1

Corbière qualifie RL d’antisémite et de raciste, puis pige sa connerie…

Ce qui est amusant, avec la clique de Mélenchon, ce sont les réflexes pavloviens dignes des Staliniens des grandes années. L’ineffable Corbière vient d’en faire la meilleure démonstration.

Hier, Paul Le Poulpe évoquait une interview où il avait été obligé de mentir grossièrement pour justifier son logement social, et le loyer incroyablement bas qu’il acquitte (1230 euros par mois) pour un 84 mètres carrés en plein Paris.

https://www.youtube.com/watch?v=TWaUXyrpcQY

Mais tout occupé par l’affaire du logement social, Paul a oublié de mentionner ce passage extraordinaire, qui ne dure que 10 secondes, à partir de 4’45, où Corbière explique que les attaques viennent de l’extrême droite (bien évidemment) et du site Riposte Laïque. Et là, tel un robot de l’antiracisme, il enchaîne immédiatement : « site antisémite, raciste »… avant de se rendre compte qu’il est en train de raconter une énorme connerie !

Pour se rattraper, il bredouille : « Non, pas antisémite, on ne peut pas dire cela, islamophobe ». Lapsus intéressant, mais correction accablante, car s’il conteste la stupidité du terme « antisémite » (alors que sommes accusés régulièrement d’être des sionistes), il ne corrige pas le mot « raciste ». Cela signifie donc qu’à ses yeux, l’islamophobie est un racisme.

Nous avons donc là la confirmation que toute l’oeuvre de Corbière, qui se dit laïque et militant de la Libre Pensée, consiste à accompagner l’offensive de l’islam, dans notre pays.

Rappelons que notre contentieux avec ce lèche-babouches remonte à décembre 2010, quand il avait demandé l’interdiction des Assises de Charenton, que nous organisions avec le Bloc Identitaire, contre l’islamisation de nos pays.

Il avait même réussi à convaincre Delanoë d’interférer auprès du Préfet pour qu’il interdise l’événement. Déboutés, ils avaient, avec Caroline Fourest et une cinquantaine de prétendus antiracistes, battu le pavé toute la journée, derrière une banderole accablante, critiquant l’islamophobie.

Bref, déjà, quand on sait que l’OCI fait pression, partout dans le monde, pour interdire toute critique de l’islam, assimilée à du racisme, on pouvait dire qu’en cautionnant ce mot d’ordre, Corbière-Fourest relayaient une offensive fomentée depuis l’étranger, contre notre liberté d’expression et nos principes laïques.

Corbière prendra, de manière minable, sa revanche sur cette première défaite, en faisant interdire de Salon du Bnai Brith, un an plus tard, Christine Tasin et Pierre Cassen, qui devaient présenter le livre issu de ces Assises. Le pleutre Goasguen s’était lamentablement couché devant les menaces du maître-censeur.

Corbière, comme Mélenchon et toute sa garde rapprochée d’origine trotskiste, est autant catholicophobe qu’islamophile, autant bouffeur de curés que lèche-babouches.

Il avait, en tant que maire-adjoint de Paris, obtenu qu’on débaptise une école, du nom de Vincent d’Indy, compositeur français catholique du 19e siècle, pour le remplacer par celui de la communiste Germaine Tillon.

De même, il s’était acharné contre un autre catholique, Lorant Deutsch, demandant à la mairie de Paris de lui interdire l’entrée des écoles parisiennes, pour présenter son livre « Métronome ». Le crime de l’acteur-historien : ne pas louer suffisamment les apports de la Révolution française, rien de moins !

Par contre, le ramadan à la mairie de Paris n’a jamais bouleversé celui, qui avait sans doute ses 4000 euros par mois, comme conseiller de Paris, à défendre à cette époque.

Bien évidemment, lors de la mort de Clément Méric, Corbière se distinguera par de grossiers mensonges, essayant de récupérer au profit de son parti l’émotion créée par la mort du jeune antifa, qui, faut-il le rappeler, était l’agresseur.

Par ses attitudes haineuses et sectaires, Corbière véhicule jusqu’à la caricature le modèle stalinien que les peuples de l’Est et les Russes sont subi de trop longues années.

Il se présente dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis, à Montreuil et Bagnolet. Il sait que dans les vrais quartiers populaires, il se ferait balayer par les ouvriers, qui ne se reconnaissent absolument pas dans les bobos immigrationnistes de Mélenchon. Sachant que Mélenchon a recueilli, au premier tour, 37 % des voix musulmanes, il mise donc sur les voix des disciples d’Allah pour représenter la France Insoumise à l’Assemblée nationale.

Bref, le bobo parisien Corbière essaie d’être élu en Seine Saint-Denis. Il est vrai que son chef, Mélenchon, mise lui sur Marseille.

Seul problème, pour ces lèche-babouches qui comptent sur le vote musulman : en général, ceux-ci se mobilisent fortement pour les présidentielles (92 % ont voté Macron) et beaucoup moins pour les législatives. Et Corbiere se présente dans une circonscription de fous, avec 21 candidats, dont l’ineffable Razzy Hamamdi, porte-parole du PS, qui essaie de se vendre à « En Marche »…

http://www.liberation.fr/france/2017/05/25/a-montreuil-la-gauche-dans-tous-ses-eclats_1572180

Joël Locin