Consommer « halal » c’est manifester ostensiblement sa cruauté

Publié le 6 septembre 2010 - par
Share

Que montre le développement des restaurants et boucheries « hallal » en France, avec comme clou la multiplication des « Quick », filiales de la Caisse des dépots et consignation ?

Cela montre que nos chers compatriotes ou co-résidents musulmans en France, sont tout prêts à consommer la viande d’animaux abattus de manière cruelle, sans « étourdissement » avant la mise à mort. Les musulmans qui achètent de la viande « hallal » prouvent leur cruauté et leur barbarie.

On me répondra : « pareil pour les juifs ». Nuance : d’une part, les juifs sont semble-t-il dans une contradiction, puisque d’une part les prescriptions juives impliquent l’obligation de réduire la souffrance animale, mais que d’autre part, la plupart des rabbins estiment que le mode d’abattage antique, qui fut le moins cruel aux temps « anciens », doit subsister au lieu du droit commun français ordonnant de rendre l’animal inconscient avant mise à mort, alors que d’autres rabbins s’y opposent ; mais au moins, le débat est posé dans le monde juif …

Mais surtout, le judaisme n’est pas l’islam, « l’islam est une religion qui a pour but la guerre » écrivait Chateaubriant : brillant résumé du problème posé par cette idéologie. Ce n’est absolument pas le cas du judaïsme. Développer ce sujet relèverait d’un autre article, mais rappelons juste ceci : l’Etat hébreu ancien, qui a duré plusieurs siècles, était régit par la loi juive, il n’a jamais développé d’empire, et n’a même pas su se défendre, de même l’empire Khazar qui à son apogée, avait adopté le judaïsme, n’a pas su résister à la Russie qui émergeait. Au contraire, parti fonder Médine avec quelques compagnons, Mahomet et ses quatre successeurs, ont en un siècle mené une des plus fulgurantes conquêtes impérialiste de l’histoire, après Alexandre de Macédoine … Donc les rayons « cacher » seront toujours plus discrets sinon « cachés » que les rayons « hallal », tout simplement parce qu’ils sont bien moins nombreux : les juifs n’ayant jamais été impérialistes, parce que le judaïsme ne l’est pas, ils sont infiniment moins nombreux que les musulmans.

En réalité, tout dans les prescriptions et dogmes islamique est compatible avec, et favorise la guerre expansionniste et l’entrainement à la guerre. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre les règles alimentaires islamiques : le ramadan, l’égorgement des moutons comme fête familiale, et la consommation de viande « hallal ».

Le Ramadan avec sa privation de nourriture et de boisson pendant plusieurs heures, est un entrainement aux conditions de vie en période militaire : le combattant n’est pas privé de nourriture roborative, comme le sont au contraire les moines, les vrais mystiques, il est simplement entrainé à vivre au rythme des campagnes militaires, à demeurer plusieurs heures l’estomac vide … c’est-à-dire dans les meilleurs conditions pour combattre.

De même, égorger un mouton en famille est un entrainement à la mise à mort à l’arme blanche, et ce depuis l’enfance. Enfin, consommer systématiquement des animaux abattus de manière cruelle, c’est prouver que l’on ne recule pas devant la cruauté, bien au contraire. Montrer que l’on consomme « hallal », c’est montrer aux non musulmans que l’on est content d’agir de la sorte !

La multiplication des restaurants, boucheries et produits « hallal » est donc une forme de terrorisme envers les populations non musulmanes.

Que l’on ne vienne pas après cela, nous seriner que « la majorité des musulmans sont modérés ».

Refusons la viande d’animaux abattus sans “étourdissement”, refusons la souffrance inutile, la cruauté !

Elisseievna

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.