1

Compagnons, de Louis Guilloux

Qu’y aurait-il à ajouter à ce qu’en dit la « Société des Amis de Louis GUILLOUX » ?…
À mon sens, RIEN ! Et je vous livre volontiers l’analyse accompagnant l’ ‘‘Édition du Centenaire’’ :
« COMPAGNONS n’est pas le plus connu des livres de Louis GUILLOUX. Il s’agit pourtant d’un petit chef-d’œuvre, que sa simplicité rend bouleversant d’émotion contenue. Albert CAMUS dit bien qu’il est impossible de le lire ‘‘sans le terminer la gorge serrée’’. Car ce récit de la mort d’un simple maçon, épilogue d’une destinée presque anonyme, accompagnée de quelques amis, va droit au but le plus essentiel.
Décrivant la vie comme elle est, il nous invite à réfléchir sur ce que chacun peut faire de la sienne : résister, sans violence, à tout ce qui écrase l’homme. Ainsi s’entrouvrent, loin de toute leçon de morale, les chemins conjugués de la liberté, de la fraternité et du civisme.
Ces valeurs nous concernent tous : COMPAGNONS aussi…. »

Et la ‘‘Société des Amis de Louis GUILLOUX’’ de recommander particulièrement la lecture de « ce beau roman, bref, vrai, indispensable » aux jeunes gens qui ont à construire leur propre vie.
J’adhère totalement et avec enthousiasme à cette recommandation…en souhaitant que bien d’autres qu’eux se plongent dans ce ‘‘vécu’’ qui prend aux tripes en faisant revivre une très dure et assez récente réalité de la vie au quotidien dans le monde ‘‘d’en bas’’… Récit qui peut et doit interpeller quand on voit ce que ‘‘certains’’ s’évertuent à nous préparer comme avenir.
Ce court écrit est un trésor à faire découvrir !
Autres magnifiques romans de Louis GUILLOUX – et vraisemblablement plus connus – :
• La Maison du Peuple (Grasset . 1927) ; Le sang noir, (Gallimard .1935).
N.B. : Je joins à cet envoi la préface élogieuse, grandiose, émouvante d’Albert CAMUS.
Pierre CROLAIS
Militant laïque – 22 Lamballe
COMPAGNONS
de Louis GUILLOUX
(Préface d’ Albert CAMUS)
Éditions Bernard GRASSET (1931), Paris