Connaissez-vous Christophe Rambour, séquestré, torturé, découpé ?

Publié le 26 mai 2014 - par - 5 617 vues

journalConnaissez-vous Christophe Rambour ou même Louise ?

Non ? C’est normal ! Les médias et leur influence

Ont eu à leur égard, parfaite indifférence :

Christophe victime du pas de chance, Louise de la crise !

Ainsi sont résumées leurs pauvres existences

Les faits se passent au 21ème siècle en France.

Sur ces cas, on n’entend qu’assourdissant silence.

Ni CRAN, ni CRIF, ni MRAP assurant leur défense.

Des Français blancs et pas la moindre appartenance

A un « panel » qui vaut d’ordinaire assistance.

Ni juifs, ni clandestins, le hasard des naissances.

Seule la rubrique « chiens écrasés » leur donne substance !

Christophe, tué, séquestré, torturé, découpé

Par un gang de barbares, comme le nomme le Courrier

Son corps brûlé n’a pas pu être retrouvé,

Les coupables ? Je vous laisse le soin d’imaginer…

Ca a fait deux articles chez nos pisse-copies,

Pourtant le même destin que Ilan Halimi,

Qui a fait les gros titres de toute l’actualité.

Christophe n’avait que pour défaut d’être Français

Et pas d’association pour sa mémoire saluer

Personne pour s’émouvoir, personne pour s’indigner…

Comme s’il ne méritait même pas cet « hommage »

Et après ça s’étonne que monte cette rage,

Et après ça s’inquiète que l’on puisse mal voter

Quand on voit le mépris pour ces atrocités

Et cette indifférence comme ultime couperet.

Paix à ton âme Christophe, Puisses-tu leur pardonner.

Quant à Louise, c’est l’histoire d’une retraitée lambda

Aux maigres revenus, son fils au RSA,

Un loyer pas toujours honoré, aléas

Consubstantiels au peu-perçu des minimas.

Midi Libre titre « Image de la misère sociale »

Où l’on voit un taudis dans un état minable,

Fuites et murs décrépits, indigne et déplorable

Quid de la responsabilité sociétale ?

Le bailleur est fautif du manque de travaux

Mais-doit-il être seul à porter le chapeau ?

Il ne faut pas rêver, encore moins se leurrer,

Louise n’est que la victime de politiques tarées

Qui consistent à chérir ceux qui sont étrangers

Au détriment des nôtres, les Français oubliés.

Quand on voit les dépenses pour réhabiliter

Les logements sociaux dans certaines cités

Que par ailleurs, nos compatriotes par fierté,

N’osent se plaindre du moindre état de vétusté.

Les clandestins, pardon sans papiers, peuvent gueuler

Pour obtenir plus de confort, être logés

Par des associations humanitaires, aidés,

Quand dans l’indifférence crèvent nos retraités.

C’est que le mot racisme est si vite lancé,

Incitation à la haine, discrimination,

Comme une accusation, là inscrite sur le « Front »

C’est pô bien de vouloir les Français préférer.

Alors on nie Christophe, son calvaire éprouvé

Car les auteurs sont issus d’une minorité.

Et l’on dénie à Louise l’idée même d’exister

Il semblerait qu’il y ait des priorités…

Dans notre beau pays où les droits de l’homme règnent

Cela ne se fait pas que les autochtones geignent.

Oreliane

http://www.courrier-picard.fr/region/le-calvaire-de-christophe-a-dure-plusieurs-semaines-en-ia0b0n376185

http://www.midilibre.fr/2014/05/23/chez-louise-au-mas-de-mingue-l-inacceptable,864696.php

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/05/16/97001-20140516FILWWW00292-un-logement-insalubre-loue-a-un-sans-papiers.php

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi