Comment a-t-on pu accepter la tenue de Sibeth Ndiaye, un 14 juillet ?

Publié le 16 juillet 2019 - par - 172 commentaires - 32 262 vues
Share

Lettre à Madame la porte-parole du gouvernement Macron

Madame,

En ce jour, je m’adresse à vous dans le but de connaître l’objectif que vous poursuivez en vous affublant de vêtements bariolés et informes, non seulement dans votre bureau, mais à différentes occasions, dont la dernière était la fête nationale.

https://ripostelaique.com/sibeth-ndiaye-veut-nous-apprendre-lart-detre-francais.html

Votre accoutrement lors du conseil des ministres du 15 mai dernier n’était pas mal non plus.

https://ripostelaique.com/merci-a-sibeth-ndiaye-davoir-egaye-ma-journee.html

Sauf que moi, cela ne m’a pas fait rire du tout.

Les repas plantureux du ministre de Rugy sont excusés, censés représenter honorablement la gastronomie française, donc justifiés sous ce prétexte, les tenues des ministres doivent symboliser l’élégance puisqu’on en retrouve les photos dans tous les journaux.

Il y a quelques années, notre plus jeune fils a passé le bac dans une petite ville de province, son lycée avait l’habitude d’organiser des festivités et le dress code exigeait des complets-vestons pour les garçons, même s’ils n’avaient que 18 ans et n’auraient plus l’occasion de le porter avant des années. Personnellement, je l’aurais laissé participer en chemise simple. Je me souviens d’une scène mémorable, car nous avions préféré emprunter le costume d’un petit voisin de 19 ans, en promettant au nôtre de lui acheter l’ensemble le plus cool à la fin de ses études universitaires. Il a protesté, prétendu qu’il n’irait pas à la cérémonie et finalement y a été en refusant de s’asseoir près de nous, en signe de révolte. Nous avons tenu bon. Ce qui n’était pas facile. Même très dur, si je vous dis la vérité. Aujourd’hui, il porte des tenues classiques. Nous avons dû nous plier à une tradition. Par respect. Et pourtant, nous sommes une famille plutôt normale ; à l’époque nous vivions en province, l’occasion n’était pas comparable à celle de la fête nationale française en ce 14 juillet 2019. Les seuls photographes présents étaient les autres parents, les grands-mères, les tantes et cousins, je n’ai aperçu ni journalistes, ni caméras de télé.

Madame la secrétaire d’État, je parie avec vous que la plupart de gens qui sont venus pour assister au défilé, avaient peut-être parcouru des kilomètres en train, en bus, avec des enfants, étaient vêtus plus décemment que vous. Sur leur 31. Festifs. Dans l’espoir d’apercevoir le grand homme, voir même de le photographier. Quant à vous, conduite sur place par un chauffeur financé par ces mêmes gens, n’avez même pas la décence de vous fringuer correctement. Que faites-vous donc du budget « tenues officielles » qui ne doit pas être insignifiant ?

Vous ne respectez pas les Français, parfois venus de loin pour vous contempler. Admirer la crème de la crème. Heureux d’admirer le défilé, parfois derrière plusieurs rangées de spectateurs. Sur la pointe des pieds. Fatigués. Et vous, au premier rang (dans les tribunes d’honneur ? Je ne sais pas, je n’y étais pas) harnachée comme un cheval de cirque.

Et Édouard Philippe ? Il en dit quoi ? Trop occupé par ses problèmes de crustacés ? Lui qui aime tant faire la leçon aux autres. Aucune remarque ? Il a fait semblant de ne pas vous voir ? Cela me semble impossible, au vu de votre travestissement. De votre mascarade.
En ce jour de fête nationale, les spectateurs ont vu arriver un personnage officiel, bras droit du président de la République, qui arbore un travesti que je ne porterais même pas pour sortir ma poubelle le lundi matin.

Je me pose donc des questions. Dans votre Sénégal d’origine, il n’y a pas tellement longtemps de cela, vous avez été informée du fait que la France aime être reconnue par ses grands couturiers, l’élégance de ses représentantes ? On vous y avait appris les « codes » vestimentaires ?
Une seule explication à mon avis : vous voulez provoquer. Continuellement et à toute occasion. Impatiente d’entendre les critiques, que votre copine Marlène s’empresserait de fustiger. Marlène qui n’en manque pas une non plus en matière d’attifement.

Vous ne voulez qu’une chose : pouvoir accuser de racisme ceux qui vous critiquent, qui n’acceptent pas qu’une privilégiée comme vous l’êtes s’accoutre comme un clown. Qui vous paient. Qui financent vos fringues, aussi lamentables, aussi révoltantes et ridicules soient-elles. Qui seraient heureux de changer avec vous, de vivre dans le luxe, de bénéficier de mille privilèges, d’un chauffeur, de secrétaires, de personnel à vos ordres.

Certains commentateurs m’accuseront d’affabuler, mais lorsque j’avais 29 ans, je me suis fait écarter provisoirement du service un beau jour pour 1 cm de tissu. Ma jupe était trop courte. J’ai eu terriblement peur de me faire licencier, été obligée de me défendre devant un parterre d’examinateurs. Ai fait appel au syndicat. Mon dossier a bénéficié d’une remarque.

Je vous méprise, Madame, pour votre manque de respect. Je vous méprise de vous exhiber tignasse au vent, je vous méprise pour cette provocation. Qui êtes-vous, d’où sortez-vous pour vous octroyer ce droit ? Nous n’avons que faire de votre apparition grotesque.

Anne Schubert

P.S. Je suis allée acheter du lait au supermarché du coin. J’en sors tout juste. La caissière, une jeune femme qui doit gagner dans les 800 € par mois, était correctement vêtue d’un chandail bleu clair, les cheveux joliment tordus en chignon lâche, les ongles faits. Charmante vision. Je l’ai complimentée. Sourire. Cette jeune femme respecte son public.

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Martineau

Bravo pour vos remarques et commentaires sur cette femme porte parole du gouvernement qui n’a aucun respect pour notre pays LA France.
C’est honteux d’avoir été déguisée de la sorte pour le 14 juillet .
Encore une provocation…….

normal quoi

bon allé en vrai, sa tenue est toute pourrave c’est vrai, mais votre texte Anne, c’est creux creux creux, on est bien loin de la littérature quand même…. on touche le fond des deux cotés!!! C’est bêtise contre bêtise!

normal quoi

on veut la caissière en présidente

Liz

Le style vestimentaire et le choix de nos tenues est une forme d’expression. Alors respectons la liberté d’expression de Sibeth Ndiaye

Mme BINOVEC Claudia

Non pas du tout. Dans le privé elle a le droit de faire ce qu’elle veut, mais c’est une femme qui appartient à un gouvernement de la République et elle a des devoirs .