Comment le néo-nazisme, surtout venu de “gauche”, gangrène nos démocraties

Soit ces thèses (de mai 2022) :
  • est néo-nazi le discours qui prône des manipulations biologiques et mentales pour être conforme à une certaine idée jugée non seulement supérieure mais unique de l’espèce humaine et du vivant habitant “la” Terre en soi et non plus des “États-Nations” effacés mais maintenus sous pneuma artificiel.
  • Tous les propos parlant par exemple de manipulations génitales sanitaires climatiques au profit d’une « race unique » et au détriment d’approches mesurées déjà expérimentées et s’appuyant surtout sur le “libre arbitre” sont des propos scientistes et hygiénistes donc néo-nazis.
  • Le nazisme originel avait pour idée de purifier la race blanche des composites métèques en particulier juifs, tziganes et slaves.
  • Le néo-nazisme, issu du néo-léninisme (Derrida, Deleuze, Lyotard) lui-même revigoré par des post-maurrassiens (Blanchot) staliniens (Bataille) maoïstes (Althusser, Bourdieu, BHL) sadiens (Foucault), avance masqué en se battant pour les “minorités” et la “destruction” des Institutions alors que diverses “variétés” militent pour une “autre” purification basée sur l’effacement de la “différence” -diff-errance- (de la singularité) au profit d’une unicité organique du mouvement perpétuel ou le “sans, cent” (patrie, identité, sexe) en trans/e frénétique autour de figurines (néo-vaudou) façon automatisme surréaliste réalisme socialiste et architecture monumentale fasciste et nazi.
  • Cela s’accélère même avec le nouveau gouvernement Macron. Un exemple ? La montée de l’impunité quant aux violences faites aux personnes (comme la requalification dernièrement d’un crime mortel sur un chauffeur de bus en “non intentionnalité de tuer”).
  • Cette montée de la violence faite aux personnes n’est pas sans rappeler celle des SA nazis qui au fur et à mesure attaquaient dans la rue les commerces, toute personne non “völkisch” (aryenne). De même aujourd’hui dans les bus, métros, rues, toute remarque, regard désapprobateur quant à une “incivilité” est tout de suite violemment réprimandé par ces néo-nazis frappant, insultant au nom de l’antiracisme.
  • Qui sont-ils ? Ils relèvent de plusieurs catégories : les “antifas” de plus en plus “queer” et qui considèrent toute critique sur la manipulation génitale des enfants comme du “zemmourisme” ; ils sévissent principalement dans les manifestations de la vieille gauche alibi et paravent de leurs méfaits ; puis les “lumpen” shootés à la “diff-errance” et de plus en plus djihadisés à force de fréquenter les bandes de malfrats issues d’une scolarité et d’une éducation ratées et en rupture avec leurs parents et surtout grands-parents souvent immigrés mais qui étaient reconnaissants d’avoir été accueillis en France malgré la difficulté de vivre et travailler dans un pays autre que le sien.
  • Cette dernière, l’ “éducation”, a été ratée parce que d’une part les parents eux-mêmes ayant vécu dans des quartiers tenus par les “rouges” ont été élevés par les institutions de plus en plus noyautées dans un tiers-mondisme revanchard expliquant leurs propres troubles existentiels  ainsi (l’oscillation entre deux cultures, l’une permissive issue de “68”, l’autre restrictive issue de la ré-arabo-islamisation suite à la prise de pouvoir des nassériens et baathistes du FLN en “Algérie”). Ce qui fait que leurs ouailles n’ont pu déjà “intégrer” la culture d’accueil jugée de toute façon “bourgeoise” par les “rouges” (et “roses”) puis “impérialiste” par les ultra-rouges (dite “extrême gauche” d’où vient LFI) enfin aujourd’hui “blanche, machiste…” ou “l’extension du domaine de la lutte” vers la “race” essentialiste au sens fixiste du “non-blanc” posé comme modèle pur à imiter (tout comme le nazisme “classique”).
  • Cette dernière matrice est en effet la réplique quasi exacte du nazisme “canal historique” pour lequel les malheurs de l’Allemagne provenaient de la “race” juive et divers autres composants, de même que le communisme bolchevique qui, lui, aurait pu être un allié de poids contre la “ploutocratie enjuivée du capitalisme libéral” s’il n’était pas commandé par des juifs déplorait Hitler.
  • Aujourd’hui les malheurs du monde, généraux et individuels, sont considérés par les néo-nazis comme provenant de la seule domination blanche du sionisme global qu’il s’agit de dénoncer puis boycotter dans un premier temps avant l’expulsion des universités, médias comme cela se passe de plus en plus et pas seulement aux USA (SciencePo de Grenoble par exemple).
  • Un exemple plus global de néo-nazisme s’observe chez les Verts allemands qui sont un conglomérat au départ anarchiste puis gauchiste (bande à Baader soutenu par Sartre, ensuite les ”plutôt rouges que morts” contre l’installation des Pershing II face aux SS.2O soviétiques) enfin plutôt rétrograde pédophile avec sa hargne anti-nucléaire son refus des frontières, son hygiénisme (ayant soutenu la campagne anti-C-19 en droit fil avec le nazisme classique adepte du végétarisme et d’odes enthousiastes à la “Nature”).
  • Tout cela est bien entendu aussi bien maquillé, effacé, que le sont les couleurs du régiment Azov regroupant les nervis anti-russes en Ukraine et travaillant de plus en plus pour le compte de la version néo-nazie occidentale (et, pour une part, une fraction du post-maoïsme chinois en pleine guerre de clans ces temps-ci) ces divers variants étant regroupés au sein d’une Secte informelle que j’ai appelé S.H.A (prononcez “Chat”) Scientiste-Hygiéniste-Affairiste parce que cette Secte opère la fusion de tous ces groupements  provenant donc pour résumer du néo-léninisme, du libéral-libertaire des années yéyé, des courants post-hippies (comme les Amis de la Terre) des courants techno-scientistes ayant créé par exemple le LSD et tous ces psychotropes faisant office de prothèses mentales pour ceux qui refusent la méditation transcendantale “classique” sans oublier toutes les sphères de la production et de la reproduction mentale et intellectuelle (l’immatériel pour aller vite) dans lesquelles sévissent tous les adeptes transis du technicisme sans limites.
  • Tous ces courants ainsi regroupés dans une sorte de scientisme hygiéniste béat (mais affairiste) ont été les premiers à vanter les mérites d’injections expérimentales (une Caroline Fourest en France par exemple) alors que la médecine allopathique classique (antibiotiques) et dite “douce” sont toujours autant capables comme il a été vu lors de ladite crise de la “C-19” pour pallier les attaques virales d’une part.
  • D’autre part, ces courants vantent de plus en plus ouvertement maintenant la fabrication “trans” et “in vitro” de l’espèce humaine (ce qui ne plaît pas aux orthodoxes slavophiles et à tous les amoureux de la vie créée naturellement) ce qui va là aussi dans le droit fil des demandes (insatiables) de la Secte S.H.A désireuses de basculer d’une consommation de biens classiques dépendants thermiquement vers des biens électro-numérisés sinon indépendants du moins autonomes comme ces diverses prothèses dont la miniaturisation va permettre de plus en plus une implantation en interne pour le meilleur comme pour le pire.
  • Ce fond au départ disparate mais de plus en plus homogène est en train de remonter à la surface et s’observe maintenant dans toute son horreur.

    Lucien Samir Oulahbib

image_pdfimage_print
22

18 Commentaires

  1. Comme écrit en préambule, cela ne reste que des thèses.
    et comme disait Albert Einstein : « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue »

    • Je crois, M’enfin59, que vous êtes bien avancé dans la 2e chose qu’Einstein appelait infinies…

      Le nazisme n’était qu’un étron du socialisme, il était donc de gauche, qui depuis des décennie s’emploie à détruire les nations, la jeunesse, le beau et l’élévation de l’esprit…

    • Des thèses délirantes. Un galimatias pseudo intellectuel comme en a l’habitude l’auteur qui nage en plein confusionnisme. « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». Prétendre que le néo nazisme c’est la conformité à « l’idée jugée non seulement supérieure mais unique de l’espèce humaine », c’est dire le niveau de déni. Les néo nazis, ça existe et jamais ils n’ont défendu l’idée d’une espèce humaine unique. Comme AH, ils considèrent au contraire qu’il y a des races différentes et qu’il y en a une au sommet de l’espèce humaine. La différence ? Ils forment une internationale brune qui pense que cette race est la race blanche. Mais AH prétendait que c’était les germains et hiérarchisait donc les blancs. Dommage qu’il n’y ait pas eu de procès du bolchevisme. On n’en serait pas à vouloir tout foutre sur le dos du nazisme, considéré comme l’abjection ultime. Ça relève en fait d’une tactique purement stalinienne.

  2. HS :
    D. Rochebin sur Lci est un véritable fumier.
    Depuis deux jours, sur ordre de la caste, il ne cesse de qualifier les crimes de guerre et autres atrocités de comportements « nationalistes ».
    Et de dénigrer la France en rappelant les « heures sombres » et les supposées atrocités commises en Algérie par l’armée française, et cela à l’occasion de la condamnation à perpétuité d’un jeune soldat russe.
    Les hyènes sur le plateau, excepté Threard et un général français, n’accordent aucune circonstance atténuante à ce soldat. L’horrible ultra gauchiasse Martin Genier, prônant d’habitude le laxisme envers les pires criminels, est impitoyable envers lui.
    Une autre ukrainienne de plateau, à des allures de p.te fatiguée, le déclare coupable de.. s’être engagé dans l’armée russe, rien que cela !

    • le nombre d’algériens qui sont des criminels de guerre et ont obtenu le passeport de France
      un type de 40 ans que je connais pue le criminel de guerre par son comportement et le peu qu’il laisse entrevoir
      alcoolique et drogué, mieux vaut ne pas imaginer ce qu’il a pu faire

      • Euh, ce type de 40 ans, il a fait quelle guerre ? Dans quel pays ?

  3. « Le néo-nazisme, issu du néo-léninisme (Derrida, Deleuze, Lyotard) lui-même revigoré par des post-maurrassiens (Blanchot) staliniens (Bataille) maoïstes (Althusser, Bourdieu, BHL) sadiens (Foucault)…
    Ha, ha, ha, ha !
    A quelles acrobaties ne faut-il pas se livrer pour accuser encore les nazis.

    • Dans le langage courant « nazi » désigne souvent la plupart des formes d’intolérance et de totalitarismes de gôche, surtout de gôche, et l’auteur de cet excellent article rappelle le lien qui unit, sous des différences de chapelles, ceux qu’on appelait naguère « les mabouls intellectuels ».
      Timbrés pervers autant que crétins instruits, profitant de leur audience, de leurs postes, de leur prestige usurpé et de la complaisance médiatique pour répandre les poisons de la honte et de la haine de soi, poussant à l’autodestruction de nos sociétés.
      Avec une réussite certaine grâce aux jobards nourris de prêt-à-penser.

      • Le nazisme est une idéologie nationaliste, raciste. Il est bien entendu récupéré par des mouvances d’extrême droite, plus précisément par des suprémacistes blancs. Eugéniste, il est aussi ouvertement homophobe puisqu’il prétendait que l’homosexualité est une tare et qu’il cherchait à éliminer les tares. Et il n’avait pas besoin de l’idéologie délirante du wokisme pour l’affirmer. Le totalitarisme de gauche n’a jamais été basée sur le racisme biologique mais sur la lutte des classes. L’homosexualité y était considéré comme un vice bourgeois.

    • Peut être est-ce un moyen d’acquérir des indulgences « papales » ?
      Mais c’est tellement central qu’il est difficile de sortir du conditionnement .

    • Lisez « L’instant de ma mort » de Maurice Blanchot (où il l’explique la jonction entre national et international socialisme sous l’égide de Hegel) et greffez dessus l’admiration que Bataille Derrida Foucault Deleuze lui portait, secouez, et vous aurez ce chiasme qu’expliquait bien Heidegger : à force d’être anti vous sombrez dans la fascination de ce qui tient le contraire en le devenant, Pasolini l’a bien expliqué dans Sâlo… Et Benjamin était très mal à l’aise de voir comment Bataille en était fasciné; par ailleurs Drieu la Rochelle a fini admirateur de Staline…

  4. APOLOGIE des « socialismes » (des gauches) sur nos médias d’état et affilliés et INTERDICTION de penser autrement ! Ca ne vous rappelle rien ? Le National – Socialisme (NAZI) non plus ???

  5. Mon commentaire est très simple : Je qualifie de NAZIS toutes personnes qui veulent faire croire « à la masse » des hommes et des femmes à des mensonges qu’ils entretiennent et diffusent de façons incessantes à destination des dites « masses », et dont ils savent pertinemment que ce sont des informations erronées, non contrôlées destinées à influencer les opinions là où ils veulent les mener. Les journalistes, les politicos mafieux sont bien entendu en 1ère ligne. (Les Nazis Allemands de la sorte voulaient faire croire que seule la race Arienne était digne et pure. Je ne m’étendrai pas sur l’Ukraine et la région des Donbass – 20.000 morts à leur actif !)

  6. Les idéologies communautaristes les plus folles viennent des US, en effet.
    Toutes ces dérives antidémocratiques, des baba cools soixant’huitards au woke islamo-évangéliste de 2022, ont pour effet -et pour but-, de détruire les Nations organisées, les cultures qui en sont le lien, et leurs peuples eux-mêmes.
    La finance mondialise, ce « cloud » invisible des multimilliardaire est à la manœuvre derrière ces tribalités destructrices.
    Les crapules islamo-gauchistes sont le bras armé de cette guerre contre l’intelligence et contre La Liberté.
    Détruire pour détruire, comme les anarcho-autonomes, leur objectif est de faire disparaitre TOUT ce qui rassemble, qui unit. Anéantir l’ordre, en finir avec le beau, le bien. En finir avec la Citoyenneté.
    Ce ne sont pas des « nationaux socialistes », comme l’étaient les hitlériens, ce sont d’authentiques fascistes.

  7. Questions à monsieur Lucien-Samir Oulahbib.
    Depuis quelques années, la droite forte est plus catégorisée d’extrême droite. Pourtant, en étudiant objectivement les thèses de l’extrême-droite et celles de la droite forte, il y a des différences notoires qui ne peuvent autoriser l’amalgame entre les deux pensées. Y a-t-il moins de différences entre les néo-nazis et l’extrême-droite qu’il y en a entre les néo-nazis et la droite forte ? Peut-on dire que les néo-nazis font semblant d’ignorer qu’ils sont des pro-nazis ?

    • Vous avez raison, il y a bien plus de différences entre la droite forte et l’extrême droite que cette dernière avec ces néo nazis issus de la gauche car ils partagent tous deux le même désir de domination absolue en vue de créer une race supérieure dans laquelle désormais la couleur de peau va compter de plus en plus alors qu’avant la cooptation est d’abord ideocratique…

  8. le néo nazisme !, moi je vois des marxistes nostalgiques de staline

Les commentaires sont fermés.