Complicités entre terroristes et musulmans : la preuve par Troyes

Publié le 14 décembre 2015 - par - 7 commentaires - 3 541 vues
Share

Abdelilah Ziyad02

De son minbar, le terroriste-imam, Abdelilah Ziyad, prêche depuis deux ans à Troyes la parole d’Allah (Ph. L’Est éclair – 12/12/2015)

Nous nous sommes intéressés en juillet 2013 à la mosquée al-Ghazali des Bas-Trévois, à Troyes (10). C’était en plein mois du ramadan et nous avions dénoncé la présence au repas de rupture du jeûne, du maire de Troyes, ancien ministre des Finances, actuellement sénateur de l’Aube et président de l’Association des Maires de France. Où était passée la « neutralité », inscrite dans les textes, que doivent respecter les élus dans notre « République laïque » ? Cette visite conviviale avait fait « chaud au cœur » du président du CRCM (Conseil Régional du Culte Musulman), antenne du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman), Rachid Zejli, lequel avait déjà à son palmarès les visites à Troyes du frère Hani Ramadan (frère de Tarek), membre de la Confrérie des Frères Musulmans et directeur du Centre islamique de Genève, et la diffusion des livres d’al-Qardawi …(dont  Les non-musulmans dans la société islamique ). Ce qui revient à dire que le maire de Troyes, François Baroin, ce soir-là, était, pour ses hôtes, le parfait dhimmi au service de l’islam quand il pensait, lui, ô combien naïvement, que ses hôtes étaient à son propre service…

L’actualité, depuis les tueries du 7 janvier et du 13 novembre 2015, a braqué ses projecteurs sur le département de l’Aube, tout d’abord à Romilly-sur-Seine où réside la famille d’Omar Mostefaï, un des trois tueurs-jihadistes du Bataclan puis tout récemment sur la mosquée des Bas-Trévois où pendant deux ans, un imam, portant le prénom d’Abdelkarim, a pu officier bien tranquillement. Ce dernier avait été accueilli et adoubé par le président du CRCM, le même Rachid Zejli en personne en tant que président de l’Association des Musulmans de l’Agglomération Troyenne (ARMAT) qui gère cette mosquée.

Mais qui est donc cet Abdelkarim ?

Originaire du Maroc et âgé de 57 ans, cet  imam  est en fait reconnu comme le cerveau de l’attentat de Marrakech de 1994 qui a occasionné la mort de deux Espagnols. En 1997, il a été condamné par la justice française à 8 ans de prison. Il a été libéré en 2001 (pourquoi ?) avec une interdiction de rester en France pendant 10 ans. Mais cet individu est apparemment resté dans l’Yonne sous une fausse identité. Il est tantôt Rachid, tantôt Abdelkarim. Il refait surface en 2010 où il est mis en examen par le juge Marc Trévidic pour « complicité et recel de vols avec arme en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste » (Le Figaro, 11/12/2015). Il est soupçonné aussi d’avoir incité des recrues de l’Ile de France et de l’Orléanais à commettre des attaques à main armée. Sans la complicité de différentes associations islamiques, il est certain qu’il n’aurait pu assurer un tel périple. De plus, c’est lors de son séjour à Chartres qu’il a connu Omar Mostefaï. Dans une vidéo diffusée par Antenne 2, « Complément d’enquête », le 10/12/2015, il « dément totalement être le mentor de Mostefaï » et affirme à 100% que ce dernier s’est radicalisé par internet. C’est sous le prénom d’Abdelkarim qu’il est connu à Troyes. Son véritable nom est Abdelilah Ziyad.

Le rôle du président du CRCM

Rachid Zejli que les Aubois avaient vu en photo devant l’Hôtel de Ville de Troyes accompagné de ses deux filles mineures voilées, s’est distingué dans la presse le 26 janvier 2015, suite à la tuerie de Charlie hebdo, en affirmant l’attachement de l’islam aux valeurs de la France ( !) et en annonçant quatre énormes niaiseries lors d’une table-ronde organisée par L’Est éclair :

  • « La charia est compatible avec la République. »
  • « L’islam est compatible avec la République. »
  • « La charia [est] une loi qui ne vient pas au-dessus des lois de la République

 

Nous avions analysé ces quatre mensonges consternants. De la pure takiyya. Mais ce qui est le plus consternant, c’est qu’aucune des personnalités représentant les religions dans l’Aube, dont l’évêque Marc Stenger, ni même le représentant de la Ligue de l’Enseignement (laïque,  dites-vous ?) n’avait émis le moindre désaccord sur ce discours d’enfumage, ce qui en dit long sur la passivité et le laxisme de nos élites.

Rashid Zégli

Rachid Zejli, président du CRCM (Ph. L’Est éclair – 12/12/2015)

Suite aux nouveaux massacres du 13 novembre, – comme toujours, à chaque tuerie, les pleureuses de l’islam sortent de leurs tanières -, le président du CRCM ne m’a pas surpris. Le 15 novembre, L’Est éclair donne la parole à la pleureuse du jour, le président du CRCM, qui déclare : « Restons unis et solidaires »  […] « Cette situation, nous ne pouvons l’accepter car il s’agit d’une véritable déclaration de guerre qui est faite à notre pays par des forces barbares […] Nous ne pouvons l’accepter, car elle est contraire à l’islam et à ses principes et à sa morale ».

Ce même Rachid Zejli, le 17 novembre (L’Est éclair), avoue « qu’il existe des mosquées satellitaires. On ne sait pas qui les gère, qui fait la prière. Les autorités sont au courant, mais elles ne font rien ». Ce qui a déclenché l’ire de musulmans de ces petites mosquées et salles de prière. Ce fait démontre la rivalité qui existe au sein de la communauté musulmane pour le contrôle des lieux de culte. Question de gros sous… C’est toujours les autres qui ont tort.

De nouveau, le 21/11/2015, Rachid Zejli fait une déclaration au nom de « cinq millions de musulmans qui sont à des années-lumière du terrorisme, lequel n’a rien à voir avec l’islam » sans oublier le traditionnel refrain : l’islam est « une religion de justice, de douceur et de miséricorde, avec des valeurs d’amour, d’entraide, de fraternité et de tolérance ». Et il persiste en ajoutant : « tout comme le Coran, la tradition prophétique condamne le péché et l’injustice ». Comme c’est beau !

Mais voici que l’arroseur est arrosé à son tour, qu’il est pris la main dans le sac. Le donneur de leçons, le dissimulateur, est maintenant à découvert. En effet, il est avéré que les services de renseignement avaient alerté Rachid Zejli sur la véritable identité d’Abdelilah Ziyad et sur sa condamnation, peu de temps après son arrivée à Troyes, il y a deux ans. Une question s’impose d’emblée : pourquoi le ministre de l’Intérieur n’a-t-il pas arrêté ce personnage, aux antécédents judiciaires chargés, immédiatement à son arrivée à Troyes ? Se posent aussi des questions sur Rachid Zejli et son entourage.

Rachid Zejli, interrogé par la presse locale, s’est retranché derrière des propos peu convaincants : « Je savais qu’il ne m’avait pas donné sa véritable identité, je savais qu’il avait été condamné par le passé, mais j’ignorais pourquoi ». Rachid Zejli pèche par manque de curiosité ou par complicité ? Il confie une mosquée à un criminel ?

Puis le président du CRCM, le dos au mur, sans doute d’un air attendrissant et généreux, s’est laissé aller à une délicate compassion : « Je me disais que chacun a droit à une seconde chance ». Il a ensuite rejeté, avec quelle lâcheté, la responsabilité sur son Conseil d’Administration « qui a pesé le pour et le contre mais n’a pas voulu le débarquer. On avait peur de la mauvaise image que ça renverrait, de la pression que ça induirait. Et c’est difficile de trouver un imam ». Ces réponses ne convaincraient même pas un idiot…

Mais l’avenir n’est peut-être pas rose pour le président du CRCM qui doit rencontrer le CFCM lors d’une prochaine réunion. Il a couvert un terroriste dans les murs de la mosquée dont il a la responsabilité.

En attendant, le 4 décembre, Rachid Zejli s’est séparé de l’imam encombrant lequel, bizarrement, a immédiatement quitté la ville… Pour quelle destination ?

Les Français attendent que la justice et la police fassent leur travail, les yeux ouverts, dans ces paniers de crabes où des responsables musulmans, sous une fausse apparence de compassion devant l’immense chagrin de nos compatriotes, s’apprêtent à nous détruire avec la complicité des chantres d’une tolérance aveugle et du vivre-ensemble.

Bernard Dick

 

Au 14/012/2015 : nombre d’attaques terroristes islamiques mortelles :

TERRORISME 27428 ATTAQUES-14-12-2015TERRORISME 27422 ATTAQUES-13-12-2015

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Antimus

Pourquoi n’y a t’il personne pour éliminer ce genre de bête immonde ?

martelentête

Je viens de voir sur google actualités un titre qui a retenu toute mon attention; il s’agit de Donald Trump et les musulmans. L’article est paru il y a trois heures. J’étais très curieux de lire les commentaires. Il n’y en a AUCUN ! La censure doit faire feu des quatre fers ! Tout comme sur le blog de Ivan Rioufol où les intervenants se plaignent qu’un tas de messages passe à la trappe. Le slogan de la socia-lie en 68 n’était-ce pas  » il est interdit d’interdire ?
En tout cas bravo et longue vie à Riposte laïque pour son combat contre l’islam et les vendus de l’Herpès.

BALT

« La nuit des juges » , un film -1983- , avec Michaêl Douglas .

durois

Le député européen Bruno Gollnisch a estimé, sur son blog, que «l’hystérie anti-FN» durant la campagne ne devait pas «exonérer» le parti «d’un travail introspectif pour réussir à séduire davantage de Français» Sans alliance avec la droite aucune chance.

Max

Gouvernement de pourris et d’assassins.

pauledesbaux

7beKB il faut détruire toutes les mosquées de FRANCE puisque nous ne pouvons ni ne devons construire d’EGLISES DANS LES PAYS MUZ la réciprocité doit s’appliquer, quand un muz se fait chrétien il est montré du doigt quand ce n’est pas l’assassinat pur et simple faire brouter des troupeaux de cochons (dans le cochon tout bon et en plus il nous aide à chasser ces assassins que l’on accueil bras et cuisses ouvertes