Corrida : ultimes précisions, à l’attention de mes détracteurs

Publié le 25 septembre 2019 - par - 723 vues
Share

Pour clore ce sujet qui m’a valu, sur les différents articles parus, une palanquée de propos négatifs, voire même agressifs – je m’y attendais, donc pas de surprise – j’ai demandé un droit de réponse, justifié je pense.

Le but premier de cet article était d’attirer l’attention sur l’importance relative des problèmes sociétaux pour l’équipe de « bras cassés » qui tente de gouverner sans y parvenir. J’ai échoué en cela, tant pis.

Car vouloir interdire de corrida les mineurs, ce qui de toute façon a peu de chances  d’être appliqué, au prétexte qu’il s’agit d’un « problème sociétal majeur » est parfaitement faux et stupide puisque, même si cette tradition n’est pas française, elle concerne une petite partie du territoire français et des Français. Et personne n’oblige personne à y aller.

Pour ma part je n’aime pas la boxe « Le noble art » paraît-il (??) mais il ne me viendrait pas à l’idée de demander son interdiction et d’agonir de sottises ceux qui aiment ça. Cela ne me concerne pas, c’est tout. Et maintenant je m’adresse à tous les vaillants défenseurs de la cause animale – cause à géométrie variable – car :

La défense de cette cause va-t-elle jusqu’à vous interdire de manger un bon steak bien saignant, une tranche de rôti, de gigot d’agneau  bien tendre, du poulet, lapin, etc. Permettez-moi d’en douter. Pensez-vous alors à l’animal qui a été tué pour cela ? Et comment il a été tué ?

Que savez-vous de l’abattage halal ou casher ? Savez-vous que vous mangez de la viande halal sans le savoir, parce que, par commodité et pour complaire à nos envahisseurs, 80 % des abattoirs en France ne font que de l’abattage halal, c’est-à-dire animaux égorgés sans étourdissement préalable, dans la souffrance maximum, avec une absence totale de pitié, et des risques sanitaires, en plus.

Sans oublier que les animaux fournissent non seulement la viande mais aussi le cuir qui sert à fabriquer chaussures, vêtements et accessoires de toutes sortes.

Vous arrive-t-il d’y penser ? Ou bien pensez-vous que le cuir pousse dans les arbres ?

Jacques Guillemain nous dit que chaque année la tauromachie tue 40 000 taureaux en EUROPE. Un site de L214 indique que sur plus d’un milliard d’animaux tués chaque année en FRANCE, au moins 850 millions, soit environ 8 animaux sur 10, sont confinés dans des élevages intensifs, sans accès à l’extérieur en 2018.

https://www.viande.info/elevage-viande-animaux

  • 83 % des poulets de chair sont élevés sans accès à l’extérieur
  • 58 % des poules et 99 % des lapins sont élevés en cage
  • 95 % des cochons sont élevés sur caillebotis en bâtiments
  • Ces animaux sont sélectionnés pour leur productivité, on les mutile (castration à vif, ablation de la queue ou du bec), on sépare les mères et leurs petits
  • Leur taux de mortalité est élevé : par exemple 20 % des cochons meurent avant le jour de l’abattage.

Comme vous pouvez le constater, les causes  majeures ne manquent pas mais il faut avoir le courage de s’y atteler, ce qui n’est pas vraiment la principale vertu de tous les politiques depuis des décennies.

Pour info :

Comme je l’ai écrit précédemment, j’ai vu des corridas à la féria de Nîmes, je n’ai pas vu des « flots » de sang, et n’ai été ni traumatisée, ni choquée. Par contre, ayant voulu me documenter sur les pratiques utilisées j’ai visionné une vidéo filmée dans un abattoir, je n’ai pu aller jusqu’au bout, j’ai abandonné tant  c’était insoutenable !

J’en viens maintenant aux commentaires. On peut être en désaccord avec l’auteur et porter des critiques, mais en aucun cas cela autorise à porter des jugements gratuits, à prêter des pensées ou sentiments sans aucun fondement, voire à insulter, ou à raconter n’importe quoi. Quelques exemples parmi d’autres :

La Soupape : Dommage, vous m’aviez fait un beau compliment, que vous avez aussitôt gâché par ce que vous appelez des « conneries » et que je vous renvoie.

Fit : Sachez que je ne « jouis » pas devant le spectacle et que je n’ai pas la « haine » du taureau que vous m’attribuez, c’est exactement le contraire. Quant à votre rapprochement entre corrida et attentats… je ne vois pas bien le rapport.

Saurer : (la délicatesse même) : « Quand (sic) aux amateurs de ces spectacles horribles, la plupart sont des vieilles ordures 68tardes, qui s’empressent, une fois sorties de l’arène, d’aller brandir des pancartes « Welcome Refugees » …

Non seulement à côté de la plaque, mais même comportement que les CPF qui à défaut d’arguments solides ne savent qu’insulter.

Par ailleurs, lorsque l’on veut donner un avis, mieux vaut connaître le sujet, cela  évite de dire d’énormes bêtises :

Lolita : « C’est vrai qu’être lardé d’aiguilles en métal dans le dos, aiguilles qui restent là durant des heures et jusqu’à ce que mort s’ensuive est une façon de mourir dignement. »

Pour votre gouverne : les aiguilles s’appellent des banderilles, un combat durant en moyenne 15 minutes, au bout de ces 15mn le taureau est mort…

Je salue Paule Desbeaux  au passage et terminerai en citant le commentaire très mesuré, qui résume fort bien ma pensée, d’Henri Lautréamont :

La corrida est vieille comme le monde, bien sûr pas sous cette forme codifiée mais le combat de l’homme et du taureau remonte loin. Aujourd’hui la corrida se meurt. Elle va disparaître non pas parce que quelques couards ne veulent pas affronter le taureau comme ils n’affrontent pas les ennemis de la France, mais parce que ce spectacle viril ne correspond plus à amollissement général. Je dois avouer que je ne vais jamais aux corridas. Mais pourquoi les interdire ? Il y a bien d’autres sauvages à mater avant de s’en prendre aux toreros ».

Oriana Garibaldi

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.