Comprendre “La peste” d’Albert Camus

Publié le 21 mars 2020 - par - 20 commentaires - 1 042 vues

Il paraîtrait que le roman « La Peste », écrit par Albert Camus, s’arrache dans les librairies. Il est vrai que certains érudits l’on présenté, dans des émissions télévisées, comme le récit réel d’une véritable épidémie de peste. Or il n’en est rien.

Quelques précisions nous paraissent indispensables pour la bonne compréhension de ce livre remarquable.

1) Il n’y a jamais eu d’épidémie de peste à Alger en 1944, ni à Oran en 1945. Il s’agit tout simplement d’un roman fiction imaginé par Albert Camus.

Rappelons que pour Camus, la peste signifiait le nazisme.

Pour ceux qui en douteraient encore, ou qui refusent de comprendre, qu’ils se réfèrent au « Lagarde et Michard » du XXe siècle : « La peste (1947), il s’agit d’une fiction remarquable dans sa description et sa définition d’une épidémie, mais c’est l’occupation allemande et l’univers concentrationnaire qui en étaient les destinataires. »

Dans « La peste », Albert Camus décrit l’évolution dramatique du fléau depuis les premiers jours, et l’apparition des rats qui apportent la contagion, jusqu’au moment où, dans la ville isolée du monde, les habitants périssent par milliers.

Ce récit fiction est d’un réalisme qui peut s’apparenter à la pandémie actuelle car il symbolise l’existence du mal physique opposé au mal moral.

Pour Camus, il lui fallait surtout rejeter l’idée populaire qu’il s’agissait d’un châtiment envoyé par Dieu.

Il oppose le docteur Rieux, en colère devant ce fléau qu’il ne parvient pas à maîtriser, à l’intellectuel Tarrou qui, devant l’absurdité de cette catastrophe et la passivité de certains acteurs politiques, deviendra « l’homme révolté », qui interprète parfaitement la pensée de Camus, et périra, rattrapé par la contagion.

La description de l’épidémie est d’une actualité frappante. Les symptômes, les échecs, les espoirs dans la recherche d’un vaccin ou de remèdes, les réactions individuelles, l’égoïsme, la méfiance, la douleur des séparations, puis les collectives face à la claustration (confinement), les tentatives de s’en évader et, enfin, devant les agonies, les enterrements et les incinérations, l’apprentissage de la solidarité.

En cette occasion, il nous paraît nécessaire de rappeler qu’Albert Camus avait adhéré dans sa jeunesse, et durant quelques mois, au Parti communiste, qu’il croyait « hostile à la peine de mort ». Jusqu’au jour où il s’est aperçu avec horreur que ce parti admettait le meurtre comme moyen de triompher (l’Union soviétique et Staline). Il s’en est alors détourné totalement, comprenant que « ceux qui étaient meilleurs que les autres ne pouvaient s’empêcher de tuer parce que c’était la logique où ils vivaient et que nous ne pouvions faire un geste en ce monde sans risquer de faire mourir. »

2)  En Algérie, en 1944, il y a eu une épidémie de typhus ; je l’ai vécue car durant quelques mois il a été obligatoire de porter sur soi des sachets de soufre.

Une anecdote : comme les Arabes enterraient leurs morts dans des draps blancs, et que ces draps étaient vendus par des commerçants, qui ont profité de l’aubaine pour en tirer un plus gros bénéfice, plusieurs magasins avaient été incendiés.

Au sujet de la « grippe dite espagnole », dans les années 1915/1919, qui a été effrayante par sa mortalité : officiellement, par l’Institut Pasteur, environ 50 millions dans le monde et, selon d’autres sources, plus près de cent millions.

Cette grippe a débuté aux États-Unis et a été importée, notamment en France et en Europe, par des soldats de l’armée américaine.

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
POLYEUCTE

Faut-il lire “la Peste” au sens strict ou prémonitoire ?
Pour moi, la Peste, c’est “l’Etranger” !

Marie d'Aragon

Bien vu… et subtil !

Bécassine

Donc, pour vous, les étrangers étaient les pieds noirs.

Nouen Marie-Claude

Oran a connu une épidémie de choléra en 1849 ….à l’occasiob de laquelle la Vierge de Sanra-Cruz fut érigée .Il n’y a jamais eu de peste à Oran!

Janine

Avant d’affirmer aussi péremptoirement allez donc faire un tour tout simplement sur Wikipedia à « la peste à Oran »

Scg06

Justement Wikipedia devrait aussi vérifier les infos diffusées!

Scg06

Wikipedia fait aussi des erreurs !

Janine

suite
J’ai vu,étant enfant,à Lourdes,un pélerinage d’Oranais embrasser la main de mon père,neveu de l’aumônier,quand il a décliné son identité ,et entendu lui dire
« votre oncle était un saint »
Certes dans le roman de Camus la peste est métaphorique mais en 1945 il y a bien eu LA PESTE à Oran.

Scg06

Non il n’y a pas eu la peste en 1945 !!!!

Janine

Bonjour Monsieur,
Vous savez beaucoup de choses sur l’Algérie,mais moi qui n’y ai jamais vécu,je SAIS qu’il y a bien eu la PESTE à ORAN en 1945,car mon grand-oncle,aumônier de l’hôpital civil,en est mort le 24 janvier 1945,après avoir administré les derniers sacrements à un mourant de la peste,contre l’avis de tout le personnel qui savait que mon grand-oncle en mourrait.Mais il répondit aux objections en disant » »c’est Dieu qui m’appelle ».
Il semble que Camus ait eu connaissance de l’anecdote qui fait partie de la « légende dorée »qui entoura ce frère de mon grand-père qui se déchaussait dans la rue pour un pauvre et dont la soeur, chez qui il déjeunait tous les mardis ,remplaçait la chemise chaque semaine car il avait donné la sienne.

Scg06

Non désolée lisez cet article d’un journal Algérien :
https://www.lematindz.net/mobile/news/15083-quand-la-peste-hante-la-ville-doran.html

Vous confondez peut avec le typhus qui avait touché Alger en 44 ??

Marnie

Nazisme, islamisme, communisme, excès de communautarisme sont à la fois la peste et le choléra dans le monde. Le Covid-19 rivalisera-t-il avec ces pandémies ? Espérons que non.

theodore

“Pour Camus, il lui fallait surtout rejeter l’idée populaire qu’il s’agissait d’un châtiment envoyé par Dieu.” dixit

Merci Monsieur Gomez pour votre message ! cela va certainement ouvrir les yeux
a toutes les grenouilles de benitier ( sur ce site et ailleurs…) idiotes !

theodore l’agnostique

wika

Theodore, vos convictions sont respectables, respectez celles des autres en ne les insultant pas, même si vous n’êtes pas d’accord.

Vincent L.

En fonction de vos propos vous n’êtes pas du tout agnostique mais athée. Athée comme Staline, Pol Pot ou Mao… Et selon l’Église officielle une épidémie n’est pas, si j’ai bonne mémoire, un châtiment de Dieu… mais un mystère… ce qui n’est pas la même chose.

Lotus

Ha!Ha! selon l’église catho romaine anti chrétienne, une épidémie n’est pas un châtiment de Dieu, mais un mystère, toujours aussi cons ces cathos. Quand vous ne comprenez pas, aussitôt vous dites: «C’est un mystère» Dossier vite réglé et on passe à autre chose. Bin oui, pourquoi se casser la tête, buvons et festoyons! Bande de rigolos. C’est comme votre connerie d’eucharistie, vous n’avez rien compris et vous trompez les crédules.

Lotus

À tout le monde, je vais vous dire pourquoi les cathos disent que c’est un mystère, parce qu’ils ne veulent pas incriminer Dieu, car pour eux, Dieu est infiniment bon, Dieu est toujours bon, tout le temps, ils n’arrêtent pas de le dire, ça fait plus de mille qu’ils le disent, donc ils ne peuvent plus se dédire. De toute façon, ils sont incapables de changer ni même de reconnaître leurs crimes. Pourquoi les athées mentent? Parce qu’ils se disent: les cathos mentent effrontément, donc pourquoi nous on s’en priverait?

Lotus

La peste, les cancers, les virus, les coronavirus sont des châtiments divins.
Signé un chrétien protestant.

patphil

manu on te lit toujours avec délectation

christian

excellent article .

Lire Aussi