Coronavirus : le très riche Buzyness vaccinal des laboratoires

Coronavirus : Les conflits d’intérêts de la caste hospitalo-universitaire corrompue par les labos ne datent pas d’hier ! Le riche Buzyness des 11 vaccins obligatoires depuis 2018 : la Prévention de la très riche santé financière des labos : L’extension à 11 vaccins obligatoires a été promulguée par la loi du 30 décembre 2017 suite à la proposition d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, de rendre obligatoires 8 vaccins supplémentaires en complément des 3 vaccins obligatoires. Cette décision contestée répondrait à une nécessité d’enrayer certaines maladies infectieuses, comme la rougeole. Même si la France a des taux de couverture vaccinale meilleurs que les autres pays pour les vaccins obligatoires, en revanche ils sont très insuffisants pour la plupart des vaccins recommandés. Sauver des vies qu’ils disaient à 80 km/heure !

Coronavirus, le très riche Buzyness vaccinal : la suite logique du scandale de la grippe saisonnière !

Ministère des Solidarités et de la Santé : La grippe est une infection respiratoire qui peut entraîner des complications graves, telles qu’une pneumonie ou l’aggravation d’une maladie chronique (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, etc.). En aidant à combattre le virus et en diminuant le risque de complications, la vaccination contre la grippe peut sauver des vies. Il s’agit du premier geste à adopter !

Pour expliquer le scandale de la mortalité démesurée de la grippe saisonnière, le Pr Raoult a noté le laisser-aller dans les hôpitaux-mouroir en l’absence de mesures de prévention : lavage régulier des mains, limitation des contacts, port de masque, etc. Ces gestes barrière auraient constitué un bouclier de protection qui aurait limité la propagation des virus et contribué à sauver des vies. Le virus de la grippe saisonnière se transmet par projection de gouttelettes chargées de virus lors de toux ou d’éternuements par des personnes infectées, par des mains et des objets contaminés par les gouttelettes émises par une personne infectée.

Mais pour le Ministère des Solidarités et de la Santé : Pour éviter l’infection par le virus de la grippe, il est nécessaire de mettre en place des mesures : la première d’entre elles est et reste la vaccination !

Valeurs actuelles : Coronavirus : des liens troubles entre labos et conseils scientifiques ? Au sein des deux conseils scientifiques qui justifient le gouvernement dans ses choix face à l’épidémie, plusieurs de ses membres ont des liens d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique et ont reçu des dizaines de milliers d’euros de la part de grands laboratoires. C’est un secret de polichinelle : les lobbies pharmaceutiques vont jouer un grand rôle, aux côtés des gouvernements, dans la lutte contre la pandémie de coronavirus Covid-19 qui se joue actuellement. Selon les informations de Marianne et de Mediapart, plusieurs membres des deux conseils scientifiques sur lesquels le gouvernement se repose dans sa prise de décision auraient des liens d’intérêts importants avec des laboratoires. L’un d’eux s’est vu verser plus de 250 000 euros entre 2014 et 2019, selon les chiffres de la base publique Transparence santé. Et rien qu’en 2018, Big Pharma a déboursé 1,36 milliard d’euros aux professionnels de santé, selon une enquête de la presse régionale parue en janvier dernier.

$$$ : 450 000 euros d’avantages versés par les laboratoires aux membres des conseils scientifiques ! Si ces relations n’empêchent pas l’indépendance, celle-ci est toutefois sérieusement remise en question.

Une étude publiée en 2019 montre que les médecins liés aux industriels du secteur prescrivent plus de médicaments que les autres, fait valoir l’hebdomadaire Marianne. En tout, entre les repas, hébergements à l’hôtel, frais de transport et honoraires, les laboratoires ont déboursé 450 000 euros à destination de neuf experts du conseil scientifique et du Comité analyse, recherche et expertise (Care) qui conseillent Macron.

L’infectiologue Yazdan Yazdanpanah, membre du Care et expert auprès de l’OMS a bénéficié de 96 000 euros d’avantages en cinq ans. « Depuis 2017, j’ai arrêté mes liens avec les laboratoires », assure-t-il auprès de Mediapart. Didier Raoult, qui a annoncé le 24 mars sa démission du conseil scientifique lancé par Macron, n’avait quant à lui rien perçu de la part des industriels. Et on se demande pourquoi un membre éminent du conseil scientifique paravent de Macron assurait : « Il n’y aura pas d’épidémie en France« .

Qui sont ces généreux laboratoires ? En tête l’américain Merck Sharp and Dohme et le suisse Roche, en pointe dans la recherche contre le virus, ont respectivement versé 118 000 et 116 000 euros d’avantages en cinq ans. Roche a annoncé avoir un nouveau test rapide de dépistage du coronavirus, ceux sur lesquels compte le gouvernement. Au sein du Care, qui compte cinq membres, seule la présidente, Françoise Barré-Simoussi, semble immaculée de tout conflit d’intérêts. Macron est non seulement incapable de gérer Covid-19, mais il laisse traîner le processus afin que Big Pharma puisse trouver rapidement un vaccin miracle.

C’est pourquoi le schéma pour dézinguer la chloroquine est parallèle à la diabolisation de Raoult !

L’Assemblée nationale LREM vote Buzyn, ministre de la Santé, pour imposer 11 vaccins obligatoires à partir de 2018 ! LCI : Très décrié, le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires se fera. Le vote de l’Assemblée a soutenu le très riche Buzyness vaccinal des laboratoires pharmaceutiques. L’annonce par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, en juin 2017, avait fait lever nombre de boucliers. Elle avait expliqué vouloir « vraiment faire œuvre de pédagogie ». La vaccination, ce n’est pas seulement l’intérêt qu’on y trouve soi-même, c’est un enjeu de solidarité, une façon de protéger le très riche Buzyness vaccinal, et donc l’ensemble de la société !

« Aujourd’hui, en France, la rougeole réapparait. Il n’est pas tolérable que des enfants (surtout des migrants) meurent », se défendait Agnès Buzyn, avec dix décès depuis 2008. « On a le même problème avec la méningite. Il n’est pas supportable qu’un ado de 15 ans (surtout des migrants) puisse mourir parce qu’il n’est pas vacciné ». Un argumentaire qu’elle a réutilisé au moment des débats sur la loi : « Nous avons baissé la garde », et « oublié ce qu’étaient ces maladies » (des migrants) qui ressurgissent, citant la rougeole.

Refuser un vaccin obligatoire pour le très riche Buzyness vaccinal est puni par la loi ! Comme pour le coup foireux de la répression des 80 km/h, Agnès Buzyn se dit prête à utiliser la coercition face à ce problème de santé publique : « Il y a des fois où l’obligation est une bonne chose pour permettre à la société d’évoluer« .

C’est pourquoi, refuser de se conformer aux obligations du très riche Buzyness vaccinal « au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation de l’enfant » est passible de 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende par le Code pénal. Un Buzyness qui a fait largement débat, nombre d’opposants jugeant la méthode gouvernementale incapable de restaurer une confiance envers les vaccins largement dégradée !

Le Monde diplomatique : « Vaccinations obligatoires, le débat confisqué« , histoire totalitaire socialiste d’une concertation dévoyée. Voulant imposer les bienfaits incontestables de ce mode de prévention pour le très riche Buzyness vaccinal, Agnès Buzyn recherche l’efficacité. Mais la volonté de clore le débat scientifique et politique va relancer les soupçons qui l’empoisonnent, en renvoyant chacun à ses certitudes. Les sanctions à l’égard des parents réfractaires ne relèveront plus du code de la santé publique spécifique à la vaccination, mais du Code Pénal relatif à la santé de l’enfant, qui prévoit une peine beaucoup plus lourde (deux ans de prison et 30 000 euros d’amende). Agnès Buzyn impose ce coup autoritaire du très riche Buzyness vaccinal avec son expression totalitaire : « La contrainte vise à rendre la confiance« . Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Pour justifier sa décision, Agnès Buzyn se cache derrière le comité d’orientation de la concertation pour la vaccination dont l’action a été dénoncée comme une véritable opération de propagande. APMNews, l’agence de presse médicale, révélait que 3 médecins du comité d’orientation avaient des liens d’intérêts avec des laboratoires développant des vaccins, et que l’un d’eux n’avait pas mentionné une dizaine de conventions avec MSD, huit avec Sanofi et des avantages avec ces deux laboratoires et Pfizer. Il apparaissait également que le président du comité, Alain Fischer, n’avait pas noté dans sa déclaration publique d’intérêts avoir reçu un prix Sanofi-Institut Pasteur de 100 000 euros. En outre, les conclusions présentées par celui-ci n’étaient pas le reflet de la concertation sur des points majeurs. Le jury de professionnels de la santé estimait que le principe d’obligation vaccinale n’instaure pas la confiance, le jugeant même contreproductif !

Émeline Cazi : « La ministre de la Santé appelle à avoir « confiance dans les vaccins ». La controverse sur la connivence des labos pour imposer des vaccins à tout-va a été ravivée par la décision de la ministre de la santé Buzyn d’étendre l’obligation vaccinale et de rendre obligatoires 11 vaccins (contre 3 auparavant). »

Sciences et avenir : Après un vif débat de plusieurs mois, le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires a pris effet le 1er janvier 2018 et Buzyn espère qu’il permettra de restaurer la confiance dans la vaccination.

L’argument des autorités de santé est la baisse du taux de couverture vaccinale et la réapparition de certaines maladies. « Il y a eu 20 décès de la rougeole depuis 2008. C’est important d’augmenter la couverture vaccinale pour que ces drames, si facilement évitables, ne surviennent plus en France« , a estimé Daniel Lévy Bruhl, de l’agence Santé Publique France. Et en même temps : « Les bases factuelles établissent de façon convaincante que les vaccins combinés ont de multiples avantages, et pas de désavantages par rapport aux vaccins non combinés administrés de façon séparée« , écrivait l’Inserm (Yves Lévy) en décembre 2017.

Mise au point de l’Inserm, Décembre 2017 : « Que dit la science à propos des 11 vaccins qui seront obligatoires en France en 2018 ? La vaccination constitue une principale action de santé publique ayant contribué au recul des maladies infectieuses. Elle est satisfaisante pour les maladies contre lesquelles elle est obligatoire ou contre celles dont les vaccins sont systématiquement combinés avec les vaccins obligatoires. Mais pour les autres maladies, la couverture vaccinale en France reste notoirement trop faible pour obtenir l’impact attendu sur le fardeau de la maladie, entraînant des décès et des séquelles pourtant évitables !

« Dans le cadre de l’extension de l’obligation vaccinale qui prendra effet en 2018, la vaccination devient un débat d’opinion, souvent mal informé, alimenté par les arguments catastrophistes des lobbys anti-vaccins et le manque de formation du corps médical ! (Inserm) La France est devenue un des pays au monde où la défiance vaccinale est la plus forte. Cette note de l’Inserm devait faire le point sur les connaissances scientifiques qui doivent sous-tendre une prise de décision rationnelle des pouvoirs publics. L’efficacité et l’innocuité des 11 vaccins qui deviendront obligatoires en France sont scientifiquement prouvées.

« L’augmentation de la couverture vaccinale apportera des bénéfices individuels, par la protection conférée directement à l’enfant vacciné, et collectifs par la diminution du risque de contamination pour les personnes non vaccinées. L’élargissement du caractère obligatoire de 11 vaccins, tel que préconisé par le Comité d’orientation de la concertation pour la vaccination, doit s’accompagner d’actions prioritaires et du développement de programmes de recherche qui couvrent les différents aspects de la vaccination » (Mise au point de l’Inserm pour enrichir, encore et toujours plus, le déjà très riche lobby du Buzyness vaccinal).

La communauté scientifique, la caste médico-affairiste, l’ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn, et son mari, l’ex-directeur de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Yves Lévy, ce petit monde a fait la loi pour torpiller les travaux du Pr Didier Raoult et de l’Institut hospitalo-universitaire.

Yves Lévy est un spécialiste dans le domaine du VIH. En 2014, il a pris la tête de l’Inserm. Lorsque sa femme, Agnès Buzyn, a été nommée ministre de la santé en mai 2017, des soupçons de conflits d’intérêts ont émergé. Cette situation a continué à créer de l’embarras poussant Yves Lévy à retirer sa candidature pour un second mandat en 2018. Didier Raoult a été l’un des premiers à dénoncer un conflit d’intérêts entre l’Inserm d’Yves Lévy et le ministère de la santé d’Agnès Buzyn. Il s’est montré très critique envers l’Inserm.

Moralité : Le Monde anti-Raoult vole au secours de la Buzyn : « Coronavirus et hydroxychloroquine : le couple Buzyn-Lévy serait la cible de publications mensongères ! Des messages accusent la socialiste Buzyn, l’ancienne ministre calamiteuse de la santé et son conjoint le socialiste Yves Levy, l’ex-directeur de l’Inserm, d’avoir saboté le travail de Didier Raoult et empêché le recours à ce médicament pour lutter contre l’épidémie.

Conclusion : Un autre scandale sanitaire révélé en relation avec la clique de Macron !

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

15 Commentaires

  1. Je crois savoir que les vaccins éludent certaines règles générale des médicaments, car n’étant pas « juridiquement » des médicaments : ce qui expliquerait une permissivité sinon étonnante (alu à gogo notamment, utile par ailleurs au « mordançage », mercure pour la conservation alors que la formule du Mercryl Laurylé n’en contient plus par ex., ni d’ailleurs le Mercurochrome : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mercurochrome).

    • Oui. S’agissant de produits vivants, ils ne sont pas soumis aux tests et à l’autorisation de m8se sur le marché des autres drogues. Scandaleux.

  2. quand Buzyness avait imposé le vaccin (11) on n’avait pas compris pourquoi , aujourd’hui le complotisme nous aide à le comprendre

    • La buse et son levi font parti de la secte qui aime l’argent faire mourir les francais pour l’argent n’est pas un problème pour eux .

  3. Un vaccin anti-cons???Triple dose pour la buzyn et la clique lrem…

  4. Pourquoi ne pas vacciner que les migrants puisque ce sont eux qui apportent les maladies éradiquées chez nous .

  5. Buzyn buzyn qui est cette buzyn, à quelle secte appartient-elle ,,, il faut oser le dire car c’est très important ….la secte qui a crucifié le Christ ????????

    • .la secte qui a crucifié le Christ ????????
      oh nous les Juifs nous lavons notre linge en famille Ha Ha Ha
      Mon cher Goy !

  6. Il ne faut pas oublier non plus que ce besoin de vacciner et de prendre d’autres mesures de sante publique qui étaient inédites chez nous il y a encore peu, est lié aussi aux habitudes sanitaires d’une portion grandissante de notre population, c’est a dire, « la France de l’avenir ».
    Que quelques bébés blancs crèvent ou restent avec des séquelles est vraiment le moindre des soucis des vendus à l’industrie big-pharma et au mondialisme, qui malheureusement sont élus pour nous gouverner.

  7. Le premier qui s’approche de moi avec une seringue, je la retourne et la lui plante dans l’œil. Non mais!

Les commentaires sont fermés.