Le mythe « bi-national » révèle les fractures françaises !

voileebbrLes Corses, en butte aux délinquants des Jardins de l’Empereur, ont eu « un précédent » en 2014 : « Les Algériens ont brandi leur drapeau en criant, « On est là ! » et les Français criaient, « On est chez nous ! »

« La Marseillaise a été copieusement sifflée mardi au Stade de France… Les huées de supporteurs tunisiens, majoritaires parmi les 60.000 spectateurs présents en tribune, ont accompagné l’hymne français, interprété par la chanteuse d’origine tunisienne Lââm. Une scène déjà vue lors des matchs France-Algérie le 6/10/2001, lors de France-Maroc le 16/11/2007… » rapporte Clément Daniez sur lepoint.fr le 15/10/2008.

Et les piètres politiciens à l’origine du désastre de condamner sans jamais agir : « Après ces incidents scandaleux, Sarkozy a décidé de « convoquer » le président de la Fédération française de football… « C’est insultant pour la France, ça n’est pas tolérable », a dénoncé Fillon… La ministre et son secrétaire d’État se sont dit « choqués »… au nom de l’amitié entre les deux pays et des valeurs du sport international ( ?)… »

« Le fait que l’hymne national français soit « perturbé » n’est pas une surprise pour les autorités, alertées des « risques de débordements« … Les policiers en charge du renseignement, et spécialement ceux qui suivent les « supporteurs à risques » à la préfecture de Police de Paris, ont « prévenu » des « possibilités d’incidents« … « On s’attendait tous à ça… On l’avait vu contre le Maroc et l’Algérie… C’est devenu une habitude« … « Je connais l’être humain, il fait parfois des erreurs » a confié un joueur ( !) « C’est pas grave« . Ben, voyons !

« Quand le football révèle les fractures françaises » a écrit A. Devecchio sur lefigaro.fr le 30/06/2014. Le chroniqueur « passionné de politique et des questions liées aux banlieues et à l’intégration » note : « Doit-on parler « d’incidents », de « débordements », aller jusqu’à évoquer des « dégradations », « des violences » ou même des « émeutes » ? Comment rendre compte de la réalité « sans mettre de l’huile sur le feu » ? » Ben, voyons !

« Comme à son habitude, Hollande semble étrangement indifférent au sort du pays… Le souvenir du match France/Algérie, le 6/10/2001, était encore dans toutes les mémoires : la Marseillaise sifflée, la pelouse du Stade de France envahie, « le Premier ministre de l’époque, Lionel Jospin, malmené« … Une partie de la gauche dénonçait les discriminations dont seraient victimes les jeunes issus de l’immigration alimentant ainsi un peu plus leur paranoïa victimaire et leur haine de la France… tandis qu’une partie de la droite affectait des postures d’ordre et d’autorité tout en continuant à promouvoir une politique d’ouverture du marché destructrice des repères et des valeurs. Comme toujours, les réponses des politiques avaient été « incantatoires »…

« Treize ans plus tard, rien n’a changé. Les discours politiques restent les mêmes. Les frontières ont continué à s’ouvrir à une immigration de masse…, la refondation de l’école est un vœu pieu et les plus humbles souffrent toujours des agressions et cambriolages à répétition… Le pays est plus que jamais divisé par les ressentiments : ressentiment du peuple contre les élites, ressentiment des jeunes de banlieue qui « ont«  la nationalité française mais se définissent comme « musulmans«  et cherchent une identité de substitution dans l’islam ou dans leur pays d’origine, ressentiment des « blancs«  humiliés de devoir baisser les yeux devant les brutes et fatigués de voir leurs problèmes ignorés par les dirigeants

« C’est tout le pays qui se réveille avec la gueule de bois : la (vraie France) a un goût amer… »

Gilles Dhers a écrit le 13 mai 2002 : « Chirac, zéro tolérance au Stade de France… Le Président, qui assistait à la finale de la Coupe, a marqué sa réprobation en quittant sa place… » Pendant la Marseillaise, des sifflets, venus des tribunes occupées par les supporters corses, ont couvert l’hymne national. Ce qui a plongé Chirac dans une grosse colère. « Ils sifflent, je m’en vais« . Et le Président de quitter la tribune… On a reproché à Jospin et Buffet de ne pas l’avoir fait, dans les mêmes circonstances, lors de France-Algérie… »

Voilà un résumé de la « politique de la chaise vide » en France, face aux problèmes des minorités.

Chirac, le Corrézien intempérant, comme père Ubu et les rois fainéants, « somme le président de la Fédération française de football de présenter des excuses« . On se croirait sous la politique soviétique !

Chirac condamne en direct sur TF1 : « Quelques irresponsables ont cru devoir siffler la Marseillaise ce soir au début de ce match. C’est inadmissible et inacceptable« . C’est encore et toujours les « gesticulations des songe-creux » et la « politique de la parole » vide de sens ! On connaît la suite, avec les attentats de 2015.

La morale politique du jour a été : « L’incident a certainement donné une mauvaise image » (du pays).

Wikipedia : D’un point de vue sociologique, la nationalité (se définit) comme une « identité collective » que les membres d’une même nation sociologique se donnent. Bien qu’il s’agisse d’un phénomène relatif à une communauté d’individus, « l’appartenance à une nation » est relative à l’identité personnelle de chacun de ses membres. « Une communauté partageant la même nationalité partage également des croyances et des symboles, une histoire, un caractère national, un territoire et une culture qui lui est particulière« . Reste que la question de la nationalité est battue en brèche par la notion laxiste de la « double-nationalité » pour tous !

« La possession d’une ou de plusieurs nationalités, n’a pas d’incidence sur la nationalité française. La France a dénoncé la Convention du Conseil de l’Europe du 6 mai 1963 sur la réduction des cas de pluralité de nationalités… Cette dénonciation a pris effet le 5 mars 2009. À compter de cette date, l’acquisition volontaire de la nationalité d’un des États, parties à cette convention, par un ressortissant français, « n‘entraîne plus de plein droit la perte de la nationalité » française. Les personnes qui ont perdu la nationalité française sur ce fondement peuvent être autorisées à réintégrer la nationalité française… La France ne fait aucune distinction entre les binationaux et « les autres Français » sur le plan des droits et devoirs liés à la citoyenneté.

« Un Français binational ne peut faire prévaloir sa nationalité française, auprès des autorités de l’autre État, dont il possède la nationalité, lorsqu’il réside sur son territoire, ce binational étant alors considéré par cet État comme son « ressortissant exclusif ». La loi relative à l’immigration, à l’intégration et à la nationalité, prévoit que lors de son acquisition de la nationalité française « par décision de l‘autorité publique ou par déclaration« , l’intéressé « indique à l‘autorité compétente la ou les nationalités qu‘il possède déjà, la ou les nationalités qu‘il conserve en plus de la nationalité française » ainsi que la ou les nationalités auxquelles il entend renoncer… »

On a lu ça sur le site très politiquement correct Legifrance.gouv.fr

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

4 Commentaires

  1. Si seulement 50 ou 60 % de français avaient les couilles de certains Corses…. la vie serait bien différente dans les « quartiers » ainsi que dans les transports publics, et d’autres lieux j’en passe et des meilleurs ! De Gaulle avait dit « les français sonts des veaux » maintenant ils sont devenus des moutons et demain sans doutes des gigots…!
    Il serait peut-être temps de réagir face à ce gouvernemerde de paranos qui prétendent diriger notre pays !

  2. La possibilité d’avoir plusieurs nationalités n’est que la traduction d’une philosophie mondialiste et relativiste. Pourquoi vouloir deux nationalités? Il faut pouvoir dans la vie établir des hiérarchies,faire des choix,et,je pense même qu’on doit y être obligé.

  3. Nul ne peut obéir à deux maitres, on ne peut donc pas loyalement avoir plusieurs nationalités, bien que cela rendrait parfois service pour éviter l’enfer fiscal et la gestapo français

  4. XUB7K c’est une HONTE de la part de nos gouvernants quels qu’ils soient ou qu’ils aient été de tolérerque l’on souille NOTRE DRAPEAU NOTRE HYMENE déjà là ils ont loupé le coche en ne mettant pas dehors tous ceux qui s’y sont employés Nos aïeux sont morts au CHAMP D HONNEUR pour défendre nos couleurs, j’ai un arrière grand oncle dont la statue trone aux Jardins des Tuileries pour avoir bravé la bataille à SOLFERINO POUR ALLER SAUVER NOTRE DRAPEAU il faut apprendre à lo’école où je l’ai appris moi-même le chant de nos 3 couleurs (« les connais-tu les trois couleurs de FRANCE celles qui font réver les coeurs de GLOIRE ET D ESPERANCE ? bleu céleste couleur du jour, Blanc franchise et vaillance, Rouge de sang couleur d’Amour » la vaillance, l’Amour de nos ayeux morts pour l’AVENIR DE LA FRANCE QUEL AVENIR dites-moi celuique nous vivons maintenant ? LA HONTE

Les commentaires sont fermés.