Contre la censure et l’islamisation, ensemble, mobilisons-nous !

Publié le 10 novembre 2019 - par - 6 commentaires - 630 vues

L’« antiracisme » matraqué sur la cervelle des Français par les médias, les films, les séries, les livres, dans la vie politique et religieuse, dans tous les domaines possibles, artistiques ou commerciaux, cet « antiracisme » a instauré un régime d’autocensure perceptible dès la fin des années 1980 et trente années de ce matraquage l’ont consolidé au point qu’il a pu sembler définitif. Plutôt se taire que d’être qualité de « raciste », de « nazi », de « fasciste » quand bien même les propos n’auraient relevé en rien de ces catégories : on ne s’en serait pas relevé, médiatiquement, professionnellement, personnellement. Ceux qui ne se sont pas tu l’ont payé : marqués du sceau de l’infamie, ils n’ont pas accédé aux responsabilités. Un quotidien créé en 1982 comme Présent qui a réinformé dès cette date, qui a été un lanceur d’alerte, l’a payé en survivant mois après mois, son existence n’étant jamais acquise.

Mais le réel, celui de l’immigration et de l’invasion ; la réalité de leurs conséquences : l’islamisation des mœurs, des vêtements, et la réalité de l’islamisme et des attentats (kalachnikovs, bombes, voitures, camions, machettes, couteaux contre leurs victimes diverses : prêtre à l’autel, journalistes de Charlie-Hebdo, policiers à domicile, clients lambda à la terrasse des cafés…) – bref ce réel fort désagréable a fini par entamer l’autocensure qui régnait dans les médias. La parole s’est trouvée libérée, au sens le plus concret du mot. Le fossé entre la réalité et les « reportages » devenait impossible à combler avec des faux-semblants au moment même où les réseaux sociaux permettaient au citoyen de dire ce qu’il pense.
Corrolaire, la soupape médiatique s’est ouverte aussi. Des journalistes, des chroniqueurs disent  ce qu’ils voient et l’analysent. Éric Zemmour est l’un d’eux. Riposte laïque et Résistance républicaine, avec lesquels Présent est fier d’avoir noué une amitié, font partie des mouvements de résistance qui disent sans fard ce qu’ils pensent.

Le Système a d’abord laissé parler Zemmour sur ses ondes officielles. Il n’était pas évident de le traiter d’antisémite. Puis, Zemmour continuant ses analyses d’un réel de plus en plus effrayant, le Système s’est effrayé, et repris. Quand l’autocensure diminue, il est logique que la censure croisse à mesure. On se demande souvent comment les Allemands ont accepté la lente montée du nazisme puis les libertés écornées jusqu’à la dictature. Un sociologue n’aurait qu’à étudier comment les Français acceptent l’islamisation de leur pays et, parallèlement, l’instauration de l’autocensure puis le relais pris par la censure active du parti au pouvoir et des médias aux ordres : il obtiendrait des éléments de réponse intéressants. La lâcheté ferait partie de ces éléments.

Il est donc assuré que nous ne sommes qu’au début d’une renaissance de la censure. Le mot sent l’archaïsme, des opérations pas très propres où l’on fait taire les gens. Pierre Cassen a eu l’honneur d’une perquisition policière pour un tweet – sur les réseaux sociaux les bonnes âmes signalent aux autorités les propos « déplacés ». Je vous laisse apprécier ce qui distingue un signalement d’une dénonciation. Christine Tasin a été poursuivie pour apologie du terrorisme… terrorisme qu’elle ne cesse de dénoncer ! Car le Système se mord la queue, tourne à l’absurde, traitant maintenant Zemmour d’antisémite ! Ce serait risible si on ne savait que l’absurdité politique finit par broyer les gens.
Facebook et Twitter censurent à la papa, fermant des comptes, des pages (celles de Génération Identitaire, ou des articles de Présent qui parlent de Génération Identitaire)… Cela reste assez amateur. La vraie solution est de frapper au portefeuille en paraissant opérer en dehors de tout esprit de censure.

Ainsi, lorsque des annonceurs prennent la résolution de ne plus acheter d’espaces publicitaires sur CNews parce que Zemmour y parle, ils se donnent un certificat de bonne moralité. En réalité, ils démontrent (s’il en était besoin) que payer les médias pour qu’ils passent des publicités est un moyen efficace de pression. Disons même : de chantage. Les médias sont tenus par la publicité. Quand un média n’a pas de publicité, ce qui est le cas du quotidien Présent, il garde une part énorme de libertés. Les Sleeping Giants ne pouvant rien contre lui, le Système tape alors dans une autre poche du portefeuille : nous venons d’apprendre que Présent n’aura pas de subventions publiques en 2019, ce qui nous condamne à la mort financière. Officiellement cela n’a rien d’une censure, ce n’est que l’application d’un décret administratif, bureaucratique. Il existe en France neuf quotidiens nationaux et le seul que l’on prive d’aides c’est Présent, journal pas macronpatible puisque catholique et identitaire. Heureusement les amis se mobilisent pour le sauver. Mais il n’y a pas que Présent à sauver. Il y a Zemmour. Il y a à défendre tout ceux qui expriment leur amour de la France, ils peuvent s’appeler Le Pen, Cassen, Tasin, Le Gallou, Jallamion, TV Libertés ou Génération Identitaire – on pourrait en citer cent autres – ce mot d’ordre est en tout cas d’actualité : Mobilisons-nous les uns les autres ! Défendons-nous en commun à chaque escarmouche avec le Système, c’est la meilleure façon de nous préparer à de plus grands combats.

Samuel Martin
Rédacteur en chef de Présent

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Pascal Olivier

La censure s’exerce principalement sur le média dominant de l’époque, la télévision en ce qui nous concerne. La liberté dont nous disposons ou disposions sur internet est menacée.

Dans son Cours de médiologie générale Régis Debray exposait que le contrôle des flux s’exerçait directement sur les émetteurs à l’époque de la logosphère (écriture), que dans la graphosphère (imprimerie) il était politique et indirect en s’exerçant sur les moyens de d’émission, et qu’enfin dans la vidéosphère (audiovisuel) il est économique en s’exerçant sur les messages.

clercophage

Mr. Martin. : 1) Jeanne Smits était votre directrice ( ou rédactrice en chef … ? ) . PRESENT l’a virée comme une malpropre… Pourquoi ?
2) Seriez-vous d’accord pour abroger le concordat en Alsace-Moselle afin que la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État s’applique enfin dans toute la France .
Nota : “les églises” , ça comprend l’islam .

Martin

Que je sache, Jeanne Smits n’a pas été virée, elle a démissionné.

hollender

Dommage que le peuple qui a encore un reliquat de cerveau en état de fonctionner n’ai pas pensé la veille de leur gesticulation contre l’islamophobie, à stationner une citerne de lisier de porc, (produit du terroir Breton) avec une pompe à haute pression pour ” bénir ” et faire fuir cette horde de malfaisants, vendu, de traîtres.
P.S.: Vérifier impérativement la direction du vent avant de démarrer le tracteur et d’enclencher la prise de force de la pompe; !!

En Indonésie dans la région nord des îles Célèbes (Sulawesi) où survivent quelques Chrétiens, cette solution est encore efficace pour refouler les muzz vers leur gourbis.
C’est une idée à creuser pour leurs prochaines réunions…..

Eric des Monteils

Quelle bonne idée à retenir. Pareille aux gousses d’ail contre les vampires !

marcorix

Et partout les médias et les politiques essayent de mettre toutes les horreurs sur le compte d’un fantasme fétichiste “l’extrême droite” . Ils se permettent de donner de l’extrémiste à tous ceux qui ne s’alignent pas. Regardez comment ils définissent le parti espagnol Vox ! Et tout ça pour terroriser et faire baisser l’adhésion. Quelle époque sinistre. Il faudrait avoir le fric de Soros pour soutenir cette bataille pour le retour à la liberté.

Lire Aussi