Comment les électeurs FN pourraient-ils croire le bonimenteur Sarkozy ?

VASarkozyGonflé à bloc par le succès de la coalition UMP-UDI aux départementales, Nicolas Sarkozy dévoile maintenant sa stratégie pour éliminer le Front National, en l’attaquant sans relâche sur son programme économique. Au vu du bilan de la droite en dix ans de règne, on a vraiment envie de sourire…
Rien de nouveau en fait, puisqu’en 2007 le même Sarkozy pavoisait déjà en clamant haut et fort qu’il avait éliminé le FN. On en voit le résultat aujourd’hui. Marine Le Pen est bien à la tête du premier parti de France, car sans l’UDI, l’UMP n’atteint même pas 20% des suffrages, pendant que le FN fait 25%. Mais l’artillerie médiatique de l’UMPS se garde bien de dire la vérité aux Français.
Quel crédit accorder à un bonimenteur qui prétend récupérer les électeurs partis au FN, alors qu’il les a cocufiés comme jamais ? Car non seulement il a menti, ce qui est malheureusement la règle en politique, mais il a systématiquement fait le contraire de ses promesses de campagne, ce qui est pire. Dans le premier cas ça s’appelle un mensonge, dans le deuxième c’est de la trahison. Nicolas Sarkozy a toujours trahi son électorat et n’a jamais eu le courage d’appliquer son programme de 2007. Alors, pourquoi ferait-il aujourd’hui ce qu’il n’a jamais osé faire en cinq ans ? Quant aux sympathisants  FN , il les méprise, se réjouissant que 25% des électeurs n’aient aucun département. Belle conception de la démocratie.
Il est vrai qu’il est coutumier du fait, étant donné qu’il avait confisqué au peuple son “non” à la Constitution européenne et avait supprimé de la Constitution française le recours au référendum populaire obligatoire avant tout élargissement de l’Union. Sarkozy n’est qu’un contre modèle de démocratie et de sincérité.
En matière d’immigration, il a ouvert les vannes, portant le nombre d’étudiants étrangers de 30000 à 60000 par an, alors que c’est une des principales filières clandestines, certains étudiants étant inscrits en université alors qu’ils ne parlent pas un mot de français. Quant à son “immigration choisie” qui devait favoriser l’immigration du travail, celle ci est restée scotchée à 4% comme en 2007.
En matière d’insécurité, il a supprimé la double peine pour les étrangers et rayé 10000 postes de policiers. Et sa loi sur la récidive, qui devait être le fer de  lance  de sa politique contre la délinquance, n’a jamais été appliquée car laissée à l’initiative des juges qui répugnent à sévir. Il a fermé les  yeux sur l’islamisation de la société, le financement étranger des mosquées, les mariages blancs, les répudiations, la polygamie. En un mot il a fait du hollandisme sécuritaire.
Il a sabordé notre armée avec la suppression de 53000 postes et taillé dans le budget comme jamais. Il a refusé la construction d’un deuxième porte-avions, alors que le Charles de Gaulle a fait la preuve de son efficacité en Libye et maintenant contre l’Etat Islamique en Irak. Pour grappiller quelques voix supplémentaires en 2012, il a fait de Mayotte un département, alors que la population à majorité musulmane et polygame comprend 35% de clandestins comoriens. Coût de ces largesses, un milliard de social par an alors que le pays est ruiné.
En économie c’est pire. Plus de 500 milliards de dette supplémentaire, une balance commerciale déficitaire de 70 mds, un million d’emplois industriels détruits depuis 2002. Et au plan social il aura réussi l’exploit de supprimer la demi part des veuves  les plus modestes, qui  se  retrouvent maintenant imposables !
Il aura augmenté les impôts de 30 milliards. Il a sabordé le logement locatif en changeant les règles du jeu en cours de partie, portant de 15 à 30 ans la défiscalisation complète de la plus value. De quoi décourager tout investisseur de cinquante ans  voulant préparer sa retraite. Quant à l’ISF et aux 35 heures, il n’a jamais eu le courage de s’y attaquer, avouant piteusement après coup  qu’il aurait dû les supprimer dès son arrivée à l’Elysée. Par conséquent, ne pouvant s’appuyer sur son bilan calamiteux, il attaque le programme économique de Marine Le Pen en usant et abusant de mensonges permanents. La sortie de l’euro serait une catastrophe ? Mais il faut dire ça aux huit prix Nobel d’économie à travers le monde, qui ont dit que l’euro tel qu’il est n’est pas viable. Marine Le Pen a toujours dit qu’elle ferait un référendum sur la sortie de l’euro et qu’elle conserverait l’euro comme monnaie commune. Rendre la parole au peuple pour qu’il décide de son destin c’est sa priorité et on comprend que les anti démocrates qui gouvernent sans partage ne le supportent pas. Ce qu’elle veut c’est une sortie concertée.
Ceux qui, comme Sarkozy , affirment que la dette française triplera sont des menteurs. On ne se rend pas crédible dans l’excès. En supposant que le franc perde 25% de sa valeur par rapport à l’euro, ce sont théoriquement  les 66% de dettes contractées à l’étranger qui seraient majorées, la dette nationale n’étant pas impactée. Mais quand un pays change de monnaie, selon la “loi monétaire” internationale, il peut très bien convertir les dettes contractées sous droit étranger en dettes sous droit français. Dans ce cas, selon la banque japonaise Nomura, 94% de la dette publique  passeraient sous droit français et seuls 6%, soit 120 milliards,  subiraient le coût de la dévaluation du franc. On est loin de la vision apocalyptique des ayatollahs de la zone euro. Selon l’étude de la banque Nomura, la France est le pays qui souffrirait le moins de la sortie de l’euro. Pour le SMIC à 1700 euros, même constat. La désinformation fait rage. Mais ce ne sont pas les patrons qui paieront l’ardoise, puisque Marine Le Pen veut baisser drastiquement les charges des entreprises qui seront compensées par une taxe de 3% à l’importation. Enfin quand on entend un monsieur Lamassoure, qui fait une belle carrière européenne, déclarer que les  Français paieraient le litre d’essence 25% plus cher, on se roule par terre. Ce monsieur oublie que sur un litre de brent de 50 centimes l’Etat ajoute 85 centimes de taxes. Si l’importation coûte 15 centimes plus cher il suffira de baisser les taxes de 15 centimes…..
Par conséquent, ce qui manque encore à Marine Le Pen pour convaincre les Français, c’est davantage  de pédagogie pour contrer les mensonges, les injures, les calomnies, les procès en incompétence et la désinformation systématique mis en œuvre par l’artillerie médiatique de toute cette caste politique qui nous a ruinés, mais entend malgré tout  conserver ses privilèges de règne sans partage.
C’est ahurissant. Plus ils échouent et plus ils sont arrogants. Le syndrome du cerf aux abois peut-être ?
Jacques Guillemain

image_pdf
0
0