Le Conseil Théologique Musulman de France : des modérés…

Publié le 6 juin 2015 - par
Traduire la page en :

Le 25 mai une cinquantaine d’imams, prédicateurs, savants de l’islam ont jeté les bases du conseil théologique musulman de France.

Cette nouvelle instance a pour but, notamment d’édicter des avis juridiques religieux, des « fatwas ».

Sa première réunion devrait avoir lieu avant le Ramadan qui débute le 18 juin.

Un bureau exécutif a été mis en place. Parmi les 9 membres qui le composent, on peut noter la présence de Ahmed Jaballah, (Saphir News du 29 mai) ancien président de l’UOIF jusqu’en 2011, « réputé proche des frères Musulmans », secrétaire général adjoint du Conseil Européen de la Fatwa(CEFR) dont le Président est Youssef Al-Qaradawi, guide spirituel des Frères Musulmans.

Avec lui, deux autres membres du CEFR, Larbi Becheri et Ounis Guergah, par ailleurs diplômés en charia de l’Université de Médine.

La première décision symbolique du nouveau conseil sera l’adoption du calendrier lunaire  sur la base du calcul astronomique (osservatore romano du 2 juin), ce sur quoi les différentes instances musulmanes en France  ne sont pas arrivées à se mettre d’accord.

Ahmed Jaballah aurait déclaré à l’AFP (osservatoire romano) que ce conseil « s’inscrit  dans une vision de modération ». !

Morsi

Ahmed Jamallah au centre avec Mohamed Morsi en janvier 2013

Qaradawi3Ahmed Jaballah avec Youssef Al-Qaradawi à l’IESH de Saint Denis en 2007 

Un article paru dans l’Expres le 02 05 2005, sous le titre : « La face cachée de l’UOIF » prêtait cette citation à Ahmed Jaballah : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique ».

A n’en pas douter le second étage est en train d’être mis à feu.

Jean Théron

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi