Conférence de presse de l’ambassadeur de Russie en France

« Nous avons décidé d’organiser cette rencontre car nous avons pensé que vous auriez peut-être envie d’un point de vue alternatif. Depuis la fermeture de RT et de Sputnik, vos lecteurs n’ont malheureusement plus accès à cette vision alternative. » C’est ainsi qu’Alexeï Mechkov, ambassadeur de Russie en France, a introduit cette conférence de presse organisée au sein de sa résidence, à laquelle étaient conviés une vingtaine de journalistes.

Passant du covidisme déchaîné à l’ukrainisme forcené, de fake news en bobards, les médias français se font, encore et toujours, les propagandistes enragés de l’Otan et de Macron. Dans cet assourdissant concert anti-Poutine, il n’est que quelques sites de réinformation pour faire entendre d’autres voix et tenter d’exprimer un point de vue non américanisé de ce conflit. Corroborant leur subjectivité absolue, peu de journalistes présents se sont fait l’écho de cette conférence, si ce n’est Quotidien, de TMC, ou avec des titres édifiants, tel : « La conférence surréaliste de l’ambassadeur de Russie »… 

Heureusement, France Soir y  assistait, nous permettant de connaître le point de vue de Moscou quant à cette escalade et la situation.

S’exprimant en russe, Alexei Mechkov est préalablement revenu sur le contexte géopolitique de 2014 depuis les évènements du Maïdan, coup d’État qui renversa le président  Ianoukovitch, générant des conflits sanglants…

Les accords de Minsk, conclus en 2015, se voulaient mettre  un terme aux hostilités dans la région,  obligeant au retrait des forces étrangères de cette zone, octroyant un statut spécial de semi-autonomie aux régions de Donetsk et Lougansk, permettant à sa population  d’utiliser la langue de son choix, dont le russe.

Six ans plus tard, ces objectifs n’étaient toujours pas atteints. Si officiellement, la France et l’Allemagne, présentes à la table des négociations en 2015, défendaient ces accords, en actes, ces deux pays n’ont rien fait  pour leur application. Et Alexei Mechkov de s’étonner que l’opinion publique occidentale ne se préoccupe de la situation dans le Donbass que maintenant.

Justifiant l’offensive russe en Ukraine, l’ambassadeur a dénoncé un projet ukrainien d’opération militaire dans les républiques du Donbass prévu, selon les informations du Kremlin, pour le début mars, une opération militaire  du type de opération Tempête, menée en août 1995 par la Croatie contre la République serbe de Krajina. L’intention de Kiev a été confirmée par des documents récupérés par la Russie, prouvant cette « opération militaire spéciale »,  « l’action de la Russie a permis d’empêcher cette occupation militaire ».
 
Comme la déjà exprimé Vladimir Poutine, les objectifs poursuivis par la Russie en Ukraine sont précis et toujours les mêmes. 

La démilitarisation et l’obtention d’un statut neutre de l’Ukraine : du fait des livraisons d’armes et des exercices conjoints de l’Otan avec les forces ukrainiennes, « l’Ukraine a été transformée en bastion anti-russe », constituant une véritable menace pour la sécurité de la Russie à ses frontières.

La dénazification de l’Ukraine, donc l’interdiction de toute organisation néonazie et l’abolition de toutes les lois anti-russes adoptées au cours des dernières années, dont l’interdiction de la langue russe.

Enfin, la reconnaissance par le gouvernement ukrainien de la Crimée et des républiques de Donetsk et du Lougansk.
 
Concernant la décision de l’UE, adoptée lors du sommet de Versailles ce 10 mars, de doubler les livraisons des armes à l’Ukraine, Alexeï Mechkov considère cette décision nocive et contre-productive,  ce budget ayant été mieux investi dans la cause des réfugiés ukrainiens. Selon lui, la prolifération d’armes engendrera davantage de victimes, ajoutant qu’elles seront détruites par les frappes ciblées des forces armées russes ou récupérées, puis données aux milices populaires de Donetsk et Lougansk…
 
L’ambassadeur a aussi rappelé que la Russie s’oppose catégoriquement à l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan, exigence que traduit l’opération contre le centre militaire de Yavoriv, à vingt kilomètres de la Pologne, visant à la neutralité du territoire ukrainien. « Si l’Ukraine devient membre de l’Otan, cela signifiera une guerre entre la Russie et l’Otan. Est-ce que l’Otan est prête à mener une telle guerre ? », précisant qu’il y avait des instructeurs  et des « mercenaires » étrangers, pour lesquels la convention de Genève ne s’appliquant pas, ils seront donc «soit éliminés soit jugés».
 
 Si Alexeï Mechkov n’a pas directement répondu à l’éventualité d’une guerre nucléaire, il reconnaît que la Russie a souhaité délivrer un message « à tous ceux qui souhaiteraient participer à ce safari anti-russe en Ukraine »
 
Macron et ses complices sont-ils prêts à un hiver nucléaire juste que pour que l’Ukraine entre dans l’Otan ? Sachant qu’alors il n’y aura plus d’Ukraine, plus d’Otan, plus… qu’il y aura des millions de morts et des survivants condamnés à la famine
Si Foutriquet a officiellement refusé de qualifier Poutine de dictateur et fait semblant de lui téléphoner pour apaiser le jeu, faire livrer un million d’euros d’armes à l’Ukraine n’est que la poursuite d’une escalade mortifère, laquelle a minima conduira à une terrible paupérisation de la France.
 
Si les sondages disent vrai, c’est apparemment ce que veulent 30 % de Français inconscients des enjeux et conséquences, se pensant toujours dans le monde d’avant… lesquels ne seront même pas des profiteurs de guerre, tant avec leurs compatriotes ils vont plonger dans un immense hiver économique aux multiples répercussions forcément dramatiques.
 
Daphné Rigobert
 
La vidéo de cette conférence de presse n’étant pas disponible, voici celle de l’interview de l’ambassadeur de Russie en France, sur BFM TV, le 9 mars 2022.
 
image_pdfimage_print
16

7 Commentaires

  1. Et si les journaputes Français avaient fait leurs travail comme leurs confrères Allemands , ces salauds de nazis seraient en taulehttps://www.dailymotion.com/video/x1qnu74

    • Le gouvernement alfrançais est un pays de traîtres et de collabos je crois pas un mot des néo nazis dont l’alfrance islamiste car j’ai d’avantage confiance a poutine.

  2. voilà des arguments que jamais vous ne lirEZ dans la presse aux ordres ou entendrEZ dans les télés et radios françaises

    • « Nous sommes en guerre », mots de Macron pour un virus mais avec l’US-NATO, Macron veut aussi la guerre avec la Russie par Ukraine interposée avec son président Z aussi dépravé que lui. Macron est en train de nous entraîner dans un maelström avec la mort de la France et de l’Europe occidentale. mais les Français ne voient, comme souvent, que les effets (pour l’instant, les pauvres réfugiés ukrainiens) mais pas les causes de cette guerre qu’on leur cache et ils vont réélire le boute-feu Macron qui va faire d’eux aussi des réfugiés car cet irresponsable va nous amener la guerre sur notre sol, ce qui nous a été épargné depuis 77 ans cette année. Français réfléchissez ! Ne revotez pas pour ce menteur dépravé.

  3. Bonjour Madame (Mademoiselle) Daphné Rigobert: Et mille mercis pour votre excellent article qui devrait déciller les yeux à plus d’un; c’est à dire à une multitude de crétins sentimentaux, et émotifs qui « avalent des couleuvres », et qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez en s’imaginant naïvement que tous les mensonges éhontés que profèrent les merdias « aux ordres » est « parole d’évangile ! » Je vous souhaite une très bonne fin de semaine !

  4. Tout dépend de l’endroit où l’on se trouve et de l’idée que l’on s’en fait….ce n’est pas de moi. Les spécialistes ne manquent pas pour expliquer le problème de l’Ukraine avec la Russie. Les uns pour une intervention militaire les autres pour négocier et d’autres pour la PAIX. La question est de savoir si l’on veux déclencher un cataclysme nucléaire ou rétablir par la négociation un arrêt des hostilités et un rétablissement de relations paisibles et supportables pour les PEUPLES: les USA, la RUSSIE, la CHINE, l’UKRAINE et les Pays d’EUROPE ? La PAIX est préférable à la guerre. Réfléchissons !

  5. les infos hystériques en boucle sur le conflit venant toujours du même camp sont insupportables : il y a longtemps que nous ne les écoutons plus – là encore, prière de suivre la ligne obligatoire, de ne pas analyser, de ne pas réfléchir : faire le mouton bêlant comme avec le faux vaccin ou autre, c’est maintenant la règle dans cette fausse démocratie

Les commentaires sont fermés.