Comment la confrérie des frères musulmans et la secte des wahhabites ont noyauté l’administration américaine.

Publié le 5 août 2013 - par - 3 291 vues

Quand on épluche les archives des relations entre l’administration américaine et la secte des frères musulmans et celle des wahhabites, il ne faut pas être devin pour comprendre que des passerelles ont commencé à s’établir entre les deux parties dans les années quarante et cinquante, quand le défunt président égyptien Nasser a décidé de faire la chasse aux compagnons de Hassan Al Banna, en pleine guerre froide. Il est de notoriété publique que l’islam politique s’est mis au service des anglo-saxons, dès le début du XX siècle, notamment avec l’accord de Sykes-Picot en 1916 et la relation étrange qu’a entretenue l’espion de sa majesté britannique Lawrence d’Arabie et la famille Al-Séoud, qui a trahi entre-temps le Shérif de la Mecque Beni Hicham, descendant de la famille de Mahomet, après l’avoir utilisé et usé contre les Ottomans. En 1928, les services spéciaux britanniques ont supervisé la création de la confrérie des frères musulmans par Hassan Al banna.
Après la conférence de Yalta en 1945, les Américains ont pris la place des Britanniques au Moyen-Orient, notamment avec l’accord conclu entre le président des Etats-Unis Frankelin Roosevelt et le roi Abdelaziz Ibn Séoud, sur le pont du destroyer Quincy , sur le lac Amer dans le Canal de Suez, le 14 février 1945. Cet accord stipule que les Américains assurent la sécurité du royaume de l’Arabie Saoudite contre l’exploitation des richesses pétrolières sur 1 500 000 km2, par la compagnie américaine ARAMCO (Arabian Américain Oil Compagny) sur une période de 60 ans et qui a été renouvelé en 2005.
Durant la guerre froide, l’Arabie Saoudite a été chargée par ses protecteurs de lutter contre l’influence du communisme dans le monde arabe en utilisant l’islam comme une arme de dissuasion efficace.
Les frères musulmans ont été les compagnons de route des officiers libres égyptiens qui ont fait le coup d’état en 1952 contre le roi Farouk, puis ils se sont rapidement retournés contre le président Nasser qui les a alors traqués. Leurs leaders ont en majorité quitté l’Egypte pour se réfugier en Arabie Saoudite. C’est ainsi qu’ils ont conseillé la secte des wahhabites intégristes saoudiens à agir efficacement. Grâce à leur connaissance de l’islam, à leur organisation et l’appui financier des Saoudiens, les frères musulmans égyptiens ont commencé à s’installer en Occident, notamment à Genève où le gendre de Hassan Al Banna, Saïd Ramadan (père de Tariq Ramadan) s’est réfugié en 1961 et où il a ouvert le premier centre islamique en Europe. Celui-ci est devenu par la suite, selon les sources gouvernementales helvétiques, un honorable correspondant des services de sa majesté britannique.
Après la chute du mur de Berlin et l’échec des nationalismes arabes et notamment le fiasco des armées arabes face à celle d’Israël, et surtout la déroute des russes en Afghanistan, les islamistes et les frères musulmans sont devenus des alliés stratégiques de l’Occident en général et des Américains en particulier pour être leur sous-traitants au Moyen-Orient.
Les américains ont fait miroiter la création d’un califat aux frères musulmans qui ont pensé sérieusement le réaliser avec l’avènement du fameux printemps arabe.
Ils ont cru atteindre cet objectif quand ils sont arrivés à noyauter l’administration américaine surtout sous l’ère Obama. D’ailleurs, ils ont tenté de prendre le pouvoir dans les Emirats Arabes Unis pour y installer le premier califat après la chute en 1924 celui des Ottomans. Ils sont devenus les pires ennemis des responsables des Emirats Arabes Unis où ils sont pourchassés.Le cheikh Youcef Qaraqawi n’est plus en odeur de sainteté à Dubaï.
Ces dernières années, la connexion des frères musulmans avec les Etats-Unis a reposé sans aucun doute sur la position qu’a prise Mme Huma Adelin auprès de Mme Hillary Clinton surtout depuis sa désignation comme secrétaire d’état de 2009 à 2013, par le président Barak Hussein Obama. Sans oublier les relations étroites qui ont existé entre la famille Bush et celle des Ben Laden dans les années quatre vingt dix.
Qui est Mme Huma Adelin ?
Mme Huma Abelin la musulmane est l’épouse de Mr Anthony Weiner de confession juive, membre du parti démocrate américain, qui a été élu à la chambre des représentants de la 9ème circonscription de l’état de New York de 1999 à 2011 et qui est actuellement candidat à la mairie de New York. Il est notoirement connu pour ses positions en faveur d’Israël et partisan de l’annexion de la vieille ville arabe de Jérusalem. Il est favorable pour la poursuite de la colonisation en Cisjordanie par l’état d’Israël. Il milite aussi pour la création de la fédération jordano-palestinienne à l’est du fleuve Jourdain pour caser les palestiniens qui sont éparpillés au Liban et en Syrie. Il souhaite aussi qu’à Gaza, le Hamas y installe un émirat.
Mme Huma Abelin est connue pour être le bras droit de Mme Hilary Clinton. Elle est la fille de Mme de Saleha Mahmood Abelin d’origine pakistanaise, membre de la confrérie mondiale des frères musulmans dont laquelle siège, Mme Morsi, l’épouse du président déchu égyptien, dont elle est l’amie personnelle.
Huma Abelin est née en 1976 à Kalamazoo, Michigan. Son père, Sayed Abelin ( 1928-1993), était un érudit d’origine indienne, qui a travaillé comme professeur invité à l’université du King Abdulaziz en Arabie Saoudite au début des années soixante-dix. Sa mère, Saleha Mahmood Abelin, est une sociologue qui a des liens étroits avec les organisations islamistes y compris les frères musulmans.
Mme Sahela Mahmood Abelin est connue pour son plaidoyer en faveur de la charia et au retour à l’état islamique du beau modèle de Médine.
La famille Abelin a déménagé quand Huma avait deux ans, du Michigan à Djeddah en Arabie saoudite. Ce déménagement a eu lieu lorsque Mr Abdullah Omar Naseef, vice-président de l’université de King Abdulaziz , a recruté son collègue Zyed Abelin pour travailler à l’institut des affaires des minorités musulmanes (IMMA), un think tank islamique ( laboratoire d’idées) de droit privé mais qui dépend en réalité du ministère des affaires étrangères de l’Arabie Saoudite et organiquement de la Ligue mondiale islamique, bras armé du wahhabisme pour l’islamisation du monde. Propager la charia, construction des mosquées et des écoles religieuses islamiques, infiltrer les institutions nationales et internationales et surtout encourager le djihad sous toutes ses formes, telles sont les missions que s’est fixées la Ligue mondiale islamique.
Selon certaines informations, Mr Seyd Abelin a eu des relations avec Oussama ben Laden, quand celui-ci a été recruté par les services secrets saoudiens et envoyé en Afghanistan faire le djihad contre les mécréants soviétiques. Il est plus sûr que la CIA a été au courant de cette relation.
Selon le journaliste Andrew C. Mc Carthy,de PJMEDIA (site web américain) le but de l’institut des affaires des minorités musulmanes est de fortifier une population agressive non assimilée vers la suprématie islamique qui va progressivement mais radicalement modifier le caractère de l’Occident.
Et à partir de cette analyse, on peut facilement comprendre ce qui se passe actuellement dans les banlieues françaises. La situation que vit la France est à rapprocher avec les objectifs que s’est fixés la Ligue mondiale islamique pour attaquer l’Europe. Pour la Ligue mondiale islamique, la France avec la complicité de ses élites, est le maillon faible de l’Occident. L’UIOF, Taraq Ramadan et compagnie ne sont que des instruments de cette conquête islamique.
Et que pense l’oligarchie politico-médiatique française de cette invasion en douceur de la mère patrie ? Et à quand la prise de conscience du danger mortel que fait peser la religion de paix, d’amour et surtout de tolérance sur la France?
A l’âge de 18 ans, Huma Abelin est retournée aux Etats-Unis pour faire ses études à l’université George Washington. En 1996, elle a commencé à travailler comme stagiaire dans l’équipe du président Bill Clinton, à la Maison Blanche où elle a été affectée au secrétariat de la première Dame des Etats-Unis, Mme Hillary Rodham Clinton.
Après son stage, Mme Huma Abelin a été recrutée comme assistance de Mme Hillary Clinton. Elle a travaillé pour elle, durant son mandat de Sénatrice ( 2000-2006) et surtout pendant les primaires à la candidature de l’élection présidentielle des Etats-Unis en 2008.
Durant son cursus universitaire, elle a été membre du conseil exécutif de l’Association des étudiants musulmans (MSA) de l’université George Washington. Quand elle a quitté le conseil exécutif de cette association estudiantine, en 2001-2002, le guide de cette organisation n’est autre que Mr Anwar Al-Awlaki, membre influent de la nébuleuse d’Al-Qaïda. Un autre aumônier du MSA de l’université George Washington de 1999 à 2001 du nom de Mohamed Omeish a dirigé l’Organisation internationale islamique, une succursale d’El Qaïda, chargée de son financement aux Etats-Unis. Le frère de ce dernier, un certain Azam, a été à la tête de Muslim américan society, qui est la branche locale de la confrérie des frères musulmans aux Etats-Unis. Les deux frères Omeish sont connus aussi pour avoir eu des liens étroits avec un certain Abdurahman Alamoudi qui a été condamné et incarcéré pour terrorisme.
Dans les années 1996-2008, Mme Huma Abelin, a travaillé à l’Institut des affaires des minorités musulmanes (IMMA) comme rédactrice en chef de sa publication interne (journal des affaires des minorités musulmanes). Durant cette période, elle a été une proche du président de l’IMMA, Mr Abdullah Omar Naseef, ami de son défunt père, qui est un fervent partisan d’Al Qaïda.
Pendant ce temps, Mme Huma Abelin est restée une proche collaboratrice de Mme Hillary Clinton. Lors de la campagne électorale pour l’investiture des primaires pour la candidature à l’élection présidentielle, en 2008, le journal New York Observer a décrit Mme Huma Abelin, fraîchement nommée directrice du cabinet de Mme Hillary Clinton, comme : « un conseiller de confiance de Mme Clinton sur les questions du Moyen-Orient. »
Sur la politique à adopter au Moyen-Orient par les Etats-Unis, la secrétaire d’état, Mme Hillary Clinton recherche toujours l’avis de sa collaboratrice Mme Huma Abelin qui est pris en compte immédiatement. Les deux femmes ont développé un lien personnel étroit durant cette période. En 2010, Mme Hillary Clinton a affirmé : « j’ai une fille, mais si j’en avais une deuxième, ce serait Huma. »
En 2011, Mme Hillary Clinton a effectué une visite amicale à Mme Saleha Mahmood Abelin, la mère de Huma, en Arabie Saoudite. A cette occasion, elle a dit publiquement que l’aide de Saleha est « importante et sensible ».
En effet, l’influence au sein de la confrérie des frères musulmans de Mme Saleha Mahmood Abelin n’est pas négligeable. Elle est aussi membre de la Ligue islamique mondiale qui est l’instrument du royaume saoudien de la diffusion du wahhabisme. Elle dirige aussi le comité international pour les femmes et les enfants qui dépend organiquement de la Ligue mondiale islamique. Ce comité possède une charte rédigée par les leaders des frères musulmans et notamment le cheikh Youcef Qaradawi, le spécialiste des fatwas de la mort contre les apostats et les mécréants et surtout le partisan acharné de l’application de la charia à travers le monde. Il n’est pas surprenant que ce comité tente notamment en Occident pour se débarrasser des lois contre le viol conjugal et surtout le mariage avant l’âge de 18 ans conformément à la charia. La pieuvre islamique avance à visage découvert en Occident avec la complicité de l’oligarchie capitaliste mondiale et notamment Mr Sorros, le financier de l’islamisation des banlieues françaises qui apporte l’aide matérielle sonnante et trébuchante nécessaire au collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).
Mme saleha Mahmood Abelin, dont le pays d’origine le Pakistan qui part en lambeaux et qui est le centre mondial du crime islamique, est également membre du conseil de l’International islamic council pour la dawaa à travers le comité international pour les femmes et les enfants qu’elle dirige.
Le défunt père de Mme Huma Abelin, le Dr Sayed Abelin a été lié aux islamistes djihadistes quand il a dirigé jusqu’à sa mort l’Institut des affaires des minorités musulmanes (IMMA), basé en Arabie Saoudite et financé par la Ligue islamique mondiale. Cet institut est lié à l’Assemblée mondiale de la jeunesse islamique fondée par le neveu d’Oussama Ben Laden et mis en cause dans le financement d’Al Qaïda par les autorités américaines.
Le frère de Mme Huma Abelin a obtenu une bourse d’études du Centre d’Oxford pour les études islamiques (financé par les monarchies pétrolières du Golfe Persique),quand le Cheikh Youcef Qaradawi siégeait dans son conseil scientifique.
La famille Abelin a été proche de Mr Abdullah Omar Naseef qui a été à l’origine de la création de la banque islamique Rabita dont les avoirs ont été bloqués par l’administration américaine en octobre 2001 pour financement du terrorisme.
La mère de Huma Abelin, Saleha est aussi membre de la présidence du Conseil international islamique pour la dawaa sous la direction du cheikh Youcef Qaradawi qui est membre de la secte des frères musulmans et président de l’union internationale des savants musulmans (oulémas). Il vient d’ailleurs de lancer le djihad contre le général Al Sissi, le ministre de la défense égyptienne qui a dégommé le président frère musulman Mohamed Morsi.
Ce sinistre cheikh a vu son projet du califat partir en fumée avec la reprise en mains des affaires en Egypte par l’armée qui est aidée par les libéraux et les laïcs.
Mais comment le cheikh Youcef Qaradawi et les musulmans frères, peuvent-ils rêver du califat islamique, eux qui ne sont pas des descendants de la tribu mecquoise des Qaraychites ? Et pourtant, ils savent bien que selon le sahih Al-Boukhari, Mahomet a dit:” Que le califat revient aux Qaraychites par la faveur qu’Allah leur a accordée, même s’il reste deux seulement hommes parmi eux en vie.” Pour Mahomet, les Qaraychites et notamment les Beni Hicham sont les élus d’Allah. Les autres musulmans n’ont pas le droit d’être calife. Il est indéniable que les frères musulmans sont des tricheurs, des escrocs de la foi islamique car ils ne disent pas la vérité aux croyants; de ce fait, ils sont disqualifiés de parler au nom de l’islam parce qu’ils ne tiennent pas en compte des hadiths de Mahomet. Actuellement, seul le roi Abdullah de Jordanie peut prétendre au poste de Calife pour l’ensemble de la communauté musulmane, car il est un descendant direct de la famille des Beni Hicham(Aâl el-beït). Toute autre discussion sur le califat est de la masturbation de l’esprit pour endormir la plèbe qui croit encore aux balivernes du VII siècle.
Quel est ce machiavélisme qui anime les frères musulmans? D’un côté, ils disent combattre les US et Israël, et de l’autre, ils sont les larbins de l’oncle Sam. Peut-on leur faire confiance quand ils parlent de démocratie?
Et pourquoi le cheikh Youcef Qaradawi accepte-t-il que la fille ( Mme Huma Abelin- Weiner) de l’une de ses adjointes à savoir Mme Saleha Abeli, qui siège à ses côtés au conseil international islamique pour la dawaa, une sœur musulmane de surcroit , soit l’épouse d’un juif ?
Il y a vraiment tromperie sur la marchandise.
Quelle est cette alliance qui bafoue les préceptes de l’islam ? Et pourquoi les frères musulmans ont-ils observé un silence assourdissant devant ce mariage qui est contraire à l’esprit de l’islam, eux les champions de la pureté islamique?
Il est clair que les liaisons dangereuses de la nébuleuse islamique avec les Etats-Unis sont établies depuis belle lurette.
Mais à qui profite le crime ? Aux lecteurs et lectrices de Riposte Laïque pour trouver la réponse adéquate à cette question pertinente.
Pendant ce temps, la France est en péril; elle court à sa perte et l’oligarchie politico-médiatique ânonne :” circulez, il n’y a rien à voir, il ne faut pas faire de l’amalgame, il ne faut pas stigmatiser” afin de récolter quelques voix à l’occasion des futures élections municipales et européennes, en 2014. Apparemment, le ciel commence à s’assombrir au-dessus de Paris…
Hamdane Ammar

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi