Confinement, Rivotril, lynchage de Raoult : les trahisons du GG Dr Marty

Publié le 2 novembre 2020 - par - 29 commentaires - 4 784 vues

 

Il fut un temps où, jeune collègue de province, je m’étais mis à suivre de près ou de loin selon les circonstances la jeune association née en 2012 appelée “Union pour une médecine libre” et dont la bannière sur Facebook portait en plus le mot « indépendance ». Ce mot me plaisait bien.
Cette association se battait pour tenter de faire revaloriser la profession médicale libérale fortement attaquée par la loi Bachelot et les nouvelles contraintes des agences régionales de santé aux pouvoirs exorbitants nouvellement étendus.

Un homme émergea de Haute-Garonne, plein de fougue et d’énergie, représentant pour moi le prototype du médecin de famille proche de ses patients et loin des instances bureaucratiques parisiennes. Il s’appelait Jérôme Marty. De fait, je n’en savais rien mais sa bonhommie me le faisait ressentir comme cela. J’avais gardé la bannière de son association longtemps visible sur leur page Facebook qui traduisait bien leur volonté sincère et intense de sauver la médecine, le serment d’Hippocrate, et l’indépendance qui y est intrinsèque.

Les années passèrent, marquées par de très lourds combats car les attaques contre notre système de santé se multipliaient sous Marisol Touraine secondée par deux médecins qu’on apprendra à mieux connaître depuis, le docteur Jérôme Salomon, conseiller au cabinet et le docteur Olivier Véran député rapporteur de la loi contestée, et actuel ministre de la Santé ou de l’anti-santé ou de la désinformation, je ne sais plus. Les deux acteurs actuels de la démolition du système ne sont pas des perdreaux de l’année.

Le combat le plus dur fut livré en l’année 2015 avec une forte mobilisation de la médecine libérale et professions paramédicales pour tenter de s’opposer au vote de la honteuse Loi Touraine avec une première grosse manifestation le 15 mars réunissant environ 50 000 professionnels de santé montés de partout en France pour défiler jusque devant les Invalides et le ministère de la Santé. Cette loi, dans son article 1, spécifiait que l’État déciderait des choix de santé (au lieu de les contrôler).

Ces médecins croyaient encore que les protestations démocratiques pouvaient être entendues, mais la dictature que nous subissons aujourd’hui ne faisait que s’installer. Les soignants pensaient pouvoir éviter l’horreur de cette loi privant de fait médecins et soignants de leur liberté de soigner comme les évènements actuels viennent le confirmer. Leurs revendications étaient simples et résumées par leurs affiches et tracts distribués largement aux passants.

La tyrannie bureaucratique en marche !
Les agences régionales de santé, ARS, mises en place par la loi Bachelot HPST 2009 et confortées par le pouvoir actuel sont les grandes préfectures de santé qui coordonnent et contrôlent la conformité de respect des règles édictées par les nombreuses autres agences et observatoires divers dont le nombre avoisine 18, mais dont le parlement lui-même a du mal à connaître le chiffre exact, même après enquête (rapport Yves Bur 2011).
Les directeurs régionaux ont tout pouvoir et la gestion dictatoriale de ces structures est dénoncée par tous, à commencer par le personnel des agences régionales et singulièrement les inspecteurs médecins et pharmaciens formés depuis des lustres et dont le rôle est méprisé par les jeunes loups introduits par le prince des lieux. Le directeur décide de l’autorisation de telle activité de telle structure, de la fermeture d’un hôpital ou d’un service de façon arbitraire, sans concertation, et souvent malgré des manifestations bruyantes et itératives. Mais la bureaucratie autocrate est bien installée.
La bureaucratie étouffe l’acte médical et au passage un de ses fondements, le secret médical, incompatible avec les multiples audits, enquêtes et traçabilité sur chaque acte médical et paramédical.

La médecine n’est pas une science exacte, mais un art qui s’appuie sur des connaissances scientifiques. Autant que sur la qualité des relations humaines que le médecin entretient avec son patient. Parmi celles-ci le respect absolu du secret médical et la liberté de choisir, en son âme et conscience, le traitement le mieux adapté aux besoins du patient sont essentiels. Ces fondements de la médecine hippocratique, toujours rappelés dans le serment que nous jurons de respecter et dans le Code de santé publique, sont violés quotidiennement par les règles imposées par la bureaucratie et jusqu’ici dans l’indifférence apparente du conseil de l’Ordre, des patients et des organisations de défense des droits de l’homme et du citoyen, peut-être peu au fait du caractère systématique quotidien et incontournable de ces violations dans l’état actuel d’organisation de la médecine tant publique que libérale.

Les violations du secret médical

Une des premières atteintes directes au secret médical a été l’obligation faite aux médecins de porter en clair sur les certificats d’arrêts de travail, destinés à la Sécurité sociale, le diagnostic de la maladie causale. Cette rupture du secret médical n’a pas suscité beaucoup de réactions, encourageant la bureaucratie à continuer. Certes on nous a expliqué que seuls les personnels de l’institution pourraient les consulter.

L’étape suivante a été la codification CCAM de remboursement des actes médicaux. Au lieu des KC qui ne correspondaient pas à une intervention précise mais à une échelle de valeur monétaire, la nouvelle codification attribue un code en trois lettres et quatre chiffres à chaque acte et pathologie. Cette codification, qui permet de calculer le taux des honoraires médicaux et le prix des soins payés aux cliniques et aux hôpitaux, est extrêmement détaillée et comporte près de 40 000 entrées. En traduisant le code marqué sur le bordereau, vous pouvez apprendre que telle malade a bénéficié d’une reconstruction d’hymen, que tel autre a fait transformer ses organes génitaux mâles en vagin. Or cette codification circule avec l’identité du malade dans de multiples services dont certains non tenus au secret médical. Outre les organismes de Sécurité sociale, les agences et mutuelles, les personnels des établissements hospitaliers des sociétés privées non médicales y ont complètement accès.

Comme cette codification constitue la base des remboursements des organismes payeurs aux établissements, la plupart de ces derniers sous-traitent celle-ci à des professionnels de la codification en violation du secret. Et on fait taire les quelques donneurs d’alerte qui dénoncent ces faits illégaux ! Ainsi un médecin de Saint-Malo s’est fait admonester, puis a été menacé, puis sanctionné et déplacé pour avoir dénoncé des pratiques illégales. Là encore l’intérêt pour la collectivité de ces atteintes au secret médical est nul. On a créé une bureaucratie supplémentaire, tyrannique, abondante et coûteuse, détourné un peu plus le personnel soignant de sa mission, suscité des frais importants pour les établissements sans aucun gain ni pour la Sécurité sociale ni pour les malades ni pour la santé publique.

Porter atteinte au secret médical, c’est affaiblir la confiance des malades en leur médecin et risquer de priver celui-ci d’informations vitales pour le diagnostic et le traitement. C’est attenter à l’un des droits fondamentaux des individus.

La liberté thérapeutique du médecin et le droit du malade de choisir son traitement
Figurent toujours dans le code de déontologie mais sont gravement remis en cause depuis une quinzaine d’années et de plus en plus systématiquement. La création d’agences de statut privé mais payées par nos impôts et bénéficiant des privilèges d’autorité de la puissance publique a réduit la valeur de nos diplômes à celle du papier sur lequel ils sont imprimés et le droit du médecin d’administrer le meilleur traitement pour les malades à néant.

La Haute Autorité de Santé et l’Institut National du Cancer décident des traitements à appliquer (traitements qui deviennent la Norme) et l’Agence Régionale de Santé vérifie que leurs décisions sont appliquées. Un médecin qui n’est pas coopté par un réseau de cancérologie parce qu’il n’applique pas les traitements normalisés se voit retirer de fait son droit de traiter les cancers sans tenir compte de ses diplômes professionnels, de son expérience ni de ses résultats puisqu’il ne trouve aucun établissement pour appliquer ses prescriptions.

Le droit du malade de choisir son traitement est ainsi bafoué parce qu’il ne trouvera progressivement plus personne pour lui administrer un traitement différent du traitement normalisé.

Voici quelques points que le Dr Marty, le Dr Hamon et leurs confrères des syndicats médicaux ont défendu dans une atmosphère de plus en plus lourde avec perte de moyens et de liberté.

Un grand espoir : le 15 mars 2015 manifestation nationale réussie

Les mois passants, le docteur Marty et ses acolytes préparèrent une grande manifestation nationale avec la montée à Paris en voiture, en covoiturage d’un maximum de médecins et paramédicaux possibles pour bloquer Paris en fin de journée et avoir enfin un écho médiatique suffisant pour faire chavirer la ministre et retirer ou modifier largement sa loi.

Dans la journée, effectivement les grandes radios type France info ou RTL commencèrent à parler du mouvement médical fort. L’espoir renaissait.

Le vendredi noir devint vendredi sanglant : le drame du Bataclan

Puis, terrible tragédie en ce vendredi noir prévu par les soignants depuis plusieurs semaines ou mois, qui devint rouge sanglant du sang des victimes du Bataclan en ce 13 novembre 2015. Bien évidemment tout se figea et les médecins présents à Paris se précipitèrent dans les hôpitaux de la capitale pour proposer leur aide. Malheureusement, ils furent le plus souvent assez mal accueillis, mais c’est une autre histoire (ou peut-être pas…).

Tout s’arrêta dans le pays, apparemment, car la ministre présenta le texte de sa loi santé au Parlement en deuxième lecture le 17 décembre alors que la plupart des députés se trouvait à des cérémonies en hommage aux victimes.
Le texte fut voté par une vingtaine de députés qui cassèrent ainsi l’essentiel de ce qui restait de notre système de santé. Pas une protestation, qui fut malvenue en ces temps de deuil, mais le report, lui, ne fut pas envisagé, le vote d’une loi si importante en pareilles circonstances ne parut pas indécent. En tous cas pas à tout le monde ! En janvier 2016 la loi Touraine fut promulguée dans l’indifférence générale, les citoyens n’y ayant vu que du feu puisqu’elle promettait le tiers payant généralisé.

Hold-up de la santé par la loi Touraine
Il est clair que ces épisodes furent terribles pour tous en France et en particulier pour les soignants blessés dans leur combat et par la proximité avec les victimes pour certains d’entre eux. Le combat, contre les séquelles de la loi Bachelot et le pouvoir absolu des ARS et le hold-up de la santé par la loi Touraine qui dans son article 1 décrétait que l’État déciderait des choix de santé (au lieu de les contrôler antérieurement), le combat attendrait… Et il attend toujours.

Naissance du syndicat UFMLs

L’association UFML donna naissance au syndicat UFMLs que le Dr Marty continua à animer. Les combats hospitaliers se multiplièrent avec la poursuite de la fermeture de sites, d’hôpitaux, de lits dans certains services, de réduction de personnels. Le pouvoir totalitaire des ARS s’imposa de plus en plus, y compris donc sur le secteur privé (qui n’a plus de privé que le nom), et la défense des médecins libéraux se concentra sur les tarifs de consultation scandaleusement bas, parmi les plus bas de l’Union européenne.

La notion même d’indépendance du médecin s’étiole

Plus le joug des Ars se resserrait, moins on parlait de liberté, d’indépendance d’autant que les ROSP, rétribution en fonction des objectifs de santé imposés par le ministère et la Sécu, conduisaient à des réactions partagées, entre perdre un peu de sa liberté de prescrire (appliquer les objectifs imposés d’en haut) et toucher un pactole annuel mettant un peu de beurre dans les épinards.
L’UFMLs devenait un syndicat de plus en plus comme les autres, quand on vit le Dr Marty arriver aux Grandes Gueules sur RMC parfois plusieurs fois par semaine. Les réactions de ses collègues que je rencontrais furent partagées entre la crainte d’une récupération et l’espoir de donner plus de visibilité aux revendications.

Et le Covid arriva et son avalanche de vraies et fausses nouvelles et surtout de panique organisée

Les premières semaines de panique furent légitimement consacrées à la bataille pour l’obtention de matériel de protection pour les médecins, paramédicaux, hospitaliers ou de ville. Le Dr Marty, de plus en plus souvent présent, joua son rôle en hurlant sur les plateaux, pour obtenir les masques et blouses nécessaires. Au moment du rapport nécrologique du 20 h, le combat visible du Dr Marty fut d’exiger que le directeur général de la santé déclare chaque soir le nombre de décès de médecins et de paramédicaux.

Et à partir de ce moment, il oublia le combat fondateur de son syndicat… On se demanda très vite pourquoi au lieu de compter les morts et soutenir le gouvernement dans cet effroyable confinement aveugle dont on savait déjà qu’il ne pourrait qu’aggraver la situation il n’exigeait pas du gouvernement la Liberté de soigner et l’indépendance des médecins qu’il avait si bien défendus jusqu’en fin 2015. Non, il se plia aux consignes de la pensée unique déferlant sur les plateaux par les représentants fidèles de Gilead, Sanofi, Pfizer et autres Big Pharma.

Perte de la liberté de soigner, de parler, de penser et lynchage du Pr Raoult

Le Dr Marty fut-il subjugué par cette fréquentation des “grands professeurs” pour attaquer le Pr Raoult sans le quart de ses compétences en infectiologie ? Comment expliquer cet abandon de la défense de la liberté de soigner pour les docteurs au lit du malade ?
Personne n’a demandé aux médecins de prendre parti pour l’hydroxychloroquine s’ils ne le souhaitaient pas, mais ne plus défendre la liberté de prescription, dans le colloque singulier avec son malade, est terrible. Et cet abandon de l’objectif fondateur de l’UFML ne fut pas que le fait du Dr Marty, mais aussi d’autre confrères, qui s’étaient battus avec force dans les années précédentes. Ce revirement spectaculaire de certains médecins combattants dans le cadre de cette panique organisée est l’un des pires effets du covid que nous avons constatés. Quand la peur panique est là, on peut faire faire n’importe quoi aux gens, y compris instruits et de bonne foi, et il semble bien que ce soit ce à quoi nous avons assisté.

Le décret Rivotril accepté dans le silence
Le deuxième silence qui heurta mes collègues et moi-même fut celui sur le décret Rivotril qui autorisait les médecins à prescrire une euthanasie de fait pour les patients suspects de Covid, en Ehpad ou en HAD. Une horreur, d’autant que les résidents d’Ehpad étaient, du fait du confinement, privés de visite, en syndrome de glissement pour beaucoup et privés de traitements précoces par interdiction du ministre de leur prescrire HCQ et même les antibiotiques qu’ils recevaient les années précédentes. Des milliers de morts évitables pour un certain nombre et en tous cas des conditions indécentes de solitude, d’absence de leurs familles etc.

Ah, il ne manquait pas d’exprimer sa faconde, avec un discours gauchiste, niant l’insécurité, et tapant régulièrement sur Marine. Mais par contre, quand il était devant le professeur Toussaint, qui pourtant démolissait ce que lui, Marty, et nombre de ses collègues, racontaient aux Français, on ne l’entendait plus, le Jérôme, il passait sous la table !

La participation avec d’autres généralistes à la maltraitance des enfants
Manifestement atteints de la panique Covid bien ancrée dans les cerveaux par la propagande gouvernementale, ils ne purent en sortir, continuant à créer et répandre sur les ondes toujours plus de peur qui ne fait que traduire leur propre angoisse. Leurs dernières victimes sont les enfants auxquels ils veulent imposer le masque, alors que de nombreuses publications internationales démontrent que les moins de 19 ans ne transmettent pas le virus ni aux autres enfants ni aux adultes, et que par ailleurs les effets toxiques du masque chez l’enfant sont particulièrement lourds.

Entre l’appartenance à la secte Covid dont il n’arrive pas à sortir, la peur s’étant insinuée profondément dans ses neurones et le syndrome d’Hubris dont beaucoup parlent à propos du ministre de la Santé, le doute est permis…

Bien triste fin, pour Jérôme Marty et tant d’autres, d’une épopée syndicale.

Jeanne Bourdillon

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Fleur de Lys

Après le Virus, le confinement criminel. Par Piero San Giorgio

Voici le 22ème volet de la série « Après le virus » réalisée par Piero San Giorgio. Ce dernier revient sur le confinement, qu’il qualifie de criminel. vidéo

https://www.breizh-info.com/2020/11/03/153346/apres-le-virus-le-confinement-criminel-par-piero-san-giorgio/

Fleur de Lys

Royaume-Uni : l’armée mobilisée pour le dépistage massif d’un demi-million d’habitants à Liverpool

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/80322-royaume-uni-armee-mobilisee-pour-despistage-massif-demi-million-habitants-liverpool

Mantalo

Marty invité chez Praud ce midi sur RTL. C’est dire le niveau !!!
Quel panier de crabes….

MERLOT Brigitte

Bravo et merci Madame Bourdillon.Je suis infirmière libérale en retraite depuis 1an et demi.30ans de libérale…je pourrais faire un livre…!!!!L’ensemble du corps médical s’est laissé tenter par le diable au détriment du malade!!!!!!!!

Paskal

D’après mes sources, quelqu’un est décédé d’un cancer à Nantes. Les médecins ont mis “décédé du Corona”. Quand sa fille a dit que c’était faux, ils lui ont répondu qu’ils avaient reçu des ordres du gouvernement pour mettre que toute personne décédée l’était du corona.

Paoli

J’en ai entendu un hier soir avec notre journaliste Pujadas …j’étais folle de rage contre ce merdeux qui se dit savant …c’est de la faute des vieux quî n’obéissent pas bien aux ordres et gestes barrières ,,,donc nous allons SACRIFIER la génération des 40 ans …est ce possible d’entendre cela de la part d’un médecin ?avec de telles pensées aussi sordides ces gens vont se punir eux meme …..car je crois en la justice divine ….essayons et prions afin de ne pas tomber entre ses mains …c’est la dérive totale ….j’ai 78 ans et je vais m’accrocher …la colère maintient en bonne santé ,,,qu’en dites vous docteur ?

Vova

J ‘ ai relevé un gros mensonge à la fin du texte : les moins de 19 ans ne transmettent pas le virus !!! rien que ça ?? Expliquez-moi pourquoi des enfants en sont morts ? Pourquoi cette deuxième vague , transportée par les étudiants en mal de guindailles ? Dans la région liégeoise , une petite ville a vu la moitié de sa population atteinte par ce virus après que les étudiants soient revenus chez eux le week-end !! Ce virus ne voyage pas tout seul , il emprunte un taxi sur pattes , quel qu ‘ il soit ! Vraiment n ‘ importe quoi Mme. Bourdillon !!!

HUSSON GUY

on va dire que je suis complotiste mais c’est bizarre quand méme cette grande fameuse manisfestation de la branche médicale prévue le 15 mars et stoppé par le drzme du bataclan arrivant juste a propos ?

Ivan Bartowski

Excellent article !!!!

Fleur de Lys

Alerte Coup d’Etat mondial, on ne bouge pas
(VIDEO)

http://by-jipp.blogspot.com/2020/11/alerte-coup-detat-mondial-on-ne-bouge.html

Carrière

Merci Madame pour cet article qui ne fait que conforter mes doutes sur les engagements du confrère Marty de même que l.autre piliers des plateaux TV Dr Hamon et ses élucubrations sur l.HCQ il y en aurait d.autres à citer mais passons…..Tant qu.un politique courageux ne supprimera pas purement et simplement les dictatoriales ARS et n’abrogera pas les lois Touraine toute réforme de notre système de santé sera vaine . Quant à sacrifier l’économie aux injonctions des réanimateurs hospitaliers et aux pleurnicheries des Pr de médecine qui défilent jusqu’à sasieté sur les plateaux TV,c.est la démonstration même de la faiblesse dramatique de l’exécutif.
Nous sommes mal engagés dans cette lutte contre le corvid.

HARGOTT

Hamon est un grand scientifique, quia dit, en pleine émission, qu’un jour, il était malade; c’était même pas le Corona, MAIS il quand même pris de la chloro…pour voir ! Il a été malaaade Alors ? C’est bien la preuve que c’est inefficace voire dangereux, non ? Ah ! Là, un grand savant (pas de Marseille), avait bien cloué le bec au Raoult.
J’exagère à peine: j’étais sidéré que les autres ne lui demandent pas de rentrer chez lui ! (slogan connu)

vivicret

Il y a longtemps que je pense que Jérôme Marty est un collabo… ça se confirme !

HARGOTT

Et que Hamon est un con: je voudrais l’avoir en face de moi pour le lui confirmer.

Leviet06

Un système médicale a la sovietique servi par des vendus aux intérêts de bigpharma.
Les français en paient le prix.Et le coronavirus revele bien l’impreparation totale de l’hôpital public qui a été désarmé depuis des dizaines d’années.
Mme Touraine devrait comparaître devant la justice,mais elle n’est qu’une sous fifre..

Le Marteau

Depuis des mois lorsque ces Médecins généraliste sont monté au front contre le Professeur Raoult je me suis posé bien des questions sur notre système de santé….Le Docteur Hamon est aussi une de ces merdes qui certainement pour quelques “gentillesses” dirait n’importe quoi alors que c’est certainement la méthode Raoult qui lui a permis de continuer à déblatérer sur celui ci!!!

patphil

ben ils démontrent ouvertement et sans vergogne que bigpharma doit décider !

Vent d'Est, Vent d'Ouest

À chaque fois et dès que je vois sa tronche de faux-cul, je zappe tellement j’ai envie de vomir

Clovis

Jeanne, bravo pour votre édito et merci
En ce qui concerne le Dr MARTY, regardant les GG, je le trouvais combattif, juste dans ses propos.
Mais, il y a quelques jours, je crois dans le cadre de la même émission, avec madame, nous l’avons subitement trouvé “bizarre” dans ses affirmations qui étaient contraires à ce qu’il nous avait habitué à entendre de sa part !
Que s’est-il passé ?
Il semble avoir été retourné comme une crêpe !
Quasiment du jour au lendemain !
Que lui a-t-on promis ?
Versé ?
Il serait bien, devenu “homme publique” qu’il s’exprime sur ce sujet…

Maximilien

Dr Marty est passé du côté obscur…lui a t on fait des menaces ou des promesses. Lamentable.

HARGOTT

Ou les deux ?

Lessentiel

Pays rempli de traitres et de collabo
Décidément c est l une de leur spécialité !!!

Rochefort

ça s’appelle un vendu !!!

Marie France milbach

Moi je souhaite voir la tronche des pseudos scientifiques qui nous confinent et dirigent a présent le pays. Quelqu un les a t -il vu?

Mantalo

Il a une tête de CASTEX…..
(Le Castex est un animal qui rappelle le Dahut, mais à lunettes et avec l’accent + ou – nasillo-chantant)

Moi

Désolé étant haut savoyard ne venez pas ni insulter ni comparer notre dahu avec ces choses qui malheureusement sont censé nous gouverner par la faute d irréfléchi et d inculte français

Fomalo

C’est exactement la réflexion que je me suis faite en voyant la photo (que c’était le jumeau de Castex)

Mantalo

Marty ne m’a jamais inspiré confiance. Je l’ai entendu la première fois chez les GG, ces braillards des ondes. Puis une fois encore, puis deux, puis…etc…
Je l’ai vu dans la foulée sur BFMTV (même groupe que RMC), ainsi que sur les autres chaînes d’infos en continu. Le lundi, le mardi, le mercredi, etc…. Sur la 15, sur la 16, sur la 26.
Un gourou.
Comment faire confiance à un “médecin de famille” (sic) qui passe son temps à délivrer la “bonne parole” dans les médias parisiens, à 700 KILOMETRES DE SON CABINET ???

Ça suffit pour me le rendre détestable, faux, égo-centré. Quasi inutile pour ses patients.

Lire Aussi