Comprendre le pourquoi de ce qui nous arrive, et ce qui nous attend…

L’intérêt de cet article réside selon moi dans la tentative de partir d’une explication globale pour comprendre le pourquoi de ce qui nous arrive et de ce qui nous attend. J’ai essayé de faire une synthèse à partir d’extraits, mais en fait, l’article dans sa totalité mérite une lecture attentive, car c’est à partir d’une vision d’ensemble que l’on peut commencer à travailler efficacement sur les causes premières de tous nos problèmes, alors que ces derniers  ne font que s’amplifier et nous laissent avec un réel sentiment d’impuissance.

Les Maîtres du Monde
Entreprise de démolition
René Lamertume
Le Saker Francophone
dim., 27 sept. 2020

Le but de ce texte est de tenter de faire un lien entre des tendances fortes et, en apparence, disparates constatées sur la planète.

La question qui vient à l’esprit est de savoir pourquoi la prospérité du pays elle-même semble n’avoir plus d’intérêt, pourquoi la subsistance des classes moyenne et inférieure n’est plus la préoccupation d’une partie des forces qui luttent pour le pouvoir. Le pays lui-même semble ne plus avoir d’importance. Cette situation serait favorisée par le fait qu’une grande part de l’économie est devenue virtuelle, détachée du sol du pays ou internationalisée.

Vu de notre pays, les USA sont notre avenir proche. Nous avons été arrimés de force à ce modèle de société. Un intérêt quasi unique constitué par le matérialisme et l’argent, remplace notre culture et s’impose dans notre pays. Nos « responsables » politiques subissent cette influence. Ainsi, pour qui a vécu dans notre pays depuis des décennies, il est douloureux de voir l’industrie disparaître, l’économie péricliter, la société se fermer, perdre son humanité, devenir instable, la population soumise à l’influence des médias privés dominants.

Quelles que soient les difficultés rencontrées par le pays, quelle que soit la dégradation du niveau de vie général, aucun débat, aucune remise en cause n’est possible.

Dans l’épisode de la « crise sanitaire », on a vu des mesures inutiles appliquées de manière draconienne, le confinement aveugle n’a pas arrêté l’épidémie puisque les pays qui n’ont pas confiné s’en sortent mieux que nous, alors que dans le même temps, on passait à coté de moyens qui auraient pu s’avérer efficaces : absence quasi complète de tests de dépistage, interdiction d’un traitement médicamenteux, fermeture de services hospitaliers… 1. Cela au mépris de l’économie, donc de la vie que mènent les classes moyenne et inférieure. Mais, fait troublant, la baisse d’activité durant le confinement n’a pas ralenti l’enrichissement des plus riches. Nous assistons ici aussi à la déconnexion de la captation de richesses par un petit nombre, d’avec la vie de la majorité de la population dans le pays puisque, pour une part prédominante, la production industrielle a été délocalisée.

Dans ces quelques exemples, il est possible de repérer une ligne directrice qui est que le devenir d’un pays n’a plus d’importance. L’économie s’est internationalisée et les forces supranationales qui ont installé leur pouvoir ne se préoccupent pas des pays. Et il est même probable que plus les pays perdent de leur puissance et plus les forces supranationales prospèrent. Seuls les pays solides peuvent résister.

Ce qui a été proposé et imposé aux populations d’Europe comme un avenir meilleur supposé reposer sur la fusion pacifique des nations, et qui dans les faits ne se réalise absolument pas, est en fait le pompage des richesses nationales par des intérêts supra-nationaux. La situation économique et sociale des pays est passée par pertes et profits. Les structures des pays disparaissent, dissoutes par les structures supra-nationales.

Dépassons les plans politique et économique. Nous voyons constamment se développer autour de nous en occident, des modes de comportement décidés par un petit nombre de personnes sans que les peuples ne soient consultés. Et quand on feint de consulter les peuples, des « experts » sont convoqués pour nous convaincre de rester sur le chemin décidé en petit comité. Nous pouvions avoir l’impression que le transfert de compétences entre les niveaux national et supra-national concernait les sphères politique et économique, mais que dans des sociétés prétendument démocratiques, les libertés individuelles seraient préservées. Il n’en est rien. Les changements en cours concernent d’abord la vie économique, puis le contrôle de la vie politique et cela se poursuit jusque dans la sphère privée. Les forces en actions se servent donc de la décomposition des pays pour s’assurer le contrôle total des individus et mettre en place un pouvoir total 3. Il est possible de repérer cette prise de pouvoir sur les comportements et les individus dans différentes tendances développées, favorisées ou utilisées par les forces supranationales. Le rapprochement va paraître hétéroclite, mais il paraît bien exister un point commun.

Suivent des exemples très significatifs…

Mais là où le contrôle s’opère de la manière la plus spectaculaire, c’est dans le domaine de « l’urgence sanitaire », thème inventé au début de l’année 2020 et qui semble ne jamais avoir été invoqué auparavant. Dans ce domaine, en tournant le dos à la science médicale cette fois, on oblige les individus à adopter un comportement qui les éloigne les uns des autres, dans la sphère publique et, étape inédite pour les prétendues démocraties, dans la sphère privée. Le porteur du seul virus médiatisé est considéré comme un paria. Le corps médical devient une structure de répression de la population.

La destruction des États-nations est engagée dès que les figures politiques visibles ne sont plus sous l’autorité du peuple, mais se soumettent à des réseaux occultes de pouvoir. Les véritables décideurs ne sont pas identifiés, et donc leur responsabilité ne peut être engagée. L’État-nation est critiqué au motif qu’il serait le signe d’un comportement obsolète de repliement sur soi. En fait, l’État-nation est le rempart qui permet de défendre les richesses communes contre les intérêts privés. Nous sommes confrontés à des forces internationales qui enlèvent aux peuples leur pouvoir de décision, et qui les dirigent.

L’UE est une telle structure. Derrière les beaux discours, elle montre que des administrateurs non élus déterminent les politiques d’un continent entier 4. Les pays qui veulent défendre leurs spécificités nationales sont critiqués, sermonnés, pénalisés financièrement. Les « responsables » nationaux ne parviennent au pouvoir que lorsqu’ils démontrent leur soumission au régime dominant. Les partis dits d’opposition ne peuvent acquérir une visibilité que s’ils se soumettent et renoncent au principe de souveraineté du peuple.

Dans l’État-nation, les représentants politiques doivent rendre des comptes aux peuples qui leur ont conféré un mandat. Ils sont responsables de ce qu’ils font, bien entendu, en principe. Mais lorsque les représentants n’ont plus de compte à rendre qu’à des administrateurs étrangers, eux-mêmes sous influence, le pays et son peuple, se retrouvent sans protection 5. Dans notre pays, les représentants des forces dites de gauche ont activement participé à la trahison du peuple et de la confiance dont ils étaient dépositaires.

Conclusion

Les tensions en cours reposent donc sur trois moyens au moins : la destruction des États-nations, la délocalisation des industries et la manipulation des individus qui perdent leur libre arbitre. Le tout est dirigé à des niveaux supra-nationaux. Ainsi, les pièces du puzzle se mettent en place :
• Les structures supra-nationales servent à enlever aux États-nations leur souveraineté, cela paraît évident. Les pays qui résistent sont soumis à des difficultés et chantages financiers majeurs.
• La délocalisation des moyens de production et la spéculation font que la prospérité du pays en lui-même n’a plus d’intérêt. Seuls les pays solides peuvent s’opposer aux forces supra-nationales.
• L’UE qui devait apporter la prospérité économique et sociale aux pays européens est l’outil de l’affaiblissement des pays de l’Europe et de la soumission aux forces supra-nationales.
• Les thèmes de manipulation des sociétés et des individus se succèdent, terrorisme, immigration, LGBT, lutte climatique, crise sanitaire, resserrant le filet. Le processus de destruction de l’État-nation est une étape sur le chemin qui mène au contrôle total des individus.

Nous vivons un grand cycle historique. Nous avons été placés dans un projet leurre qui permet de diriger les pays et leurs populations sans débat. Tant que nous continuerons dans cette voie, nous serons détachés du réel. Le réveil sera douloureux. L’échéance n’est peut-être plus éloignée. Nous avons, au moins pour nos enfants et nos petits enfants, la responsabilité de réagir. Les Anglais ont compris cela, même si le processus de réorientation prendra du temps.

Ainsi, le choix pour les peuples n’est plus de vouloir favoriser une politique dite de droite, ou de gauche, du centre, ou d’extrême d’un bord ou d’un autre. Ces enjeux paraissent bien dépassés, du moins provisoirement espérons-le. Le choix ne réside plus que dans la reconquête de la souveraineté du peuple ou la soumission. En effet, il est évident qu’un pays non souverain ne peut plus orienter ni sa politique économique, ni ses choix de société. Un pays non souverain est guidé à distance par des forces non identifiées ; les intérêts du pays et de son peuple n’ont plus aucun intérêt : les individus sont captifs ; le pays, aussi important soit-il, est vidé de sa substance.

Pierre Carré

Source :
https://fr.sott.net/article/36112-Entreprise-de-demolition

image_pdfimage_print

17 Commentaires

  1. Je partage votre analyse pour exécrer cette UE de ploutocrates dont nos politiques se sont tous soumis pour nous trahir et nous vendre.
    Il est effectivement impérieux de recouvrer notre souveraineté mais faut-il que le peuple en sa grande majorité, aille la reconquérir.

    • la Réunion, dimanche dernier élection partielle législative, 18% de votants, le parti communiste a eu une nouvelle élue

      • La destruction de la confiance des citoyens en leurs hommes politique fait partie à mon avis de l’objectif des tireurs de ficelles de la finance et de l’économie afin de ne plus être sujet aux humeurs du peuple et de régner en contrôlant plus facilement une minorité.

  2. Très bonne analyse, mais si la finalité est le contrôle des peuples, cela ne peut se faire que si le peuple est complètement abruti, très peu instruit…

    La phase précédente est la réduction du nombre d’humains sur terre, surtout blancs et instruits, et, pour cela, il fallait un outil « adapté » !!

    En effet, il est tout simplement impossible de faire que les pays d’Europe se fasse la guerre !!

    Donc, il fallait importer une culture à l’opposé de celle des peuples d’Europe, et cet outil, c’est le NAZISLAM, nazislam que les mondialistes ont choisi, voir pourquoi :

    https://ripostelaique.com/80-de-la-population-mondiale-devra-disparaitre-avant-la-fin-du-xxie-siecle.html

    https://resistancerepublicaine.com/2019/11/04/pourquoi-ont-ils-choisi-lislam-pour-nous-exterminer/

    • Vous devriez lire les ouvrages de Claire Severac dont un particulièrement ;: la guerre sécrète contre les peuples « . Cette femme très courageuse et très bien documentée a payé de sa vie (Empoisonnement au polonium ) ses propos démontrant que l extermination d une grande partie de l humanité est en cours. Je vous préviens ça déménage. ÉDIFIANT ET TERRIFIANT.

  3. pourquoi ? et comment ? RL nous l’explique encore une fois
    mais la burqa qu’on revêtu la majorité des français les empêche de voir, d’entendre et d’agir

  4. Excellent article
    Il serait bien d’y préciser davantage la responsabilité des médias organiques détenus par qui nous savons .

  5. Les décideurs sont identifiés depuis longtemps. Leurs noms…?? Malheureux. …vous allez vous retrouver en cellule ou avec une balle dans la tête. Mais les temps vont changer. Début 2021 après le gavage des gogos et en périphérie des élections régionales ça va être très sportif à mon avis. Le grand dégagement va commencer.

    • Exact, voilà ce que je pense : si c’est publié: Du bla-bla, mais jamais pointer du doigt les prédateurs que sont les cosmopolites adorateurs du Veau d’Or ! ce texte revient à pisser dans un violon !!!

  6. pourtant des rapports de l’ONU,nous avaient prevenus,il faut que les pays riches transferent leurs richesses aux pays pauvres,,,,,mais qui les lit?

  7. « Je comprends le comment, je ne comprends pas le pourquoi »
    G. Orwell – 1984
    La seule réponse au pourquoi tient à la perversion, la méchanceté, la bêtise dans la course au pouvoir, le Graal étant la dictature.

Les commentaires sont fermés.