les pensées d’autrui aurait-elle été inventée ? En réalité, les éléments dont on dispose permettent seulement de faire des constats éparts, par exemple comme je l’ai expliqué dans l’article « attention parano », que certains musulmans ont montré leur sincérité en défendant leurs idées libérales au prix de leur vie.

Les témoignages d’ex-musulmans, sur l’état d’esprit des musulmans croyants est le plus souvent accablant en ce qu’il montre l’emprise de l’enseignement de la haine, du mépris et de la violence des textes fondamentaux de l’islam sur les consciences, et l’ampleur de la haine génocidaire contre les juifs aujourd’hui. Une emprise dont il ne faut bien sûr pas tenir pour responsables des personnes qui n’ont jamais entendu que cet enseignement-là, ou celles qui sont trop emmurés mentalement dans cette croyance pour comprendre ce qu’elles entendent venant d’autres lieux.

Ayaan Hirsi Ali, pourtant  devenue elle-même athée, après avoir été musulmane très croyante et très antisémite en raison de cette croyance, en vient aujourd’hui à dire que pour aider les masses musulmanes à échapper à l’emprise de l’islam, il faut que les chrétiens évangélisent, afin que les croyants en dieu se voient proposer une autre religion que l’islam.  Ecouter son interview ici : http://www.dailymotion.com/video/xgfp1r_ayaan-hirsi-ali-on-converting-muslims-to-christianity_news#.UYScq6KpW4l

Je pense qu’elle a tout à fait raison et que le christianisme est mieux placé pour ce faire que le judaisme parce que le judaisme est une religion trop complexe et exigeante pour pouvoir être comprise ou « apprise » rapidement par des masses de personnes. Je pense que le judaisme et le christianisme, sont fondamentalement la même pensée : « Aimer dieu, aimer les humains».

Pour ma part, je partage l’avis des juges qui  ont acquitté Houllebecq en 2002 : leur jugement explique très clairement la différence entre critique de l’islam et ce que l’on peut nommer « musulmanophobie » : à lire ici   http://www.c-e-r-f.org/fao-147.htm

Il faut être anti-islam, parce que l’islam, dans ses textes fondamentaux, prône la haine.  Comme l’explique entre autres Nonie Darwish, les sermons qu’elle entendait retransmis des mosquées se terminent par des malédictions contre des personnes : pas seulement l’expression de « ressenti » de haine, mais l’appel à dieu pour maudire …

Elisseievna

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi