1

Comment une victoire à Top Chef est manipulée par les racistes anti-France

Une vidéo sur le gagnant de Top Chef interpelle tous les amateurs de cuisine, tous les assidus à l’émission Top Chef.

Tout de suite et à titre personnel, je n’aime pas le prénom de ce talentueux cuisinier. Il n’y est pour rien, mais j’aurais préféré que ses parents lui donnent, en premier, un prénom au minimum du calendrier grégorien. C’est dû à la stupidité de ceux qui ont permis cette possibilité de porter des prénoms issus des origines des parents, voire des prénoms abracadabrantesques pour bobos déculturés, comme Cerise, Pomme, Noah, voire Mila qui ne cessent de m’agacer pour leur hors-sol, et le poids inutile que ces parents font porter à leurs enfants dès leur premier contact avec l’extérieur.

Revenons à Mohamed Cheikh, grand gagnant de ce dernier Top Chef. Un homme de talent, c’est une certitude. Il a échappé de justesse à l’élimination dès les premières émissions, mais il s’est bien rattrapé par la suite. Il a de l’humour, de la puissance créative et comprend rapidement. J’aime bien le personnage qui vient des cités et a su s’en sortir autrement qu’en faisant le guet aux coins des rues pour des dealers. Il l’explique bien dans cette vidéo.

Dernier combat pacifique de chefs entre une femme et un homme

Ce qui m’agace, et il n’est pas en cause, c’est le montage de cette vidéo. C’est la chaîne de gauche racisée Melty de  YouTube qui est indigne, ce sont des journalistes comme Julie Dupont et le réalisateur/monteur Kevin Olivereau qui ont fait des choix politiciens que je juge minables, iniques, désobligeants pour ce gagnant talentueux qu’ils instrumentalisent contre son gré, j’en suis bien certain.

La volonté, dès les premières images, de mettre en avant un jeune cuisinier subissant les agressions verbales dans la cuisine d’un chef ne sont pas innocentes. Elle marque le tempo, la couleur, la volonté d’imposer le message victimaire habituel du pauvre fils d’immigrés subissant les quolibets des méchants natifs de la France profonde, de ces Français par essence racistes.

Le début est juste un extrait de l’interview et le reste démontre justement le contraire.

Ce sont bien des Français de souche qui ont permis à cet homme qui en voulait vraiment, de réussir. Le gagnant du Top Chef ne pouvait pas être un « zi-va » un « nique ta mère« , il n’aurait jamais pu être ce cuisinier de talent.

C’est ce qu’il dit par la suite et il va même préciser les raisons de ces agressions verbales. Il faut avoir travaillé dans le milieu de la cuisine, avoir fréquenté les labos de pâtisseries, de charcuteries, les fournils de boulangeries pour comprendre que ce ne sont pas des métiers faciles et qu’il n’y a guère de place à la galanterie, aux effets de manches, à l’obséquieuse politesse. Dans l’action, des mots fusent, les énervements se font et peuvent être bruyants. Cela peut choquer les petits bourges, les bien-pensants, les coincés du cul, mais au fond, ce n’est pas bien méchant. Apprenti, jeune commis, c’est le premier qui trinque, mais c’est aussi le premier qui reçoit de l’attention et qui est poussé vers l’excellence par ses camarades. S’il ne tient pas le choc, c’est qu’il n’est pas fait pour le métier.

C’est ce que Mohamed dit dans la suite de cette vidéo. Il dit les moqueries de ces copains de cités qui le traite de « bouffon ». Melty ne souligne pas cette partie comme il l’a fait en victimisant le candidat gagnant de Top Chef, dès le départ de la vidéo. C’est volontaire, ce serait sûrement trop « taubiresque » de vouloir faire peser sur les copains de cités de Mohamed le poids d’une bêtise pourtant flagrante.

Il y avait plusieurs manières de traiter cette victoire d’un  » issu de l’immigration ».

  • 1/ le présenter comme LA victime qui va de l’avant, dépasse les insultes, travaille comme un fou malgré les obstacles des vilains Blancs, prouve ses qualités et capacités, gagne contre vents et marées.
  • 2/ le présenter comme un homme volontaire, courageux, talentueux, qui se fait remarquer par des chefs cuisiniers français, des restaurateurs qui ne sont pas des racistes comme le pense Melty, et qui lui donnent sa chance et l’encouragent.

Jamais Mohamed n’aurait pu réussir sans ces chefs de cuisine de France qui l’ont encouragé, sans ces patrons de restaurants français qui lui ont fait confiance, et grâce à son travail et son immense talent. C’est un ensemble, un tout.

Tout le reste n’est que du vent destructeur, de la marée d’une boue qu’aiment tant les soi-disant antiracistes qui déversent leur haine raciste anti-France en permanence.

La preuve en est dans l’affirmation entendue en fin de vidéo, que ce qu’il a fait est possible pour tous grâce à la détermination. Qu’il faut lire, apprendre à traire les vaches, aller sur les marchés et qu’il y a de la place pour tous ceux qui sont déterminés. C’est par la fin que cette vidéo aurait dû commencer. C’était sans doute trop demander à notre époque victimaire.

Un beau message pour tous ces jeunes pleureurs qui se lèvent à midi, font le guet, et soutiennent les murs de leurs immeubles dans les cités. Bougez-vous le cul, il y a un million d’emplois dans la restauration qui vous attendent.

Gérard Brazon

MELTY fait partie de ces médias « racisés » et c’est aussi:

🔴 YouTube : http://www.youtube.com/channel/UC1K5y… 🔵 Facebook : https://www.facebook.com/melty.fr 📸 Instagram : https://instagram.com/melty_fr/ 🐦 Twitter : https://twitter.com/melty_fr 👻 Snapchat : « meltyfr » ⚫ Tiktok : melty ► App Store : https://itunes.apple.com/fr/app/melty… ► Google Play : https://play.google.com/store/apps/de