1

Conflit syrien : Le djihadisme chiite récompensé !

IranJe lis et j’entends de plus en plus d’analyses géopolitiques sur le chaos syrien dans lesquelles  la République Islamique d’Iran  et les fanatique chiites du Hezbollah, marionnette sanguinaire de Téhéran, seraient  devenus de par leur participation à la lutte contre l’État Islamique (EI) des alliés de l’Occident.
C’est vite oublier  – et donc pardonner tacitement - le rôle essentiel de la Révolution islamique d’Iran (1979) dans l’expansion de l’Islam autour du monde.
La révolution chiite de l’Ayatollah Khomeiny a eu une influence majeure sur son frère ennemi sunnite «grâce» à sa radicalité sanglante et et à la propagande parfaitement orchestrée depuis la France par l’ entourage de Khomeiny (Bani-Sadr , Ghotbzadeh, Ebrahim Yazdi).
Évidemment, déjà à l’époque, l’intelligentsia de gauche et d’extrême-gauche soutenait l’islamisme de Khomeiny à tel point que le fraudeur intellectuel Michel Foucault parla avec louanges de «la spiritualisation du politique » des révolutionnaires musulmans chiites.
Il serait plus que temps de rappeler que la révolution iranienne fut un bain de sang dans lequel les opposants à la doctrine islamique chiite  – hommes, femmes et enfants – furent massacrés. Il faut savoir que le nouveau régime islamique des ayatollahs n’hésita pas à faire violer les petites filles des opposants laïcs de Khomeiny et de sa clique de barbares (dont faisait déjà parti le réel dirigeant actuel de l’Iran et successeur de Khomeiny, l’ayatollah Ali Khamenei)  avant de les assassiner afin qu’elles n’aillent pas au paradis «puisque» devenues non vierges… Mais les faits abjects commis par l’ Iran depuis 1979 n’empêchent pas les États occidentaux de négocier aujourd’hui avec les fous furieux chiites ( comme ils le font avec les fous furieux sunnites), ni la Russie de s’allier militairement aux djihadistes  iraniens et pro-iraniens.  Non, l’Iran et les groupes terroristes que la République islamique soutient ne sont pas, comme on l’entend partout, une solution mais tout comme l’EI, un problème planétaire d’autant plus grave que l’Iran deviendra – sans une action militaire préventive – une puissance nucléaire, si ce n’est pas déjà le cas ! Des ayatollahs avec une bombe atomique ! Pourquoi sommes-nous si peu à nous inquiéter de ce cauchemar absolu pour la paix du monde ?
La République Islamique d’Iran est responsable de centaines d’attentats que ce soit par le biais de l’unité d’élite des Pasdarans pour les « opérations extérieures », de la Force Al-Quods du général Quassem Souleimani, ou celui  du Hezbollah (dont l’antisémite et négationniste Dieudonné M’Balla M’Balla et ses gardes du corps sont de grands fans), ou encore par l’ intermédiaire du Hamas et du Djihad Islamique Palestinien (DIP).
Pensons aux deux attaques terroristes du Hezbollah, appelé aussi à l’époque Organisation du Djihad Islamique, qui causèrent la mort au Liban le 23 octobre 1983 de 241 soldats américains et de 58 parachutistes français (55 parachutistes français de la 3ème compagnie du 1er RCP et 3 parachutistes du 9ème RCP) !  Ces deux attentats-suicides ont été directement téléguidés par l’Iran avec l’aide de la Syrie de clan El-Assad  ! Le chef terroriste, responsable de ces opérations au Liban était Imad Mughaniyeh, parfois nommé le fantôme, l’ancien « chef militaire » du Hezbollah  qui échappa à tous les services de renseignement du monde jusqu’en 2008 lorsqu’il il fut éliminé par le Mossad (la CIA a déclaré que c’était une opération conjointe entre le Mossad et l’organisation US mais le patron du Hezbollah en personne, Hassan Nasrallah, a avoué que son organisation avait été infiltrée par Israël et que la neutralisation physique de Mughaniyeh en était l’une des conséquences) . Ces actes barbares, en ajoutant aussi l’assassinat de l’ambassadeur de France au Liban , Louis Delamare, le 4 septembre 1981 par les services syriens d’Hafez El-Assad, le père de Bashar,  ne gênent toujours quasiment personne en Occident aujourd’hui !
Et quid de la campagne de terrorisme perpétrée contre la France par l’Iran en 1986 ?! N’oublions jamais les attentats du sunnite converti au chiisme, Fouad Ali Saleh , chef du réseau du Hezbollah en France et organisateur de la vague d’attaques à l’explosif commis entre le 7 décembre 1985 et le 7 septembre 1986 à Paris: Explosions aux Galeries Lafayette, au Printemps, à la librairie Gibert Jeune, à la FNAC sport, dans la rue de Rennes, etc. . . En tout, pas  moins de 14 attentats perpétrés par le Hezbollah orchestrés par l’Iran de Ali Khamenei, devenu aujourd’hui l’allié de  de l’Occident et des Russes  ! Le bilan humain fut de 14 morts et 303 blessés.
Fouad Ali Saleh déclara – entre autres – après son arrestation : « …Les juifs et les chrétiens, fils de porcs, n’ont pas le droit de parler quand un musulman s’exprime…Il faut mener la guerre sainte pour purifier la Terre de la puanteur judéo-chrétienne….De l’Iran, nos frères partiront livrer bataille et iront à Paris, Londres et Washington… ». (Le Monde et Libération les 30 et 31 janvier, 5 et 11 février 1990)
Pour prouver l’influence de la révolution islamique chiite sur les terroristes sunnites, il faut parler du Djihad Islamique Palestinien (DIP) fondé dans les années 1979-1980 par les terroristes «palestiniens», Fathi Shkaki, Abd al-Aziz Odah et Bashir Moussa.
Tous trois  furent déçus du peu de cas que les Frères Musulmans égyptiens portaient à l’époque aux «Palestiniens». Issus eux-mêmes des Frères musulmans, ils décidèrent de se séparer de cette tutelle pour se rapprocher de façon très «audacieuse »,  et pour tout dire unique pour des sunnites, de la Révolution islamique chiite iranienne qu’ils prirent comme modèle. Fathi Shkaki fut certainement une exception dans le monde arabe sunnite à écrire dès le mois de mars 1979 (c’est-à-dire l’année même de la Révolution iranienne), un livre à la gloire de l’Ayatollah Khomeiny intitulé :  Khomeiny : La Solution islamique et l’Alternative ».
Shkaki, qui fut éliminé par le Mossad à Malte en 1995), souhaitait l’avènement d’un État islamique à la place d’Israël dans lequel chiites et sunnites composeraient une seule nation islamique.
Un autre mouvement terroriste «palestinien», le Hamas en l’occurrence,  parvint à unir les deux centres de gravité des deux tendances majeures de l’Islam, l’Arabie Saoudite (sunnite) et l’Iran (chiite).
Le Hamas, bien que sunnite, se rapprocha de l’Iran chiite qui jusqu’à aujourd’hui aide financièrement et militairement le Hamas malgré parfois de petites brouilles générée par les fluctuations géopolitiques. C’est «(…) début des années 1990, que le général Ali Douba, le maître-espion responsable des services de renseignement de l’armée syrienne, arrangea une rencontre, qui deviendra «fructueuse », entre Mohammed Nazzal, responsable du Hamas à Amman, et l’ambassadeur d’Iran en Syrie et coordinateur de la politique iranienne au Liban, Ali Akhtari. Comme l’a écrit le spécialiste du terrorisme moyen-oriental Samuel M. Katz : « Créer une relation entre le gouvernement iranien, une théocratie chiite et le Hamas sunnite tenait du miracle »*. Et c’est le régime des Alaouites du clan El-Assad qui permit ce «miracle » . Il est vrai qu’il n’y a pas mieux que la haine des Juifs et des vraies valeurs de l’Occident pour amalgamer – même de façon circonstancielle – des idéologies apparemment (ou réellement) opposées.
Pour le confirmer, il suffit de se souvenir de la campagne d’affichage lancée en 1996  par les affreuses canailles neo-Nazis  de l’organisation  étudiante GUD ( Groupe Union Défense) qui rendaient alors hommage à la mémoire du chef artificier du Hamas, Yechia Ayache dit « l’Ingénieur », responsable de la mort de dizaines de civils israéliens ( Ayache fut liquidé en 1996 par le service de sécurité général israélien, le Shabak). C’est d’ailleurs justement le gouvernement syrien du dictateur El-Assad qui finança cette campagne d’affichage.
La Syrie a donc toujours été un soutien actif des djihadistes du Hamas et du Hezbollah !
Alors, bien que le sujet soit très loin d’être épuisé, je m’inscris en faux contre tous ceux qui prétendent que des fous d’Allah chiites peuvent apporter la paix et la sécurité aux nations occidentales et russe en luttant contre l’État Islamique et autres mouvements terroristes sunnites.
Rappelons aussi que l’Iran chiite a su dans le passé soutenir les sunnites d’Al-Qaida et les Talibans. La République islamique d’Iran a fourni des armes aux chefs talibans. Pis,  la Commission sur les attentats du 11 Septembre présidée par Thomas Kean a écrit dans son rapport officiel, publié en 2004,  que des contacts ont  bien existé entre l’Iran et Al-Qaida et que plusieurs terroristes qui avaient participé aux attentats du 11 Septembre étaient passés par l’Iran, sans que les services iraniens n’estampillent leurs passeports !
Alors, ne nous laissons par berner par ceux qui pensent se débarrasser des djihadistes sunnites avec l’aide des djihadistes chiites car en fin de compte ce seront les Occidentaux et les Russes qui se feront damer le pion par les islamistes de tous bords.
Frédéric Sroussi 
 
* Samuel M. Katz; The Hunt for the engineer