Commentaires et chiffres relatifs à l’immigration de conquête (3/4)

Une hypothèse

Outre que la guerre faite pour propager l’islam sur le monde (jihad) soit une fin en soi, une autre possibilité existe : elle pourrait aussi être LE moyen utilisé pour assurer la survie de l’islam, celle des pays producteurs de pétrole, pays actuels du Moyen-orient, mais pas nécessairement les mêmes dans un futur à moyen terme, mais aussi ceux qui sont membres de l’OCI sans être localisés dans cette région, et celle des régimes en place, plus particulièrement les oligarchies, monarchies ou autres.

En effet, la situation régnant dès aujourd’hui en Europe et dans les pays de la Zone islamique :

  • immigration au service de la conquête de l’Occident

  • colonisation en marche dont le point de départ est la décadence de l’Europe, facilitée par les politiques et les conditions d’immigration ;

  • changement climatique en cours, ses signes sont multiples plus particulièrement dans la Zone islamique ;

  • déficit en énergies non renouvelables en croissance constante et en accélération

  • découvertes de nouveaux sites et de nouvelles technologies sont mises en œuvre ;

  • emballement des naissances dans la Zone islamique ;

  • accroissement des populations islamiques en Europe à l’horizon 2030 ;

  • baisse de la natalité dans les populations européennes de souche ;

  • existence du partenariat euro-arabe ;

fait que les autorités des pays armant, soutenant les islamistes, eux-mêmes à la base de l’idéologie islamiste, pour la plupart formées dans les universités et les écoles occidentales, ont parfaitement pris conscience et appréhendé la menace pesant avant-tout sur eux et qui pourrait entraîner :

  • la disparition de leurs régimes politiques – qu’ils soient totalitaires ou autoritaires, et qu’ils revêtent la forme de monarchie, république, république islamique. Ils seraient balayés par des guerres entre États au sein de la zone islamique, ou par des révolutions découlant de la volonté de démocratie ;

  • l’élimination des personnes physiques en raison de leurs responsabilités dans les régimes politiques et ayant amassé des fortunes inimaginables ;

  • la disparition des États conquis par un autre à la suite d’une guerre, ou par dissolution découlant d’une réorganisation à « base ethnique » et/ou à « base religieuse » ;

  • la disparition de l’islam politique, donc du système-islamique, impliquant de fait que l’islam devienne ce qu’il aurait du être  : une « simple religion » et non pas un système d’asservissement;

Ces conséquences possibles, mais non nécessairement probables, constituent dès aujourd’hui la justification d’une guerre préventive contre l’Occident, déjà bien engagée. Elle permettrait de faire diversion et de détourner les citoyens des pays de la Zone islamique des évolutions politiques, économiques, sociales inéluctables. Elle permettrait aussi de fédérer les énergies au sein des pays islamiques autour des trois idées fixes des islamistes (selon le dictionnaire de l’Académie de Médecine  : « Idée qui s’impose avec persistance, au point de parasiter les contenus de la pensée du sujet et de capter son attention. ») :

  • conquête, colonisation et conversion du monde occidental ;

  • disparition des autres religions en raison de la suprématie scientifiquement prouvée de l’islam sur elles ;

  • supériorité de la soi-disant civilisation arabo-islamique, destinée à supplanter la civilisation occidentale.

Conséquences de la concrétisation des menaces associées aux phénomènes mondiaux

Quel que soit le phénomène mondial envisagé, il apparaît que la concrétisation des menaces en découlant, quelles qu’elles soient, entraînera des déplacements de populations vers des zones plus hospitalières.

En ce qui concerne la provenance des populations émigrantes, elle n’est déjà plus limitée aux seuls pays du versant sud de la Méditerranée. Bien que les zones sahariennes ou sahéliennes constituent une barrière difficile à franchir, celles-ci n’arrêtent pas les masses humaines provenant de l’Afrique subsaharienne, elle sera contournée par voie maritime (ce qui est déjà le cas depuis quelques années). Comme aujourd’hui, certaines populations essaieront quand même d’émigrer en Europe, mais quand leurs volumes atteindront un niveau critique (impossible à quantifier), cela conduira immanquablement à des combats en raison :

  • des masses d’émigrants, il ne s’agira plus de quelques centaines, mais des dizaines ou des centaines de milliers de femmes, hommes et enfants, voire plus ;

  • des distances à franchir, donc impliquant la traversé de pays pas nécessairement disposés à accepter les immigrants quand bien même ils ne feraient que passer. C’est déjà le cas en Europe ;

  • des coupures, par exemple traversée de la Méditerranée. Il ne s’agira plus d’utiliser quelques vieilles barcasses pouvant recueillir au mieux quelques dizaines d’immigrants, des paquebots seront utilisés et ils devront aborder un peu partout car les ports européens de la Méditerranée seront rapidement saturés.

Ceci constitue pour l’Europe la menace la plus grave car :

  • les populations susceptibles de se déplacer massivement vers elle sont les citoyens d’États islamiques ou d’États très fortement islamisés, voire en passe de l’être, et donc fortement imprégnées des idées de guerre faite pour propager l’islam sur le monde ;

  • en raison de contraintes logistiques, financières, d’espace vital…, ces populations ne pourraient pas être accueillies et les citoyens des pays européens, à juste raison, ne voudraient pas les accueillir sauf à vouloir se faire hara-kiri. Ils se battraient pour leur survie ;

  • ce phénomène pourrait être concomitant avec des actions de terrorisme physique entreprises par les islamistes s’appuyant sur les groupes islamo-terroristes déjà implantés, mais encore en sommeil.

Immanquablement, ce serait la guerre d’une part entre Nations européennes, et d’autres part entre les populations provenant des pays de la Zone islamique, fuyant les zones devenues ou devenant inhabitables, soutenues par une sorte de légion pan-islamique composée des structures combattantes islamistes, exécutant les ordres d’Allah obligeant les musulmans à faire la guerre aux infidèles afin de les contraindre à embrasser « la seule vraie religion » : l’islam.

L’intégration de la Turquie dans l’UE

Les euro-technocrates non élus, tout comme les technocrates élus ou non des États européens, qu’ils soient idéologues, incompétents ou manipulés, par l’OCI en particulier, n’ont rien compris ou ne veulent rien comprendre à la menace qui pèse sur l’UE, et aussi sur les autres pays d’Europe n’appartenant pas à l’U.E. mais contraints de fait de subir les conséquences de l’intégration possible de la Turquie dans l’U.E. : une faute dont ils auraient à répondre.

Cette éventualité, à elle seule, permet d’imaginer une situation explosive en Europe, sur le plan politique, économique, social, religieux, sanitaire, éducatif, sécuritaire…, étant donné que :

  • la Turquie n’a jamais été historiquement, géographiquement, culturellement, religieusement européenne. Elle est méditerranéenne, de religion musulmane, et les lointaines origines de sa / ses populations sont avant-tout asiatiques. Le fait que durant l’empire ottoman elle ait envahi des pays européens et conservé certains des territoires conquis (aujourd’hui la Thrace orientale) cela n’en fait pas pour autant un pays européen ;

  • dans la Turquie actuelle :

    • un gouvernement islamiste ayant mis à bas la révolution lancée par Mustapha Kemal Atatürk, en particulier la sécularisation ;

    • un gouvernement inféodé à l’OCI dont il est un partenaire privilégié ;

  • l’UE institutionnelle est dans l’incapacité de verrouiller ses frontières, ce d’autant plus qu’elle a renié ses cultures, ses héritages du passé ;

  • que les instances dirigeantes de l’U.E. et des États européens manipulent les citoyens en leur faisant croire que la Turquie est un pays européen, alors que rien dans la géographie, dans l’histoire, dans la culture, la civilisation ou les religions ne permet une telle affirmation, il est vrai largement sponsorisée par les USA pour des raisons économiques et stratégiques.

Intégrée au sein de l’UE, la Turquie en deviendrait le deuxième pays, juste derrière l’Allemagne, avant la France et l’Italie ce qui signifie qu’elle posséderait de l’ordre du 99 sièges au parlement (sur 752), et de l’ordre de 29 voix au conseil (sur 345), bien qu’après son entrée éventuelle un rééquilibrage soit effectué entre les pays de l’U.E.

Pendant des siècles, l’empire ottoman a régné sur plusieurs pays d’Europe, son entrée dans l’UE pourrait réveiller le mythe du grand califat, qui ferait de la Turquie le nouveau maître de l’Europe…

Ce serait le premier pays de l’U.E. membre de l’OCI, véritable cheval de Troie du système-islamique.

Ce serait l’ouverture béante d’une porte sur les pays islamiques du Moyen-orient.

La Turquie :

  • ne reconnaissant pas l’État chypriote grec, membre de l’U.E. il faudrait s’attendre à des problèmes au sein de l’U.E. dont les solutions amèneraient immanquablement à un affaiblissement ;

  • et n’ayant pas apporté de solution au problème kurde, il se pourrait que des millions de Kurdes quittent le territoire de la Turquie et ceux dans lesquels ils ont constitué des colonies : Azerbaïdjan, Arménie, Géorgie, Afghanistan, Liban pour venir s’installer dans plusieurs pays de l’U.E. actuelle. Ceci serait facilité par la libre circulation des personnes au sein de l’U.E. et entraînerait certainement des réactions violentes à base ethnique ou religieuse.

Le peuple Turc étant fortement nationaliste, l’abandon de la souveraineté à Bruxelles engendrerait très certainement des problèmes intérieurs à la Turquie et donc au sein de l’UE, ce dont elle n’a pas vraiment besoin.

Les accrétions successives de nouveaux pays au sein de l’U.E., alors qu’elle ne possède toujours pas de politique économique, sociale, de défense, … entraîne déjà de nombreuses difficultés qui sont accentuées par le fait qu’elle est dirigée par des Commissaires a-responsables et n’ayant aucune légitimité. L’intégration de la Turquie ne ferait que multiplier les problèmes conduisant à un possible éclatement de la « nouvelle U.E. ».

Prochain article : Commentaires et chiffres relatifs aux populations et à l’immigration de conquête (4/4)

Pour se procurer le livre de Jean-François Cerisier :

https://ripostelaique.com/livres/guerre-a-loccident-guerre-en-occident

Chèque de 19 euros à l’ordre de Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors


image_pdf
0
0

4 Commentaires

  1. Et certains voudraient qu’on respecte cette religion? qu’on se dise encore que les musulmans ne sont pas tous pareils? Ce sont des barbares; des assassins, qui obéissent aux ordres d’un livre et au bourrage de crâne depuis la plus tendre enfance. C’est tout simple…y a qu’à voir ce qui se passe !!

  2. C’est bien pourquoi il suffirait de supprimer toutes les allocations délivrées aux immigrés pour qu’ils soient dissuadés de venir en Europe … avant qu’elle n’explose !

    • sûrement pas avec le pognon des Franchouillards
      5 millions de chômeurs et 2200 milliard d’euros de dette

Les commentaires sont fermés.