Comment un musulman, aidé par la CGT, utilise l’antiracisme sur son lieu de travail

Publié le 27 avril 2012 - par - 2 239 vues
Share

Le débat sur qui voter au second tour est tout aussi problématique dans ma famille. Il y a les partisans de l’abstention, ceux qui veulent voter Sarko mais personne pour voter Hollande. Beaucoup se projettent en 2017 mais c’est loin et il est sûr qu’un quinquennat de gauche nous fera très mal. Mais il ne faut pas oublier le plus important, si les voix du FN se reportent massivement sur sarko, l’Ump continuera sa politique de non alliance avec nous en se disant que de toute façon, dans chaque élection à venir, cela sera le cas. Il ne faut surtout pas tomber dans ce piège, Sarko doit perdre et l’Ump doit savoir que désormais ils ne peuvent avoir de chance de se faire élire que dans une alliance et une reconnaissance du Rassemblement Bleu Marine. Lors des législatives, s’il n’y a aucun accord entre tous les patriotes, y compris ceux de l’ump, l’assemblée nationale sera rose, ce qui fait que même avec un président de droite, la politique désastreuse de la gauche pourra s’appliquer avec un premier ministre et un gouvernement socialiste. Car sans accord, cela suppose des triangulaires un peu partout et la perte des élections législatives pour les patriotes français.
 
J’étais Délégué Politique FN dimanche dans mon bureau de vote de mon village du Var et j’ai constaté également que le compteur de l’urne ne marchait pas (il parait que c’était pareil dans d’autres bureaux), je faisais donc des petits bâtons sur une feuille, une électrice d’un autre bureau a voté dans le notre avant que les assesseurs s’en rendent compte, et plusieurs fois la ligne où devait parapher les votants était déjà signée par un autre. Bref pas très sérieux tout ça.
 
J’en profite pour vous raconter les mésaventures qui sont arrivés à un de mes collègues de travail. Lors d’un jour férié, une des personnes qui devait faire la mise en rayon n’est pas venue, l’employé présent (musulman) refusa de faire la mise en rayon en pretextant que l’absent n’avait qu’à être là. Ce à quoi lui répondit mon collègue : « il faut bien que quelqu’un le fasse et vu qu’il n’y a que toi ». Nouveau refus de l’employé. Mon collègue se rappellant que celui-ci lui avait dit quelques jour auparavant que Dieu lui viendrait en aide, lui demanda donc s’il pensait que c’était Allah qui allait envoyer quelqu’un et ne constatant aucune réaction de celui-ci, pris son téléphone et fit mine d’appeller « Allo, Allah, est-ce que tu nous envois quelqu’un pour remplir ? Non. Bon ben Allah nous envoie personne, tu vois bien qu’il faut que ce soit toi qui le fasse. » Toujours aucune réaction de l’employé. Mon collègue prit donc un tire palette et commença la mise en rayon mais 10 mn environ après, l’employé étant au milieu et l’empêchant de travailler correctement, il l’apostropha en lui disant cette fois-ci d’un ton sec « tu arrêtes ce que tu fais maintenant et tu viens aider à faire la mise en rayon ». Enorme colère de l’employé qui voulut d’abord l’intimider en lui disant qu’il allait lui casser la gueule mais comme il n’avait pas le résultat escompté, il se fit plus menaçant encore obligeant un vigile à intervenir et à le ceinturer. J’ai oublié de préciser que mon collègue est son supérieur hiérarchique. Mon collègue relata l’incident à ses supérieurs demandant que des sanctions soit prises pour les menaces dont il avait fait l’objet. Le jour même, ceux-ci lui signifièrent qu’il avait fait une « blague raciste » et qu’il ne pouvait y avoir de poursuites ou de sanctions. Mais quelques jours plus tard, l’employé ayant saisi le syndicat CGT, le chef d’équipe (mon collègue) fut convoqué dans le bureau de son supérieur avec l’employé menaçant. On lui signifia qu’il avait tenu des propos offensants qui avait déclenché l’ire de son interlocuteur et on lui demanda de présenter ses excuses, ce qu’il fit mais par contre aucunes excuses de la part de l’employé pour les menaces et son attitude plus que menaçante envers son chef d’équipe, pas non plus de sanctions. L’employé accepta les excuses avec beaucoup de regrets, il espérait certainement beaucoup plus. Depuis, il a eu deux autres ennuis avec également des personnes de confessions musulmanes, à tel point qu’il se demande s’il ne doit pas demander un autre poste avant d’être accusé de racisme et viré de sa boîte.
 
Nous en sommes là au jour d’aujourd’hui, toujours sur la défensive, à accepter tout et n’importe quoi dès qu’il s’agit de la religion musulmane. Bon courage à tous les patriotes et vive la France
 
James PINGUI

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.