Comment le contribuable finance les églises nouvelles… et bientôt les mosquées, grâce à Baroin !

C’est promis, c’est juré, c’est craché : le débat gouvernemental sur la laïcité ne remettra pas en cause la loi de 1905. C’est, après d’autres, François Baroin qui nous le jure (1) dans une grande interview au JDD :  » … quand l’UMP réaffirme qu’il ne faut pas toucher à la loi de 1905, cela me semble essentiel. Ce texte est une vache sacrée. »
Une vache sacrée ! Quel respect pour la loi de 1905 ! Quel respect pour la laïcité ! Quel respect pour le contribuable, qui n’a en principe pas à financer les cultes ! Quel respect pour le peuple de France, profondément attaché à cette loi !
Rien qu’en entendant un tel vocabulaire, vous commencez à vous douter que la loi ne sera respectée que de façon formelle, et contournée autant que possible. Bien vu ! Le ministre poursuit :
 » Sur la question des mosquées, nous n’avons pas besoin de changer les textes pour répondre aux demandes. Mais il faut avancer. Je propose que la représentation nationale puisse adopter une résolution parlementaire et la gauche pourrait l’accepter. Cette résolution détaillerait le cadre technique et juridique pour permettre aux communes de taille importante nécessitant logiquement des lieux de culte, de disposer de règles claires en matière immobilière. Elle créerait une pression vertueuse sur les mairies réticentes à libérer un terrain, et préciserait les modalités de signature des baux. Elle formaliserait également le principe d’un code de la laïcité applicable et utile pour tous les services publics français : hopitaux, cantines scolaires, équipements sportifs par exemple. »
Oui, vous avez bien lu : non seulement les communes pourront continuer à offrir des terrains par bail emphythéotique, mais de plus on fera pression sur celles qui sont réticentes ! Ce ne sera plus du financement clandestin de mosquées, ce sera du financement quasi-obligatoire !
Sans toucher à la loi de 1905, bien sur ! On n’oserait jamais ! Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer !
Pour financer les mosquées sans toucher formellement à la loi de 1905, il suffira de faire comme pour les églises. Comment a-t-on pu en arriver là, alors que cette loi (2) interdit en principe de subventionner le culte ?
C’est une longue histoire. Déjà, il faut savoir que l’Eglise a toujours très mal accepté cette loi et ne la respecte que contrainte et forcée, en la contournant chaque fois qu’elle peut. Et, comme il ne manque pas d’amis de la calotte au sein de l’Etat, elle trouve aisément des complicités.
En principe, les églises nouvelles (postérieures à 1905) ne bénéficient pas de fonds publics, mais l’art de détourner la loi de 1905 a une histoire aussi longue que discrète. Le dernier exemple en date est celui du financement public de l’église Notre-Dame de la Rosière aux Lilas, relaté sur son blog par notre grand ami Alexis Corbière (3). L’astuce, c’est que la loi de 1905 s’est vu adjoindre (par Vichy nous dit Corbière ; mais pas seulement ; la dernière modification de l’article date de 2009) un article 19 qui stipule, entre autres : « Ne sont pas considérées comme subventions les sommes allouées pour réparations aux édifices affectés au culte public, qu’ils soient ou non classés monuments historiques. » Voilà qui permet de réparer quelques églises de villages. Mais, comme la notion de réparation finit par être entendue de façon de plus en plus large, ce sont de fait des reconstructions qui sont parfois ainsi financées.
Il y aurait toute une thèse universitaire à écrire sur les milles façons qui ont été trouvées pour financer les églises après 1905. D’ailleurs, Cécile Frémaux l’a fait (4). Les idées n’ont pas manqué, en toute discrétion : reconstructions d’églises après les guerres, garanties d’emprunt, baux emphythéotiques … l’imagination des curés et de leurs amis fut sans limites, et il semblerait qu’ils en fassent maintenant profiter leurs amis les imams.
C’est beau, le dialoque inter-religieux !
Lucette Jeanpierre
(1) Extrait du JDD du 6 mars 2011 page 10 – Grande interview de François Baroin
(2) La loi de 1905 :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070169&dateTexte=20110306
(3) L’exemple du financement public d’une église aux Lilas :
http://www.alexis-corbiere.fr/index.php?post/2011/01/30/Laicite-en-danger-:-le-scandale-du-financement-public-de-l-Eglise-Notre-Dame-de-Rosiere-des-Lilas
(4) Cécile Frémaux : La construction d’églises dans la seconde moitié du 20 ème siècle : une affaire d’Etat ?
http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/40/74/06/PDF/la_construction_d_eglises_dans_la_seconde_moitie_du_20e.pdf

image_pdf
0
0