1

Contrats avec les labos, SMS avec Pfizer: Ursula planque tout!

Et voici un nouveau scandale estampillé Covid! Les contrats passés, en novembre 2020, pour l’achat des vaccins, sont toujours inaccessibles en intégralité aux eurodéputés… lesquels viennent à peine de porter plainte… Voici que madame von der Leyen refuse aussi de communiquer les SMS  échangés avec Albert Bourla, le PDG de Pfizer.

Tout commence après la publication d’un article du New York Times en avril dernier révélant  l’existence de ces textos. Des SMS échangés dans le cadre des négociations sur un contrat d’achat de 1,8 milliard de doses,  auxquels un journaliste a demandé à avoir accès auprès de la Commission européenne, qui ne lui a fourni que trois documents : un e-mail, une lettre et un communiqué de presse, mais aucun SMS.

La Commission précisant qu’elle n’avait aucune trace de ces messages, les textos n’ayant pas vocation à être conservés et n’étant pas soumis aux règles sur la transparence des institutions européennes, de 2001. Ce qui était un premier bobard.

Ce qui a agacé la médiatrice de l’Union européenne, Emily O’Reilly,  laquelle a demandé à ce que le cabinet d’Ursula von der Leyen procède à « une recherche plus approfondie », afin de retrouver ces messages et d’en révéler le contenu, conformément aux règles de transparence applicables aux documents de l’UE.

La Commission  a répondu que ces messages sont « par nature des documents d’une courte durée de vie, qui ne contiennent en principe pas d’informations importantes relatives aux politiques, activités et décisions de la Commission ».

Pour la médiatrice au contraire, « il est clair » que les textos « entrent dans le cadre de la législation européenne sur l’accès du public aux documents » et « le public peut y avoir accès s’ils concernent le travail de l’institution ». Elle a appelé l’administration européenne à faire évoluer ses pratiques en matière de conservation des documents pour prendre en compte les « moyens modernes de communication. Aucune tentative n’a été faite pour identifier si les textos en question existaient. Cette façon d’agir ne répond pas aux attentes en matière de transparence ».

Tout étant étrangement très long à l’UE, Ursula a jusqu’à la fin avril pour retrouver ces SMS…

Nous avons déjà une premières certitude et depuis longtemps. Ces dissimulations et atermoiements prouvent combien Ursula, ses amis et les chefs d’Etats dont Macron, doivent magouiller, entre autres, avec les labos.

L’UE a une réputation épouvantable totalement justifiée et ce ne sont pas les collusions, élucubrations et gesticulations de Manu qui vont sauver son image.

Daphné Rigobert

https://www.youtube.com/watch?v=LLAsZi-InmU