Contrairement aux communistes, Jean-Luc Mélenchon n’ira pas à la soupe Hollande

Je sais que beaucoup de lecteurs de Riposte Laïque exècrent Jean-Luc Mélenchon. Pourtant, s’ils n’étaient pas aveuglés par autant de ressenti, ils apprécieraient le panache et le sens de l’honneur du président de Parti de gauche. Il a annoncé qu’il ne participerait pas à un gouvernement Hollande – qu’il a appelé avec humour Hollandréou – et qu’il menait une bataille pour des idées, et pas pour des portefeuilles de ministre. On aurait pu penser que les communistes, nos alliés, feraient preuve d’autant d’élégance. C’était sans compter sur l’opportunisme des dirigeants de ce parti, qui, ne reculant devant aucune trahison pour sauver ce qu’il reste de leur appareil, sont prêts à manger dans la main de Hollande, et à trahir les espoirs que la formidable campagne de Jean-Luc Mélenchon font renaître à gauche.

C’est grâce au seul talent du candidat de Front de gauche que nous allons peut-être – j’avoue que j’en rêve la nuit – passer devant les social-traîtres du Parti socialiste, incarnés par Hollande. J’ai écouté le discours de Pierre Laurent, à Marseille, une catastrophe, aucun souffle, aucune conviction, aucun contenu ! Avec un tel candidat, le PCF n’aurait fait que 1 % des voix. Finalement, quitte à rejoindre le PS, pourquoi le PCF ne fait-il pas campagne pour lui dès le premier tour, comme l’a fait l’ancien secrétaire Robert Hue, à présent sénateur (comme Voynet et Chevènement, la gauche plurielle, cela rapporte !).

Je persiste à dire que Front de gauche ne doit, sous aucun prétexte, s’allier à des socialistes qui, comme en 1983, trahiront le peuple de France, si, par malheur, ils arrivaient au pouvoir. Je confirme que je ne voterai au deuxième tour que si Jean-Luc Mélenchon est présent, bien sûr, ou bien, éventuellement, si Marine Le Pen était présente. En effet, entre François Hollande et Marine Le Pen, mon choix est fait, je vote sans hésiter pour la présidente du Front national, et je m’abstiendrai si le deuxième tour, comme l’annonce les sondeurs, devaient opposer Hollande à Sarkozy. Mais par contre, aux législatives, si les communistes entraient dans un gouvernement provisoire Hollande, en cas de victoire socialiste, je ne voterai pas Front de gauche s’ils nous présentent un communiste, je voterai seulement si le candidat est membre de Parti de gauche.

Je suis vraiment fier de la campagne qu’a mené Jean-Luc Mélenchon, qui, pour moi, aura été le grand homme de cette présidentielle.

Joël Locin

image_pdf
0
0