Les maires qui ont pris les arrêtés anti-burkini ont eu raison

Publié le 29 août 2016 - par - 10 commentaires - 725 vues
Share

Tuot3

La décision prise par les Juges de l’instance censés dire le droit ne manque pas de laisser perplexe :

Le contexte de guerre déclarée par les fanatiques sanguinaires de l’état islamique ne justifierait pas les arrêtés  municipaux : ce sont des arrêtés abusifs… disent et écrivent ces juges. L’Histoire qualifiera ce vote suicidaire.

Notons ici : (que) ces juges ne sont juges que de nom ; ils ne possèdent pas nécessairement les compétences juridiques, filles d’études approfondies et de concours.

Daesh promet du sang, des flots de sang

Mais cela ne compte pas pour ces juges. Cette menace, décident-ils, ne peut justifier des arrêtés destinés à réduire les risques, sur les plages et autres lieux de bains. Cet arrêté est un moyen disproportionné.

Les services de renseignement confirment les dangers de crimes majeurs, mais nos « juges » estiment que rien, dans le droit, n’autorisait les Maires à décider selon le principe de précaution.

La prudence des Maires serait de l’abus de pouvoir !

Les Maires auraient attenté à la liberté : chacun étant libre, partout, de se vêtir comme il lui sied, même si cela choque certains ; même si cela en inquiète d’autres, les empêchant de profiter pleinement de leur bain de mer.

Et se dévêtir, totalement, partout, est-ce aussi une liberté personnelle non bornée ?

Si la liberté vestimentaire est absolue, dans ce pays, la liberté avestimentaire doit l’être aussi. Mais ce n’était pas la question, même si du fait de ce vote elle le devient.

Le burkini est une arme de guerre

On sait qu’en Israël, sous le niqâb, se sont cachées des femmes (et quelquefois des hommes), harnachées pour se faire exploser parmi les passants. Le lieu des attentats pouvaient être n’importe où, devant les étals d’un marché, à un arrêt de bus, dans un bus ou un autocar, dans un café ou dans un restaurant, dans une salle de fête.

Avec le burkini, l’espace des opérations de guerre djihadiste a été élargi aux plages de bords de mer, aux rives des lacs, aux bords des rivières et aux piscines.

Avec le burkini, le conseil d’état a validé la légalité d’une tenue salafiste permettant de mener plus aisément des opérations de guerre (et de provocations), là où les familles espèrent trouver détente, repos et rayons de soleil nécessaires à la santé.

Ce que médias et politiciens écologistes (mais pas eux seuls, le PCF les suivant dans la carrière), ce que tenants de la charia (le CCIF qui a esté), ce que les correspondants subventionnés d’un ancien nomenklaturiste hongrois (la LDH ayant elle aussi saisi le conseil d’état), ce que tout ce beau monde prétend n’être qu’un vêtement, rien qu’un bout de tissu inoffensif déclinant la liberté individuelle de s’habiller selon son choix, peut -comme le niqâb- s’avérer être le redoutable camouflage d’une mortelle ceinture explosive.

Cet aspect des arrêtés municipaux, -l’obligation d’assurer autant que possible la sécurité du promeneur et du baigneur -, n’a pas préoccupé le conseil d’état. Au contraire même, puisqu’il dénonce la légitimité et la légalité de cette préoccupation qu’il estime disproportionné par ses moyens.

Ce n’était pas son problème, ce ne serait pas le problème ; ce danger n’existerait pas…

Si la sécurité des plagistes, -mis en situation de subir un attentat commis par une femme salafiste ou salafisante (ou par un djihadiste mâle vêtu en femme, pour la circonstance)-, n’a pas compté dans le raisonnement « juridique » de nos ci-devant juges, un autre aspect a été sciemment écarté.

En validant l’uniforme de plage et de bain salafiste, le conseil d’état a décidé : que les femmes, ainsi accoutrées devront, en cas de canicule : mariner dans leur sueur, étouffer; qu’elles devront mettre leur santé en jeu (aux frais de l’assurance maladie et de la collectivité, plus généralement) en cas de malaise provoquée par cette tenue non-appropriée pour rester des heures au soleil.

Le conseil d’état a aussi décidé : que des femmes n’auront qu’un ersatz de liberté, qu’elles ne s’en iront pas nager ou qu’elles iront nager à leurs risques et périls : comment en effet nager, étant ainsi harnachée, si l’on n’est pas nageuse accomplie et en pleine forme ?

C’est dire, que le conseil d’état a autorisé des tenues de bain qui n’en sont pas

Le conseil d’état a légalisé l’infériorité féminine, en autorisant formellement un outil barbare de liberté surveillée.

Quand une salafiste, -volontaire ou obligée-, entravée par sa tenue, ira prendre le risque de nager en mer, qu’elle se noiera parce qu’elle sera entrainée par ses six kilos de chiffons imbibés d’eau de mer, qui en répondra devant les tribunaux qui enquêteront?

L’affaire sera-t-elle classée automatiquement sans suite parce que ce seront des musulmanes ? Y aura-t-il désormais deux types de procédures pénales et d’enquêtes ? Apartheid, ségrégation ?

Les Maires qui ont pris ces arrêtés, de tous points de vue, ont eu raison.

Quant au conseil d’état : il s’est rabaissé. Il s’est ravalé à n’être qu’un conseil d’état des lieux et, plus grave encore, qu’un instrument d’assujettissement aux normes de la « pudeur » selon la charia.

C’est dire, que ce vote irresponsable est une autre marque de la situation s’orientant vers une nouvelle révolution dans ce pays. Les bonnets rouges furent un symptôme il y a trois ans. Les dernières manifestations paysannes en sont un autre bouillonnement : en haut on est totalement déconnecté du pays, on le méprise et on ne représente plus que soi-même ; en bas, on est excédé et y monte l’exigence de reformuler, par les actes, ce que l’Abbé Sieyès jettera à la face de la vieille monarchie discréditée et impuissante : « la monarchie n’est rien ! Le Tiers Etat est tout ! »

Face aux aspects diversifiés de la guérilla salafiste, nié par les uns, banalisé ou admis par les autres, le peuple pense, le peuple réfléchit, le peuple veut agir. Il va dire, par millions :

Le conseil d’état et ceux qui valident une irresponsable décision de « robins »  ne sont rien !

Le Peuple, la nation, sont tout !

Alon Gilad

Print Friendly, PDF & Email
Share

10 réponses à “Les maires qui ont pris les arrêtés anti-burkini ont eu raison”

  1. Lulu dit :

    Y a encore les muzzs mâles à mater sur les plages certains ont de jolis petits culs .

  2. jeanne hachette dit :

    comme je l’ais déjà inscrit ; appliquons la le décret du 26 mars 2009 sortie au journal officiel, et il n’y aura pas de conseil demander inutilement et vie les tenues européennes de nos libertés .Enfin des maires qui savent prendre les bonnes décisions

  3. Monteverdeau dit :

    Le conseil des tas laissent les burkinikeuses s’éclater et voir des hommes et des femmes dénudés. Youpye !!!
    https://youtu.be/j3swBHDEgj0

  4. anonyme dit :

    bien sur que les Maires ont eu raison , il faudrait que tout les Maires de France ayant leurs villes près de la plage en fassent autant , ( pourquoi les Françaises quand elles vont au maroc ou ailleurs , dans ce genre de pays ) sont elles obligées de se voilées ? pourquoi en France permettons a ces femmes là ( port du voile ) ce qui nous est interdis chez elles dans le pays de leurs ancêtres ? es-ce-normal , pour moi c’est de la provocation pure et simple

  5. André Léo dit :

    Folie de ces gens? Non, Soros et sa dizaine de complices qui possèdent la moitié de la planète on besoin du » toujours plus » capitaliste pour TOUT posséder. Le système doit sans cesse s’étendre et gagner de nouveaux marchés, sinon, il meurt. Alors, le burkini, la Liberté de la Femme et et les droits de l’Homme, ils s’en battent les flancs. Quant à leurs complices , vous citez quelques associations islamo-gauchistes, Engels les dénonçait déjà au XIXème siècle, gauchistes déjà, disait-il, mais pas encore inféodées à l’islam. Depuis es stade extensif, au stade intensif actuel du capitalisme, rien de nouveau.

  6. André Léo dit :

    Il ne faut pas idéaliser le courage des maires, ceux qui ont pris un arrêté anti bourqua et ceux qui s’y opposent. Les visées électoralistes ne sont pas loin!
    Au moins, Valls a eu le courage de dire publiquement son opinion sur Marianne aux seins nus. Il a dit ce que pensent tous les Citoyens, surtout ceux qui ne votent pas péhesse, mais n’est-ce pas, là encore un calcul électoral? Débarrassé de macron, démissionnaire pour préparer « sa » présidentielle, Valls, ex maire d’Évry, où a été bâtie la plus grande mosquée d’Europe, Valls joue sa partoche de « laïc » de comptoir. Parlotte, qui finira par un concordat avec les islamistes.
    Qui va nous tirer de là?

    http://www.lingenue.net/?p=13509

  7. Certes les Maires ont eu raison. Mais, dans l’arrêté municipal de VILLEUNEUVE LOUBET, il apparait que l’interdiction est mal motivée ( contrairement à celui du Maire de SISCO ). Sans aucunement défendre ces  » fameux  » Magistrats du Conseil d’Etat, pour qui je n’ai aucune estime, je pense que tous autres Conseillers auraient rendu une décision identique. En droit administratif français, tout est question de  » motifs  » et tout acte administratif, non motivé ou mal motivé est destiné à être  » rafalé « .

  8. JILL dit :

    Tant qu’une emburkiniées lestée d’explosifs ne sera pas faite exploser au milieu de la foule ;tout baigne si je puis dire .

  9. Francois Desvignes dit :

    Reculer ne fait ni gagner ni supprimer la guerre .

    Reculer oblige à la contre offensive qui pour être toujours remise n’en sera que plus violente.

    Le pays légal recule ?

    Quelles que soient ses motivations le résultat final en sera inchangé ou aggravé : encore plus de musulmans mourront dans d’atroces souffrances.

    La veulerie et l’injustice du pays légal nous scandalisent et retardent notre victoire sur l’islam.

    Mais en fait de compromettre cette victoire, elle l’assure car à chacune de leurs reculade et injustice, notre camp, hier islamophobe, aujourd’hui islamicide grossit et se radicalise

    Aucune reculade n’arrêtera la guerre qui maintenant est aussi la nôtre

    • christiane dit :

      une question que je me pose? pourquoi la droite se déchire en réfléchissant BIEN je pense que l’umps sont des complices et pourquoi POUR FAIRE BARRAGE A MARINE ENSUITE une majorité de français vont tomber dans le piège C’EST QU,’il y aura un gagnant de droite ou de gauche et QU’ILS continueront à se partager le gateau , un conseil pour ne pas se faire enfumer de nouveau en 2017 il faudra voter pour un vrai changement marine notre bouée de sauvetage et laisser se noyer les politiciens UMPS . QU’EN PENSEZ-VOUS?????