1

Commission Ressiguier : on se croit de plus en plus à un procès de Moscou !

Nous vous l’annoncions lors du précédent épisode de cette chronique, on allait voir du lourd.

https://ripostelaique.com/feuilleton-commission-extreme-droite-ressiguier-senfonce-dans-le-ridicule.html

Et bien on en a vu lors des auditions du 21 mars puisque, comble de la déroute, le public ne verra ni n’entendra la fameuse Béatrice Hervouet présidente du RAIH de Montpellier, auditionnée à huis clos.

Rappel du programme, devaient être entendus :
⦁ les responsables des affaires publiques et relationnelles des Gafa : Facebook France, Google France, et Twitter France.
⦁ Maître Christian Charrière-Bournazel, avocat montpelliérain, ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats du barreau de Paris (LDH, Licra…).

Et surtout :
⦁ Béatrice Hervouet, ancienne présidente de l’association Réseau Accueil insertion Hérault (RAIH) à la genèse de toute l’histoire.

Genèse de l’histoire

Rappelons pour ceux qui prennent la chronique à ce point, que Béatrice Hervouet est l’ancienne présidente de l’association RAIH d’aide aux mineurs étrangers qui a été mise en faillite et fermée suite à l’alerte lancée par la Ligue du Midi. Rappelons que c’est de là que sont partis le règlement de compte personnel et la traque lancés par la députée LFI Ressiguier et ses comparses héraultaises (Mazas, Hervouet) contre Richard Roudier, ses fils, la Ligue et par extension tous les groupuscules d’extrême droite puisqu’il fallait bien trouver un habillage global.

Rappelons que la fermeture du RAIH a été décidée suite aux investigations du conseil départemental de l’Hérault qui a découvert que cette association crapuleuse et sa présidente trichaient sur l’âge des migrants afin de toucher d’avantage de subventions. C’est donc ce témoin de moralité qu’on allait entendre devant les parlementaires pour confondre la Ligue du Midi.

Coût des migrants mineurs non accompagnés

Rappelons qu’un migrant mineur coûte officiellement 50 000 € par an, qu’il y en a aujourd’hui 600 dans l’Hérault soit un budget annuel de 30 millions d’euros. Autant qui manqueront par exemple aux personnes en fin de vie qui pourront toujours aller se faire voir ailleurs puisque, par ailleurs, on a fermé nombre d’Ehpad faute d’argent, mais qu’on les a rouverts pour y loger des migrants pour lesquels on a su trouver les budgets.

Rappelons qu’au plan national, on parlait de 1,5 milliard en 2018 et que pour 2019 l’enveloppe se situera probablement entre 2 et 3 milliards puisque la noria ne s’est jamais arrêtée et qu’entre-temps la France a signé le pacte de Marrakech ouvrant toutes grandes les portes du pays.

https://www.valeursactuelles.com/societe/mineurs-etrangers-le-cout-pharaonique-de-leur-prise-en-charge-93330

Une déposition totalement impossible car contraire au principe de séparation des pouvoirs. C’est donc cette Béatrice Hervouet faillie et démasquée qui devait témoigner à charge contre la Ligue du Midi dans une affaire qui se trouve toujours en appel entre les mains de la justice. Rappelons-le encore, cela est totalement contraire au principe de séparation des pouvoirs. En effet, les affaires entre les mains du pouvoir judiciaire ne peuvent donc pas venir devant le pouvoir législatif.

Caca boudin, planquez-moi vite ce bousin sous le tapis

Précédemment, nous annoncions qu’avec l’audition programmée de la présidente du RAIH, la situation de la commission deviendrait intenable. En effet, le message a été bien reçu dans les étages et ça a dû retomber du côté de Ressiguier et du rapporteur Morenas. Mais comment faire alors que l’agenda était déjà bouclé et que les annonces avaient été faites ? Oui, comment faire, maintenant que le piège s’est refermé ?

Le rapporteur Morenas pris les doigts entre deux pierres

Lors d’un épisode précédent on l’avait vu se draper dans la toge de la vertu et mettre en garde contre tout nouveau dérapage. Selon ses propres mots, il ne participerait pas à un vaudeville ; ce qui nous avait fait plutôt bonne impression.

https://urlz.fr/8UtK

https://urlz.fr/8UtK

Pourtant pris les doigts entre deux pierres et obligé de trouver une porte de sortie pour éviter l’éclatement du furoncle Ressiguier qui est en train d’asperger toute la commission et avec elle, tout le parlement, c’est lui qui aura dû s’y coller dans l’urgence.

Voici donc la parade qu’ils auront trouvée et le communiqué qu’il aura été contraint de produire dans l’urgence pour tenter de sauver Ressiguier et la commission :

La présidente de l’association crapuleuse RAIH et donc crapule elle-même sera donc auditionnée à huis clos (pour quel motif ? Secret défense ? Hervouet est-elle mineure ? Le sont-ils tous ?). Voilà donc la triste trouvaille de la commission en perdition, bien digne de la cour de récréation du jardin d’enfants et de cette génération d’infantiles.

Les immatures au pouvoir

Au passage, il semble bien qu’il s’agisse là d’un problème générationnel. Décidément cette génération de quadras en politique est une génération d’immatures mal grandis ; de Macron le premier d’entre eux en passant par le petit Griveaux et jusqu’à la pauvre Muriel Ressiguier, tous font vraiment pitié.

À ce point, je ne suis pas loin de penser que des mutations d’ordre carrément anthropologiques se sont produites d’une génération à l’autre au plan cognitif. Quand on compare avec les générations précédentes et particulièrement celles nées avant-guerre, le vide est sidéral. Bref c’était juste une incidence… pas du tout rassurante quand même…  Immatures et tyranniques, le monde qu’ils nous font est un enfer de bien-pensance et de politiquement correct. Gégé, tu as bien fait de te tirer…

Auditions du 21 mars, circulez, y a rien à voir

Comme dans les procès staliniens, il aura donc fallu tout faire disparaître. Autrefois on retouchait les photos officielles pour que n’apparaissent plus les personnages disparus autour de Staline. Rien n’a changé avec miss Goulag, il n’y aura aucune vidéo ni compte rendu de l’audition interdite d’Hervouet ; très gros malaise et signe d’une véritable déconfiture de la commission.

Rien ne va plus pour cette commission mal venue et bancale depuis le début, et nous pouvons annoncer que ça va encore se compliquer.

Le parlement commis dans cette mascarade, c’est l’antiparlementarisme qui gagne. Plus personne ne sait s’il reste encore quelqu’un de lucide dans cette pétaudière que sont devenues les instances de pouvoir. Pourtant un adulte, un sage, s’il en reste, ferait bien de sonner définitivement la fin de la récréation.

Ces pitoyables pantalonnades ne font que renforcer l’antiparlementarisme et le rejet de la classe politique déjà au plus haut dans le pays, à un moment où tout peut exploser d’un moment à l’autre. Est-il bien raisonnable de laisser la députée Ressiguier s’enferrer, ne vaudrait-il pas mieux arrêter net ce cirque (Ferrand ? Belloubet ?).

Qu’on le sache, malgré tous les efforts qui sont faits pour la masquer, cette affaire est vue et commentée sur les réseaux sociaux et son effet est désastreux pour l’image publique du Parlement.

http://www.lefigaro.fr/politique/2019/01/10/01002-20190110ARTFIG00322-un-tsunami-de-defiance-contre-les-institutions-politiques.php

On le voit dans cette affaire, par leur inconséquence les parlementaires sont bien les fossoyeurs de la démocratie représentative. Qu’ils ne s’étonnent pas ensuite si l’image publique du Parlement en est à ce point de déconsidération et si, comme annoncé, les taux d’abstention aux prochaines consultations dépasseront les 60 %.

Quoi qu’il en soit, nous pouvons encore vous annoncer de prochains développements tout à fait saisissants dont nous ne manquerons pas de tenir ici la chronique.

En route donc pour de nouvelles aventures.

Martin Moisan